Archives par étiquette : thèse

Publication : “Administrer les menus plaisirs du roi : L’État, la cour et les spectacles dans la France des Lumières”.

LEMAIGRE-GAFFIER Pauline, Administrer les Menus Plaisirs du Roi, Paris, Champ Vallon, 2016, 380 p.

LEMAIGRE-GAFFIER Pauline, Administrer les Menus Plaisirs du Roi, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016, 380 p.

Présentation de l’éditeur :

Chargés des décors nécessaires aux transformations de l’espace curial qu’impliquait la mise en scène du cérémonial royal, les Menus Plaisirs du Roi intervenaient aussi bien dans l’organisation du lever du roi, des divertissements de la cour, des cérémonies dynastiques que des rituels d’État. Sous la direction des Premiers Gentilshommes de la Chambre, dont ils étaient les officiers de finances, leurs administrateurs participaient également à l’exercice de la tutelle monarchique sur la Comédie-Française et la Comédie-Italienne. Les Menus Plaisirs se trouvaient donc à la fois placés au service du roi et au service du public. C’est pourquoi cette institution constitue un terrain privilégié pour explorer les modalités de l’administration de la cour, dont l’existence était inhérente au système de représentation de la personne royale et à la nature de l’État monarchique. L’ouvrage s’inscrit ainsi dans le renouvellement de l’histoire politique et culturelle de l’État moderne. Au-delà des idées reçues sur l’espace curial, il prend non seulement ce dernier comme un observatoire de la culture politique propre à l’Ancien Régime, mais en révèle les paradoxales dynamiques au temps des Lumières. Au cœur d’un spectacle monarchique où les représentations lyriques et dramatiques un rôle croissant, les artisans du cérémonial qu’étaient les Menus Plaisirs deviennent en effet au XVIIe siècle les maîtres d’œuvre d’une action publique en faveur du théâtre.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Parution : “Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation”

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Depuis le début du xviiie siècle, le concept d’un lieu situé à l’abri de tous les regards et voué aux plaisirs du libertin a envahi la littérature romanesque et théâtrale (Diderot, Sade, Crébillon, etc.). Les rapports de police et les chroniques scandaleuses regorgent également d’anecdotes piquantes à ce sujet, contribuant ainsi à créer le mythe de la « petite maison ».

Cependant, il faut attendre les années 1750 et la construction du pavillon La Bouëxière pour voir émerger un nouveau type architectural dont le programme s’élabore peu à peu. S’initie alors une vague de réflexions sur ce nouveau mode d’habitat et tous les quartiers périphériques de la capitale se couvrent d’édifices aux allures diverses mais répondant aux mêmes critères architecturaux : renouvellement des dispositifs conventionnels, réduction de la taille des appartements, adoption du plan massé et situation dans un environnement paysager.

La multiplication de ces petites maisons illustre par ailleurs l’émergence d’un nouvel art de vivre et les aspirations d’une société en mutation qui use de toutes les ressources des arts (architecture, jardin, peinture, sculpture…) pour créer de véritables écrins qui ne laisseront pas indifférent le public de l’époque.

Remontant jusqu’aux origines de l’habitat pavillonnaire, cette étude vise à montrer que si le phénomène des périphéries pavillonnaires a jusqu’alors été plutôt attribué aux retombées de la révolution industrielle et à la création de cités ouvrières, les prémices se font sentir dès la fin du xviiie  siècle. Un ouvrage ambitieux et richement illustré qui sollicite l’histoire de l’architecture et des jardins, mais également l’histoire des idées, de la littérature et du théâtre, de la politique et de la ville.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur

Soutenance de thèse : “Les « Dévotieuses » : dévotion et préciosité à Grenoble au XVIIe siècle, la Congrégation de la Purification”.

Israël Silvestre, Vue du pont de Grenoble, XVIIe siècle, encre brune, plume, pointe de plomb et aquarelle sur papier, 10 x 21 cm, Paris, musée du Louvre.

Israël Silvestre, Vue du pont de Grenoble, XVIIe siècle, encre brune, plume, pointe de plomb et aquarelle sur papier, 10 x 21 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 15 décembre à 14h30.
Lieu : Grenoble, université Pierre Mendès France, Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Soutenance de thèse de Marjorie Dennequin : “Les « Dévotieuses » : dévotion et préciosité à Grenoble au XVIIe siècle, la Congrégation de la Purification”, sous la direction de René Favier et co-dirigée par Bernard Hours.

Le jury sera composé de :

Mme Myriam DUFOUR-MAÎTRE, maître de conférences hors-classe à l’Université de Rouen, examinateur.
Mr René FAVIER, Professeur émérite à l’Université Grenoble Alpes, directeur de thèse.
Mr Stéphane GAL, Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, examinateur.
Mme Marie-Élisabeth HENNEAU, Maîtresse de conférences à l’Université de Liège, rapporteur.
Mr Bernard HOURS, Professeur à l’Université Jean-Moulin-Lyon III, co directeur de thèse.
Mr Stefano SIMIZ, Professeur à l’Université de Nancy, rapporteur.

Soutenance de thèse : “2000 Vénitiens du XVIIe siècle : les orfèvres en contexte”.

Pieter Gerritsz Van Roestraeten, Nature morte aux pièces d'orfèvrerie, XVIIe siècle, 73 x 72 cm, La Fère, musée Jeanne d'Aboville.

Pieter Gerritsz Van Roestraeten, Nature morte aux pièces d’orfèvrerie, XVIIe siècle, 73 x 72 cm, La Faire, musée Jeanne d’Aboville.

Type : soutenance de thèse.
Date : samedi 12 décembre à 14h.
Lieu : Amphithéâtre Descartes – rez-dechaussée, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Soutenance de thèse de Camille Perez : “2000 Vénitiens du XVIIe siècle : les orfèvres en contexte”, sous la direction d’Alain Tallon.

Le jury sera composé de :

MME BELLAVITIS ( Rouen ).
M. CHAUVARD ( Strasbourg ).
M. CIRIACONO ( Padoue ).
M. PANCIERA ( Padoue ).
M. PEZZOLO ( Venise ).
M. TALLON ( PARIS IV ).