Archives par étiquette : Van Dyck

Christie’s en octobre

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Pour sa vente du 26 octobre 2016, Christie’s propose un Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans (1615 – 1672). Ce tableau (lot n° 70 estimé entre 400 000 et 600 000 $) récemment redécouvert est une des deux versions autographes peintes par Antoine van Dyck (1599 – 1641), l’autre version faisant partie de la collection du Duc de Bedford à l’abbaye de Woburn.

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm.

Le lot n° 74 (estimé entre 150 000 et 250 000 $) propose un Portrait de jeune homme inédit de Ferdinand Bol (1616 – 1680). Ce tableau date probablement des années 1640 qui marqueront la fin de l’apprentissage de Ferdinand Bol auprès de son maître Rembrandt (1606 – 1669) et le début d’une carrière indépendante couronnée de succès et de nombreuses commandes officielles.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Le Billet Doux (Lot n° 100 estimé entre 120 000 et 160 000 $) est un petit tableau de Jean-Honoré Fragonard (1732 – 1806) récemment redécouvert. Il fait partie d’un ensemble de scènes de genre, toutes peintes au cours des années 1770, montrant des demi-figures accoudées à un rebord de pierre ou à une fenêtre ouverte. Parmi celles-ci, on compte les célèbres Curieuses conservées aujourd’hui au musée du Louvre. Un autre tableau de Fragonard qui dépeint un jeune homme implorant une jeune fille à sa fenêtre, conservé dans la collection Veil-Picard, est probablement le pendant du Lot n° 100. Les deux œuvres se complètent sur le thème de la rencontre amoureuse.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Au Lot n° 101 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Pater (1695 – 1736) qui, comme son maître Antoine Watteau (1684 – 1721), s’attache à représenter la vie des soldats pendant la Guerre de Succession d’Espagne (1701 – 1713). Le morceau de réception de Pater à l’académie royale de peinture en décembre 1728 sera d’ailleurs un tableau sur le thème de la vie militaire ; Une fête champêtre. Réjouissance de soldats, actuellement conservé au musée du Louvre. Les Soldats et vivandières se reposant autour du feu reprend le modèle établi par Watteau qui montre soldats et officiers loin de l’agitation du champ de bataille. Ces derniers sont dépeints dans leur quotidien, alors qu’ils se reposent, jouent aux cartes ou conversent en compagnie des femmes et enfants qui accompagnent la garnison de campement en campement. Chaque figure, étudiée séparément, a fait l’objet de dessins préparatoires dont certains sont identifiés dans les collections du musée J. Paul Getty ou de la Fondation Custodia.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Le Portrait de Pierre Vigné de Vigny (1690 – 1772) proposé au Lot n° 96 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) dépeint un ami de Jean Restout. L’architecte et le peintre semblent avoir été proches : tous les deux membres de l’Académie royale, ils bénéficient régulièrement des commandes de l’église, du Régent et du Duc de Luynes. De plus, de nombreuses peintures de Restout apparaissent sur l’inventaire après décès établi à la mort de Vigné de Vigny. Ce dernier, élève de Robert de Cotte, admirateur de Borromini et d’Oppenordt, réalise au début de sa carrière parisienne un ensemble de logements pour le banquier Antoine Crozat (la Cour du Dragon) ainsi que l’hôtel Chenizot, avant de travailler pour le clergé et la noblesse. Pour son élection à la Royal Society de Londres, il écrit, en 1740, une Dissertation sur l’architecture, publiée en 1752.

Florence Fesneau

Vente Robert de Balkany chez Sotheby’s – Paris

Sotheby’s en association avec Leclère-mdv procédera le 20 septembre 2016 (à partir de 17h) à la vente de la collection de Robert Zellinger de Balkany (1931 – 2015). Cet homme d’affaires qui avait fortune dans la promotion immobilière en se lançant dans la conception – novatrice à l’époque – de grands centres commerciaux, avait patiemment constitué une exceptionnelle collection au sein de son hôtel particulier, l’hôtel de Feuquières, situé 62 rue de Varennes.

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Le Lot 15, estimé entre 40 000 et 60 000 €, est un tableau de Michel Hubert Descours (Bernay 1707 – 1775), Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm. Le peintre, qui représente ici sa femme, relate sa rencontre et son mariage avec celle-ci dans un petit texte de souvenirs Les Amours de M. Hubert – Descours avec Mademoiselle Marie Fabre écritte (sic) par luy même en 1737. Il s’inspire d’un tableau d’Hyacinthe Rigaud qui représente pour la première fois un modèle accompagné d’un petit serviteur noir en 1702 dans le Portrait de Catherine-Marie Le Gendre de Villedieu, aujourd’hui non localisé, mais connu par la gravure.

Le Lot 23, estimé entre 300 000 et 500 000 €, est une importante pendule au Jour et la Nuit en ébène, marqueterie d’écaille et de laiton, bronze patiné et doré d’époque Régence, par André-Charles Boulle (1642-1732), le cadran et le mouvement par Abraham Gilbert. Son appartenance a pu être établie dans l’inventaire après décès d’Etienne Perrinet de Jars en 1762. Au XVIIIe siècle plusieurs pendules similaires sont répertoriées, l’une livrée pour Machault d’Arnouville, une autre au prince de Condé, une troisième pour le duc de La Vrillère ; on en retrouve également un exemplaire chez le président de Nicolaÿ, ainsi que chez Jean de Julienne, le comte de Lauraguais et Randon de Boisset.

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l'époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

Le Lot 32, estimé entre 60 000 et 100 000 €, est une pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, le cadran et le mouvement signé Le Paute / Hger Du Roy, 65 x 40 x 22 cm. Cette pendule appartenait à Jean-Baptiste Magon de La Balue (1713 – 1794), fermier général et seul banquier de la Cour à la fin du règne de Louis XV, supplantant ainsi Jean-Joseph de Laborde lors de la disgrâce du duc de Choiseul. L’Ariane qui repose aujourd’hui sur la plateforme de l’horloge s’est substituée à « un chat d’ancien bleu posé sur un coussin de bronze doré avec frise d’ornements » (tel qu’indiqué dans inventaire après-décès dressé le 9 fructidor an III soit le 26 août 1795). Ceci explique la frise de souris qui orne de manière inattendue et cocasse le socle. Continuer la lecture

Publication : « Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors ».

BARKER Sheila (dir.), Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors, Turnhout, Brepols, 2016, 176 p.

BARKER Sheila (dir.), Women Artists in Early Modern Italy : Careers, Fame, and Collectors, Turnhout, Brepols, 2016, 176 p.

Présentation de l’éditeur :

Enhancing our understanding of early Italian female painters including Sofonisba Anguissola and introducing new ones such as Costanza Francini and Lucrezia Quistelli, this volume studies women artists, their patrons, and their collectors, in order to trace the rise of the social phenomenon of the woman artist.

In ten chapters spanning two centuries, this collection of essays examines the relationships between women artists and their publics, both in early modern Italy as well as across Europe. Drawing upon archival evidence, these essays afford abundant documentary information about the diverse strategies that women found for carrying out their artistic careers, from Sofonisba Anguissola’s role as a lady-in-waiting at the court of Felipe II of Spain, to Lucrezia Quistelli’s avoidance of the Florentine market in favor of upholding the prestige of her family, to Costanza Francini’s preference for the steady but humble work of candle painting for a Florentine confraternity.

Continuer la lecture