Archives par étiquette : XVIIe-XVIIIe siècle

Publication: Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières

Mathieu Lours (dir.), Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières, Paris: Picard, 400 p., 400 ill. (à paraître le 23 novembre 2016).

Mathieu Lours (dir.), Paris et ses églises du Grand Siècle aux Lumières, Paris: Picard, 400 p., 400 ill. (à paraître le 23 novembre 2016).

De la fin du XVIe siècle jusqu’au crépuscule de l’Ancien Régime, Paris connaît une vague de construction d’édifices religieux sans précédent. La capitale se peuple de dômes et de façades à colonnes signés des plus grands noms de l’architecture française (Lemercier,
Le Vau, Hardouin-Mansart, Soufflot…). Il s’agit d’un patrimoine extraordinaire, tant du point de vue qualitatif que quantitatif. Cet ouvrage en dresse l’inventaire, en y incluant les édifices détruits depuis la Révolution, et propose une analyse de ce riche héritage. Les grands décors, où s’épanouissent peintures et sculptures, marquent tant les églises nouvelles que celles bâties dans les siècles précédents qui sont mises au goût du jour, alors que d’innombrables compositions sont commandées aux meilleurs artistes du temps (Le Brun, Chalgrin, Mignard, Girardon…). Les liens entre les églises classiques et l’histoire sociale et culturelle de Paris, entre les liturgies et l’épanouissement des
arts, constituent le fil conducteur de ce vaste ouvrage collectif. Des Invalides au Val-de-Grâce, de Saint-Roch à Sainte-Marguerite, des immenses églises royales aux plus modestes chapelles, cet ouvrage offre un parcours inédit à travers plus de 140 édifices. Enrichi par une abondante iconographie tant ancienne qu’actuelle, il permet une plongée dans les espaces sacrés de la capitale des rois et des Lumières.

Agrégé et docteur en histoire, Mathieu Lours est professeur d’histoire des arts en classes préparatoires aux grandes écoles et enseignant en histoire de l’architecture à l’université de Cergy-Pontoise. Ses travaux portent sur les rapports entre formes et fonctions des édifices comme l’illustrent ses ouvrages L’Autre temps des cathédrales et Saint-Sulpice, l’église du Grand Siècle.

Cet ouvrage est écrit en collaboration avec Sébastien Bontemps, Laurent Lecomte, Nicole Lemaitre, Léonore Losserand et Aurélien Scheers.

Le sommaire de l’ouvrage est disponible ici.

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture