Archives par étiquette : woman

Journée d’étude du GRHAM : « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

Type : journée d’étude.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu : en ligne (Zoom), sur inscription asso.grham@gmail.com

Programme : 

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Introduction, Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, professeure à l’Université de Picardie

9h45-11h15 : Pouvoir et rôle politique dans « l’Europe » de l’Ancien Régime

Modération : Maël Tauziède-Espariat, chercheur associé à l’Université de Bourgogne

Veuves royales : représentations politiques du veuvage en France et en Angleterre à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe), Julie ÖZCAN, doctorante en Histoire et Civilisation à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Christine de France, duchesse et régente de Piémont-Savoie (1619-1663). Entre l’être et le paraître, le statut politique et social d’une veuve Femme d’État, Florine VITAL-DURAND, chercheuse associée à l’Université Grenoble Alpes

L’obscur et l’éclat : concilier gouvernement et viduité sous la régence d’Anne d’Autriche , Damien BRIL, chercheur à l’École du Louvre Continuer la lecture

Appel à communication : Journée d’études du GRHAM « Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ? » / « Figures of Widows in Modern Era (17th and 18th centuries): Images of an Accepted, Hidden, Claimed Social Status? »

 

15 juin / 15th June 2021, Paris Galerie Colbert

J.-B. Greuze, La veuve et son prêtre, v. 1784, huile sur toile, 128 x 160 cm, Saint-Pétersbourg, Ermitage

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mars 2021.
Date de l’événement : 15 juin 2021.
Lieu :  Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Femme et veuve sous l’Ancien Régime ? Les images qui permettent de définir la première abondent qu’il s’agisse de décrire une femme séduisante, une femme d’influence ou une femme du peuple. En revanche les images qui pourraient caractériser la seconde restent floues. De fait, la veuve se définit avant tout par la négative ; une veuve, c’est « celle qui a perdu son mari[1] ». La condition sociale imposée par le veuvage est jugée moins favorable que celle de la femme mariée, le Dictionnaire de Trévoux précisant qu’une « veuve pleure son mari, moins pour son mari, que parce qu’elle se voit déchue du rang qu’elle tenoit, et de la considération où elle étoit[2] », ce qui peut conduire cette dernière à des expédients condamnables : « La veuve soustrait souvent et recèle les plus beaux meubles de son mari[3] ». À l’opposé de cette vision peu séduisante, le statut de veuve semble toutefois offrir aux femmes une liberté que ne connaissent ni les filles ni les épouses[4].

Continuer la lecture

Publication : « Portrait of a Woman in Silk. Hidden Histories of the British Atlantic World ».

ANISHANSLIN Zara, Portrait of a Woman in Silk. Hidden Histories of the British Atlantic World, New Haven, Yale University Press, 2016, 432 p.

ANISHANSLIN Zara, Portrait of a Woman in Silk. Hidden Histories of the British Atlantic World, New Haven, Yale University Press, 2016, 432 p.

Présentation de l’éditeur :

Through the story of a portrait of a woman in a silk dress, historian Zara Anishanslin embarks on a fascinating journey, exploring and refining debates about the cultural history of the eighteenth-century British Atlantic world. While most scholarship on commodities focuses either on labor and production or on consumption and use, Anishanslin unifies both, examining the worlds of four identifiable people who produced, wore, and represented this object: a London weaver, one of early modern Britain’s few women silk designers, a Philadelphia merchant’s wife, and a New England painter.

Blending macro and micro history with nuanced gender analysis, Anishanslin shows how making, buying, and using goods in the British Atlantic created an object-based community that tied its inhabitants together, while also allowing for different views of the Empire. Investigating a range of subjects including self-fashioning, identity, natural history, politics, and trade, Anishanslin makes major contributions both to the study of material culture and to our ongoing conversation about how to write history. Continuer la lecture