Archives par étiquette : théorie

Colloque : « Liturgie et Architecture. Constructions, usages et aménagements des églises (XIIIe-XVIIIe siècles) »

liturgie-et-architecture

Type : colloque
Date de la manifestation : 24 et 25 novembre 2016
Lieu : Nancy – Campus Lettres & Sciences Humaines
23 Bd Albert 1er
salle A 104

Organisation :
L’ANR Lodocat, le CRULH et l’Université de Lorraine
Sous la direction de Pierre SESMAT et de Frédéric TIXIER

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie » (Eric Palazzo, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre « forme et fonction » qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ? Continuer la lecture

Publication : “Un tableau n’est pas qu’une image : La reconnaissance de la matière de la peinture en France au XVIIIe siècle”

1461065754

DELAPLANCHE, Jérôme, Un tableau n’est pas qu’une image, Rennes, P.U.R, 2016, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

La progressive prise en considération de la facture de la peinture dans la culture artistique du XVIIIe siècle est l’histoire d’un enrichissement du regard. La peinture était décrite jusqu’alors comme une fenêtre ou comme un miroir. Elle devint aussi une matière. Au commentaire d’une image s’ajouta le commentaire d’une surface. Nous sommes aujourd’hui entièrement redevables de ce retournement paradigmatique qui eut lieu vers 1760.

Ouvrage publié avec le soutien du centre Georges-Chevrier.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : Jacques-François Blondel, un architecte dans la « République des Arts »

DAVRIUS Aurélien (éd.), Jacques-François Blondel, un architecte dans la « République des Arts », Paris, Droz, 2016.

DAVRIUS Aurélien (éd.), Jacques-François Blondel, un architecte dans la « République des Arts », Paris, Droz, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Au XVIIIe siècle, de nombreux architectes ont publié des traités ou des « Cours » sur leur art. L’un d’eux se distingue par la quantité et la qualité des livres qu’il publie : Jacques-François Blondel (1708/9 – 1774). Auteur majeur de la théorie architecturale, Blondel a su, au cœur des Lumières, redonner une actualité à l’architecture classique, en s’opposant à l’art rocaille qui domine alors. Pour Blondel, l’architecture possède une dimension encyclopédique – il mobilise à la fois les savoirs techniques et les différents arts –, mais aussi sociale – chacun est appelé à y participer. Les écrits de Blondel sont par ailleurs indissociables de son action pédagogique : avec la fondation de son Ecole des Arts, qui se propose de centraliser la diversité des compétences, il opère une véritable révolution pédagogique. Cet ouvrage rassemble les discours, mémoires, articles pour L’Encyclopédie et autres textes de Blondel, dans lesquels le professeur développe ses idées sur le « bon goût » en architecture. Pour la majeure partie inédits, ou jamais réédités depuis le XVIIIe siècle, ces documents renseignent sur les enjeux de l’art de bâtir au siècle des Lumières, ainsi que sur la transmission de la tradition nationale.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Théorie de l’acte d’image.

BREDEKAMP Horst, Théorie de l'acte image, Paris, Editions de la découverte, octobre 2015, 300 p.

BREDEKAMP Horst, Théorie de l’acte image, Paris, Editions de la découverte, octobre 2015, 300 p.

Présentation de l’éditeur :

La controverse sur les images a une histoire longue, de l’iconoclasme byzantin ou protestant jusqu’à la destruction de Bouddhas de Bâmiyân. Mais dans le monde intellectuel aussi, le statut des images n’a jamais été autant que dans les dernières décennies, dans le champ de la philosophie, l’archéologie et de l’histoire de l’art, notamment. Comment les images, aussi bien que leur pouvoir et leur impuissance, sont-ils devenus le centre de tant de débats publics ? Cette prolifération s’explique par la prédominance conquise par le visuel dans la plupart des domaines de la vie moderne, mais Horst Bredekamp fait le choix de comprendre un paradoxe qui hante la pensée de l’image depuis toujours : l’image, en tant qu’artefact créé par les humains, ne possède pas de vie propre, et pourtant elle développe une présence, une force même, qui emporte celui qui la regarde.
Platon, Léonard de Vinci, Lacan, Heidegger, Warburg, nombreux sont ceux qui ont tenté de percer ce mystère de la puissance effective de l’image. De la statuaire grecque jusqu’aux performances scéniques de Michael Jackson en passant par les automates, les tableaux vivants et l’œuvre de Nikki de Saint-Phalle, Horst Bredekamp analyse plus de deux cents images afin de déployer une théorie originale et ambitieuse, celle de l’acte d’image.
Conçue par l’auteur pour faire écho et contrepoint à la célèbre théorie de l’acte de langage, initiée par Searle et Austin, elle analyse la puissance spécifique recelée par l’image. Fort d’une telle théorie, il n’y a pas d’autre choix que de la replacer, au même niveau que le langage (et l’écriture), à sa juste place dans notre pensée de l’humain et de son histoire, de ses origines à nos jours. Traduit dans plusieurs langues, le livre de Horst Bredekamp est déjà une référence incontournable dans des disciplines aussi variées que la philosophie, la théorie esthétique, l’histoire de l’art et les études culturelles.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.