Archives par étiquette : vedute

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture

Sotheby’s : belles ventes de décembre.

Sebastiano Ricci, Retour d'Egypte, huile sur toile, 61 x 81,6 cm.

Sebastiano Ricci, Retour d’Egypte, huile sur toile, 61 x 81,6 cm.

La Vente Sotheby’s du 9 décembre à Londres (19h) permet d’admirer plusieurs œuvres de grande qualité. Parmi celles-ci, Un Retour d’Egypte de Sebastiano Ricci (lot n° 21, estimé à 200 000 – 300 000 £) peut-être commanditée par Richard Boyle pour sa résidence de Chiswick lors du séjour du peintre en Angleterre de 1712 à 1716. De par sa composition ainsi que par la douceur du visage de la Vierge, cette oeuvre rappelle celle du Titien, La Vierge à l’Enfant avec sainte Catherine et Jean-Baptiste qui se trouve aujourd’hui à la National Gallery de Londres.

Anton van Dyck, Portrait de la Reine Henriette Marie de France, huile sur toile, 127 x 81,3 cm.

Anton van Dyck, Portrait de la Reine Henriette Marie de France, vers 1636 – 1637, huile sur toile, 127 x 81,3 cm.

Le Portrait de la Reine Henriette Marie de France (1609 – 1669) d’Anton van Dyck (1599 – 1641) est une copie autographe d’un portrait à mi-corps réalisé pour le Cardinal Francesco Barberini vers 1636 – 1637. Il a néanmoins été agrandi au format d’un portrait en pied au XVIIIe siècle. L’attitude de la Reine, d’une sereine élégance dans sa robe safran, témoigne des années heureuses du règne de Charles 1er d’Angleterre. Le positionnement des bras croisés sur le ventre ainsi que les paumes de main tournées vers le haut suggèrent l’arrivée imminente du sixième enfant du couple qu’Henriette Marie forme avec Charles. Le portrait est par la suite acquis par George Greville, 2nd  Duc de Warwick (1746 – 1816) qui fut un des plus grands collectionneurs du XVIIIe siècle, avec une prédilection marquée pour les portraits du XVIIe siècle. Ce lot (n°28) est estimé à 1 500 000 – 2 500 000 £.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l'Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l’Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Deux vedute Florence vue de la rive droite de l’Arno et Vue de la baie de Pozzuoli près de de Naples réalisées par Gaspar van Wittel dit Vanvitelli (1652 – 1736) sont respectivement évaluée à 1 000 000 – 1 500 000 £ (lot 39) et à 800 000 – 1 200 000 £ (lot 40). Elles ont été commanditées vers 1700 par le 9ème Duc de Medinaceli (1660 – 1711), Vice-Roi de Naples. Arrivé à Rome en 1674, Vanvitelli se fait rapidement une réputation d’excellence dans les vedute de par la vision panoramique et surplombante qu’il adopte, la méticulosité dont il fait preuve dans le rendu des différentes éléments de la composition ainsi que le choix de tonalités claires donnant une grande unité à l’ensemble. Il compte parmi ses commanditaires et protecteurs les plus riches familles établies à Rome, au nombre desquelles les Colonna (qui possédaient plus de 100 œuvres de l’artiste) et les Albani.

Cristofano Allori, Judith et Holopherne, 1613, huile sur toile, 142 x 107,1 cm.

Cristofano Allori, Judith et Holopherne, 1613, huile sur toile, 142 x 107,1 cm.

Outre deux Canaletto (lot 189 et 203), la vente du 10 décembre, toujours à Londres (10h30), propose une Judith et Holopherne de Cristofano Allori (1577 – 1621) évaluée à 80 000 – 120 000 £ (lot 173). Ce tableau est des plus connus de l’artiste et des plus admirés au XVIIe siècle florentin. Son succès est attesté par les nombreuses copies autographes et d’atelier qui existent à ce jour. Marino rend hommage à la composition dans un de ses poèmes et, grâce au biographe d’Allori, Filippo Baldinucci, on sait que la femme ayant posée pour Judith était la maîtresse de l’artiste lequel s’est représenté sous les traits Holopherne.

Giocchino Assereto, ecce Homo, 1640 - 1650, huile sur toile, 124,5 x 97 cm.

Giocchino Assereto, ecce Homo, 1640 – 1650, huile sur toile, 124,5 x 97 cm.

 

Le lot 174 propose la dernière version d’Ecce Homo réalisée par Giocchino Assereto (1600 – 1649). Le jeu des mains entremêlées est particulièrement réussi, de même que l’attitude préoccupée de la figure au premier plan à droit trahissant une conscience troublée.

Florence Fesneau