Colloque : « Trading Paintings and Painters’ Materials 1550-1800 : A two-day Technical Art History conference ».

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l’huile sur toile, 169×145 cm, Toulon: Musée d’art

Type : colloque.
Date et horaire : du 21 au 22 juin 2018 .
Lieu : Copenhagen, The National Museum of Denmark, Ny Vestergade.

The focus of the conference will be on the emerging international markets and their implications for the artistic production in Early Modern Europe (1550-1800), in particular in relation to the trade in paintings and artists’ materials.

Please visit the conference website for information and registration: https://www.cats-cons.dk/conference-2018/

Programme Continuer la lecture

Conférence : « Pierre-Charles Trémolières (1703-1739). Un peintre discret au siècle des Lumières ».

Pierre-Charles Trémolières, L’Âge d’or, 1739, huile sur toile, 357 x 585 cm, Cholet, musée d’Art et d’Histoire.

Type : conférence.
Date et horaire : 16 mai 2018 à 18h30 .
Lieu : Centre André Chastel, Galerie Colbert 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Ingres (2e étage).

Rencontre du Centre Chastel : « Pierre-Charles Trémolières (1703-1739). Un peintre discret au siècle des Lumières » par Anaïs Semour, invitée par Christine Gouzi (Paris, 16 mai 2018)

La carrière de Pierre-Charles Trémolières, qui fut un artiste discret et qui mourut prématurément, n’est pourtant pas sans relief. Elle est à redécouvrir aujourd’hui après l’exposition qui lui a été consacrée à Cholet en 1973. Les cercles dans lesquels il gravita, les protections dont il bénéficia, lui et ses descendants, auprès du comte de Caylus, l’obtention de grandes commandes à Lyon, mais aussi ses réalisations pour l’hôtel de Soubise permettent de renouveler la traditionnelle monographie d’artiste grâce à l’histoire sociale de l’art. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Boucher dans l’espace des lettres » par Christophe Martin (Paris, 17 mai 2018)

Pierre Quentin Chedel d’après François Boucher, Frontispice,
dans Charles Pinot-Duclos, Acajou et Zirphile (1743).

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Alors que Jean Starobinski a magistralement analysé la place de « Diderot dans l’espace des peintres » (Paris, RMN, 1991), il s’agira plus modestement, et en sens inverse, d’indiquer la place de Boucher dans l’espace des lettres. Est-ce tout à fait un hasard que l’on ait si souvent désigné Boucher comme le « Fontenelle de la peinture » ? En s’interrogeant d’abord sur le succès de cette formule, on examinera quelques aspects de cette interaction multiple et complexe de l’oeuvre de Boucher et de la littérature du XVIIIe siècle, en s’intéressant plus particulièrement à trois cas permettant de mesurer à quel point le siècle des Lumières a pu tout à la fois écrire avec et contre Boucher : Acajou et Zirphile de Duclos (1743) ; les Salons de Diderot (1759 – 1767) ; La Nouvelle Héloïse de Rousseau (1761).

Christophe Martin est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et directeur de CELLF (UMR8599). Spécialiste du XVIIIe siècle et en particulier de Fontenelle, Marivaux, Montesquieu, Diderot et Rousseau, ses recherches portent principalement sur les liens entre fiction, anthropologie et philosophie. Il est l’auteur, notamment, de Espaces du féminin dans le roman français du XVIIIe siècle (SVEC, Voltaire Foundation, 2004) ; « Education négative ». Fictions d’expérimentation pédagogique au XVIIIe siècle (Garnier, 2010) ; La Religieuse de Diderot (Gallimard, 2010) ; Mémoires d’une inconnue. Etude de La Vie de Marianne de Marivaux (Rouen, PURH, 2014) ; L’Esprit des Lumières. Histoire, littérature, philosophie (Armand Colin, 2017). Il est directeur-coordinateur des Oeuvres complètes de Rousseau en cours de publication aux éditions Classiques Garnier, et co-directeur de la collection »L’Europe des Lumières » chez le même éditeur.

Colloque : « L’Art de la collaboration au Grand Siècle / The Art of Collaboration in Seventeenth-Century France ».

Renard André de Saint Simon d’après Charles Le Brun, Carton de tapisserie représentant Louis XIV en visite la Manufacture des Gobelins le 15 octobre 1667, XVIIe siècle, huile sur toile, 331 x 541 cm, Versailles, musées des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et horaire : du 10 au 12 mai 2018 .
Lieu : Princeton university, Princeton, New Jersey, USA.

XVe Colloque du CIR 17 – Centre International de Rencontres sur le 17e siècle 

Programme

N.B.:
Les sessions 1-4 (10 mai) auront lieu à 010 East Pyne.
Les sessions 5-12 (11-12 mai) auront lieu à 399 Julis Romo Rabinowitz.

• Mercredi 9 mai 

Arrivée et inscription (Nassau Inn, Palmer Square)

20h00 – Avant-programme (Chancellor Green Rotunda) :
Travaux d’acteurs
 – Scènes de théâtre classiques, présentées par les étudiants de FRE 311
(cours enseigné par Florent Masse & Guillaume Gallienne)
Continuer la lecture

Appel à publication : « Lits historiques. À la recherche des lits européens du XVe au XXe siècle. Usages, formes et décors » (In Situ, Revue des patrimoines).

Anonyme, Maquette du lit de Mme du Barry au château de Fontainebleau, ca. 1772, cire, 36 x 26 x 16 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 30 juin 2018.

Les lits trônent dans les chambres ; ils en sont la définition ultime. Aux yeux du public, pas de chambre sans lit – et sans chambre, pas de maison. La multiplication au XIXe siècle des chambres de François Ier ou de Henri IV – et d’autant de lits supposés – dans les châteaux de province relève de la même curiosité pour un meuble qui évoque la « grande histoire » et l’intimité des puissants. Il concentre l’idée de la maison et du pouvoir. Le remeublement des palais et des châteaux royaux sous la Monarchie de Juillet entraîne la création de chambres à coucher pour lesquelles il faut restaurer, retrouver ou fabriquer des lits mémoriels. Enfin, au XXe siècle, l’image des lits entretient et diffuse les mythologies des grands hommes. Continuer la lecture

Publication : « Luca Giordano : Catalogue Raisonné ».

ÚBEDA DE LOS COBOS Andrés, Luca Giordano : Catalogue Raisonné, Madrid, Museo Nacional del Prado, 2018, 400 p.

Présentation de l’éditeur :

In spite of the huge number of paintings by this artist in the Prado, Luca Giordano (Naples, 1634–1705) is seldom studied and is therefore little known to the public, who often do not see beyond the cliché of his prodigious speed of execution. The present volume sets out to remedy this lack of knowledge. It begins with three introductory essays that set the Prado paintings in the context of Giordano’s life, survey the painter’s critical fortunes from his own time to the present day, and provide information on his Spanish period, which lasted from 1692 to 1702. These initial texts also look into specific issues, among them Giordano’s relationship with his dealers, and more controversial aspects such as the commercial strategies he used to disseminate his work. Continuer la lecture

Publication : « British Women and Cultural Practices of Empire, 1770–1940 ».

DIAS Rosie (dirs.) et SMITH Kate (dirs.), British Women and Cultural Practices of Empire, 1770–1940, Londres, Bloomsbury Visual Arts, 2018, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

Correspondence, travel writing, diary writing, painting, scrapbooking, curating, collecting, and house interiors allowed British women scope to express their responses to imperial sites and experiences in the 18th, 19th, and 20th centuries. Taking these productions as its archive, British Women and Cultural Practices of Empire, 1775–1930 includes a collection of essays from different disciplines that consider the role of British women’s cultural practices and productions in conceptualising empire. While such productions have started to receive greater scholarly attention, this volume uses a more self-conscious lens of gender to question whether female cultural work demonstrates that colonial women engaged with the spaces and places of empire in distinctive ways. By working across disciplines, centuries and different colonial geographies, the volume makes an important contribution to the field by demonstrating the diverse ways in which European women shaped constructions of empire in the modern period. Continuer la lecture

Conférence : « Objets d’histoire et histoires d’objets : réflexions transdisciplinaires sur le prestige et sa culture matérielle dans le Golfe de Guinée entre le XIIe et le XVIIe siècle ».

Tête d’Ifé (Nigéria) en terre cuite, XIIe-XIVe s.?, musée du Quai Branly-Jacques Chirac, n° inv. 73.1996.1.4.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : 03 mai 2018 à 10h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, auditorium.

Historien et archéologue, Gérard Chouin est spécialiste de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Il mène aujourd’hui des recherches sur l’histoire des paysages et l’urbanisation combinant l’analyse des récits de voyage européens, des traditions orales et l’archéologie. Il dirige aussi un projet de recherche sur l’expansion possible de la première et seconde pandémie de peste en Afrique subsaharienne. Co-responsable des fouilles à Ifé (Nigeria), il reviendra dans cette conférence sur les sources et les méthodes d’analyse des objets dans l’écriture de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest entre le XIIe et le XVIIIe siècle en partant notamment des sculptures en bronze et en terre cuite découvertes à Ifé entre les années 1940 et 1960, et des questions que pose leur documentation.

En partenariat avec l’Institut des Mondes Africains (UMR 8171, CNRS-IRD-EPHE-EHESS-Université Paris 1-AMU)

 Intervenant

  • Gérard Chouin (Associate Professor of African History, Director of the Medieval & Renaissance Program, William & Mary College, Co-Director of the Ife-Sungbo Archaeological Project – Nigeria)

Journée d’études : « Art and Court Cultures in the Iberian World (1400-1650) ».

Diego Rodríguez de Silva y Velázquez (1599-1660), Portrait de l’infant Baltasar Carlos sur son poney, 1634-1635, Huile sur toile, 211,5 × 177 cm, Madrid, Museo Nacional del Prado.

Type : journée d’études.
Date et horaire : 23 avril 2018 .
Lieu : Harvard University, Cambridge, MA, USA.

Real Colegio Complutense at Harvard University

Visual strategies of legitimization became increasingly important for Iberian monarchies during the late medieval and early modern periods. Their dynastic, diplomatic, and military endeavors called for effective propaganda, both in the metropolis and in viceregal territories. Such efforts include architecture, both ephemeral and permanent, the decoration of palaces, court portraiture, and historiography. The advent of the Monarchia Hispanica under Habsburg rule required careful elaborations of national, religious, racial, and gender identities, across a mosaic of multilingual and multiethnic populations. This second workshop aims to highlight some of these strategies, and to consolidate a forum for discussion of further research avenues, under the guidance of scholars from Spanish and American universities. It is made possible thanks to the collaboration of Real Colegio Complutense at Harvard University, and University of Valencia. Continuer la lecture

Appel à poster : « Rembrandt Conservation Histories ».

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Homme en armure, vers 1655, huile sur toile, 1375 x 1044 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Type : appel à poster.
Date limite de l’appel : 30 2018.
Date de l’événement : 08 et 09 novembre 2018.
Lieu : Rijksmuseum, Amsterdam.

On 8 and 9 November 2018, the Rijksmuseum will host an international symposium on the history of conservation of paintings by Rembrandt van Rijn. The aim is to heighten awareness of how the appearance and condition of paintings by Rembrandt can (partly) be explained by their treatment history.

The symposium is organised on the occasion of the research and treatment of the portraits of Marten Soolmans and Oopjen Coppit by Rembrandt van Rijn, jointly owned by the Rijksmuseum in Amsterdam and the Musée du Louvre in Paris. Continuer la lecture

Conférence : « La carte de l’Afrique australe de François Levaillant ».

François Levaillant, Carte de l’Afrique australe, ca. 1781-1784, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 15 mai 2018 à 18h15.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, auditorium.

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824) fut réalisée au terme de deux voyages menés dans ces régions entre 1781 et 1784. Richement illustrée de soixante-six vignettes et de cinq tableaux peints, cette carte monumentale, offerte au roi Louis XVI, est un recueil détaillé de la faune et de la flore de ces régions ainsi qu’un des premiers essais de cartographie de leur distribution géographique. Continuer la lecture

Conférence : « Hubert Robert insituable ».

Les jardins d’Ermenonville Photo © Cloé Miron

Type : Conférence
Date et heure : 22 mai 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Dans le cadre de son sujet annuel 2017/2018, le Centre allemand d’histoire de l’art a le plaisir de vous convier à la conférence « Hubert Robert insituable ».

Conférence proposée par Johanne Lamoureux, Professeure titulaire au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques (Université de Montréal)

Les jardins d’Ermenonville n’est peut-être pas le lieu qui vient tout de suite à l’esprit, dès lors qu’il s’agit d’envisager la création de jardins par Hubert Robert (1733–1808). Le peintre en aurait tout au plus fourni le dessin de certaines fabriques que la Promenade ou Itinéraire des Jardins d’Ermenonville reconnait, au fil du parcours proposé, dans certains «tableaux parfaitement bien composés». Mais Ermenonville constitue un excellent point de départ pour étudier comment, durant le dernier quart du XVIIIe siècle français, une telle transplantation du tableau, entendu ici à la fois comme objet matériel et opérateur transdisciplinaire, a permis, au-delà de la seule perspective du jardin pittoresque, de penser la peinture pour ainsi dire hors d’elle-même et ce faisant, d’en renforcer la suprématie médiale au sein des beaux-arts et plus généralement de la culture de l’époque.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « L’Invention du Bonheur. Peindre l’Histoire au siècle des Lumières ».

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 16h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.

Cette communication vise à repenser la notion de plaisir généralement associée à la peinture d’histoire élaborée sous le règne de Louis XV et généralement connue comme ‘Rococo’. Plus précisément, il s’agit de démontrer comment l’esthétique développée après la Régence par une nouvelle génération d’artistes nés autour de 1700 n’est pas le résultat d’une décadence sociale et morale comme on l’a trop souvent répété. En revanche, elle représente l’expression d’un nouvel idéal social et culturel fondé sur la notion de ‘Bonheur’ telle que développée au dix-huitième siècle. A travers l’oeuvre de représentants majeurs de l’esthétique ‘Rococo’ tels que Boucher, Natoire ou Carle Van Loo, cette communication explore le rôle de la peinture d’histoire dans la construction d’une image de paix et d’équilibre associée au règne de Louis XV. Continuer la lecture

Conférence : « L’architecture considérée… de Claude-Nicolas Ledoux : l’architecture, le livre et la fiction ».

Claude-Nicolas Ledoux, dessinateur ; Pierre-Gabriel Berthault, Vue perspective de la ville de Chaux, Eau-forte, Planche N°15 de L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation, Paris, 1804

Type : Conférence
Date et heure : 10 avril 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Fabrice Moulin, Maître de Conférences en littérature française du XVIIIe siècle (Université Paris Nanterre).

Il s’agit d’entrer dans l’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux par la porte la plus ambitieuse et pourtant la moins fréquentée : celle de son texte, de son livre. L’architecture considérée… parue en 1804, est, on le sait, un ouvrage unique dans la littérature d’architecture. On cherchera à montrer que l’originalité de ce livre tient avant tout à l’articulation étroite qu’il postule entre l’architecture et la littérature, entre la création architecturale et la puissance créatrice et poétique de l’écriture. Aussi, dans cet espace du livre, fusionnent l’œuvre bâtie, l’œuvre projetée (dessinée ou imaginée) et l’œuvre écrite ; le texte et la gravure ; le réel, le souvenir et l’utopie – dans un jeu de tensions complexe et fascinant qui menace sans cesse l’unité, pourtant affichée, de la ville idéale de Chaux.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Publication : « Image, Identity, and John Wesley : A Study in Portraiture ».

FORSAITH Peter, Image, Identity, and John Wesley : A Study in Portraiture; Londres, Routledge, 2018, 210 p.

Présentation de l’éditeur :

The face of John Wesley (1703–1791), the Methodist leader, became one of the most familiar images in the English-speaking and transatlantic worlds through the late eighteenth and nineteenth centuries. After the dozen or so painted portraits made during his lifetime came numbers of posthumous portraits and moralising ‘scene paintings’, and hundreds of variations of prints. It was calculated that six million copies were produced of one print alone—an 1827 portrait by John Jackson R.A. as frontispiece for a hymn book. Continuer la lecture