Archives par étiquette : vêtement

Conférence : « Iconographies du vêtement et de la mode, images de temporalité ».

Planche histoire de la mode en France du Moyen Âge et de la Renaissance, Larousse universel édition 1922

Type : Conférence
Date et heure : 16 Janvier 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Isabelle Paresys, maîtresse de conférences en histoire culturelle à l’université de Lille SHS, laboratoire IRHiS / CNRS. Elle mène des recherches sur le vêtement et la mode à l’époque moderne ainsi que sur les représentations de ceux-ci par le cinéma français.

L’objectif de la conférence est de s’interroger sur la relation que les « images de mode » entretiennent avec le temps. Les études sur la mode insistent principalement sur la sémiotique des apparences ou analysent les esthétiques de leurs représentations visuelles. Pourtant, dans une perspective historique longue, on ne peut faire abstraction du rôle que les vêtements à la mode jouent comme marqueurs de temporalité dans notre culture visuelle. On abordera donc la naissance d’une iconographie spécifique du vêtement à partir de la Renaissance. On verra comment l’imagerie vestimentaire essaya de rendre compte de la temporalité de la mode présente et passé en s’enrichissant de nouveaux genres éditoriaux entre le XVIIe et le XIXe siècles, jusqu’à ce que le cinéma propose une rétrovision animée de la mode dans les films historiques ou dit « à costumes ».

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Conférence du GRHAM : « L’objet comme gageure : pour une approche matérielle de l’histoire du vêtement » par Ariane Fennetaux (Paris, 16 novembre 2017).

 

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 16 novembre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’intervention se fonde sur une monographie à paraître, The Artful Pockets: Social and Cultural History of an Everyday Object 17th-19th century, qui se propose de faire une histoire sociale et culturelle d’un accessoire méconnu du vestiaire féminin, la poche. Entre la fin du XVIIe siècle et la fin du XIXe siècle, celle-ci se présente en effet sous une forme spécifique; un accessoire indépendant et détaché du vêtement. Il s’agit d’un ou deux sacs oblongs qu’un lien permet de nouer autour de la taille sous le jupon. Là où les hommes disposent depuis le XVIe siècle de poches dans les différentes pièces de leur tenue, que ce soit le pourpoint ou les hauts de chausses, les femmes n’ont pas de poches. Lorsque celles-ci apparaissent dans le vestiaire féminin, à la fin du XVIIe siècle, ce sont des poches qui sont séparées du vêtement et auxquelles les femmes accèdent par des fentes ménagées dans leurs jupes et leurs robes. Loin d’être une histoire de « la mode », c’est bien une histoire des pratiques vestimentaires qui est conduite dans l’ouvrage, et au-delà, une histoire des pratiques culturelles et sociales auxquelles les poches donnent lieu. Continuer la lecture

Appel à communication : Visual Representations of Dress

Robert Peake the elder, Princess Elizabeth (Elizabeth of Bohemia, ‘The Winter Queen’), 1596–1662, aged seven, 1603, huile sur toile, Greenwich, National Maritime Museum.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 30 mai 2017

Date de la manifestation : 14 – 15 septembre 2017

Lieu : Berlin, Kunstgewerbemuseum

“All That Glitters…”:
Visual Representations of Dress in the Early Modern and the Boundaries
of Reliability

Since few garments survive from the early modern period, especially pre-1700, reliance on depictions of early modern dress in art is unavoidable. Dress and textile representations in paintings, drawings, prints, costume books, album amicorum and sculptures form some of the main visual sources, which in addition to possibilities have various limitations with regards to reliability and interpretation. From fantasy draperies and studio props to true to life portrayals of the sitter’s real garments, the implications of what pictorial representations can offer to dress historians are innumerable and complex.

While in some cases depictions of dress and textiles can act as tools for interpretations of paintings, in others, such as some depictions of dress and fabric worn in the overseas colonies are merely akin to fantasy dress in art. Portrayals of the elite largely survive providing information about the dress worn by the upper echelons in society. However, do such portrayals depict innovations in dress style and textile patterns accurately or do they merely portray a traditional form of dress that conforms to the specific genres of the various visual mediums? Furthermore, such portrayals are scarce in regard to clothing worn by other classes of society and in many cases the context in which they were depicted may have affected the representation. The conference aims to generate a discussion about the extent to which visual sources can be reliable in providing an accurate representation and understanding of the changes and innovations in dress, textiles, fur, haberdashery and jewellery with regards to the context in which they are depicted and used. Continuer la lecture

Journée d’étude : « Le concert des nations » : transferts culturels et transferts génériques (1648-1815).

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Berent van der Eichen et Anton Steenwicnkel, La bataille d’Øland en 1676, 1685-1693, tapisserie en laine, ca. 3,7 x ca. 5,1, Copenhague, château de Rosenborg.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : vendredi 23 septembre 2016.
Lieu : Nantes, université de Nantes, Campus Tertre Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE), Amphi. 410 (rdc).

Ce colloque Jeunes Chercheurs de la Société Française d’Etudes du XVIIIe siècle (SFEDS) et de la Société d’études anglo-américaines XVIIe-XVIIIe siècles (SEAA XVII-XVIII) est organisé en collaboration avec le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) et le laboratoire l’Antique, le Moderne (L’AMO) de l’Université de Nantes. Ces rencontres visent à donner l’occasion aux jeunes chercheurs de se rencontrer pour présenter et échanger sur leurs travaux, entre eux et avec des chercheurs confirmés, dans une ambiance conviviale et interdisciplinaire.

Des traités de Westphalie (1648) qui mirent fin à la Guerre de Trente ans et fondèrent un nouvel ordre européen, au Congrès de Vienne (1815) qui réorganisa l’Europe après la chute de Napoléon, les relations internationales furent le sujet d’innombrables interrogations politiques. Sous le nom de « concert des nations », expression qui désigne depuis un siècle les relations internationales qui ne sont pas fondées sur le recours à la force, c’est le versant artistique, littéraire et historique de ces mutations que nous voudrions examiner dans ce colloque ouvert à tous dont les communicants seront en priorité les jeunes chercheurs.

Programme :

9h00 Ouverture du colloque par les organisateurs Pierre Carboni et Françoise Rubellin en présence de Georges Letissier, Directeur du CRINI et de Didier Delorme, Doyen de la FLCE. Continuer la lecture

Appel à communication : « La première impression : visages, vêtements et corps. 1600-1800 — ’First Impressions’ : Faces, Clothes, and Bodies, 1600-1800 ».

Jean Raoux, Une dame devant son miroir, ca. 1720, huile sur toile, 79 x 64 cm, Londres, Wallace Collection.

Jean Raoux, Une dame devant son miroir, ca. 1720, huile sur toile, 79 x 64 cm, Londres, Wallace Collection.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 10 novembre 2016.
Lieu : York, university of York.
Date limite : 29 août 2016.

In the early modern world, ‘first impressions’ played a central role in the establishment and maintenance of individual and group identities; faces, clothes, and bodies provided a number of sensory clues as to a person’s gender, social status, age, and even health. Appearances were described, depicted, and consumed. However, anxiety over the potential for outward appearances to confuse, disguise, or deceive also gained increasing momentum in this period – ‘first impressions’ were not always as they seemed. Emulation and the erosion of the social hierarchy caused particular alarm, and even the most respectable members of society were now understood to be vulnerable to deception. Clothing, cosmetics, and deportment could all alter appearance and render ‘first impressions’ as shifting and uncertain. In addition, the dissemination of images and descriptions of appearances across the social hierarchy markedly increased throughout the period;the explosion of print culture meant that descriptions of felons were now widely circulated in newspapers, for example, whilst satirical prints prompted a familiarity with images of public figures. Continuer la lecture