Journée d’étude: “L’imaginaire de l’Antique” (Petit château de Sceaux, 7/12/2021)

Pierre Paul Rubens, La Mort de Sénèque, c.1612-13, hsb, 187 x 154,7 cm, Alte Pinakothek, Munchen

Type : Journée d’étude.
Date et horaire : mardi 7 décembre, 9h30-17h30.
Lieu : Petit château de Sceaux, 9 rue du docteur Berger, salle Le Nôtre.
Pour tout renseignement : Pr Marianne Cojannot-Le Blanc mleblanc@parisnanterre.fr

Journée d’étude organisée par l’université Paris Nanterre / EA 4414 HAR

Premier volet du cycle Les imaginaires du Grand Siècle

PROGRAMME 

9h30 ━ Accueil (salle Le Nôtre)
Matinée sous la présidence d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne,

Sorbonne Université et directeur de la Mission de préfiguration du Musée du Grand Siècle

9h45 ━ À l’aube d’une nouvelle ère : l’émulation de l’Antique à la cour du premier Bourbon
Par Emmanuel Lurin, maître de conférences, Sorbonne Université (UMR 8150).

10h25 ━ Présence du modèle antique dans la pensée du spectacle : théâtre, jeux et triomphes
Par Laura Naudeix, maîtresse de conférences en études théâtrales, université Rennes 2 (EA 3208)

11h ━Pause

Continuer la lecture

Journée d’études : “Voyages d’artistes, circulations d’œuvres, de matériaux et d’idées dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles)”.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Port de mer avec soleil couchant, 1639, huile sur toile, 103 x 137 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 22 novembre 2021.
Lieu : Auditorium Germain Tillon, Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Journée d’étude organisée par Magali Théron (Aix-Marseille Université – TELEMMe UMR 7303) et Céline Ventura Teixeira (Aix-Marseille Université – LA3M  UMR 7298)

Cette journée est centrée sur la question des circulations artistiques (hommes, matériaux et idées) dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles). À travers des cas d’études précis appartenant aux domaines de la peinture, de la sculpture, des arts du décor, de la joaillerie mais aussi de la littérature artistique et des récits de voyage, il s’agira de comprendre l’impact de ces mouvements entre les territoires concernés et entre les arts. Le transfert et la réception de modèles inédits, de techniques novatrices ou de matériaux précieux engagent une réflexion autour des notions d’interprétation, de mélange voire d’hybridation des formes. Les conséquences liées à l’implantation d’une nouvelle technique ou l’arrivée d’objets méconnus engendrent également la mise en place de mécanismes de productions et de systèmes marchands nouveaux. La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Orient dans son acception large sont autant d’aires géographiques concernées par ces phénomènes de transferts artistiques où la Méditerranée devient le théâtre d’échanges riches et foisonnants. Continuer la lecture

Exposition : Musée du Louvre – En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

 

Fig. 1 : Henri Gissey, Costume pour les estafiers de la quadrille des Américains, Grand Carrousel de 1662, 1662, papier, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild.

 

          Sous le commissariat de Mickaël Bouffard[1], Jérôme de la Gorce[2], Victoria Fernandez‐Masaguer[3], l’exposition que le Louvre consacre actuellement aux dessins d’habits de spectacle nous permet de découvrir une sélection de feuilles des quatorze volumes de Costumes de fêtes, de ballets et de théâtre au temps de Louis XIV qui ont été offerts par le baron Edmond de Rothschild (1845-1934).

         Pour ce faire, ces volumes ont préalablement bénéficié d’une vaste campagne de restauration conduite par l’atelier du département des Arts graphiques. Entre 2004 et 2008, ce sont ainsi 1 644 dessins qui ont été démontés des pages devenues trop acides. Ils ont été remis à plat pour résorber leurs déformations et ont été ensuite réinsérés dans des albums qui respectent le montage historique.

         Ces feuilles sont signées par des artistes désignés comme étant des « designateurs d’habits », parmi lesquels figurent des artistes tels que le Primatice, Jacques Bellange, Daniel Rabel, Henri Gissey et Jean Berain. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’impose le terme de costumier. Ces artistes sont sollicités pour des spectacles d’envergure qui divertissent les cours de France et de Lorraine du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Petite annonce : « Pour une archéologie de l’imagerie pornographique en Europe (1500-1840) »

Anonyme, Boîte à double fond (miniature du 2e fond): triolisme et masturbation, fin XVIIIe-début XIXe siècles, peinture sur bois, diam. 9 cm, Paris, musée de Cluny, Photo (C) RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen Âge) / Franck Raux

English Abstract

For an archaeology of pornographic imagery in Europe (1500-1840): as part of my post-doctoral project on the origins of pornography, I am looking for European visual representations made between 1500 and 1840 with the aim of provoking sexual excitement. Thank you for your help. Discretion guaranteed.


Les représentations visuelles destinées à susciter une excitation sexuelle se sont répandues depuis deux siècles avec le développement de la société de consommation et des nouvelles technologies (photographie, cinéma, internet, réseaux sociaux…). En raison des enjeux socio-culturels et économiques attachés à ce phénomène de masse, la pornographie mobilise désormais l’attention des différents observateurs de la vie publique. Néanmoins, les origines de ce phénomène dans l’Europe des Temps modernes (1500-1840) méritent d’être étudiées attentivement.

Mon projet de recherche post-doctoral a pour but de questionner le statut, la fonction et la valeur des représentations visuelles émoustillantes. L’obscénité d’hier n’est pas exactement la pornographie d’aujourd’hui, mais la permanence de certains motifs et modes de consommation invite à analyser ce phénomène culturel dans un temps long.

La caractérisation de l’image obscène est complexe car elle pouvait varier en fonction des lieux, des époques et de la sensibilité de chaque regardeur. Afin de constituer un corpus iconographique représentatif, je suis à la recherche de tout type de représentations visuelles (peinture, dessin, estampe, sculpture, objet…) ayant un caractère sexuel explicite. Les figures dévêtues et en action sont privilégiées, mais il peut aussi s’agir de figures voilées répondant à la même intention ou d’images médicales ayant pu être détournées.

Il y a 240 ans, le baron d’Hancarville voulut publier les erotica découverts lors des récentes fouilles archéologiques en Italie pour préserver une partie du savoir gréco-romain dans ce domaine, mais la pudeur des collectionneurs limita d’abord son projet. Cependant, « […] la promesse solennelle que je leur fis de cacher à jamais la source d’où je les avois tiré, me procura enfin la permission d’en faire l’usage » (Monument de la vie privée des douze Césars d’après une suite de pierres gravées sous leur règne, 1780, p. IV). À l’instar de cet initiateur, j’assure de mon entière discrétion les personnes qui voudront bien me communiquer des reproductions de leurs erotica.

Merci par avance de votre aide.

Maël TAUZIÈDE, docteur en histoire de l’art

Contact: tauziede.erotica@gmail.com

Programme du séminaire: « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) » (INHA, 2021-2022)

Graveur anonyme, Commerce de la rue Vivienne, gravure à l’eau-forte, 19,8 x 11,8 cm, vers 1789/1795, Musée Carnavalet, G.30122

Type : Programme des interventions + première séance.
Date et horaire : vendredi 26 novembre, 10h30-12h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Walter Benjamin.
Pour tout renseignement : charlotte.duvette@inha.fr

Les membres du projet Richelieu. Histoire du quartier sont heureux de vous annoncer la reprise du cycle de séminaires associé au projet :

« Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) »

La première séance, qui permettra d’introduire ce cycle, aura lieu le vendredi 26 novembre et portera sur le thème suivant : Le quartier Richelieu : restituer la matérialité bâtie des rues à travers le croisement des sources (1780-1850)  Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Histoire de l’art et chasse au trésor”, par Christine Martin – Pinakotag (2 décembre, Paris)

Portrait de la marquise de Montesson (©Art In Lab)

 

Type : Conférence.
Date et horaire : 2 décembre 2021 à 18h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les travaux de restauration sont toujours un moment privilégié pour se pencher sur l’histoire d’une œuvre et tenter de retracer au moins une partie de son parcours. C’est aussi parfois — souvent —  l’occasion de jolies découvertes et, si retrouver la main d’un auteur reste le graal, identifier un modèle, un sujet, ou encore des circonstances de création constitue autant d’éléments qui nous entrainent bien souvent dans une chasse au trésor dont il ressort toujours quelque chose de passionnant.

Au-delà de la matière, objet principal de ses soins, le conservateur-restaurateur est en charge de la mémoire de l’œuvre qui lui est confiée. Elle constitue un élément majeur de la conservation préventive pourtant trop souvent laissé de côté, une fois les précieux éléments glanés au fil des recherches transcrits dans un simple rapport d’intervention. Nous pensons que le conservateur-restaurateur a ce rôle de conseil auprès de sa clientèle (à fortiori lorsqu’il s’agit du marché privé) et c’est à lui qu’incombe le devoir de faire parler les œuvres qui lui sont confiées, voire de faire appel aux sachants/historiens de l’art lorsque ses capacités sont dépassées. Nous nous appuierons sur deux cas pour illustrer cela : d’une part, la découverte et la reconnaissance du portrait de Madame de Montesson par Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, d’autre part, les recherches, toujours en cours, menées sur une belle odalisque dont la signature joue le rôle de carte au trésor…

Ce sont des découvertes comme celles-ci qui nous ont conduits à développer Pinakotag, une solution de marquage innovante et non invasive qui permet d’inscrire la mémoire des œuvres sur elles-mêmes, et le cas échéant, la sauvegarder, l’enrichir et la partager. Véritable outil de conservation préventive autant que plateforme de gestion de collection, Pinakotag a remporté l’édition 2020 du Start-up Contest du salon SITEM dans la catégorie Innovation Technologique.

 

Biographie : Christine Martin a mené une reconversion professionnelle entre 2013 et 2016 pour réaliser un rêve d’enfant et devenir conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Elle a fondé l’Atelier du Pigeonnier (Paris VIIe) et travaille auprès d’une clientèle privée. Sa carrière initiale en contrôle financier dans la construction industrielle l’a amenée à travailler sur le développement et le déploiement d’ERP (Enterprise Ressource Planning – Logiciel qui permet de suivre et gérer l’ensemble des données opérationnelles d’une entreprise). C’est cette double compétence qui lui a permis de développer Pinakotag.

Publication : “La Chapelle Royale de Versailles”.

MARAL Alexandre, La Chapelle Royale de Versailles, Paris, Arthena, 2021, 424 p.

présentation de l’éditeur :

La magistrale restauration de la chapelle royale de Versailles a été achevée au printemps 2021 après plus de trois ans de travaux. Elle est l’occasion d’une nouvelle édition de l’ouvrage d’Alexandre Maral paru en 2011. Bénéficiant d’une campagne photographique de grande ampleur réalisée par les photographes du Château, le texte, mis à jour, est enrichi d’une présentation de ce chantier exceptionnel par les architectes qui l’ont conduit. Des dorures de la toiture retrouvées à la remise en état de la charpente, des vitraux et des sculptures, c’est l’édifice tout entier qui apparaît aujourd’hui dans sa splendeur initiale. Continuer la lecture

Journée d’études : “Hommage au travail de Geneviève Bresc-Bautier”.

© 2020 Musée du Louvre / Hervé Lewandowski

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 08 novembre 2021.
Lieu : Auditorium du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.

Fine Arts Paris organise en collaboration avec le département des Sculptures du musée du Louvre un colloque et une publication en hommage au travail de Mme Geneviève Bresc-Bautier.

Table ronde

Du palais au jardin, de l’atelier au cabinet de l’amateur :
Sculpteurs et sculptures du XVIe au XIXe siècle

Lundi 8 novembre 2021

Continuer la lecture

Colloque : “L’univers de Watteau : Réseau(x) et influence(s) autour d’Antoine Watteau (1684-1721)”.

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg.

Type : colloque.
Date de l’événement : 06 et 07 novembre 2021.
Lieu : Auditorium du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.

Rsvp : rsvp@finearts-paris.com

 

Programme

Jour 1
Samedi 6 novembre 2021

10h00-10h15
Introduction
Louis de Bayser, Président de Fine ArtsParis et Pierre Rosenberg, de l’Académie française

10h15-10h45
Conférence inaugurale
Watteau and His Circle
Martin Eidelberg – Pr. Emeritus, Rutgers University, New Jersey Continuer la lecture

Colloque : « La célébration des Illustres en Europe (1580-1750) : vers un nouveau paradigme ? ».

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm, marché de l’art.

Type : colloque.
Date de l’événement : 25 et 26 novembre 2021.
Lieu : En ligne.

Dans l’avertissement du second volume de ses Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel (1696-1700), Charles Perrault se trouva contraint de justifier l’un des choix que lui et son protecteur, Michel Bégon, avaient défendus. On lui reprochait en effet « d’avoir meslé des artisans avec des princes et des cardinaux », c’est-à-dire d’avoir accordé la même gloire à des hommes de conditions très diverses. Cette critique – et la réponse de l’auteur, qui convoque les exemples canoniques d’Apelle et de Phidias, dont les noms « mis après celuy d’Alexandre mesme, ne font point de honte ny à Alexandre ny à son siècle » – permet de situer l’ouvrage de Perrault à contrepied de la tradition encomiastique qui se développa au XVIe siècle, dans le sillage des Vies parallèles de Plutarque. Selon cette tradition, seule la célébration des princes et des grands serviteurs de l’État était justifiée, dans une perspective politique, laquelle conduisait à écarter les lettrés, les savants et les artistes. Les entreprises picturales – telles que la galerie des Illustres du château de Beauregard, décorée de 327 portraits à partir de 1620, ou celle du palais Cardinal à Paris commandée en 1632 par Richelieu – s’inscrivent ainsi encore dans cette tradition. Il en est de même des recueils gravés, tels la série des portraits de Thomas de Leu, ou encore des biographies de femmes illustres, comme Les Harangues héroïques de Madeleine de Scudéry (1642-1644) ou la Gallerie des femmes fortes du jésuite Pierre Le Moyne (1647), toutes deux exclusivement consacrées aux dirigeantes et aux grandes héroïnes de l’histoire ancienne. Continuer la lecture

Colloque : “L’expérience sensorielle dans les expositions d’art au XVIIIe siècle. Session 2 : L’expérience de la visite : du spectateur au critique”.

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Type : colloque.
Date de l’événement : 18 et 19 novembre 2021.
Lieu : En ligne et musée du Louvre, Centre Vivant Denon, Paris.

Colloque sur réservation dans la limite des places disponibles (pass sanitaire obligatoire) et également en ligne, uniquement sur inscription à l’adresse suivante avant le 12 novembre : inscriptions.corps.sensoriel@gmail.com

Programme téléchargeable sur https://irhis.univ-lille.fr/agenda/

Le colloque L’expérience sensorielle dans les expositions d’art au XVIIIe siècle s’inscrit en finalité d’un projet de recherches financé par le Conseil de recherche en Sciences humaines du Canada (2018-2020) et mené sur la question du corps sensoriel par Isabelle Pichet (UQTR, Canada), Gaëtane Maës (Université de Lille, France) et Dorit Kluge (VICTORIA International University, Allemagne). Il vise ainsi à définir la manière dont l’expérience du corps sensoriel des visiteurs se modèle lors de la visite des expositions d’art temporaires au moment où celles-ci émergent et s’établissent en Europe comme une pratique sociale nouvelle. Cette connaissance devrait permettre de mieux saisir le cheminement et la sensorialité inhérente des visiteurs de musées et de galeries à travers les siècles, et ce, jusqu’à aujourd’hui. Continuer la lecture

Appel à communication : « La chute des idoles, construire et représenter l’infamie politique en France, de la Renaissance à nos jours ».

Alexis Peyrotte, Le Conseil des singes ou les Politiques au jardin des Tuileries, XVIIIe siècle, huile sur toile, 31 x 41 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 janvier 2022.
Date de l’événement : 26-27 octobre 2022.
Lieu : Lille, IRHIS (université de Lille) et Sciences Po Lille.

Comme le disait Oscar Wilde, « entre la célébrité et l’infamie il n’y a qu’un pas, et peut-être moins » (De Profundis, 1905) : qu’elle renvoie à la théâtrale colère d’un ancien président de la République française, Nicolas Sarkozy, appelé pour la première fois à la barre pour s’expliquer sur les actes de corruption qui lui sont reprochés, ou encore, outre-Atlantique, au Dixie Flag, emblème de l’extrême droite américaine, fièrement arboré dans la Rotonde du Capitole, « l’infamie », terme couramment employé par les médias, nous rappelle, ô combien, elle transcende nos sociétés contemporaines, et plus encore la sphère politique. Recouvrant diverses significations et réalités, cette notion a pour étymologie l’ambivalente fama latine, qui est tout à la fois le bruit colporté, l’opinion publique et la renommée. Figure allégorique monstrueuse, la Fama de Virgile et d’Ovide aurait été enfantée par Gaia, dans le seul but de nuire aux dieux et aux hommes. La “déesse funeste” voit tout, sa demeure, aux confins de l’univers, bruisse de toutes les voix et répand toutes les rumeurs : auteurs et lecteurs antiques seraient, dès lors, pris dans son piège[1]. À ces premières considérations poétiques, s’en greffent bien vite d’autres, législatives et morales. Continuer la lecture

Colloque : “Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la Foi aux Wendats de la Nouvelle-France”.

Anonyme (France), La France apportant la foi aux Wendats de la Nouvelle-France, vers 1666, huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec, NAC 1997.1017.

Type : colloque.
Date de l’événement : 28 et 29 octobre 2021.
Lieu : En ligne et à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Salle des Boiseries (Pavillon Judith-Jasmin, J-2810), 1564 Saint-Denis, Montréal, Québec, H2X 1K1.

Organisé par Pierre-Olivier Ouellet (UQAM), Marianne Longtin (UQAM) et Dominic Hardy (CRILCQ, UQAM).

28 octobre 2021

13 h : Accueil

13 h 30 : Mot de bienvenue et présentation du colloque

14 h : Séance 1 : L’œuvre mise au foyer : regards rapprochés sur l’objet et sa médiation
Président de séance : Laurier Lacroix (CRILCQ, UQAM, Montréal)

Élisabeth Forest (Centre de conservation du Québec, Québec), La restauration de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle- France

Daniel Drouin (Musée national des beaux-arts du Québec, Québec), « Croire » au Musée national des beaux-arts du Québec : la présentation de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France

Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver), Painted Visions, Visualized Paintings: Revisiting La France apportant la foi aux Wendat de Nouvelle-France

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Prendre vision : Samuel Beckett et l’image” par Xavier Vert (4 novembre, Paris).

Rembrandt van Rijn, Le repos pendant la fuite en Égypte, 1647, huile sur panneau de bois, 34 x 48 cm, Galerie nationale d’Irlande, NGI.215.

Type : Conférence.
Date et horaire : 4 novembre 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Si les études récentes et moins récentes ont taillé une grande part à l’esthétique de Beckett comme à son attachement aux arts visuels, il reste encore à s’interroger depuis le texte beckettien sur la nature de ce faire, sur le procès de faire, quand il y va d’image, ou encore d’images d’images, trouveraient-elles naissance dans la mémoire et vie dans le cours d’une prose si souverainement visuelle, si passionnément vouée à prendre vision et à faire de l’œil – « rouge comme des charbons ardents » à force d’essayer voir dira l’innommable  –, le lieu d’une intensité sans corps, sa fixité. C’est ce que l’on se propose ici d’observer, l’image dans la conception et l’usage qui furent ceux de Samuel Beckett, formés au rythme d’une œuvre qui n’est pas moins œuvre du voir qu’œuvre du dire, pour ne parler que de prose. L’image, et d’abord l’imagination, faculté sensible suspecte à la pensée conceptuelle, cette folle du logis, y est partout au travail « dans le même noir chimérique que ses autres chimères », fût-elle compagnie fantomatique de l’être, cet imaginant, fût-elle morte et encore suscitée – Imagination morte imaginez (1967) –, cependant que même immatérielle, même réminiscence, l’image se fait – « à présent c’est fait j’ai fait l’image » sont les mots sur lesquels s’achève l’unique phrase du texte éponyme, L’image (1988). Continuer la lecture

Rencontre/Publication : “Autour de Belanger : Rencontre avec Pierre-Antoine Gatier”.

LEBEURRE Alexia (dirs.) et OLLAGNIER Claire (dirs.), François-Joseph Bellanger, artiste architecte (1744-1818), Paris, Picard, 2021, 256 p.

Type : rencontre/publication.
Date de l’événement : 21 octobre 2021 à partir de 18h.
Lieu :  INHA, Galerie Colbert, Salle Walter Benjamin, 2 rue Vivienne 75002 Paris .

À l’occasion de la parution de la monographie François-Joseph Bélanger, artiste architecte (1744-1818), les directrices de l’ouvrage, Alexia Lebeurre et Claire Ollagnier, vous convient à une rencontre autour de son œuvre.

La présentation aura lieu le jeudi 21 octobre à l’INHA (salle Walter Benjamin) à partir de 18h.

Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef et inspecteur général des monuments historiques, viendra présenter les défis posés par la restauration de deux œuvres emblématiques de Bélanger : le grand rocher de la folie Sainte-James et la coupole en fonte de fer de la Bourse de commerce. Continuer la lecture