Archives par étiquette : Wilhelm Gumppenberg

Conférence : Autour de l’Atlas Marianus. Vierges miraculeuses et théologie de l’image au XVIIe siècle.

Atlas

Type : Conférence.
Date : jeudi 10 décembre 2015 à partir de 17h30.
Lieu : Rennes,salle B223, université Rennes 2.
Conférence animée par : Bruno Boerner (Professeur d’histoire de l’art médiéval) et Estelle Leutrat (Maître de conférences en Histoire de l’art moderne).

Au lendemain de la guerre de Trente Ans (1618-1648) paraissait à Munich un ouvrage singulier, l’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg. Entre topographie sacrée et encyclopédie de la Vierge, ce livre encouragé par la compagnie de Jésus répertoriait tous les lieux de pèlerinage et les innombrables miracles accomplis par les images vénérées de la Mère de Dieu. Déployant minutieusement les preuves de la puissance de la Reine des Cieux dans cette Europe morcelée entre des confessions ennemies, mais aussi en Asie et dans l’Amérique latine fraîchement christianisée, Gumppenberg érigeait Marie en une figure à la fois universelle et mondialisée.

L’Atlas Marianus connut plusieurs éditions latines et allemandes ; il eut une influence décisive jusqu’au XIXe siècle avant de tomber dans l’oubli. Riposte aux protestants qui récusaient vigoureusement l’efficacité des saintes images, il entendait aussi répondre aux philosophes de la nature et aux savants peu convaincus de l’effectivité du miracle et de son évidence. Devant la menace de voir le ciel et la terre se vider de la présence divine, les jésuites présentèrent avec lui leur contreattaque, en convoquant attestations savantes, sources historiques et témoins irréprochables. Avec son abondante illustration, le livre permettait aussi à ses lecteurs un pèlerinage visuel vers des lieux lointains et offrait à tous, dévots et artistes, un véritable répertoire des visages de la Vierge.

Olivier Christin et Nicolas Balzamo offrent la première édition moderne annotée de cet ouvrage majeur pour l’histoire de l’art et l’histoire religieuse d’une période marquée par le défi de la Révolution scientifique et de la confessionnalisation.

Olivier Christin est Professeur d’histoire moderne à l’Université de Neuchâtel et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à Paris (Ve section). Il est spécialiste des relations entre arts et réformes religieuses de la première période moderne.

Docteur en histoire, Nicolas Balzamo est collaborateur scientifique à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur l’histoire du catholicisme moderne.