Appel à communication : La Provence au carrefour des trajectoires artistiques au XVIIe siècle. Production, marchés, circulations (deadline: 01/03/2024)

 

Pierre Puget, Chantier naval près de ruines antiques, milieu du XVIIe siècle, plume et encre brune sur papier avec traces de graphite, 49 × 72.5 cm, Boston, Museum of Fine Arts, inv.64.1605

Type : Colloque international.
Date colloque : 26-28 septembre 2024.
Lieu : Aix-en-Provence, musée Granet et chapelle de la Visitation.
Propositions à rendre au plus tard le 1er mars 2024 aux adresses suivantes : Provence-circulations-17@gmail.com ; BastetD@mairie-aixenprovence.fr

Call for papers in English, please click on this link: CFP_Provence_2024_english 

Continuer la lecture de Appel à communication : La Provence au carrefour des trajectoires artistiques au XVIIe siècle. Production, marchés, circulations (deadline: 01/03/2024)

Publication : Frédéric Cousinié, Tensivité des images. Surgissement, Révélation, Extase, Apothéose dans la France du XVIIe siècle, Paris, Mare & Martin, 2023

Frédéric Cousinié, Tensivité des images. Surgissement, Révélation, Extase, Apothéose dans la France du XVIIe siècle, Paris, Mare & Martin, 2023, 382 p., 52 ill. coul., 39 euros (isbn : 2362220729) (en librairie : 22 septembre).

https://www.mareetmartin.com/livre/tensivite-des-images

Résumé :

Sous quelles formes le corps du Christ et le corps chrétien se sont-ils manifestés dans les représentations visuelles ?

Quatre modalités déterminantes ont été identifiées dans les œuvres de Nicolas Poussin, de Simon Vouet et de leurs contemporains du XVIIe siècle français : le Surgissement épiphanique du divin en ce monde, la Révélation d’un Dieu s’offrant à l’épreuve de la reconnaissance durant sa vie terrestre, l’Extase visionnaire où l’âme tend vers l’union et la connaissance de Dieu, l’Apothéose et le mouvement d’ascension de l’âme faisant retour vers son principe divin.

L’analyse formelle, rhétorique et kinésique, attentive au langage corporel, ne peut être dissociée de son inscription dans l’univers spirituel et théologique du siècle étudié. Cette double lecture permet de comprendre les postures corporelles comme autant d’expressions, de reprises et de prolongements d’un mouvement d’origine divine : une dynamique amoureuse, initiée dès l’acte de la Création, puis accomplie par la Grâce et suscitant les propres motions du sujet chrétien.

Au-delà, nous constaterons que les multiples tensions qui affectent les visages, les corps mais aussi le temps et l’espace pictural relèvent d’une forme de tension plus générale, caractéristique de l’art de ce siècle : une tensivité des images qui permet de repenser l’analyse des représentations de l’époque moderne.

Table des Matières

Introduction

Première Partie : Le corps du Christ

I – Surgissement – Le Miracle de saint François Xavier (1641) de Nicolas Poussin : production de la sainteté et advenue de Dieu

Construire la sainteté

« L’irruption du surnaturel »

YHWH ou /et Jupiter

Rhétorique et Théologie du surgissement

II – Révélation – Le Christ et la femme adultère de Nicolas Poussin (1653) et de Nicolas Colombel (1682) : l’épreuve de la reconnaissance

La scène d’une « expérience cruciale »

Illisibilité du texte et geste d’écriture

Lectures de l’illisible : « Je suis »

Autres lectures, autres temps, autres lieux

Morales posturales

construction auctoriale

Seconde Partie : Le corps des saints

III – Extase – La vision cosmique de saint Benoît au XVIIe siècle : voir et savoir mystique

La vision de saint Benoît et ses peintres

Postures et savoirs

Sciences humaines ou science des saints

L’immortalité de l’âme

Le « monde raccourci »

La face de Dieu

IV – Apothéose – Retournement et retour en Dieu chez Simon Vouet

De la maniera à la théologie

récits et images de la conversio

Les fondements théologiques de la conversio

Conclusion – De la tension à la tensivité des images

 

 

Colloque : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Chapelle de la Vierge, Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Date / Heure : 06/10/2023 – 07/10/2023 de 9:00 – 19:00

Emplacement : Rouen, Sale des Etats de l’Historial Jeanne d’Arc, 7 rue Saint-Romain

Catégories : Colloque international

Contact : f.cousinie@orange.fr

Présentation :

Souvent détruites, rarement étudiées, les chapelles sont pourtant des lieux permettant une appréhension privilégiée du fait religieux à l’époque moderne. Concédées à des particuliers ou à des confréries, destinées aux sépultures, aux usages dévotionnels et liturgiques, elles sont ornées de peintures, de sculptures ou de vitraux, et fréquemment associées à des décors de lambris ou de marbres précieux.

Le colloque, associant historiens de l’art et historiens, propose une première synthèse sur les différents enjeux de ces espaces dans la France du XVIIe siècle : questions juridiques et économiques, situations et relations à l’espace ecclésial, formes et décors, acteurs et implications sociales, dédicaces et programmes décoratifs, fonctions liturgiques, dévotionnelles et funéraires, modes de perception et d’intégration du spectateur, réappropriations et devenirs.

Argument complet : https://esnb.hypotheses.org/files/2023/08/Programme_cibas_audela_oct23.pdf

Deux visites, pour tous publics, sont prévues en fin de chacune des deux journées du colloque.

Le projet s’inscrit dans le cadre du projet de recherche « Espaces du Spirituel en Normandie Baroque » (ESNB), conçu par l’Université de Rouen Normandie et financé par la Région Normandie (RIN 2021-2023). Organisé par l’Université de Rouen Normandie (Groupe de recherche en histoire – Grhis), le colloque a bénéficié des soutiens de la Métropole Rouen Normandie et de la Société d’études du XVIIe siècle, ainsi que des partenariats avec l’Historial Jeanne d’Arc et le Service Patrimoine de la Métropole Rouen Normandie pour l’accueil de la manifestation et les visites organisées à l’issue des deux journées.

Vendredi 6 octobre

  • 9h00 : Accueil
  • 9h15 : Introduction (Frédéric Cousinié, Émilie Chedeville, Moana Weil-Curiel)

I. Espaces privés, dévotions communes ?
(Présidence : Anne le Pas de Sécheval, Université Paris Nanterre)

  • 9h30 : Régis Bertrand (Université d’Aix-Marseille),
    « Des chapelles latérales pour qui et pour quoi ? L’exemple provençal ».
  • 10h00 : Estelle Martinazzo (Université de Lille),
    « Les chapelles de l’église Saint-Maurice de Besançon : acteurs, usages et évolutions de l’espace ecclésial et paroissial ».
  • 10h30 : Magali Theron(Université d’Aix-Marseille),
    « Sur quelques fondations et concessions de chapelles dans les édifices religieux à Marseille au XVIIe siècle : intentions, enjeux, modalités et décors ».
  • 11h00 : Maina Masson Lautier (Service de l’Inventaire général du Patrimoine, Région Sud),
    « Les chapelles de la collégiale Notre-Dame-des-Anges de L’Isle-sur-la-Sorgue ».

Discussion

II. Du chœur à la chapelle : une dynamique constructive
(Présidence : Régis Bertrand, Université d’Aix-Marseille)

  • 13h45 : Tatiana Senkevitch (Paris) et Matthieu Somon (Université Catholique de Louvain),
    « Variations en chapelle : La Présentation de Jésus au Temple selon Philippe de Champaigne ».
  • 14h15 : Antonin Liatard (Université de Bourgogne-Université Catholique de Louvain),
    « Le décor des chapelles des églises jésuites en France au XVIIsiècle : réflexions sur la participation des espaces réservés à l’itinéraire des fidèles au sein de l’ecclesia ».
  • 14h45 : Lucille Calderini (Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
    « Penser et dessiner la décoration des chapelles à Paris au XVIIe siècle : le cas des modèles gravés de Jean Lepautre ».
  • 15h15 : Sébastien Bontemps (Musée de l’Armée-Hôtel des Invalides),
    « Une chapelle d’architecte : Robert de Cotte et la concession de la chapelle Saint-Nicolas de Saint-Germain-l’Auxerrois (1729) ».

Discussion

  • 17h45 :Visite par Lisa Concato (Métropole de Rouen Normandie – Service Villes et pays d’art et d’Histoire) : La chapelle Corneille de l’ancien collège des jésuites de Rouen.

Samedi 7 octobre

III. Enjeux dévotionnels et émulation décorative
(Présidence : MoanaWeil-Curiel, Université de Rouen Normandie –RIN 2022-2023)

  • 9h00 : Patrizia Tosini (Università degli Studi Roma Tre),
    « Tra la Francia e Roma: di alcune cappelle in San Luigi dei Francesi nel xvii secolo, tra consonanze e dissonanze con la madre patria ».
  • 9h30 : Émilie Chedeville (Université de Rouen Normandie),
    « Concurrences dévotes, émulations visuelles. La chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen au XVIIe siècle ».

Pause

  • 10h15 : Cynthia Rodrigues (Université de Tours),
    « “Pour la beauté et la bienséance de ma belle chapelle royale”. Marie Du Bois et la chapelle du Rosaire de l’église de Couture-sur-Loir (Loir-et-Cher) ».
  • 10h45 : Delphine Bastet (Direction du Patrimoine, Aix-en-Provence),
    « Les chapelles latérales des grandes églises d’Aix-en-Provence au XVIIe siècle ».
  • 11h15 : Pierre-Marie Sallé (Labex Hastec – Institut Catholique de Paris, campus Rouen),
    « Unifier l’église monastique au XVIIe siècle : le “tour des chapelles” dans deux abbatiales mauristes normandes ».

Discussion

IV. Usages et devenirs
(Présidence : Élodie Biteau, Service Patrimoines, Métropole Rouen Normandie)

  • 14h : Steffen Zierholz (Eberhard KarlsUniversität Tübingen),
    « De quelques chapelles souterraines : de San Benedetto in Subiaco, San Francesco in La Verna et Santa Rosalia in Palermo à la Sainte-Baume en Provence ».
  • 14h30 : Pauline Gomont (Université de Bourgogne),
    « La “plaine et paisible jouissance” des chapelles du couvent des Jacobins de Dijon ».
  • 15h : Bénédicte Gaulard (Université de Bourgogne),
    « Un espace sacré singulier au sein de la collégiale de Dole : la chapelle du “saint-sacrement de miracle” ».

Pause

  • 15h30 : Christine Gouzi (Sorbonne-Université),
    « Du XVIIe siècle au XVIIIe siècle : les chapelles privées des églises paroissiales parisiennes : concessions, fonctions et décors ».
  • 16h : Vincent Simonet (DRAC Normandie),
    « La chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul et le retable du “Grand Saint-Romain” de la cathédrale de Rouen : restituer/recréer un retable baroque du XVIIe siècle ? ».

Discussion

  • 17h15 :Visite par Guillaume Gohon (Métropole de Rouen Normandie – Service Villes et pays d’art et d’Histoire) : La cathédrale de Rouen et ses chapelles.

Organisation : Émilie Chedeville, Frédéric Cousinié, Moana Weil-Curiel (Université de Rouen Normandie, Grhis).

Comité scientifique : Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Dijon), Émilie Chedeville (Université de Rouen Normandie), Frédéric Cousinié (Université de Rouen Normandie), Christine Gouzi (Université Paris-Sorbonne), Étienne Jollet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Anne Le Pas de Sécheval (Université de Paris Nanterre), Vincent Simonet (DRAC Normandie), Patrizia Tosini (Università Roma Tre), Moana Weil-Curiel (Université de Rouen Normandie), Steffen Zierholz (Eberhard KarlsUniversität, Tübingen).

 

Publication : Matthieu LETT, Les escaliers d’honneur dans l’Europe des cours (1670-1760). Architecture et décor d’une pièce d’apparat, Genève, Droz, 2023, 480 p., 183 illustrations.

Entre les années 1670 et 1760, les grands escaliers d’honneur devinrent un espace d’apparat privilégié au sein des résidences princières européennes. Ils incarnaient à la fois le rang et les ambitions de leurs commanditaires. Continuer la lecture de Publication : Matthieu LETT, Les escaliers d’honneur dans l’Europe des cours (1670-1760). Architecture et décor d’une pièce d’apparat, Genève, Droz, 2023, 480 p., 183 illustrations.

Conférence du GRHAM: “Projet AORUM: l’utilisation de l’or dans la peinture occidentale du XVIIe siècle” par Romain Thomas (Paris, 30/03/2023)

Pieter Jansz Saenredam, The Nave and Choir of the Mariakerk in Utrecht, Pieter Jansz Saenredam, 1641, oil on panel, 122 x 95 cm, Amsterdam, Rijksmuseum

Type : conférence (entrée libre et gratuite)
Date et horaire : jeudi 30 mars à 19h (1h).
Lieu : salle Jullian (1er étage), Galerie Colbert (Institut National d’Histoire de l’Art), 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le projet AORUM (Analyse de l’OR et de ses Usages comme Matériau pictural en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles), coordonné par Romain Thomas (HAR/UPN), Christine Andraud (CRC/CNRS/MNHN) et Dan Vodislav (ETIS/CY Cergy Paris Université), qui a débuté le 1er octobre 2021, est un projet interdisciplinaire (histoire de l’art, histoire et physico-chimie des techniques picturales, optique) qui s’attache à étudier l’or en tant que matériau pictural dans les pratiques artistiques en Europe occidentale, aux XVIe et XVIIe siècles. Il vise ainsi à explorer un terrain historiographique inédit, en rassemblant un corpus d’œuvres et en l’analysant dans une triple perspective (historique, technique et optique). En effet, contrairement à ce que laissent entendre les prescriptions des théoriciens de la peinture des XVe et XVIe siècles (ex. Alberti et Vasari), l’or continue à être utilisé bien au-delà de la Renaissance. En témoignent certains tableaux d’artistes aussi célèbres que Rembrandt ou Vermeer. Bien d’autres exemples existent, et pourtant, parmi les matériaux du peintre, l’or est le grand absent des travaux sur la peinture européenne de la première modernité. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: “Projet AORUM: l’utilisation de l’or dans la peinture occidentale du XVIIe siècle” par Romain Thomas (Paris, 30/03/2023)

Compte rendu d’exposition : “Evaristo Baschenis (1617 – 1677). Le triomphe des instruments de musique dans la peinture du XVIIe siècle” (Paris, galerie Canesso, du 6 octobre au 10 décembre 2022)

Ill. 1. Evaristo Baschenis, Nature morte aux instruments de musique, hst, 115 x 163 cm, signature sur le pied gauche de la table “EVARISTUS/BASCHENIS/B”, collection particulière

La galerie Canesso vient de consacrer une exposition à Evaristo Baschenis (1617-1677), le prêtre-peintre, actif à Bergame au milieu du XVIIe siècle, célèbre déjà en son temps pour ces natures mortes d’instruments de musique. Cette initiative, inspirée au marchand d’art parisien par l’étude récente que l’historienne de l’art Ornat Lev-er dédie à Baschenis, lui permettait par la même occasion d’offrir la première exposition monographique en France sur le maître de Bergame[1]. Cette exposition vient compléter la série d’événements que la galerie a dévolu au genre de la « nature morte » depuis plusieurs années[2].

L’initiative de Maurizio Canesso s’inscrivait par ailleurs dans un mouvement de regain d’intérêt pour l’objet « nature morte » dont témoignent les travaux de Sybille Ebert-Schifferer[3], d’Étienne Jollet[4], puis plus récemment de Jan Blanc[5], de Laurence Bertrand Dorléac[6] et finalement de l’exposition Les Choses que vient de lui consacrer le musée du Louvre[7]. Ainsi, l’entreprise de la galerie Canesso offrait l’occasion d’expérimenter l’une des thèses de Charles Sterling[8], rappelée dans le cadre de l’exposition Les Choses, soulignant l’importance des tarsie lignee (panneaux de marqueterie) en tant que prodromes de l’éclosion de la nature morte moderne au XVIIe siècle[9]. Cette thèse s’intègre dans une spécificité italienne que l’œuvre de Baschenis illustre par le potentiel stéréométrique des objets représentés : luths, luths-théorbes, violones, guitares et violons.

 Le luth en effet, en tant qu’objet dont les proportions sont difficiles à restituer, apparaît dans tous les traités de perspective, et ceci dès le De Perspectiva pingendi (ca. 1460-80) de Piero della Francesca ; il est par conséquent très souvent représenté dans les tarsie lignee qui sont l’une de ses applications artistiques. C’est, en effet, à l’usage des peintres et marqueteurs que les théoriciens ou les peintres théoriciens élaborèrent des procédés perspectifs empiriques et mécaniques qui étaient eux-mêmes issus des pratiques d’atelier, comme l’a suggéré la critique contemporaine[10]. Continuer la lecture de Compte rendu d’exposition : “Evaristo Baschenis (1617 – 1677). Le triomphe des instruments de musique dans la peinture du XVIIe siècle” (Paris, galerie Canesso, du 6 octobre au 10 décembre 2022)

Appel à communication : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Type : Appel à communication

Date limite pour les propositions : 30 janvier 2023

Date de l’évènement : 5-7 octobre 2023

Lieu : Rouen, Université de Rouen Normandie

[English version below]

L’analyse formelle ou fonctionnaliste de l’espace sacré tend à voir le bâtiment ecclésial comme une juxtaposition d’espaces clairement distincts – la nef, le chœur, ou encore le transept – dont la séparation refléterait notamment la différence d’état (clercs et laïcs). L’espace ecclésial peut être également envisagé comme un agrégat de chapelles de différentes tailles, ainsi que le suggère la lecture des écrits de Charles Borromée : celui-ci considérait le chœur comme une « chapelle majeure » (de capella maiori) par opposition aux chapelles et autels mineurs (de cappellis et altaribus minoribus). Continuer la lecture de Appel à communication : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Soutenance de thèse: Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande (Vincenzo Mancuso, 19/11/2022, Paris INHA)

Carlo Maratti, L’apparition de la Vierge à saint François de Sales, vers 1686, Forli, Pinacoteca Civica.
Type : Soutenance de thèse.
Date :  samedi 19 novembre 2022 à 14h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 2 rue Vivienne, salle Ingres (2e étage).
 

M. Vincenzo Mancuzo (Sorbonne Université) soutiendra le 19 novembre 2022 à 14h sa thèse en histoire de l’art intitulée : 

Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande.

Devant un jury composé de :
Michel HOCHMANN – Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Stéphane LOIRE – Conservateur général, département des Peintures du musée du Louvre 
Alain MÉROT – Professeur émérite en histoire de l’art moderne, Sorbonne Université  (directeur de thèse)
Véronique MEYER – Professeure émérite, Université de Poitiers
Stefano PIERGUIDI – Professeur d’université, Sapienza Università di Roma
Catherine PUGLISI – Professeure d’université, New-York University 

Continuer la lecture de Soutenance de thèse: Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande (Vincenzo Mancuso, 19/11/2022, Paris INHA)

Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme » (publication de Claudia Salvi-Faré)

Pour citer cet article: Claudia Salvi-Faré, "Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme »", Carnet de recherche du Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne (GRHAM), mis en ligne le 12 juin 2022, consulté le ...

Introduction

Vers le milieu du XVIIe siècle, le marché de l’art parisien stimule la production de natures mortes de format réduit que Pierre Dupuis (1610 – 1682), Paul Liégeois (actif en France au milieu du XVIIe siècle), Pierre-Antoine Lemoine (vers 1605 – 1665), Jean Garnier (1632 – 1705) et Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) ont tous alimentée. Il s’agit toujours de compositions en frise, peintes sur un fond uni avec une rangée de fruits, parfois deux, posées à même une plinthe simulant invariablement la pierre. Cette plinthe est parfois ornée de motifs (Dupuis, Monnoyer, Lemoine), ou encore parée d’une draperie unie (Liégeois, Dupuis)[i].

Cette production est spécifiquement française du fait de la mesure extrêmement surveillée de ces mises en scène. À la différence des grands maîtres contemporains hollandais et flamands, ces natures mortes bannissent les objets trop ouvragés, les contrastes chromatiques trop chatoyants, la dramatisation des lumières comme de la touche. Continuer la lecture de Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme » (publication de Claudia Salvi-Faré)

Appel à communication : « Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe » / Call for Papers: “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Eustache Le Sueur, Réunion d’amis, vers 1640, huile sur toile, 136 x 195 cm, Paris, musée du Louvre

Date limite de l’appel : 31 mars 2022.

Date de l’événement : 14 juin 2022.

Lieu : Salle Vasari, INHA, 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de la pandémie qui nous a chacun isolés, des revues telles que le Courrier international et Philosophie magazine consacraient leur numéro de cet été à l’amitié. Nous souhaitons, à travers cette journée d’étude, interroger cette notion d’actualité au prisme d’une histoire sociale et culturelle de l’art. Comment les artistes des XVIIe et XVIIIe siècles vivaient-ils et concevaient-ils l’amitié ? Continuer la lecture de Appel à communication : « Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe » / Call for Papers: “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Journée d’étude: “L’imaginaire de l’Antique” (Petit château de Sceaux, 7/12/2021)

Pierre Paul Rubens, La Mort de Sénèque, c.1612-13, hsb, 187 x 154,7 cm, Alte Pinakothek, Munchen

Type : Journée d’étude.
Date et horaire : mardi 7 décembre, 9h30-17h30.
Lieu : Petit château de Sceaux, 9 rue du docteur Berger, salle Le Nôtre.
Pour tout renseignement : Pr Marianne Cojannot-Le Blanc mleblanc@parisnanterre.fr

Journée d’étude organisée par l’université Paris Nanterre / EA 4414 HAR

Premier volet du cycle Les imaginaires du Grand Siècle

PROGRAMME 

9h30 ━ Accueil (salle Le Nôtre)
Matinée sous la présidence d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne,

Sorbonne Université et directeur de la Mission de préfiguration du Musée du Grand Siècle

9h45 ━ À l’aube d’une nouvelle ère : l’émulation de l’Antique à la cour du premier Bourbon
Par Emmanuel Lurin, maître de conférences, Sorbonne Université (UMR 8150).

10h25 ━ Présence du modèle antique dans la pensée du spectacle : théâtre, jeux et triomphes
Par Laura Naudeix, maîtresse de conférences en études théâtrales, université Rennes 2 (EA 3208)

11h ━Pause

Continuer la lecture de Journée d’étude: “L’imaginaire de l’Antique” (Petit château de Sceaux, 7/12/2021)

Conférence du GRHAM : « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », Temenuzhka Dimova.

Valentin de Boulogne, La Cène, 1625-1626, Huile sur toile, 139 x 230 cm, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome. ©Avec l’aimable autorisation de Gallerie Nazionali di Arte Antica – Bibliotheca Hertziana, Instituto Max Planck per la storia dell’arte/Enrico Fontolan.

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 25 mars 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Participer à la réunion Zoom :
https://zoom.univ-paris1.fr/j/92473230045?pwd=RnN1b085QzM2aHM3dlVvM3UySFZYZz09

ID de réunion : 924 7323 0045
Code secret : 473092

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En langue des signes picturale, serrer ses deux mains avec les doigts entremêlés exprime le chagrin ; croiser ses mains sur la poitrine désigne la ferveur dévotionnelle; plier l’auriculaire évoque le nombre « un » ; mettre la main sur la cuisse d’autrui exprime le serment d’allégeance ; joindre le pouce et l’index démontre la finesse de l’éloquence, alors que l’acte de se moucher permet de conjurer le diable. Le répertoire des gestes employés par les peintres à l’époque moderne contient à peu près une centaine de signes distinctifs. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM : « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », Temenuzhka Dimova.

Publication en ligne des actes du symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement de Paris “Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du Grand Siècle à nos jours”

Hubert Robert, Les Monuments de Paris, 1788, Montréal, Power Corporation of Canada Art Collection. Inv. 1989.11.1

Études rassemblées et présentées par Christophe Henry.

Sur une idée de Martine Debieuvre, première adjointe au Maire du 11e, chargée de la culture, de la mémoire et du patrimoine.

En partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM).

Lien vers le volume 1 (sommaire p. 1-2) : Symposiums_Histoire-de-lart_vol-1.

© Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 – 2018

Pour citer ce volume

Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du grand siècle à nos jours, volume 1, études rassemblés et présentées par Christophe Henry, en partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM) et Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2019 URL : https://www.mairie11.paris.fr/actualites/parution-des-symposiums-d-histoire-de-l-art-de-la-mairie-du-11e-598

Conférence du GRHAM: “Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)” par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: “Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)” par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Appel à contribution : Un Siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle. La contribution des genres artistiques à la construction d’un âge d’or hollandais (avant le 31 octobre 2018)

Gabriel Metsu, Femme lisant une lettre, v.1662-65, Dublin, National Gallery of Ireland

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 
31 octobre 2018.

Appel à contribution pour le deuxième colloque international du projet financé par le Fonds National Suisse

Date du colloque : 6 et 7 juin 2019.
Lieu : Pays-Bas (à préciser).

Si on considère depuis Denis Diderot que les genres artistiques sont consubstantiels de la production artistique hollandaise du XVIIe siècle, leurs définitions, leurs places et leurs spécificités demandent encore à être mieux cernées. Il est désormais acquis dans l’historiographie que Carel van Mander fait, dans son Schilder-Boeck, référence à des catégories iconographiques (beest, keucken, brand, zee etc.), plutôt que des genres, ce qu’ont repris, après lui, d’autres auteurs. Il reste que la formule apparaît encore souvent, dans une perspective descriptive et hiérarchique. Cette question des genres apparaît, en outre, comme un moyen d’individualiser les Provinces-Unies au regard de l’Europe. À un nouvel état répondrait un nouvel art, et le développement de ces différents genres artistiques devient alors un des meilleurs exemples de la dutchness de l’art hollandais.

Continuer la lecture de Appel à contribution : Un Siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle. La contribution des genres artistiques à la construction d’un âge d’or hollandais (avant le 31 octobre 2018)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search