Conférence du GRHAM : « Artists’ Things » : Objets et propriété dans le monde de l’art du XVIIIe siècle. Hannah Williams, 20 mai 2021 à 19h en visioconférence.

Jean-Siméon Chardin, Attributes of the Arts, 1766 (Minneapolis Institute of Art). Image dans le domaine public : Google Art Project

Type : Conférence.
Date et horaire : 20 mai 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Quelles sont les histoires que les « choses » peuvent nous raconter sur elles-mêmes et sur leurs propriétaires ? Cette conférence entre dans les ateliers et les domiciles des artistes du XVIIIe siècle afin de mettre au jour la culture matérielle de leurs vies, tant professionnelles que personnelles. En explorant ces « choses » en tant que sujets et objets d’histoire, Hannah Williams parlera du livre qu’elle écrit avec Katie Scott – Artists’ Things (à paraître en 2022) – qui porte sur les possessions qui ont appartenu aux artistes français, du fauteuil de Fragonard à la perruque de Vernet. Retraçant comment ces objets ont été acquis, comment ils ont circulé, et comment leurs propriétaires les ont traité, le livre est conçu comme une série d’ « object biographies » qui s’intéressent à l’agentivité des objets et à leur rôle dans la médiation des relations sociales et des activités quotidiennes. Ce projet expérimental cherche une histoire alternative du monde de l’art moderne – une histoire qui se trouve non pas dans les objets fabriqués par les artistes, mais dans ceux qu’ils possédaient. Continuer la lecture

Colloque : « Benché senza colori abbino tutta la forza dell’arte ». Monocromia nella teoria e pratica pittorica dal Trecento al Seicento ».

Ambrosius Francken, Le Portement de croix, ca. 1600, huile sur panneau, 43 x 86, marché de l’art.

Type : colloque.
Date de l’événement : 18-19 mai 2021.
Lieu : Online, Zoom.

Atelier organisé par  Monica Latella, Stefano Pierguidi e Katharine Stahlbuhk, Biblioteca Hertziana,  Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte & Sapienza, Università di Roma, Rome.

Les rencontres en italien peuvent être suivies en visioconférence, via Zoom. Le lien sera publié sur le site suivant  : Continuer la lecture

Soutenance de thèse : « Sébastien Le Clerc (1637-1714). Entre arts et sciences : les ambitions d’un graveur au siècle de Louis XIV. »

Sébastien Leclerc, L’Académie des Sciences et des Beaux Arts, 1698, eau-forte, Paris, école nationale supérieure des Beaux-Arts (ENSBA).

Type : Soutenance de thèse.
Date :  08 mai 2021.
Lieu : Online, Zoom.
Antoine Gallay soutiendra sa thèse en Histoire de l’art et en Épistémologie, histoire des sciences et des techniques, intitulée

 

Sébastien Le Clerc (1637-1714). Entre arts et sciences : les ambitions d’un graveur au siècle de Louis XIV.

devant un jury composé de

Continuer la lecture

Appel à communication : « La célébration des Illustres en Europe (1580-1750) : vers un nouveau paradigme ? ».

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm, marché de l’art.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 mai 2021.
Date de l’événement : 25-26 novembre  2021.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne.

Dans l’avertissement du second volume de ses Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel (1696-1700), Charles Perrault se trouva contraint de justifier l’un des choix que lui et son protecteur, Michel Bégon, avaient défendus. On lui reprochait en effet « d’avoir meslé des artisans avec des princes et des cardinaux », c’est-à-dire d’avoir accordé la même gloire à des hommes de conditions très diverses. Cette critique – et la réponse de l’auteur, qui convoque les exemples canoniques d’Apelle et de Phidias, dont les noms « mis après celuy d’Alexandre mesme, ne font point de honte ny à Alexandre ny à son siècle » – permet de situer l’ouvrage de Perrault à contrepied de la tradition encomiastique qui se développa au XVIe siècle, dans le sillage des Vies parallèles de Plutarque. Selon cette tradition, seule la célébration des princes et des grands serviteurs de l’État était justifiée, dans une perspective politique, laquelle conduisait à écarter les lettrés, les savants et les artistes. Les entreprises picturales – telles que la galerie des Illustres du château de Beauregard, décorée de 327 portraits à partir de 1620, ou celle du palais Cardinal à Paris commandée en 1632 par Richelieu – s’inscrivent ainsi encore dans cette tradition. Il en est de même des recueils gravés, tels la série des portraits de Thomas de Leu, ou encore des biographies de femmes illustres, comme Les Harangues héroïques de Madeleine de Scudéry (1642-1644) ou la Gallerie des femmes fortes du jésuite Pierre Le Moyne (1647), toutes deux exclusivement consacrées aux dirigeantes et aux grandes héroïnes de l’histoire ancienne. Continuer la lecture

Appel à communication : « The Envy of some, the Fear of others, and the Wonder of all their Neighbours. Seventeenth-Century Foreign Insights on Dutch Art ».

Pieter van den Berge, Le prince Eugène de Savoie observant des peintures hollandaises chez le marchand Jan Pietersz Zomer à Amsterdam, ca. 1701, plume noire et lavis d’encre brune sur papier, 23 x 40 cm, Amsterdam, Rijkmuseum.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 septembre 2021.
Date de l’événement : 17-19 mars  2022.
Lieu : Genève, université de Genève.

In his Observations upon the United Provinces of the Netherlands (1668), William Temple was commenting on the inhabitants that he met in the Dutch Republic during his diplomatic journey of 1668, but might it also reflect foreigners’ views on Dutch art ? Continuer la lecture

Appel à contribution : « Capturing Contagion : Visual Culture and Epidemic Disease since 1750 ».

Jacques-Louis David, Saint Roch intercédant auprès de la Vierge pour la guérison des pestiférés, 1780, huile sur toile, 260 x 195 cm, Marseille, musée des Beaux-Arts.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 1er juin 2021.

In light of the current global pandemic, we are assembling essays for a book that considers contagion and epidemics from the perspective of visual culture. Our publication aims to explore visualizations of epidemic diseases, such as sick bodies and invisible pathogens, in the modern era (from the 18th century through today) within the cultural, political, and economic fabric of society. We are interested in determining the extent to which artists employed traditional vocabularies of pain and death or engaged with the imagery of germs and microbes. We are especially concerned with examining issues of gender, race, and social class in eras of colonialism, international trade, industrialism, and global networks. One of the central thematic focuses of the book is to examine attitudes towards scientific medical knowledge within the context of traditional beliefs (whether folkloric or religious) and of government intervention and censorship.

Continuer la lecture

Colloque : « Himmlische Botschaften in bürgerlichen Welten – Barocke Deckenmalerei in Bürgerhäusern ».

Gérard de Lairesse, Allégorie du libre commerce, 1672, fresque, La Haye, Vredespaleis.

Type : Colloque.
Date de l’événement : 6 et 7 mai 2021.
Lieu : Online (Zoom).

Frieden und Wohlstand – die untrennbare gegenseitige Bedingtheit von politischer Stabilität und wirtschaftlicher Prosperität bestimmten seit jeher die bürgerliche Lebenswelt in den Städten nach dem Dreißigjährigen Krieg. Ihre vielschichtige Visualisierung erfuhren sie in den Deckenmalereien des 18. Jahrhunderts. Als relativ schnell herstellbares und damit kostengünstiges Bildmedium eignete sich die Deckenmalerei nicht zuletzt aufgrund der großen Bildfläche ausgezeichnet zur Darstellung komplexer Inhalte. Continuer la lecture

Colloque : « Rituel et image. Textile et révélation du sacré ».

Francisco de Goya, La Piedad, vers 1772-1773, peinture à l’huile sur toile, 83,5 x 58 cm, Barcelone, Galeria Bernat.

Type : Colloque.
Date de l’événement : 6 et 7 mai 2021.
Lieu : Online (Zoom) / Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Qu’ils participent des agencements plastiques de l’image ou qu’ils soient déployés autour de l’autel, les textiles, en alliant mobilité et fluidité, jouent un rôle de première importance dans la révélation du sacré. Depuis le milieu du XIIIe siècle, l’exaltation de la Présence Réelle et l’essor des images dévotionnelles alimentent un intense « désir de voir ». L’image elle-même, puissant instrument de médiation entre le visible et l’invisible, est souvent comparée à un voile, dans la mesure où elle est capable de suggérer la présence ou l’absence de ce qui est représenté. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « L’Amour peintre. La peinture française du XVIIIe siècle au prisme de son érotisme » par Guillaume Faroult (29 avril 2021), en visioconférence.


Laurent Cars (d’après François Boucher), Le Sicilien ou l’Amour peintre, burin et eau-forte, illustration des Œuvres de Molière, Paris, Pierre Prault, 1734, t. IV.

Type : Conférence.
Date et horaire : 29 avril 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom (lien ci-dessous)
https://zoom.univ-paris1.fr/j/97831404960?pwd=TDlobXdkcHVKVm81OGEvMkUxQVh3QT09
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dans la France du XVIIIe siècle, peinture et amour s’épousent. Les peintres les plus brillants : Watteau, Boucher, Lancret, de Troy, Greuze et Fragonard, consacrent leur talent à l’inspiration amoureuse. Les valeurs identitaires des élites françaises se renouvèlent et s’éloignent en partie de l’héroïsme guerrier du Grand Siècle pour embrasser les vertus pacificatrices de la galanterie. Cette période est traversée par une grande diversité de discours souvent antagonistes sur l’amour, entre sincérité sentimentale et cynisme libertin. Les écrivains et les philosophes (Fontenelle, Voltaire, Marivaux, Crébillon, Diderot et Rousseau) inspirent, commentent ou critiquent ce basculement des valeurs qui fait du comportement amoureux un enjeu voire un défi à l’aune des normes sociales, politiques ou religieuses de leur époque. Continuer la lecture

Appel à communication : « Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours ».

evert Collier, Trompe l’oeil , 1699, huile sur toile, Londres, Victoria and Albert Museum.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mai 2021.
Date de l’événement : 24-25 mars  2022.
Lieu : Strasbourg, Auditorium de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Appel à communications

La question du bagage culturel des artistes – par-delà leur formation et quelle que soit leur période d’activité – a déjà été abordée aussi bien par des publications que lors de colloques. Si les carnets de voyage des artistes témoignent d’une pratique essentielle à leur formation1, ils révèlent également la volonté de conserver le souvenir d’oeuvres découvertes au cours de leurs pérégrinations qui sont autant de références dans lesquelles l’artiste est susceptible de venir puiser son inspiration. L’utilité du voyage est parfois parfaitement assumée : c’est bien pour trouver une solution au couvrement de la croisée du transept de la cathédrale de Florence que Brunelleschi entreprend des voyages à Rome afin d’y étudier la construction du Panthéon. D’autres fois le modèle rencontré lors du voyage s’impose à l’artiste sans que celui-ci semble l’avoir recherché : c’est au hasard de ses pérégrinations italiennes que Le Corbusier a sans doute découvert la solution idéale pour la conception de la maison ouvrière2. Continuer la lecture

Colloque : « Images du monde, images du pouvoir : noter et dessiner le ballet équestre, du carrousel à la contredanse à cheval (XVIIe-XVIIIe siècles) ».

Johann Alexander Thiele, Carroussel Comique, palais Zwinger à Dresde en 1722, ca. 1725, huile sur toile, 106 x 168 cm, Dresde, Staatliche Kunstsammlungen, Gemäldegalerie Alte Meister.

Type : Colloque.
Date de l’événement : 8 et 9 avril 2021.
Lieu : Online (Zoom) / Paris, INHA.

Les journées se dérouleront en ligne (Webinaire Zoom). Inscription ici :
https://bit.ly/3vSSyuJ

À partir d’un corpus de livres de fête conservés à la bibliothèque de l’INHA, ces journées chercheront à saisir les enjeux de la notation du ballet équestre, dans une relation à l’histoire de la danse, mais aussi à l’histoire des sciences et l’histoire politique. Comment interpréter l’évolution de la représentation et de la notation des ballets équestres à l’aune d’une histoire intellectuelle valorisant une certaine « mathématisation de la nature » ? Ces formes notationnelles recourant au schéma et au diagramme convergent-elles avec l’évolution majeure de la notation de la danse au xviiie siècle ? Ces représentations qui oscillent entre image géométrique analytique et représentation topographique révèlent une tension entre l’image comme outil matériel de la pensée et l’image mimétique de l’événement, plaisir renouvelé de la fête sur la page qui donne à voir et à penser la fête. Continuer la lecture

Publication : « Bravura : Virtuosity and Ambition in Early Modern European Painting ».

SUTHOR Nicola, Bravura : Virtuosity and Ambition in Early Modern European Painting, Princeton, Princeton university press, 2021, 304 p.

Présentation de l’éditeur :

The painterly style known as bravura emerged in sixteenth-century Venice and spread throughout Europe during the seventeenth century. While earlier artistic movements presented a polished image of the artist by downplaying the creative process, bravura celebrated a painter’s distinct materials, virtuosic execution, and theatrical showmanship. This resulted in the further development of innovative techniques and a popular understanding of the artist as a weapon-wielding acrobat, impetuous wunderkind, and daring rebel. In Bravura, Nicola Suthor offers the first in-depth consideration of bravura as an artistic and cultural phenomenon. Through history, etymology, and in-depth analysis of works by such important painters as Franҫois Boucher, Caravaggio, Francisco Goya, Frans Hals, Peter Paul Rubens, Tintoretto, and Diego Velázquez, Suthor explores the key elements defining bravura’s richness and power. Continuer la lecture

Appel à communication : « Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France »

 

Ariste français inconnu, La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France, vers 1666; huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec (Québec, Canada), NAC 1997.1017.                        Mission du Pôle culturel du Monastère des Ursulines
Créé en octobre 2016 et situé à Québec au 12, rue Donnacona, le Pôle culturel du Monastère des Ursulines est un organisme à but non lucratif, qui a pour mission de témoigner de la présence et de l’œuvre des Ursulines de l’Union canadienne des Moniales de l’Ordre de Sainte-Ursule et de partager leur héritage en offrant des activités misant sur des échanges, des expériences et des rencontres en art et patrimoine. Il agit comme médiateur auprès des citoyens et des visiteurs intéressés par les domaines culturel et spirituel. En tant que dépositaire d’une part de l’important legs culturel, artistique, archivistique, religieux et éducatif des Ursulines, le Pôle culturel conserve et met en valeur le patrimoine exceptionnel constitué par la communauté depuis son arrivée en Nouvelle-France en 1639 et contribue à en assurer la pérennité.

 

Type : appel à communication

Date limite de l’appel : 31 mai 2021

Date de l’événement : 29 octobre 2021

Lieu : UQAM, Montréal

 

Colloque international bilingue (français et anglais), le 29 octobre, à l’UQÀM.

Les propositions de communication (400 mots), en français ou en anglais, devront être accompagnées d’une biographie succincte (150 mots) et envoyées avant le 31 mai 2021 à : ouellet.pierre-olivier@uqam.ca et longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

English version follows

Études et exercices polysémiques autour d’un tableau : La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France Continuer la lecture

Appel à communication : « Scandalous Feasts and Holy Meals : Food in Medieval and Early Modern Societies (12th-18th centuries) ».

Ottmar Elliger I, Nature morte, 1671, huile sur bois, 98.4 x 78.4 cm.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 avril 2021.
Date de l’événement : 25 mai  2021.
Lieu : European University Institute, Florence (via Zoom).

Organizing committee: Moïra Dato, Matthias Ebejer, Ana Struillou

2nd EUI Conference in Visual and Material Culture Studies

From medieval Western Europe to the early modern Spanish Americas and Asia, scholarship dealing with foodways and foodstuffs has considerably evolved in the last decades. From the questions of local consumption practices, global flows of commodities to evolving tastes, new studies shed light on the intricate significance of food to early modern societies across the globe. Going beyond the essential character of drinks and foodstuffs for the survival of the human body, food consumption is now also being considered as an economic, social, religious and cultural marker. While the enjoyment of a meal can bring communities together, foodways and foodstuffs are also inherent to (sometimes violent) strategies of exclusion, resistance and protest. If texts provide precious information, material and visual sources have been increasingly used by historians to inform the study of food-related practices in past societies. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », Temenuzhka Dimova.

Valentin de Boulogne, La Cène, 1625-1626, Huile sur toile, 139 x 230 cm, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome. ©Avec l’aimable autorisation de Gallerie Nazionali di Arte Antica – Bibliotheca Hertziana, Instituto Max Planck per la storia dell’arte/Enrico Fontolan.

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 25 mars 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Participer à la réunion Zoom :
https://zoom.univ-paris1.fr/j/92473230045?pwd=RnN1b085QzM2aHM3dlVvM3UySFZYZz09

ID de réunion : 924 7323 0045
Code secret : 473092

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En langue des signes picturale, serrer ses deux mains avec les doigts entremêlés exprime le chagrin ; croiser ses mains sur la poitrine désigne la ferveur dévotionnelle; plier l’auriculaire évoque le nombre « un » ; mettre la main sur la cuisse d’autrui exprime le serment d’allégeance ; joindre le pouce et l’index démontre la finesse de l’éloquence, alors que l’acte de se moucher permet de conjurer le diable. Le répertoire des gestes employés par les peintres à l’époque moderne contient à peu près une centaine de signes distinctifs. Continuer la lecture