Publication : « The Place of Many Moods: Udaipur’s Painted Lands and India’s Eighteenth Century ».

KHERA Dipti, The Place of Many Moods : Udaipur’s Painted Lands and India’s Eighteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2020, 232 p.

Présentation de l’éditeur :

In the long eighteenth century, artists from Udaipur, a city of lakes in northwestern India, specialized in depicting the vivid sensory ambience of its historic palaces, reservoirs, temples, bazaars, and durbars. As Mughal imperial authority weakened by the late 1600s and the British colonial economy became paramount by the 1830s, new patrons and mobile professionals reshaped urban cultures and artistic genres across early modern India. The Place of Many Moods explores how Udaipur’s artworks—monumental court paintings, royal portraits, Jain letter scrolls, devotional manuscripts, cartographic artifacts, and architectural drawings—represent the period’s major aesthetic, intellectual, and political shifts. Dipti Khera shows that these immersive objects powerfully convey the bhava—the feel, emotion, and mood—of specific places, revealing visions of pleasure, plenitude, and praise. These memorialized moods confront the ways colonial histories have recounted Oriental decadence, shaping how a culture and time are perceived. Continuer la lecture

Soutenance HDR : « Culture matérielle/ Material Culture Studies. Circulations et hybridations des disciplines ».

Type : soutenance HDR.
Date de la manifestation : 11 décembre 2020 à partir de 14h.
Lieu : Online (Zoom) .

Ariane Fennetaux, Maître de Conférences à l’Université de Paris, soutiendra son Habilitation à Diriger les Recherches sur le sujet suivant: « Culture matérielle/ Material Culture Studies. Circulations et hybridations des disciplines » le vendredi 11 décembre 2020 à 14h.

Continuer la lecture

Publication : Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France

 

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020

Qu’est-ce qu’ « interpréter » un tableau ? Faut-­il privilégier le s intentions déclarées ou implicites de l’artiste et des commandi­taires ? En rester aux interprétations historiques, contempo­raines de l’œuvre ? Ou accueillir les réceptions postérieures ? Que faut-­il interpréter ? La composition, ses figures, l’histoire et la narration déployée, les motifs et les thèmes ? Et comment prendre en compte les œuvres «sans histoire »? Les matériaux, pigments, grains, touches et l’ensemble des formes plastiques des œuvres doivent-­ils être étudiés ? L’unité désormais muséale du tableau peut-­elle être dissociée de l’environnement spatial, des objets, des corps, des savoirs et des usages dans lesquels il s’inscrivait et auxquels il répondait auparavant? Mais faut-­il toujours interpréter ? L’œuvre requiert-­elle vrai­ ment et seulement ce mode de relation ? Ce volume s’efforce de répondre à ces questions sans cesse posées, reposées par l’historien de l’art et tout amateur de peinture, à propos d’œuvres peintes au sein du XVIIe siècle, qui invente le terme d’herméneutique, art de l’interprétation. 

Table des matières

Avant-Propos : La conversion du regard. La peinture du XVIIe siècle d’après et après Marc Fumaroli (F. Cousinié)

Introduction : Le sens du passé (F. Cousinié)

I. Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation

Tatiana Senkevitch (The Sarah Campbell Blaffer Foundation, Houston) – « Exercising l’esprit de finesse: Pascalian Aesthetics and French painting in the 1650s » ;
Colette Nativel (Université de Paris I) – « Lire un tableau selon Rubens : le cas de la Galerie Médicis » ;
Olivier Bonfait (Université de Bourgogne) – « Lire ou interpréter ? L’allégorie dans la peinture en France au xviie siècle de Poussin à Lebrun » ;
Anne le Pas de Sécheval (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) – « Guillet de Saint-Georges interprète de Charles Le Brun ? Réflexions sur les descriptions de L’Élévation de la Croix (1685) et de La Montée au Calvaire (1688) » ;
Alexandra Woolley (Université Toulouse Le Mirail) – « « Interpréter la volonté de Dieu » : Vincent de Paul et la sculpture des âmes » ;
Marie Chaufour (Université de Bourgogne Franche-Comté) – « De l’interprétation d’un tableau énigmatique dans la Satyre d’Euphormion de Jean Barclay » ;
Emmanuelle Hénin (Université de Paris IV Sorbonne) – « Le mot ingénieux : théorie emblématique et pratique picturale ».

II. Trajets de l’interprétation

Véronique Meyer (Université de Poitiers) – « Jean Pesne, graveur de Poussin » ;
Cécile Vincent-Cassy (Université est Paris 13-Sorbonne Paris Cité) – « Cultes et diplomatie de l’art au temps de Philippe IV d’Espagne. À propos d’une petite Assomption de Jacques Stella placée en bas d’un retable » ;
Johannes Schwabe (Université Humboldt à Berlin / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – « Aux pieds du roi. Une série de copies d’après un tableau d’Henri Testelin sous l’angle de la théorie de la réception » ;
Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) – « Reconstituer les débats autour du portrait dans la France du xviie siècle » ;
Emmanuel Faure-Carricaburu (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) – « Application du concept de transgénéricité à l’analyse de la peinture française du xviie siècle ».

III. Les fins de l’interprétation

Matthieu Somon (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « Autour des trois Moïse de Philippe de Champaigne » ;
Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain-la-Neuve) – « Penser et peindre par figures. Mystère et figurabilité dans la Fuite en Égypte de Poussin » ;
Étienne Jollet (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « L’interprétation à l’épreuve de l’œuvre. À partir du Pèlerinage à l’île de Cythère d’Antoine Watteau » ;
Christian Belin (Université Paul Valery – Montpellier 3) – « L’irréel du tableau chez La Fontaine » ;
Clélia Nau (Université Paris Diderot), « Matérialités des feuillages. Réintégrer ce qui échappe au sens : l’ambiance, le bruit » ;
Bruno Nassim Aboudrar (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) – « En deçà du motif : interpréter l’insignifiant » ;
François Trémolieres (Université de Rennes 2) – « Yves Bonnefoy interprète de Poussin ».

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020(400 p., ill. coul., 39 euros, isbn : 9791024013145)

L’ouvrage est notamment disponible auprès du comptoir des presses d’universités  : https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100588310

Publications de la collection Ars

Trois nouveaux ouvrages sont édités dans la collection « ars » co-dirigée aux éditions 1  : 1 par Giovanni Careri (EHESS) et Frédéric Cousinié (Université de Rouen-Normandie) :

  • Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècle), dir. : F. Cousinié, J. Blanc, D. Solfaroli Camillocci, Paris, éd. 1 : 1., coll. ars, 2020, 304 pages (isbn : 979-10-97193-02-7) 35 euros

TABLE DES MATIÈRES : Introduction (F. Cousinié) / Porter l’Agnus Dei. Usages et images des bijoux sacrés entre Renaissance et Contre-Réforme (Anne Lepoittevin, Sorbonne Université) / Le chapelet entre dénonciations et défenses. La critique du rosaire dans la littérature religieuse et la culture visuelle réformées du xvie siècle (Daniela Solfaroli Camillocci, Université de Genève) / Légitimation et inscription fictionnelle – Ceinture, Cordon, Scapulaire dans la France du xviie siècle (Frédéric Cousinié, Université de Rouen-Normandie) / Spiritualité et effets d’incorporation – Ceinture, Cordon, Scapulaire dans la France du xviie siècle (Frédéric Cousinié, Université de Rouen-Normandie) / Croix de cou, croix de cour (Nancy Oddo, Université de Paris Sorbonne III) / Connexion, déconnexion, reconnexion : images du crucifix dans la peinture néerlandaise du xviie siècle (Jan Blanc, Université de Genève) / Johannes van Neercassel et les « marques extérieures de dévotion à la sainte Vierge » dans les Provinces-Unies au xviie siècle (Léonie Marquaille, Université de Lausanne) / Conversion d’objets, conversion d’espaces : La Madeleine avec deux anges du Guerchin (vers 1622) à l’église Santa Maria Maddalena delle convertite (Célia Zuber, Paris-Ehess, Université de Genève).

  • Cécile Vincent-Cassy, Velázquez. Voir les anges, Paris, éd. 1 : 1, coll. ars, 2020, 76 p. (Isbn : 979-10-97193-04-1) 17 euros

L’auteure est maîtresse de conférences HDR à l’Université de Paris 13. Hispaniste, historienne de l’art, ses travaux portent sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles. Elle a publié : Les saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image, Madrid, Casa de Velázquez, 2011.

  • Jan Blanc, Stilleven : Peindre les choses au XVIIe siècle, Paris, éd. 1 : 1, coll. ars, 2020, 264 p. (Isbn : 979-10-97193-03-4) 27 euros

L’auteur est professeur d’histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève. Spécialiste de l’art des Pays-Bas, il a notamment écrit Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle : la théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten (2008) ; Vermeer : la fabrique de la gloire (2014) et Le Siècle d’or hollandais : une révolte culturelle au XVIIe siècle (2019).

Ces trois livres s’inscrivent dans la collection « ars », collection d’histoire et théorie de l’art, où ont été précédemment édités des textes de : Michel Weemans, Clélia Nau, Frédéric Cousinié, Bertrand Prévost, Xavier Vert, Ralph Dekoninck, Giovanni Careri et Pierre Antoine Fabre, Cécile Vincent-Cassy, Jan Blanc (catalogue sur le Site des éditions : http://editions1sur1.wordpress.com/). Les ouvrages sont disponibles sur commande en librairie ou auprès de l’éditeur.

 

Colloque : [IM]POSTURES. LANGAGES DU CORPS A L’EPOQUE MODERNE

Type : Colloque.
Date et horaire : 5 décembre 2020.
Lieu : Rouen, Musée des beaux-arts, auditorium
Pour tout renseignement : colloquecontact@gmail.com

Le colloque se déroulera en visio-conférence sur inscription préalable

ARGUMENT :  

            Quand les images sont muettes il est tentant de leur extorquer la parole. Telle est la fonction de l’expression des passions qu’exposeraient les visages et les corps dans la peinture des XVIe et XVIIe siècles.

            Mais pensées, sens, sensations et sentiments sont-ils véritablement lisibles dans le visibles ? Sous quelles conditions le sont-ils ? Pourrions-nous non pas réduire les corps à des mots, mais seulement  les faire agir sur d’autres corps, corps à corps ?

            En proposant à l’analyse un certain nombre de postures exemplaires – se tenir, se dresser, surgir, faire face, se retourner, porter, tendre, prendre, indiquer, etc. – ce colloque interdisciplinaire se propose d’étudier la généalogie, le sens, les enjeux et les effets produits que peut induire la représentation corporelle. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art? » Catherine Lavier

© Catherine Lavier

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 19 novembre 2020 à 18h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

 

Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art ? 

Conférence donnée par Catherine Lavier (en ligne), jeudi 19 novembre, 18h.

L’étude matérielle des objets mobiliers et des œuvres d’art signale souvent la présence de bois comme élément constitutif ou comme support. Or, il est assez peu considéré et souvent réduit à la seule datation alors qu’il renferme quantité d’informations aussi bien d’ordre environnemental comme les aspects chronologique, géographique, morphologique qu’anthropique sur le travail, le commerce, les outils, les gestes ou les artisans du bois. Cette présentation exposera le principe de cette discipline, les méthodes et les techniques employées pour révéler la multitude de facettes que recèle la materia prima issue des arbres au travers d’exemples variés couvrant principalement les XVII-XIXe siècles. Continuer la lecture

Colloque online : « Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850) ».

Type : Colloque.
Date de l’événement : 3 et 4 décembre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom.

 
 
Lien pour l’inscription – jeudi 3 décembre : 
Lien pour l’inscription – vendredi 4 décembre :
 
Colloque organisé par l’Université de Genève (Unité d’histoire de l’art) et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Equipe de recherche HiCSA et Ecole doctorale d’histoire de l’art).
PROGRAMME
 
Jeudi 3 décembre, 14h

Introduction, Bérangère Poulain (Université de Genève) et Barbara Jouves-Hann (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Continuer la lecture

Publication : « Antoine Coysevox (1640-1720) : Le sculpteur du Grand Siècle ».

MARAL Alexandre et Carpentier-Vanhaverbeke Valérie,Antoine Coysevox (1640-1720) : Le sculpteur du Grand Siècle, Paris, Arthena, 2020, 580 p.

Présentation de l’éditeur :

D’origine lyonnaise, Antoine Coysevox (1640-1720) s’installe à Paris en 1657 et commence alors un brillant parcours académique : professeur-adjoint dès 1676, il sera le premier sculpteur à diriger l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1703.

De Versailles – avec la décoration du salon de la Guerre, le bosquet de la Colonnade ou le parterre d’Eau –, à Marly, avec les célèbres statues équestres de la Renommée du roi, Coysevox construit sa carrière officielle sur un solide réseau relationnel, avec le soutien de Le Brun, Colbert et Hardouin-Mansart. Sa sculpture se met au service du roi pour des effigies qui, à Paris (son émouvant Louis XIV agenouillé de Notre-Dame), Rennes ou Dijon, diffusent l’image d’un nouvel Alexandre. Continuer la lecture

Appel à contribution : « Reframing Eighteenth-Century European Ceramics ».

Etienne-Maurice Falconet d’après François Boucher, La Curiosité ou La lanterne magique, 1757 – 1766, biscuit de porcelaine tendre, 16 x 17 x 13,2 cm, Cité de la céramique, Musée national de céramique.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 1er février 2021.

The French Porcelain Society Journal is the leading academic, peer-reviewed English-language publication on European ceramics and their histories, illustrated in full colour. Over recent years we have broadened our mandate to encompass all European ceramics from 1450 to 1950. Our next issue, volume IX, to be published in 2022, will concentrate on the eighteenth-century, which saw the discovery of ‘white gold’ (porcelain manufactured in Europe), embraced a widespread interest in the Age of Enlightenment, coupled with rising political upheavals and a consumer revolution for the luxury goods market. Yet what role did ceramics play within this? Can we rethink the traditional roles of the patron, the consumer, and the collector? What impact did the social construction of gender, race, and class have on ceramic production, design, markets, and use? Continuer la lecture

Appel à communication : « On Portraiture: Theory, Practice, and Fiction — From Francisco de Holanda to Susan Sontag ».

Jean Ranc, Portrait de Jean (João) V, roi du Portugal, 1729, huile sur toile, 109 × 91 cm, Madrid, musée du Prado.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 30 novembre 2020.
Date de l’événement :  du 26 ay 28 avril 2021.
Lieu : Lisbonne, université de Lisbonne.

Centro de investigação e de estudos em belas-artes (CIEBA) – Artistic Studies Research Centre, Faculty of Fine Arts, University of Lisbon

This colloquium intends to discuss the theory and practice of artistic, historical, anthropological, social, and political experience on the topic of portraiture, as well as the fictional dimension contained within it. Located at the intersection of several disciplinary fields, the discussion(s) and papers will address the portrait as a concept, theme, process, object (monument and document), and device, in its multiple developments and in its successive conceptual, technological, and contextual updates. More than defining a temporal framework, the subtitle—From Francisco de Holanda to Susan Sontag —underscores the dynamic porosity on the researched topic in the fields of art and literature, as well as, in its mutual reversibility. Continuer la lecture

Appel à communication : « Le corps dans l’art politique des temps modernes ».

Jean Warin, Louis XIV, roi de France, XVIIe siècle, marbre, 208 x 104 x 62 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er décembre 2020.
Date de l’événement :  10-11 juin 2021.
Lieu :  Toulouse, Hôtel d’Assézat.

Durant la Renaissance, il est  courant de voir des corps, masculins et féminins, transformés et stratégiquement exploités par le biais d’œuvres d’art. Réels ou mythiques, âgés ou juvéniles, souvent porteurs d’un imaginaire complexe, ils étaient conçus et perçus comme des métaphores et régulièrement utilisés comme des outils de propagande. Au début des temps modernes, la représentation du corps a eu une place fondamentale dans le processus d’exaltation et de légitimation de l’élite. Dans le cadre de ce colloque, toute oeuvre de commande exposant un ou plusieurs corps, et destinée à célébrer une forme de pouvoir politique, peut être abordée. Continuer la lecture

Publication du GRHAM : « Interpréter l’histoire dans les arts décoratifs », actes de la journée d’études organisée le 15/06/2017 (Paris, INHA).

Ouvrage collectif sous la direction du GRHAM, « Interprétez l’histoire dans les arts décoratifs », actes de la journée d’études organisée le 15/06/2017 (Paris, INHA), Paris, éditions du GRHAM, 2020, 131 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage publie les actes du colloque organisé par le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne) qui s’est tenu à Paris le 15 juin 2017. À la fois synthétiques et problématiques, les six communications rendent compte de différents aspects de l’utilisation de l’histoire dans les arts décoratifs, qu’il s’agisse de trophées, de tapisseries tissées ou peintes, de tissus ou de mobilier. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection : « Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s)(1750 – 1815) », (Online, 26-27 octobre 2020).

 

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam.

 

Type : journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection.
Date de l’événement : 26 et 27 octobre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à l’adresse : collection.seminaire@gmail.com

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Programme :

26 octobre 2020

9h00 Accueil – Introduction

9h15 – 10h00 Ouverture

  • O. Bonfait, Université de Bourgogne, La culture de la collection au XVIIIe siècle. Etat de la question.

10h00 – 12h45 Session 1 : L’objet privé

Présidence : Patrick Michel

  • L. Jouvet, Université de Bourgogne, Les médailles de Jean Warin (1604-1672) : collectionner l’artiste ou les objets ?

Continuer la lecture

Publication : Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne

 

Nous vous signalons la sortie du 12e volume de la collection Histo.art.

Cet ouvrage, intitulé Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne est publié aux Éditions de la Sorbonne sous la Direction d’Émilie ChedevilleÉtienne Jollet et Claire Sourdin.

Présentation

Selon certaines habitudes visuelles occidentales fixes, le fond s’opposerait à la forme ou à la figure, l’avant au fond. Pour un tableau, une sculpture ou même pour une architecture, le rapport entre le fond et la forme qui s’y découpe révèle un certain ordre du monde symbolique, du moins signifiant. Or, cette hiérarchisation se voit précisément bouleversée aux XVIIe et XVIIIe siècles et l’inscription dans une compréhension du monde n’est plus si évidente. L’instabilité engendrée par ce renversements de valeurs met en lumière l’ébranlement des consciences de la seconde modernité, et cela sur plusieurs registres : spirituel, mais aussi politique ou encore sensible. Cette publication entend cerner la manière dont le questionnement sur la notion de fond dans les arts visuels s’articule à des enjeux plus généraux et propres à la période moderne, dont la sécularisation. Aborder une œuvre par le truchement du fond met donc en lumière grand nombre de ses spécificités.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Réflexion sur les méthodes, les doutes et les succès de l’expertise de tableaux » par Éric Turquin (8 octobre, Paris)

Jusepe de Ribera (1588 – 1656 ), Un philosophe : l’heureux géomètre,
n.d., Huile sur toile, 100 x 75,5 cm, Collection privée.

Nous vous informons que toutes les places pour cette conférence ont été réservées. Les inscriptions sont donc désormais closes.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 8 octobre 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Il s’agira, à partir de huit exemples de tableaux découverts en 2018 et 2019, de comprendre comment l’arrivée de l’intelligence artificielle et des nouveaux modes de communication a bousculé l’expertise traditionnelle et offert de nouveaux angles d’approche aux spécialistes. Continuer la lecture