Archives par étiquette : théorie de l’art

Conférence du GRHAM : « Peinture et discours à Toulouse au XVIIe siècle » par Stéphanie Trouvé (Paris, 23 février 2017).

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 23 février 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Toulouse est présentée depuis le XIXe siècle comme un des foyers artistiques provinciaux des plus féconds, mais sa production a aussi été perçue par l’historiographie comme un art utilisant de vielles formules stylistiques, ou comme une pâle réplique des grands chefs-d’œuvre italiens ou parisiens. A partir d’un corpus d’œuvres et d’écrits sur la peinture sans équivalent pour une ville de province, cette conférence vise à proposer des pistes méthodologiques pour comprendre les enjeux de la peinture toulousaine. Comment situer cette production dans le panorama de l’art français ? Il s’agit de s’interroger sur la construction de la notion d’école, sur le métier de peintre et de confronter peintures et discours afin de porter un nouveau regard sur le développement de l’art en dehors du domaine royal.

Stéphanie Trouvé est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université de Paris X – Nanterre. Elle est l’auteur d’un livre intitulé : Peinture et Discours. La construction de l’école de peinture XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2016) et de plusieurs articles sur des écrits artistiques, sur des grands décors toulousains, et sur les Salons de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse. Elle a enseigné l’histoire de l’art dans les universités de Toulouse et de Bordeaux. Elle travaille dans le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) sélectionné par le Conseil Européen de la Recherche.

Publication : « Peinture et discours. La construction de l’école de Toulouse, XVIIe-XVIIIe siècles ».

TROUVE Stéphanie, Peinture et discours. La construction de l'école de Toulouse, XVIIe-XVIIIe siècles, Rennes, PUR, 2016, 472 p.

TROUVE Stéphanie, Peinture et discours. La construction de l’école de Toulouse, XVIIe-XVIIIe siècles, Rennes, PUR, 2016, 472 p.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre mène une enquête sur la peinture à Toulouse du XVIIe siècle à partir d’un corpus d’œuvres sans équivalent pour une ville de province, ainsi que d’une vingtaine de textes (littérature de dévotion, glorification d’un décor, description de tableaux, etc.). Ces écrits posent la question du statut du peintre, de la notion d’école, de l’éducation du regard pour distinguer une bonne peinture d’une mauvaise, de la réception d’une œuvre, d’un artiste et du développement de l’art en dehors d’une cour princière. Continuer la lecture

Publication : « Galilée, critique d’art ».

PANOSKY Erwin, Galilée, critique d'art, traduction et préface de HEINICH Nathalie, Bruxelles, Les impressions nouvelles, septembre 2016, 112 p.

PANOSKY Erwin, Galilée, critique d’art, traduction et préface de HEINICH Nathalie, Bruxelles, Les impressions nouvelles, septembre 2016, 112 p.

Présentation de l’éditeur :

Et si Galilée, malgré tout son génie, était passé à côté de la découverte de Kepler – pourtant moins progressiste que lui – en raison du classicisme de ses goûts esthétiques ? C’est cette thèse paradoxale que soutient avec brio, dans ce petit livre virtuose, le grand historien d’art Erwin Panofsky – auteur entre autres de La Perspective comme forme symbolique, Architecture gothique et pensée scolastique et L’Œuvre d’art et ses significations.

Croisant pour les besoins de sa démonstration histoire des sciences et théorie des arts, numérologie et anamorphose, maniérisme et poésie, astronomie et marqueterie, Erwin Panofsky effectue une traversée époustouflante de la culture de la Renaissance, convoquant tout à la fois Léonard de Vinci, Michel-Ange, Le Tasse, Holbein, L’Arioste, Kepler et Arcimboldo.

« Les voies de la pensée sont curieuses, imprévisibles, illogiques », commente Alexandre Koyré dans l’étude très fine qu’il consacre à l’essai de Panofsky et qui accompagne cette réédition d’un texte devenu introuvable.

Dans sa préface, la sociologue Nathalie Heinich situe les enjeux du livre et son caractère profondément paradoxal en matière de rapports entre arts et sciences.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Henri IV : Art et pouvoir ».

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture

Publication : « Die Experimentalkultur in einer Seifenblase. Das epistemische Potenzial in Chardins Malerei ».

 

HOSSEINI Anita, Die Experimentalkultur in einer Seifenblase. Das epistemische Potenzial in Chardins Malerei, Munich, Wilhelm Fink, 2016, 296 p.

HOSSEINI Anita, Die Experimentalkultur in einer Seifenblase. Das epistemische Potenzial in Chardins Malerei, Munich, Wilhelm Fink, 2016, 296 p.

Présentation de l’éditeur :

Wie kann Malerei Wissen vermitteln oder gar generieren? Diese Frage untersucht Anita Hosseini in ihrer Studie zum 18. Jahrhundert ausgehend von Jean-Siméon Chardins Gemälde »Die Seifenblasen«.
Durch die Zusammenführung von Experimentalkultur, Bildgenese und Bildrezeption zeigt Hosseini, wie aus der Seifenblase als Symbol der Vanitas zugleich auch ein Sinnbild der Veritas wird. Nicht nur durch das Sujet, sondern auch durch die Darstellungstechnik veranschaulichen Chardins Bildwelten die Diskurse ihrer Entstehungszeit. Die Malerei gibt Aufschluss über das Licht Newtons und die damaligen Wahrnehmungstheorien. Mit »Augen wie Prismen« (Renou) zergliedert Chardin die sichtbare Welt in Luft und Licht, die er zur Darstellung bringt. Aus der malerischen Ästhetik geht eine Wahrnehmungsästhetik hervor, die diese Malerei in der Rezeption selbst zu einem Feld des Experiments macht.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : Sir Joshua Reynolds : Propos sur l’art.

BLANC Jan, Sir Joshua Reynolds : Propos sur l’art, Turnhout, Brepols, décembre 2015, 800 p.

BLANC Jan, Sir Joshua Reynolds : Propos sur l’art, Turnhout, Brepols, décembre 2015, 800 p.

Présentation de l’éditeur :

Réunis pour la première fois et présentés de façon systématique et comparative, ces textes offrent une révision complète des théories et des pratiques artistiques du peintre, sir Joshua Reynolds.

Après la mort de sir Joshua Reynolds, les premiers visiteurs de son atelier y ont découvert, en plus de plusieurs tableaux inachevés et des œuvres de son abondante collection, un nombre considérable de manuscrits – plus de 2000 pages de sa main ou de celle de ses secrétaires. Certains de ces manuscrits ont fait l’objet de publications partielles, tout comme c’est le cas des quelques textes publiés par Reynolds tout au long de sa carrière – pour l’essentiel, ses trois articles pour l’Idler et ses quinze discours académiques. Il n’existait pourtant aucune édition complète de ses écrits, tant en anglais qu’en français.

Présentant pour la première fois l’intégralité des textes connus de sir Joshua Reynolds, qu’ils aient été publiés de son vivant et après sa mort ou restés à l’état de manuscrits, cet ouvrage propose ainsi une révision complète des théories et des pratiques artistiques du peintre, à l’aune de textes connus, méconnus et inconnus. Réunis pour la première fois et présentés de façon systématique et comparative, ceux-ci permettent de mieux éclairer une carrière et une pensée plus cohérentes qu’on ne l’a dit, moins conformiste qu’on ne l’a prétendu. Ils constituent surtout des documents capitaux pour une histoire artistique mais aussi culturelle, sociale, historique, littéraire, théâtrale et politique du Siècle des Lumières.

À travers une présentation strictement chronologique des différents documents, qui mêlent les textes publics ou publiés, les lettres privées ainsi que les notes demeurées confidentielles, il s’agit de souligner la cohérence des idées développées par le premier président de la Royal Academy tout autant que leur évolution et leur adaptation à des publics et des attentes différents. L’ensemble de ces sources fait l’objet d’une présentation qui permet d’en restituer les enjeux, d’en rappeler le contexte d’énonciation et d’en marquer les principaux apports. Par une série de renvois intertextuels, le lecteur pourra également mettre en relation les propos de l’artiste à différents moments de sa vie, afin de mesurer ce qui les sépare ou les réunit.

Par ailleurs, afin que ces textes ne soient pas réduits aux innombrables chapitres d’une théorie de l’art homogène et unifiée qui n’a jamais existé, et arrachée à la pratique d’un peintre qui a constamment cherché à la fonder sur les problèmes strictement artistiques, techniques et artistiques qui se posaient à lui, lorsqu’il concevait un portrait ou une peinture d’histoire, des éléments d’information concernant sa carrière, ses principales œuvres et les débats les entourant ont été insérés entre les textes afin d’en favoriser la compréhension et d’en saisir les enjeux circonstanciels.

Il serait vain, même en une longue préface, de résumer en quelques points des théories artistiques qui s’étalent sur près de 2000 pages et couvrent près d’un demi-siècle, du premier manuscrit connu de la main d’un Reynolds à peine entré dans l’adolescence – un arbre généalogique – à la dernière lettre que nous connaissons du peintre, écrite à peine un mois après avoir proposé – sans succès – sa démission de la Royal Academy. J’ai donc choisi la solution d’un dictionnaire, regroupant les principales notions et les personnages les plus importants que nous pouvons rencontrer au fil des pages écrites par Reynolds, tout au long de sa carrière. J’y insiste sur les problèmes de définition posés par des concepts dont les acceptions ne sont parfois qu’implicites, et sont le plus souvent flottantes, au gré des enjeux et des problèmes contextuels posés à la pratique du peintre. J’y montre aussi que, dans bien des cas, Reynolds fait constamment évoluer sa théorie, en la réélaborant en fonction de ses rencontres mais aussi des résistances ou des débats que ses idées font surgir au sein de l’institution académique, auprès de ses collègues ou dans la presse. Reynolds ne prétend jamais détenir une vérité qu’il cherche à imposer à ses auditeurs ou ses lecteurs – ou à lui-même. Bien au contraire, il trouve, à travers le travail de formulation par l’écrit et de formalisation par l’explicitation théorique les moyens de construire ou de déconstruire cette pensée. Tel est, sans doute, le principal enseignement d’une édition qui, je l’espère, contribuera à montrer que la pensée de sir Joshua Reynolds est l’une des plus audacieuses et des plus ouvertes de son temps.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Continuer la lecture