Archives par étiquette : théologie

Call for Papers: « Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France » (deadline: 15 july 2018)

Carle Van Loo, L’Agonie de saint Augustin (esquisse), 1748 ca., huile sur toile, Tours, Musée des beaux-arts

Type : Call for papers.

Deadline : 15 July 2018.

Date de l’événement : 3–5 December 2018.

Place : Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Hôtel Lully.

Following the completion of Carle Vanloo’s cycle on the Life of Saint Augustine for the Paris Church of Notre Dame des Victoires, its prior praised his “temple du Seigneur” as a “salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages,” as he wrote in 1757 in the Mercure de France. The fact that a clergyman understands his church as a museal space is a reflection of the fundamental transformation that the holy and the sacred underwent in the century of the French Enlightenment. Beyond any political, social or transcendental-philosophical re-evaluation, this cultural shift formulated questions of meanings that are visually effectuated in a public place. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « De la messe à la contemplation esthétique. La mise en scène de la peinture religieuse au XVIIIe siècle » par Martin Schieder (Paris, 19 avril 2018).

Nicolas Bernard Lépicié (1735-1784). « La Chapelle du Calvaire à l’église Saint-Roch ». Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 19 avril 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’aide d’une sélection d’exemples, cette conférence se propose d’analyser deux phénomènes spécifiques au XVIIIe siècle en matière de peinture religieuse : d’une part son esthétisation et sa sécularisation, d’autre part la perte de sa fonction spécifique et sa patrimonialisation. En effet, à partir de la mort de Louis XIV, l’image religieuse connaît une transformation profonde. À la dévotion imprégnée de foi catholique succède une forme sécularisée de recueillement esthétique. L’explication théologique fait place à la description esthétique, l’ekphrasis se substitue à l’exégèse. Les églises parisiennes au décor riche d’art ancien et contemporain deviennent « un salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages ». En même temps, le « Salon » au Louvre offre une plateforme publique inédite aux artistes de peinture religieuse. On assiste à une véritable réévaluation de l’image religieuse, cette dernière étant désormais considérée d’abord comme une œuvre d’art, qu’il s’agit d’exposer, de soumettre à la critique, de restaurer ou même d’éloigner des regards. La dignité spirituelle, qui singularisait la peinture religieuse aux yeux des visiteurs croyants du Grand siècle, n’est plus un critère signifiant pour les amateurs d’art au Siècle des Lumières.

Martin Schieder est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’Universität Leipzig depuis 2008. En 1994, il a soutenu une thèse à la Freie Universität Berlin sur la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (Jenseits der Aufklärung. Die Religiöse Malerei im ausgehenden Ancien Régime, 1997) qui a reçu le prix Marianne Roland Michel en 2012 et a ainsi pu être traduite en français sous le titre Au-delà des lumières, la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (2017). Sa thèse d’habilitation à diriger des recherches, intitulée Dans le regard de l’autre. Les relations artistiques franco-allemandes, 1945–1959 a été récompensée du Prix parlementaire franco-allemand 2005 de l’Assemblée nationale et du Bundestag allemand. Auparavant, Martin Schieder avait occupé un poste d’assistant scientifique (1996–2004), puis de professeur invité à la Freie Universität Berlin (2004–2007) ainsi que de directeur adjoint au Centre allemand d’histoire de l’art Paris (1997–2001). Il a de plus été chercheur invité du Getty Research Institute à Los Angeles (2013–2014) et professeur invité à l’Université Paris IV – Sorbonne (2015). Il a publié de nombreux travaux sur l’art du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, les transferts culturels, l’histoire de la critique d’art, ainsi que dans le domaine des Exhibition Studies et des Studio Studies.

Appel à communication : « L’image miraculeuse dans le monde chrétien ».

Philippe de Champaigne, Le Christ en croix, XVIIe siècle, huile sur toile, 228 x 153 cm, Paris, musée du Louvre.

Philippe de Champaigne, Le Christ en croix, XVIIe siècle, huile sur toile, 228 x 153 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication.
Date : 3-5 novembre 2016.
Lieu : Rennes, université Rennes 2.
Date limite : 1er mars 2016.

 

Consacré aux images miraculeuses et à leur culte dans le christianisme occidental (XIVe-XVIIe siècles), le colloque a pour but d’envisager tous les aspects d’un phénomène majeur, qui a eu des répercussions dans la plupart des domaines de la vie religieuse, depuis la réflexion théologique jusqu’aux pratiques des pèlerins en passant par les dévotions privées ou encore l’aménagement des lieux de culte. En conjuguant questionnements et perspectives disciplinaires variés, la rencontre entend à la fois faire le bilan des recherches menées dans ce domaine et contribuer à leur renouvellement. Le colloque se tiendra à l’Université Rennes 2 les 3-4-5 novembre 2016. Continuer la lecture

Conférence : Autour de l’Atlas Marianus. Vierges miraculeuses et théologie de l’image au XVIIe siècle.

Atlas

Type : Conférence.
Date : jeudi 10 décembre 2015 à partir de 17h30.
Lieu : Rennes,salle B223, université Rennes 2.
Conférence animée par : Bruno Boerner (Professeur d’histoire de l’art médiéval) et Estelle Leutrat (Maître de conférences en Histoire de l’art moderne).

Au lendemain de la guerre de Trente Ans (1618-1648) paraissait à Munich un ouvrage singulier, l’Atlas Marianus du jésuite Wilhelm Gumppenberg. Entre topographie sacrée et encyclopédie de la Vierge, ce livre encouragé par la compagnie de Jésus répertoriait tous les lieux de pèlerinage et les innombrables miracles accomplis par les images vénérées de la Mère de Dieu. Déployant minutieusement les preuves de la puissance de la Reine des Cieux dans cette Europe morcelée entre des confessions ennemies, mais aussi en Asie et dans l’Amérique latine fraîchement christianisée, Gumppenberg érigeait Marie en une figure à la fois universelle et mondialisée.

L’Atlas Marianus connut plusieurs éditions latines et allemandes ; il eut une influence décisive jusqu’au XIXe siècle avant de tomber dans l’oubli. Riposte aux protestants qui récusaient vigoureusement l’efficacité des saintes images, il entendait aussi répondre aux philosophes de la nature et aux savants peu convaincus de l’effectivité du miracle et de son évidence. Devant la menace de voir le ciel et la terre se vider de la présence divine, les jésuites présentèrent avec lui leur contreattaque, en convoquant attestations savantes, sources historiques et témoins irréprochables. Avec son abondante illustration, le livre permettait aussi à ses lecteurs un pèlerinage visuel vers des lieux lointains et offrait à tous, dévots et artistes, un véritable répertoire des visages de la Vierge.

Olivier Christin et Nicolas Balzamo offrent la première édition moderne annotée de cet ouvrage majeur pour l’histoire de l’art et l’histoire religieuse d’une période marquée par le défi de la Révolution scientifique et de la confessionnalisation.

Olivier Christin est Professeur d’histoire moderne à l’Université de Neuchâtel et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à Paris (Ve section). Il est spécialiste des relations entre arts et réformes religieuses de la première période moderne.

Docteur en histoire, Nicolas Balzamo est collaborateur scientifique à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur l’histoire du catholicisme moderne.