Appel à communication : « Aux limites du paysage » / Call for Papers: “The landscape at its margins”

Robert Bénard, Histoire naturelle, Rocher de Pereneire, Proche St Sandoux en Auvergne,1768, Planche VIII séparée du Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques, avec leur explication (5ème livraison, ou 6ème volume) pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

English version bellow

Date limite de l’appel : 31 mars 2023

Date de l’événement : 16 juin 2023

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari

Classée hiérarchiquement après la peinture d’histoire, le portrait et la scène de genre par André Félibien dans la préface des Conférences de l’Académie, la peinture de paysage n’en demeure pas moins un art apprécié des collectionneurs et des amateurs. Discutée dans les traités, tels ceux de Roger de Piles, Jean-Baptiste Du Bos ou Charles Batteux, la peinture de paysage occupe une part croissante dans la critique d’art au XVIIIe siècle : dans son Salon de 1767, Diderot décrit longuement l’expérience totale qu’il vit en regardant les tableaux de paysage de Vernet.

Cette reconnaissance du paysage est préparée ou accompagnée par des initiatives artistiques et scientifiques qui contribuent à définir le paysage autrement que par la brève définition qu’en donne le Dictionnaire de l’Académie française en 1762. En effet, pour ce dernier, le paysage est une « Etendue de pays que l’on voit d’un seul aspect ». Toutefois le paysage ne saurait se résumer à sa seule étendue et cet appel à communication souhaite investiguer d’une manière différente la notion de paysage aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Au cours de cette période, l’appréhension du paysage se modifie significativement : le paysage idéalisé des années 1600-1650, devient plus naturaliste grâce à l’apport des peintres flamands. Le développement urbain et l’accroissement de la population au XVIIIe siècle viennent accroître l’intérêt porté au paysage. Philosophes et poètes chantent les bienfaits d’une nature accueillante qui permet de se reposer du tumulte et des miasmes de la ville, tandis que les physiocrates mettent l’agriculture au centre de l’économie. Les artistes s’emploient à illustrer les œuvres des poètes, tels que James Thomson, Jean-François de Saint Lambert ou encore François de Rosset, ainsi que les principes physiocratiques, à l’instar de Jean-Baptiste Oudry dans La Ferme (1751) qui décrit, à l’arrière-plan, un vaste paysage civilisé par la main de l’homme. Ces propositions artistiques accompagnent d’autres démarches que cette journée d’étude souhaite approfondir.

Il s’agira d’aborder le paysage au travers de la façon dont les artistes ont pu rendre compte de sa géographie, de sa topographie ou encore de sa géologie. Le XVIIIe siècle voit se développer de nombreuses publications accompagnées de gravures permettant de se familiariser avec des pays proches ou lointains : parmi ceux-ci, on peut évoquer Le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile de l’Abbé de Saint Non, les Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse de Jean-Benjamin de La Borde et de Béat Zurlauben ou encore le Voyage en Sibérie de Jean Chappe d’Auteroche. De même, les vues topographiques se démultiplient : tableaux de champs de bataille au XVIIe siècle, veduta au XVIIIe siècle s’attachant à décrire le Forum Magnum ou à sublimer d’étonnants phénomènes naturels, telle l’éruption du Vésuve peinte par Le chevalier Volaire. Les planches de géologie de l’Encyclopédique, de même que les gravures s’intéressant aux couches sédimentaires de différents massifs montagneux constituent une autre façon d’aborder le paysage. Scientifiques, peintres et graveurs collaborent à cet effort de compréhension du paysage qui les entoure dans ses aspects à la fois visibles et invisibles.

Parallèlement à cette approche à visée scientifique, se développe une approche artistique à visée décorative. On évoquera les décors de théâtre, les plus connus étant ceux que François Boucher réalise pour les pastorales et les opéras comiques de son ami Charles Favart. Les architectes répondent à l’appel rousseauiste de la nature en faisant entrer le paysage dans l’hôtel particulier, par le biais d’élément d’architecture (on pensera, par exemple, aux arbres de Charles-Nicolas Ledoux dans le salon de compagnie de l’hôtel d’Uzès), de grottes reconstituées, de peintures mais aussi de papier-peints qui prennent la forme de panoramiques à la fin du XVIIIe siècle avec les manufactures de Jacquemart et Bénard, de Zuber, ou encore de Dufour. Le paysage est aussi présent dans la décoration intérieure par le biais de marqueteries de pierres précieuses qui sont appréciées tout autant pour leur aspect décoratif que pour leur capacité à évoquer l’universalité de la nature en réduisant le monde minéral à un paysage en miniature. Les cabinets de curiosités, quant à eux, dissèquent le paysage en ses éléments les plus spécifiques. Roches, coquillages ou herbiers font partie des collections d’amateurs, au premier rang desquels se trouvent Joseph Bonnier de la Mosson, Quentin de Lorangère ou encore François Boucher qui consacrait une partie non négligeable de ses revenus à sa collection de coquilles, madrépores et minéraux, comme le montre son Catalogue après décès rédigé par Pierre Rémy en 1771.

En traitant du paysage à ses marges, la journée d’étude vise à rendre compte des différentes manières dont les hommes des XVIIe et XVIIIe siècles ont élargi leur vision du paysage. Elle pose ultimement la question de savoir si l’idée de nature, dont Jean Erhard a démontré l’importance, éclate sous le coup de la modernité scientifique, comme le pense Robert Lenoble, ou si elle perdure, sublime et sublimée ?

Bibliographie sélective

  • BECK-SAIELLO, Émilie, « La vue topographique en France au XVIIIe siècle : éclat et mésestime d’un genre », Itinéraires, 2015, (https://journals.openedition.org/itineraires/2819, consulté le 6 décembre 2022)
  • BINOIS, Grégoire, « La cartographie militaire au XVIIIe siècle, une cartographie historique ? », Hypothèses, 2016/1, n° 19, p. 41-51.
  • BROC, Numa, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, 1969, p. 137-154.
  • COUSINIE, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel, 2022.
  • EHRARD, Jean, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.
  • FOLLET, Jean-Philippe, La marqueterie de Pierres Dures, Paris, Eyrolles, 2012.
  • LENOBLE, Robert, Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969.
  • LOIRE, Stéphane (dir.), Nature et idéal: le paysage à Rome 1600-1650, cat. ex., Paris, Grand Palais (9 mars-6 juin 2001), Paris, RMN, 2011.
  • MAILLET, Arnaud, « L’arbre comme ornement, charpente et tuteur dans les théories artistiques ‘XVIIIe-XIXe siècles), Jackie PIGEAUD (dir.), L’Arbre ou la raison des arbres. XVIIes Entretiens de La Garenne Lemot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 45-83.
  • MÉROT, Alain, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, Gallimard, 2009.
  • MOUQUIN, Sophie, « Pour Dieu et pour le Roi : l’élaboration d’une symbolique du marbre sous l’Ancien Régime », Marbres jaspés de Saint-Rémy et de la région de Rochefort, Namur, Musée des Arts anciens du Namurois, 2012, p. 205-231.
  • NAU, Clélia, L’Art et les puissances du végétal, Paris, Hazan, 2022.
  • RANCIERE, Jacques, Le temps du paysage, Paris, La fabrique, 2020.
  • SCHNAPPER, Antoine, Le géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012.
  • VELUT, Christine, « L’industrie dans la ville : les fabriques de papiers peints du faubourg Saint-Antoine (1750-1820) », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, n° 49-1, 2002/1, p. 115-137.
  • VERDIER, Nicolas, « Quelques réflexions sur la matérialité des atlas (XVIIe-XVIIIe siècle) », Jean-Marc BESSE, Forme du savoir, forme du pouvoir. Les atlas géographiques à l’époque moderne et contemporaine, Rome, Ecole française de Rome, 2022, p. 301-320.

Propositions de communication : En français ou en anglais, les propositions de communication (500 mots) seront accompagnées d’un titre et d’une brève notice bio-bibliographique.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2023

Envoi des propositions : asso.grham@gmail.com

Cette journée d’étude est organisée par le GRHAM


The landscape at its margins

Deadline: 31st of March 2023

Event date: 16th of June 2023

Place: Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari

Ranked hierarchically after history painting, portraiture and genre scenes by André Félibien in the preface to the Conférences de l’Académie, landscape painting nevertheless remains an art form appreciated by collectors and amateurs. Discussed in treatises, such as those by Roger de Piles, Jean-Baptiste Du Bos or Charles Batteux, landscape painting played an increasing role in art criticism in the 18th century. In his Salon of 1767, Diderot describes at length the total experience he had, looking at Vernet’s landscape paintings.

This recognition of landscape is prepared or accompanied by artistic and scientific initiatives that define landscape differently from the brief definition given by the Dictionary of the French Academy in 1762. Indeed, for the latter, the landscape is an “Extent of country that one sees from a single aspect”. However, “extent” cannot sum up landscape painting and this call for papers wishes to investigate the notion of landscape in the 17th and 18th centuries in a different way.

During this period, the apprehension of the landscape changed significantly: the idealized landscape of the years 1600-1650, became more naturalistic thanks to Flemish painters’ contribution. The urban development and the increase of the population during the 18th century increased interest in the landscape. Philosophers and poets sang of the benefits of a welcoming nature that allowed rest from the tumult and miasma of the city, while physiocrats put agriculture at the center of the economy. Artists were busy illustrating the works of poets such as James Thomson, Jean-François de Saint Lambert and François de Rosset, as well as physiocratic principles, as in Jean-Baptiste Oudry’s The Farm (1751), which depicts a vast landscape civilized by the hand of man. These artistic proposals accompanied other approaches that this symposium wishes to explore.

The aim is to approach the landscape through the way artists have been able to render its geography, its topography or its geology. The 18th century saw the development of numerous publications accompanied by engravings that allowed the viewer to become familiar with countries near and far. Among these publications, Le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile by the Abbé de Saint Non, the Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse by Jean-Benjamin de La Borde and Béat Zurlauben, or the Voyage en Sibérie by Jean Chappe d’Auteroche can be mentioned. Likewise, topographical views are multiplied: battlefield paintings in the 17th century, veduta in the 18th century describing the Forum Magnum or sublimating astonishing natural phenomena, such as the eruption of Vesuvius painted by Le chevalier Volaire. The geology plates of the Encyclopédie, as well as the engravings on the sedimentary layers of different mountain chains are another way of approaching the landscape. Scientists, painters and engravers collaborate in this effort to understand the landscape that surrounds them in its aspects both visible and invisible.

In parallel to this scientific approach, an artistic approach developed with a decorative aim. Well-known are the decorations created by François Boucher for the pastorals and comic operas of his friend Charles Favart. Architects responded to Rousseau’s call for nature by bringing the landscape into the mansions, through architectural elements; for example, Charles-Nicolas Ledoux’s trees in the company room of the Hôtel d’Uzès. They reconstituted caves, paintings, but also wallpapers that took the form of panoramas at the end of the 18th century with the manufactures of Jacquemart and Bénard, Zuber, and Dufour. The landscape was also present in interior decoration through marquetry of precious stones which was appreciated as much for its decorative aspect as for its capacity to evoke the universality of nature by reducing the mineral world to a miniature landscape. The cabinets of curiosities dissected the landscape into its most specific elements. Rocks, shells or herbariums were part of the amateurs’ collections such as Joseph Bonnier de la Mosson, Quentin de Lorangère. François Boucher devoted a significant part of his income to his collection of shells, madrépores and minerals, as shown in his Catalogue after his death written by Pierre Rémy in 1771.

By dealing with the landscape at its margins, the symposium aims to give an account of the different ways in which 17th and 18th centuries’ men have expanded their vision of the landscape. Ultimately, the symposium question the “idea of nature” that Jean Erhard magisterially reconstructed. Did it explode under the impact of scientific modernity? Or, as Robert Lenoble thinks, has it been sublimated by it?

Selective bibliography

  • BECK-SAIELLO, Émilie, « La vue topographique en France au XVIIIe siècle : éclat et mésestime d’un genre », Itinéraires, 2015, (https://journals.openedition.org/itineraires/2819, consulté le 6 décembre 2022)
  • BINOIS, Grégoire, « La cartographie militaire au XVIIIe siècle, une cartographie historique ? », Hypothèses, 2016/1, n° 19, p. 41-51.
  • BROC, Numa, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, 1969, p. 137-154.
  • COUSINIE, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel, 2022.
  • EHRARD, Jean, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.
  • FOLLET, Jean-Philippe, La marqueterie de Pierres Dures, Paris, Eyrolles, 2012.
  • LENOBLE, Robert, Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969.
  • LOIRE, Stéphane (dir.), Nature et idéal: le paysage à Rome 1600-1650, cat. ex., Paris, Grand Palais (9 mars-6 juin 2001), Paris, RMN, 2011.
  • MAILLET, Arnaud, « L’arbre comme ornement, charpente et tuteur dans les théories artistiques ‘XVIIIe-XIXe siècles), Jackie PIGEAUD (dir.), L’Arbre ou la raison des arbres. XVIIes Entretiens de La Garenne Lemot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 45-83.
  • MÉROT, Alain, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, Gallimard, 2009.
  • MOUQUIN, Sophie, « Pour Dieu et pour le Roi : l’élaboration d’une symbolique du marbre sous l’Ancien Régime », Marbres jaspés de Saint-Rémy et de la région de Rochefort, Namur, Musée des Arts anciens du Namurois, 2012, p. 205-231.
  • NAU, Clélia, L’Art et les puissances du végétal, Paris, Hazan, 2022.
  • RANCIERE, Jacques, Le temps du paysage, Paris, La fabrique, 2020.
  • SCHNAPPER, Antoine, Le géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012.
  • VELUT, Christine, « L’industrie dans la ville : les fabriques de papiers peints du faubourg Saint-Antoine (1750-1820) », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, n° 49-1, 2002/1, p. 115-137.
  • VERDIER, Nicolas, « Quelques réflexions sur la matérialité des atlas (XVIIe-XVIIIe siècle) », Jean-Marc BESSE, Forme du savoir, forme du pouvoir. Les atlas géographiques à l’époque moderne et contemporaine, Rome, Ecole française de Rome, 2022, p. 301-320.

 

Abstracts: In French or Enhlish (500 words) accompanied by a title and a brief CV.

Dead line: 31st of March 2023

e-mail address: asso.grham@gmail.com

This symposium is organized by GRHAM

 

Publication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”

Noémi Duperron (dirs.), Barbara Jouves-Hann (dirs.), Maxime Georges Métraux (dirs.), Marc-André Paulin (dirs.) et Bérangère Poulain (dirs.), Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850), Rome, Artemide edizioni, 2022, 166 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Dès le début du XVIIIe siècle, l’idée de plaisir — comme recherche de sensations agréables — devient une composante essentielle et constante de la société. Selon l’historien Paul Hazard, la sensation permet alors à l’individu de prendre conscience de l’existence du monde qui l’entoure, et devient une préoccupation centrale pour les hommes de lettres et les artistes. Dans les espaces intérieurs, ce nouveau rapport de proximité entre l’homme sensible et les murs, le mobilier ou les objets du décor se ressent au travers des interrogations sur la place du plaisir sensoriel dans la distribution, l’ameublement et l’ornementation.

Ce paradigme est au cœur des articles présentés dans cet ouvrage. Focalisés sur la production européenne entre 1700 et 1850, leurs auteurs examinent les sensations sous l’angle de la culture matérielle, des normes sociales ou de l’usage des différentes pièces du logement, que celui-ci ait été édifié, théorisé ou simplement imaginé. En s’appuyant sur des méthodologies variées, les différentes études montrent le rôle central joué par le plaisir, le confort, la commodité ou encore l’agrément dans la conception des intérieurs à cette période. Affectant toutes les échelles de l’habitat, de la construction du bâtiment à la décoration de ses recoins les plus intimes, les sens du toucher, de l’odorat, de la vue ou de l’ouïe sont autant d’éléments auxquels les architectes, les artistes et les artisans devaient prêter attention pour satisfaire les exigences de leurs utilisateurs aux perceptions aiguisées. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792). Enjeux d’une exposition” par Yohan Rimaud (12/01/2023, Paris)

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 janvier 2023 à 19h.
Lieu : Paris, galerie Colbert (Institut National d’Histoire de l’Art), salle Jullian
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Yohan Rimaud présentera l’exposition “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792)” au Musée des beaux-arts de Besançon, dont il est le commissaire. Cette présentation, actuellement la seule programmée à Paris, permettra au public de prendre connaissance des enjeux scientifiques et muséographiques de l’exposition, ainsi que des plus belles (re)découvertes auxquelles elle a donné lieu. 

Vieille ville libre d’Empire, Besançon est conquise en 1674 et devient française presque en même temps qu’elle entre dans le XVIIIe siècle. La période qui s’ouvre alors est celle de profonds changements : au-delà des mutations politiques, des multiples chantiers religieux, civils et privés, des projets d’embellissements dont l’exposition veut donner à voir les modalités et la portée, c’est aussi la manière de se former et de collectionner, de produire, penser et consommer l’œuvre d’art qui se transforme, dans un monde de l’art tourné à la fois vers Rome et Paris. Le beau siècle est la première exposition organisée à Besançon sur le sujet, elle a pour ambition de proposer des entrées multiples dans une période extrêmement riche, dont beaucoup de traces sont conservées sinon encore habitées. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: “L’escalier d’honneur, une pièce d’apparat dans l’Europe des princes (1670-1760) par Matthieu Lett (05/01/2023, Paris)

Gérard II Scotin d’après Raymond Leplat, L’escalier anglais à l’occasion de l’entrée de Maria Josepha dans le château de Dresde en 1719, 1728, Dresde, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Kupferstich-Kabinett, inv. Ca 2013-1/2 (Kupferstich-Kabinett, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Photo Herbert Boswank).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 5 janvier 2023 à 19h.
Lieu : Paris, galerie Colbert (Institut National d’Histoire de l’Art), salle Jullian
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Entre les années 1670 et 1760, les grands escaliers d’honneurs devinrent un espace d’apparat privilégié au sein des résidences princières européennes. Ils incarnaient à la fois le rang et les ambitions de leurs commanditaires. De Versailles à Caserta, de nombreux chantiers furent entrepris, dans un contexte diplomatique marqué par les rééquilibres politiques entraînés par la montée en puissance de la France de Louis XIV puis les guerres de succession d’Espagne (1701-1713), de Pologne (1733-1738) et d’Autriche (1740-1748).

À partir d’un corpus original d’une trentaine d’escaliers bâtis pour des princes souverains en Espagne, en Grande-Bretagne, en Italie, en France et surtout dans le Saint-Empire romain germanique, il est désormais possible d’apporter un éclairage nouveau sur la compétition somptuaire entre les cours à l’époque moderne.

Docteur de l’université de Lausanne et de l’université Paris Nanterre, Matthieu Lett est maître de conférences en histoire de l’art de la période moderne à l’université de Bourgogne et membre permanent du LIR3S (UMR 7366). Il a récemment publié une monographie consacrée au peintre René-Antoine Houasse (Arthena, 2020). Sa thèse paraîtra en 2023 chez Droz sous le titre « Les escaliers d’honneur dans l’Europe des princes (1670-1760) : architecture et décor d’une pièce d’apparat ».

Appel à communication : « BOXE ! Round 1 Arts et boxes du XVIIIe siècle à nos jours ».

 

Henry Angelo and Lord Byron, Paravent, 1813-1816, papiers collés sur bois, 4 panneaux, 183 x 60 cm, The Murray Collection, Newstead Abbey.

Type : Appel à communication
Date limite pour les propositions : 9 janvier 2023.
Dates de l’évènement : 27 mars 2023.
Lieu :  Nanterre, université Paris-Nanterre.

En opposition aux fresques historiques affirmant la continuité avec les jeux anciens, l’historien Thierry Terret soutient que le sport est né en Angleterre au XVIIIe siècle, « dans le contexte de la révolution industrielle et d’un capitalisme émergeant[1] ».

Si les rings sont prisés avant 1900, la boxe anglaise se codifie et se professionnalise au début du XXe siècle. En France, on assiste à l’augmentation des combats et à leur médiatisation ainsi qu’à l’ouverture de salles spécialisées[2]. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton

Louis Galloche, Hercule rendant Alceste à Admète, 1711, huile sur toile, 161 x 193 cm, Paris, Beaux-Arts de Paris.

 

Type : Soutenance de thèse

Date : 16 décembre 2022 à 12h30

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle  Fabri de Peiresc

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marine ROBERTON, préparée sous la direction du professeur Étienne Jollet.

Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture

Le 16 décembre 2022

À 12h30, salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert.

Membres du jury

Mme Susanna CAVIGLIA-BRUNEL, Associate Professor of Art, Duke university, Examinatrice

Mme Christine GOUZI, Professeure des universités, Sorbonne Université, Examinatrice 

M. Martial GUÉDRON, Professeur des universités, Université de Strasbourg, rapporteur

Étienne JOLLET, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

Mme Sophie RAUX, Professeure des universités, Université Lyon 2, Rapporteuse

Résumé 

Né au sein d’une famille de marchands, Louis Galloche appartient à la petite bourgeoisie parisienne. Son père, qui nourrit pour lui de grandes ambitions, confie son éducation aux Jésuites dans l’espoir de le voir un jour accéder à des fonctions importantes, mais sa scolarité révèle surtout sa grande dévotion. Un moment tenté par les ordres, il renonce au monde des offices afin de se consacrer à la peinture, sa vocation. Le choix de ce métier, qui lui permet de vivre ses convictions religieuses tout en donnant libre cours à ses appétences artistiques, est tout à fait révélateur de sa personnalité. Louis Galloche est en effet un homme de la synthèse. Formé au métier de peintre dans l’atelier de Louis de Boullogne le Jeune, il élabore une esthétique qui mêle les leçons de son maître à celles des Jésuites et qui trahit son très haut degré d’éducation. De retour de Rome, il travaille pour les églises et les couvents parisiens et fonde une « école » au sein de laquelle il forme notamment François Lemoyne et Charles-Joseph Natoire. Agréé à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1703, il en gravit tous les échelons et accède ainsi au grade de chancelier en 1754. Compte tenu de son statut, il contribue activement à la mise en œuvre des différentes politiques de cette institution. Il participe aux concours de 1727 et de 1747. Il expose aux Salons et reçoit plusieurs commandes royales entre 1720 et 1750. Lorsque Charles-Antoine Coypel est nommé directeur de l’Académie, Louis Galloche adhère sans réserve à ses réformes. C’est notamment dans ce contexte qu’il écrit et qu’il lit, au cours de quatre conférences, entre 1750 et 1753, son Traité de peinture.

Mots-clés : Louis Galloche, Jésuites, Peinture, Peinture religieuse, Théorie de l’art, Académie royale de Peinture et de Sculpture, Ancien Régime, XVIIIe siècle.

Appel à communication : “La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen / Die periodische Presse in der Schweiz im medialen Kontext Europas”.

 

Vintage engraving a political Cartoon on group of people reading a newspaper (La lecture du journal), French, late 18th Century

Type : Appel à communication
Date limite pour les propositions : 5 mars 2023
Dates de l’évènement : 18 et 19 septembre 2024
Lieu :  Fribourg, université de Fribourg

Tagung der Schweizerischen Gesellschaft für die Erforschung des 18. Jahrhunderts (SGEAJ) / Colloque de la Société Suisse pour l’Étude du XVIIIe Siècle (SSEDS)

La presse périodique suisse dans le contexte médiatique européen / Die periodische Presse in der Schweiz im medialen Kontext Europas

Le colloque aura lieu à l’université de Fribourg les 18-19.04.2024.

Lorsque le premier journal imprimé parait à Strasbourg en 1605, il ne dispose pas d’un programme de publication nouveau. Pour l’éditeur, l’imprimeur Johann Carolus, il s’agit simplement d’économiser les frais afférents à la diffusion d’un journal manuscrit et d’optimiser sa diffusion. Pourtant, malgré ce début peu spectaculaire et un contenu fait de la compilation de nouvelles sans commentaire éditorial, la presse imprimée a un succès décisif. Désormais, une information régulière sur ce qui se passe dans le monde est disponible. Un nouveau système de communication et d’information se met en place, qui a l’ambition d’être en prise sur l’actualité. Très tôt, ces publications sont collationnées par les organes de gouvernement des princes et des villes, mais se diversifient aussi rapidement selon le lectorat visé. Des journaux savants, des revues mondaines, des périodiques spécialisés ou généralistes sont ainsi diffusés. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Une première exposition sur le peintre Jean Bardin, apports et questionnements” par Frédéric Jiméno (8/12/2022, Paris)

Jean Bardin, La Pénitence, 1782, huile sur toile, 216 x 485 cm, Saragosse (Espagne), chartreuse de Notre-Dame de Aula Dei, réfectoire.

Type : Conférence.
Date et horaire : 8 décembre 2022 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le musée des Beaux-Arts d’Orléans organise la toute première exposition consacrée au peintre Jean Bardin (1732-1809). Directeur de l’école de dessin d’Orléans à partir de 1786, ainsi que du premier musée d’Orléans dès 1799, Bardin est fortement associé à l’histoire de cette ville. C’est l’occasion pour le GRHAM d’inviter son commissaire scientifique, Frédéric Jimeno, à nous présenter ce projet. Continuer la lecture

Appel à communication : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Type : Appel à communication

Date limite pour les propositions : 30 janvier 2023

Date de l’évènement : 5-7 octobre 2023

Lieu : Rouen, Université de Rouen Normandie

[English version below]

L’analyse formelle ou fonctionnaliste de l’espace sacré tend à voir le bâtiment ecclésial comme une juxtaposition d’espaces clairement distincts – la nef, le chœur, ou encore le transept – dont la séparation refléterait notamment la différence d’état (clercs et laïcs). L’espace ecclésial peut être également envisagé comme un agrégat de chapelles de différentes tailles, ainsi que le suggère la lecture des écrits de Charles Borromée : celui-ci considérait le chœur comme une « chapelle majeure » (de capella maiori) par opposition aux chapelles et autels mineurs (de cappellis et altaribus minoribus). Continuer la lecture

Conférence: “Les collectionneurs d’estampes et la fabrique du catalogue raisonné au XVIIIe siècle” (Paris, 25/11/2023)

Nicolaas Verkolje (après Arnold Boonen), Portrait de Jan Pietersz. Zomer, 1717, mezzotinte, 324 x 230 mm, Londres, British Museum

Type : conférence (sur inscription)
Date : 25 novembre 2023, 10h-12h
Lieu : Paris, École du Louvre

Écritures de l’histoire de l’art : l’histoire de l’estampe (1700-1945)

Dans le cadre du séminaire de recherche en partenariat entre l’École du Louvre et l’Université Rennes 2, adossé au projet « Amateurs et réseaux savants en France (1700-1914). Histoire intellectuelle, culturelle et sociale des amateurs et collectionneurs d’images gravées et enluminées » (Équipe d’accueil 1279 Histoire et critique des Arts, Université Rennes 2), Antoine Gallay (docteur en histoire de l’art et en histoire des sciences de l’Université de Genève et de l’Université Paris-Nanterre, chercheur postdoctoral au Zentralinstitut für Kunstgeschichte de Munich) présentera une conférence intitulée “Les collectionneurs d’estampes et la fabrique du catalogue raisonné au XVIIIe siècle”. Continuer la lecture

Conférence: “L’estampe au miroir. Petits jeux d’inversion” (Paris, 25/11/2023)

Claude Mellan, La Souricière, XVIIe siècle, taille-douce & burin, 22,5 x 31 cm, Lyon, Bibliothèque municipale, F17MEL002174

Type : conférence (entrée libre)
Date : 29 novembre 2023, 14h-16h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Mariette

L’idée de départ de la deuxième séance du Séminaire CEEI-THALIM (2022-2023)  est toute simple : créer une estampe suppose de réfléchir à l’envers. Maxime Préaud propose quelques exemples des problèmes que cela pose, à partir d’estampes de graveurs célèbres du XVIIe siècle français. Continuer la lecture

Appel à communication: Entre savoir pratique et théorie, l’actualité des recherches en histoire de l’art italien (Paris, 7/04/2023)

Giambattista Tiepolo, Allégorie de la Justice ou Venise trônant, XVIIIe siècle, Musée du Louvre, Département des Peintures, MNR 314

Type : journée d’étude
Deadline : 2 janvier 2023 (l’événement aura lieu le 7/04/2023)
Lieu : Paris, Institut Culturel Italien.

L’Association des historiens de l’art italien (AHAI) organise une journée d’étude consacrée à la présentation de travaux universitaires liés à l’art italien, du Moyen-Âge à nos jours. Cette initiative biannuelle permet à de jeunes chercheurs de faire connaître leurs travaux, qu’il s’agisse de thèses récemment soutenues ou en voie d’achèvement. Les communications présentées pourront faire l’objet d’une publication dans la revue de l’AHAI, ArtItalies, et les textes devront être remis pour la fin du mois de mai.

La pluralité des champs de recherche, des méthodes et des médias a vocation à être représentée dans la journée d’études, afin de montrer la vitalité des recherches actuelles sur l’Italie, en France et à l’étranger. Si la journée reste ouverte à des thématiques libres, comme son habitude, les organisatrices invitent les participants à mettre en relief dans leur propos leurs méthodes d’analyse et d’interprétation des sources visuelles, architecturales et textuelles. Afin de nourrir la discussion collective, il sera profitable de valoriser une pratique de recherche qui s’alimente à la fois des savoirs théoriques et de l’étude de la matérialité des œuvres pour l’analyse des sources. La démarche théorique et l’approche critique des arts visuels ne sauraient être découplées de la dimension technique, alors que les savoirs scientifiques préalables à la création finissent par influencer tant la théorie de l’art, ancienne et contemporaine, que son historiographie.

Cette rencontre aura lieu à Paris, à l’Institut Culturel Italien, le vendredi 7 avril 2023. Les propositions de communication, présentées sous la forme d’un résumé de 2000 caractères (espaces compris) au maximum et accompagnées d’un bref C.V., devront être adressées avant le 2 janvier 2023 par courrier électronique à Anna Sconza anna.sconza@sorbonne-nouvelle.fr et à Pauline Lafille pauline.lafille@unilim.fr

Soutenance de thèse: Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande (Vincenzo Mancuso, 19/11/2022, Paris INHA)

Carlo Maratti, L’apparition de la Vierge à saint François de Sales, vers 1686, Forli, Pinacoteca Civica.

Type : Soutenance de thèse.
Date :  samedi 19 novembre 2022 à 14h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 2 rue Vivienne, salle Ingres (2e étage).
 

M. Vincenzo Mancuzo (Sorbonne Université) soutiendra le 19 novembre 2022 à 14h sa thèse en histoire de l’art intitulée : 

Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande.

Devant un jury composé de :
Michel HOCHMANN – Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Stéphane LOIRE – Conservateur général, département des Peintures du musée du Louvre 
Alain MÉROT – Professeur émérite en histoire de l’art moderne, Sorbonne Université  (directeur de thèse)
Véronique MEYER – Professeure émérite, Université de Poitiers
Stefano PIERGUIDI – Professeur d’université, Sapienza Università di Roma
Catherine PUGLISI – Professeure d’université, New-York University 

Continuer la lecture

Colloque : « Graver la danse, la musique, les sciences et la géographie : Corps de métier et diffusion des savoirs au XVIIIe siècle ».

Type : colloque.
Date de l’événement : 21 et 22 novembre 2022.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari.

Journées d’études organisées dans le cadre du programme de recherche « Chorégraphies. Ecriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques », mené à l’INHA, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse.

Organisation : Pauline Chevalier (INHA) et Johanna Daniel (INHA) Continuer la lecture

Appel à communication : “Intermédiaires ? Les femmes dans les sphères artistiques, entre actions et contraintes (XVII e -XVIII e siècles)”

Georg Christoph Kilian, La loterie, mezzotinte et eau-forte, 2nde moitié du XVIIIe siècle, British Museum, Department of Prints and Drawings, H. : 35 cm ; L. : 45,3 cm (Image modifiée par Alexandre Gabens), © The Trustees of the British Museum.

Type : Appel à communication
Date limite pour les propositions : 31 janvier 2023
Dates de l’évènement : 8 juin 2023
Lieu :  Galerie Colbert, 2 rue Vivienne 75002 Paris

Depuis de nombreuses années, les expositions consacrées aux femmes artistes renouvellent le regard porté sur les femmes comme actrices de l’art. Elles réinterprètent ainsi la question volontairement provocatrice posée en 1971 par Linda Nochlin : « Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? ». Si les travaux amorcés par cette question ont permis de mettre en lumière nombre de figures féminines de l’art, le rôle des femmes comme intermédiaires au sein des différentes sphères artistiques est beaucoup moins l’objet de l’attention des historiennes et historiens de l’art. Un ouvrage très récent (F. Duhautpas, C. Foucher Zarmanian, H. Marquié, 2022) a ouvert une voie en explorant, principalement pour les XIXe-XXe siècles, le rôle des femmes comme médiatrices des arts. Il nous apparaît tout aussi fécond d’appliquer cette interrogation aux deux siècles précédents. En effet, la période moderne correspond à un moment charnière de développement du marché de l’art européen s’accompagnant d’une croissance spectaculaire du nombre d’intermédiaires dans ces réseaux. Définis en 1987 comme « l’ensemble des individus qui assument des responsabilités entre les individus – présents ou passés – et le public […] » (A. Chastel et K. Pomian, 1987), les intermédiaires ont bénéficié depuis lors d’un intérêt continu en histoire de l’art. Pour autant, la place et le rôle des femmes non-artistes au sein des « mondes de l’art » (H. Becker, 1982) de la première modernité restent à (d)écrire et la notion d’intermédiaire doit désormais se décliner au féminin. Continuer la lecture