Archives par étiquette : topography

Appel à communication : Allegory and topography in early modern period (16th – 18th centuries)

Jean Suau, Allégorie de la France libérant l'Amérique, 1784, huile sur toile, 135 x 186 cm, Blérancourt, Musée national de la Coopération Franco-américaine.

Jean Suau, Allégorie de la France libérant l’Amérique, 1784, huile sur toile, 135 x 186 cm, Blérancourt, Musée national de la Coopération Franco-américaine.

Type : Symposium international
Date limite pour envoyer une proposition : 10 février 2016
Date et lieu de la manifestation : 9 – 10 juin 2016, Paris
Organisation : Etienne Jollet and Antonella Fenech Kroke

The arts of the early modern period, from the Renaissance to the end of Eighteenth century, attach great importance to the allegory as a mode of visual evocation of the invisible universal – be it the Christian divine or the human values. Defined in this manner, the notion of allegory appears far removed from the understanding of topography intended as expression of the specificity of a ‘place’, all together visible, physical and particular.

However, this tension between the universal and the particular, the invisible and the visible, the intangible and the tangible, figure and place, meaning and representation, characterizes the culture and the arts of Early Modern. During this period, Western Europe thinks out a new order of the world and, at the same time, endeavors to describe it and to figure it through complex symbolic representations set in a significant space, which then is ‘place’.

Four major questions constitute the principal axes of this symposium.

  • The first one is the place of allegory. Allegory deploys its figures in a meaningful extension and in variable ways – for instance, in the tension between allegory and personification.
  • The second issue concerns allegory of ‘place’ (but also allegory of specific places): this dimension is especially important because of the constitution, since the Renaissance, of increasingly strong political entities gradually defining their boundaries, until the appearance of modern notion of borders at the end of the Eighteenth century.
  • The third point focuses on the relation and on the tension between allegory and the world. The early modern period is characterized by a renewal of comprehension of the world and by the discoveries of regions of the Earth still unknown to Europeans: in this particular context, how does allegory challenge the new topographical knowledge and, first and foremost the development of cartography? But beside this kind of issues, one can also question the links between allegory and other ‘worlds’, as those intangible of the soul which shape other visual forms of allegorical cartographies.
  • The fourth question concerns allegorical spaces, that is to say the space as a notion provided by different meaning but irreducible to a precise signification: mainly the landscape in which an allegorical meaning is just potentially to be found in natural features (for example, the entrance of a grotto, a waterfall, a volcano, etc.) allowing sometimes the representation of the nature’s sublime to emerge.

This call for papers is an invitation to all scholars working in the field in a plural and interdisciplinary perspective. We encourage to propose submissions for the conference, both emerging and established researchers.

Please send your proposal, in English or French (max. 500 words including a short bibliography) with a one-page curriculum vitae to the organizers: allegory.topography@gmail.com

The deadline for the call for paper is February 10, 2016.

The symposium is sponsored by the HiCSA, University Panthéon-Sorbonne and the Centre André Chastel (UMR 8150), University Paris-Sorbonne.

Appel en français :

Les arts de la période moderne, de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, accordent une importance majeure à l’allégorie comme mode d’évocation visuelle d’un universel invisible – que ce soit le divin chrétien ou les valeurs humanistes. Ainsi définie, la pensée de l’allégorie apparaît bien éloignée de la topographie en tant que prise en considération de la spécificité du lieu, à la fois visible, matériel et singulier. Or cette tension entre l’universel et le singulier, le visible et l’invisible, l’immatériel et le matériel, la figure et le lieu, la signification et la présentation est caractéristique de la culture et de l’art de la première modernité. Pendant cette époque on voit la mise en place d’un ordre du monde en Europe occidentale qui conjointement se décrit et se prescrit au travers de représentations symboliques complexes placées dans l’espace significatif qu’est le lieu.

Quatre relations majeures apparaissent, qui constitueront les axes de ce colloque.

  • La première est celle définie par le lieu de l’allégorie : celle-ci déploie des figures dans une étendue elle-même signifiante, selon des modalités variables (notamment dans la tension entre allégorie et personnification).
  • La deuxième concerne l’allégorie du lieu : cette dimension est spécialement importante à l’époque moderne du fait de la constitution de plus en plus ferme d’entités politiques définies par leurs limites, jusqu’à l’apparition de la notion moderne de frontière à la fin du
    XVIIIe siècle.
  • La troisième porte sur l’allégorie et le monde, la période moderne étant caractérisée par le renouvellement des connaissances du monde et un mouvement de découverte de la planète : il s’agira de montrer comment s’articulent l’allégorie et les nouveaux savoirs topographiques, au premier rang desquels la cartographie. Mais aussi, au delà de cette question, on pourra aussi interroger le lien entre l’allégorie et la représentation d’autres ‘mondes’, ceux intangibles de l’âme qui donnent forme à d’autres cartographies allégoriques.
  • Le quatrième porte sur l’espace allégorique, c’est-à-dire l’espace en tant que porteur d’un sens pour autant irréductible à une signification précise : on pourrait citer en particulier le paysage qui logerait le sens allégorique dans ses composantes caractéristiques (l’entrée d’une grotte, une cascade, un volcan etc.) laissant surgit parfois la représentation du sublime de la nature.

    Cet appel à contribution s’adresse à tous ceux, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, dont les recherches portent sur les thématiques évoquées ; le colloque est ouvert aux approches interdisciplinaires.

Les propositions en français ou anglais (maximum 500 mots, courte bibliographie comprise) accompagnées d’un curriculum vitae (une page) sont à envoyer avant le 10 février 2016 aux organisateurs : allegory.topography@gmail.com