Archives par étiquette : Watteau

Journée d’étude du GRHAM : « Le mou : saisir la mollesse de la matière au motif dans les arts visuels à l’époque moderne » (Paris, 13 juin 2018)

François Boucher, La Nymphe Callisto, séduite par Jupiter sous les traits de Diane (détail), 1759, huile sur toile, 57 x 69 cm, Kansas City, The Nelson-Atkins Museum of Art.

Type : Journée d’études.

Date et horaire : mercredi 13 juin 2018 à partir de 9h20.

Lieu :  salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette journée d’étude se propose de réfléchir sur la notion peu étudiée du mou en histoire de l’art. Elle sera déclinée et analysée sous ses appellations de morbidezza, mollesse et moelleux dans les domaines de la sculpture et de la peinture pendant la période moderne.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM. Continuer la lecture

Bonne année muséale !

Johannes Vermeer, L’Astrologue, dit aussi l’Astronomie, 1668, huile sur toile, 51,5 x 45,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Johannes Vermeer, L’Astrologue, dit aussi l’Astronomie, 1668, huile sur toile, 51,5 x 45,5 cm, Paris, musée du Louvre.

L’équipe du GRAHM vous souhaite une très belle année muséale et vous invite à aller voir de belles expositions …

A Paris

  • Vermeer et les maîtres de la peinture de genre au siècle d’or, musée du Louvre, du 22 février au 22 mai, sous le commissariat de : Blaise Ducos, conservateur du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre ; Adriaan E. Waiboer, conservateur, National Gallery of Ireland et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur, National Gallery of Art, Washington,
  • Valentin de Boulogne, réinventer Caravage, musée du Louvre, du 22 février au 22 mai, sous le commissariat de : Annick Lemoine et Keith Christiansen.
  • De Zurbaran à Rothko. Collection Alicia Koplowitz, musée Jacquemart-André, du 2 mars au 24 juillet, sous le commissariat de : Pablo Melendo Beltrá ; Pierre Curie, conservateur en chef du patrimoine,
  • Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi, musée Cognacq-Jay, du 25 février au 25 juin, sous le commissariat de : Benjamin Couilleaux, conservateur du patrimoine au musée Cognacq-Jay, Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur en chef du patrimoine, directrice du musée Cognacq-Jay,
  • Jardins, Grand Palais, du 15 mars au 24 juillet, sous le commissariat de : Laurent Le Bon, président du Musée National Picasso – Paris ; Coline Zellal, conservateur du patrimoine ; Marc Jeanson , conservateur scientifique, responsable de l’Herbier national au Museum National d’Histoire Naturelle,
  • De Watteau à David, la collection Horvitz, Petit Palais, du 21 mars au 9 juillet 2017, sous le commissariat de : Alvin L. Clark, Jr, The Horvitz Collection and The J.E.Horvitz Consultative Curator, Department of Drawings, Division of European and American Art, Harvard Art Museums/ Fogg ; Christophe Leribault, directeur du Petit Palais,
  • Le Baroque des Lumières, chefs d’œuvres des églises parisiennes, Petit-Palais, du 21 mars au 16 juillet, sous le commissariat de : Christophe Leribault, directeur du Petit Palais ; Marie Monfort, responsable de la Conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la Ville de Paris. Commissaires associés : Maryline Assante (Petit Palais), Lionel Britten (musée d’Orsay), Jessica Degain, Nicolas Engel et Emmanuelle Federspiel (COARC), Christine Gouzi (Université de Paris-Sorbonne) et Guillaume Kazerouni (musée des Beaux-Arts de Rennes).
  • Pierre-Joseph Redouté et le goût des fleurs, musée de la Vie romantique, du 1er avril au 31 octobre,
  • Or virtuose à la cour de France, Pierre Gouthière (1732 – 1813), Les Arts décoratifs, du 15 mars au 25 juin, sous le commissariat de : Anne Forray-Carlier, conservatrice en chef du patrimoine, département XVIIe-XVIIIe siècles assistée de Sophie Motsch, assistante de conservation, département XVIIe-XVIIIe siècles,
  • Des Grands Moghols aux maharajahs. Joyaux de la collection Al Thani, Grand Palais, du 29 mars au 5 juin. sous le commissariat de : Amin Jaffer, conservateur, Collection Al Thani ; Amina Okada, conservateur général au musée national des arts asiatiques – Guimet.

Continuer la lecture

Les expositions de la rentrée.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Paris et ses environs

  • Le Grand Condé : Le rival du Roi-Soleil ? du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017, au Domaine de Chantilly, dans la salle du Jeu de Paume

Commissariat : Mathieu Deldicque, Conservateur du patrimoine au musée Condé – Domaine de Chantilly.

  • Bouchardon (1698-1762) : Une idée du beau, du 14 Septembre 2016 au 5 Décembre 2016, au Louvre, Hall Napoléon.

Commissariat : Guilhem Scherf, Juliette Trey, musée du Louvre, Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles, et Édouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

  • Rembrandt intime, du 16 septembre 2016 au 23 janvier 2017, au musée Jacquemart-André.

Commissariat : Emmanuel Starcky, Directeur des Domaines et Musées nationaux de Compiègne et de Blérancourt, Peter Schatborn, Conservateur en chef émérite du Cabinet national des estampes au Rijksmuseum d’Amsterdam, Pierre Curie, Conservateur du Musée Jacquemart-André. Continuer la lecture

Appel à communication : « Art and War : New Perspectives »

Jean-Antoine Watteau, Camp volant, huile sur toile, 1710-1711, Moscou, Musée des Beaux-Arts Pouchkine.

Jean-Antoine Watteau, Camp volant, huile sur toile, 1710-1711, Moscou, Musée des Beaux-Arts Pouchkine.

Type : Appel à communication.
Date limite : 16 juin 2016.

The Frick Collection (New York) is pleased to invite submissions for “Art and War,” a symposium that will accompany the special exhibition « Watteau’s Soldiers: Scenes of Military Life in Eighteenth-Century France. »

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Journée d’étude : Les relations artistiques à l’époque moderne.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l'année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Nicolas Langlois, Almanach pour l’année 1700, Vue du Salon de peinture et de sculpture de l’année 1699 (détail), 1700, eau-forte et burin, 88 x 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : journée d’étude.
Date : 12 novembre 2015.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne, Géopolis, salle 2235.
Contact : -Session 1 : angela.benza@unige.ch / cyril.lecosse@unil.ch -Session 2 : genevieve.dutoit@unil.ch / berangere.poulain@unige.ch

La première partie de cette journée d’étude portera sur les relations artistiques entre la France et l’Angleterre à la période moderne. Il s’agira de s’interroger autant sur les enjeux de ces échanges que sur leurs formes et leurs principaux acteurs. Dans cette perspective, il apparait essentiel de caractériser le type d’échanges en vigueur pouvant notamment procéder de la rivalité, de l’émulation, de l’imitation ou encore du pastiche. De même, il semble nécessaire d’identifier les différentes dynamiques dans lesquelles ces relations ont pu s’inscrire : transfert, transposition, adaptation ou appropriation, etc. Enfin, la question de la circulation des modèles et des « acteurs » (réseaux d’artistes, marchands, clientélisme, collectionnisme etc.) se trouve elle-aussi au centre des considérations sur les relations artistiques à l’époque moderne.

Tous ces questionnements et domaines de réflexions montrent qu’il faut inscrire l’étude des relations artistiques entre la France et l’Angleterre dans un cadre historique élargi afin de s’interroger plus globalement sur les modalités de réception d’une culture par une autre. Nous pourrons, par exemple, examiner les préjugés – d’ordre esthétique, historiographique ou méthodologique – qui ont constitué et peuvent constituer encore des obstacles à l’étude comparative des œuvres d’art britanniques et françaises.

La deuxième session aura pour objectif d’engager une réflexion sur les liens qui unissaient la peinture aux objets du décor au XVIIIe siècle. Il s’agira de mieux comprendre la dynamique des échanges à l’époque moderne entre les arts manufacturés et les beaux-arts. Comment les peintres interagissaient-ils avec les différents acteurs de la décoration intérieure ? Comment se sont construites ces relations ? Quels en étaient les acteurs et les principaux enjeux ? Dans quelles mesures les peintres prenaient-ils en compte l’espace dans lequel leurs œuvres étaient présentées, l’enveloppe architecturale qui les recevait mais aussi la corrélation d’objets de nature et de statuts différents ? Quels étaient les liens ou les collaborations entre les peintres de chevalet, les peintres ornemanistes, les peintres décorateurs et les peintres d’impression, vernisseur ou doreur ? Existait-il une perméabilité entre ces différents corps de métier ? Dans quelles mesures les marchands et leur boutique ont-ils pu contribuer à lancer la carrière d’un artiste ? Ou, au contraire, se servir de la popularité de ce dernier pour mieux vendre leurs marchandises ? Voici quelques unes des questions sur lesquelles nous nous proposons de réfléchir lors de cette journée d’étude.

Programme :

I. LES RELATIONS ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L’ANGLETERRE XVIIe-XIXe

Modération : Angela Benza (assistante, UNIGE) et Cyril Lécosse (maître-assistant, UNIL).

8.45 : Accueil et introduction à la session I.

9.00 : CHRISTOPH VOGTHERR (directeur de la Wallace Collection ) : Understanding Watteau’s stay in London: Expectations and Exchanges, Imports and Exports.

10.00 : MARIANNE CLERC (maître de conférence, Université Pierre Mendès-France, Grenoble 2) : Les artistes français en Angleterre (vers 1680-1745).

10.30 : Pause

11.00 : JAN BLANC (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIGE) : An Englishman in Paris : les trois séjours français de sir Joshua Reynolds (1752, 1768, 1771).

11.30 : VALÉRIE COSSY, (professeure de littérature anglaise et littérature comparée, UNIL ) : L’exemple de Jane Austen dans la Bibliothèque britannique de Genève (1796-1815).

12.00 : DISCUSSION avec les doctorants.

13.00 : Pause de midi.

II. RELATIONS ENTRE LES BEAUX-ARTS ET LES OBJETS DU DÉCOR AU XVIIIE SIÈCLE

Modération : Geneviève Dutoit (assistante, UNIL) et Bérangère Poulain (assistante, UNIGE).

14.15 Introduction de la session II.

14.30 : NATACHA COQUERY (professeure d’histoire moderne, Université Lumière Lyon 2) : Le rôle du tapissier-décorateur d’intérieur dans les intéractions entre les différents acteurs du décor intérieur au XVIIIe siècle.

15.30 : CHRISTIAN MICHEL (professeur d’histoire de l’art de la période moderne, UNIL) : sujet à définir.

16.00 : Pause.

16.30 : YOANN GROLAMBERT (doctorant, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2) : Les liens entre Alexis Peyrotte et les fournisseurs du garde-Meuble de la Couronne.

17.00 : CARL MAGNUSSON (maître-assistant, Unil) : Peinture et décoration au XVIIIe siècle : entre assujettissement et autonomie.

17.30 : DISCUSSION avec les doctorants.

18.30 : Clôture de l’atelier doctoral.