Archives par étiquette : théâtre

Appel à communication: 2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide

 Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Type : journée d’étude.
Date limite d’envoi des propositions:  30 avril 2017.
Date de la manifestation : 10 octobre 2017.
Lieu : Université de Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, salle D31.

17, 2017…
Il y aura bientôt deux mille ans que le poète Ovide a disparu. Mais, comme il le prophétise lui-même dans l’épilogue des Métamorphoses avec une assurance qui n’a pas été démentie, son œuvre lui a survécu et a inspiré de nombreux artistes, qui ont perpétué sa mémoire. C’est à cet aspect de la réception d’Ovide qu’est consacrée la journée d’étude du 10 octobre 2017, organisée par Cristina Noacco (maître de conférences en littérature médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès) et Jean-Luc Lévrier (professeur de lettres classiques en classes préparatoires aux grandes écoles, lycée Saint-Sernin, Toulouse), dans le cadre des activités du laboratoire PLH/ELH de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès. Continuer la lecture

Appel à communication pour le séminaire doctoral commun Paris I/Paris IV : “L’Œuvre à l’épreuve du texte”.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de "La Henriade", ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de “La Henriade”, ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite : 23 novembre 2016.
Date de la manifestation : du 8 décembre 2016 au 8 juin 2017.
Lieu : Salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Pour sa huitième année consécutive, le séminaire doctoral commun aux universités Paris 1 et Paris IV envisage la perméabilité des liens entre les œuvres et les textes. « L’œuvre à l’épreuve du texte », le thème retenu cette année, propose de considérer le texte selon trois angles d’approche distincts, complémentaires et identifiables au travers des notions de médium, de forme et d’outil.

De nombreux artistes se sont intéressés à l’écriture ; leurs écrits théoriques ou littéraires et leurs bibliothèques en témoignent. Dans cette optique, il convient de distinguer la place de l’écriture dans l’œuvre : est-ce une occupation annexe à l’activité artistique ou bien intègre-t-elle pleinement le processus créatif ? Les traités, essais, correspondances et manifestes seront mis à contribution afin de discuter ces propositions.

Également entendu comme un objet plastique, pourvu de lettres, le texte peut prendre une part active à l’œuvre à laquelle il est intégré. Les rapprochements formels et stylistiques des textes et des œuvres, observables grâce aux lignes ou à l’insertion de l’écriture dans l’art (estampe, dessin, peinture, sculpture, etc.) nous intéressent particulièrement. Cette présence du texte, notamment par le biais du titre et de la signature, s’objective au point de créer de nouvelles disciplines, telle la génétique. La mise en image des textes participe enfin de cette dynamique : les lectures iconographiques, privilégiant une approche comparative, inscrivent le rapport de l’image au texte selon différentes modalités. Il convient dès lors de distinguer leurs statuts respectifs : doit-on parler d’une subordination de l’image ou texte ou, au contraire, d’une équivalence de l’écrit et du figuré ? Continuer la lecture

Colloque : “Servandoni et son temps. Architecture, peinture, spectacles”

Servandoni, décoration pour le feu d'artifice tiré à Londres en 1749, dessin, Paris, Collection particulière.

Servandoni, décoration pour le feu d’artifice tiré à Londres en 1749, dessin, Paris, Collection particulière.

Type : Colloque
Date du colloque : 27 au 29 juin 2016
Lieu : Salle Vasari, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Direction : Francesco Guidoboni, Jérôme de la Gorce

Colloque international organisé par le Centre André Chastel et le Labex Écrire une histoire nouvelle de l’Europe, avec le soutien du Ghamu et de la Société Archéologique de Sens.

Programme :

Continuer la lecture

Colloque international : “Le theatre et la peinture dans les discours Academiques”

Carle Van Loo, Médée et Jason, avec Mlle Clairon en Médée, 1759, huile sur toile, Allemagne, Berlin, Stiftung Preussische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg.

Carle Van Loo, Médée et Jason, avec Mlle Clairon en Médée, 1759, huile sur toile, Allemagne, Berlin, Stiftung Preussische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg.

Type : Colloque international
Date : 9 au 11 février 2016
Lieu : Paris, Centre Allemand d’Histoire de l’art, Hôtel Lully, 45, rue des Petits Champs (2e arrondissement)
Sous la direction de : Kirsten Dickhaut et Markus A. Castor

Programme :

Continuer la lecture

Publication : Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) – Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l’Alsace.

VALENTIN Jean-Marie, Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) - Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l'Alsace, Paris, Klincksieck, 2015, 886 p.

VALENTIN Jean-Marie, Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) – Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l’Alsace, Paris, Klincksieck, 2015, 886 p.

Présentation de l’éditeur : 

Donner la priorité au matériau : telle est l’injonction à laquelle répond la présente tentative pour parler du théâtre à Strasbourg à partir de pièces d’archives extraites de fonds régionaux, présentées et reproduites dans leur langue d’origine. Si l’année 1512 illustre (S. Brant) l’irruption d’un jeu savant et populaire, la fondation du Gymnase en 1538 est à l’origine de représentations où prend forme, en allemand, une conscience patriotique urbaine et luthérienne. Y répondent les spectacles latins et allemands des établissements jésuites (Ensisheim, Molsheim), soutenus par les Habsbourg puis repris en main par la royauté française après 1681 qui transfère dans la ville reconquise les modes d’expression du collège Louis-le-Grand de Paris.
Avec le XVIIIe siècle se produit le passage des institutions confessionnelles aux scènes professionnelles. Les Allemands, accueillis aux Drapiers sur la base de contrats temporaires, exercent en troupes itinérantes. L’activité des Français, privilégiée, est établie dans la salle du Roßmarkt permanente et indépendante du Magistrat. L’année séculaire 1781 montre que les rivalités ont abouti à un modus vivendi fécond auquel la Révolution et l’Empire mettront un terme. La singularité de Strasbourg comparée à des villes comme Lyon ou Bordeaux et aux places militaires (Lille, Besançon) s’impose avec une totale évidence, faisant d’elle un lieu brillant d’échanges entre les répertoires français et allemand.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Les décors de Molière (1658-1674).

CORNUAILLE Philippe, Les décors de Molière (1658-1674), Paris, PUPS, 2015, 350 p.

CORNUAILLE Philippe, Les décors de Molière (1658-1674), Paris, Publication de la Sorbonne, 2015, 350 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage a pour objectif de démontrer la richesse et la variété des dispositifs scéniques utilisés par Molière à Paris, à partir de 1658 jusqu’à sa mort. Tout au long de notre réflexion et de nos démonstrations, notre approche est triple et fondamentalement pluridisciplinaire. Si elle s’intéresse à l’iconographie disponible, elle s’appuie surtout sur un matériel d’archives fait de sources manuscrites en même temps que sur une méthodologie littéraire.

Afin de mieux comprendre tous les aspects matériels du théâtre de Molière, l’étude s’attache tout d’abord à faire un rappel circonstancié du contexte technique, matériel et scénographique du théâtre au XVIIe siècle : les grandes scènes parisiennes, comme celles du Marais et de l’Hôtel de Bourgogne en mettant l’accent sur les productions les plus représentatives ou les plus spectaculaires. Puis, à l’aide de notes, de manuscrits ou de contrats qui, pour la plupart, sont inédits, Ph. Cornuaille met en lumière les spécificités architecturales du théâtre du Palais-Royal qui fut pour Molière le principal espace de création. L’histoire de ce théâtre, détruit entièrement au milieu du XVIIIe siècle, est peu connue. Le livre fait un état des lieux depuis sa construction en considérant ses multiples aménagements, équipements et transformations subies au rythme des innovations techniques. C’est l’occasion de valoriser le travail des grands architectes-machinistes, la plupart du temps italiens, œuvrant  sur les scènes parisiennes dans cette seconde moitié du siècle.

Enfin, l’ensemble des comédies du dramaturge est étudié ; elles sont regroupées en deux grandes catégories : les pièces données à la Ville ; elles sont certainement les plus connues du grand public mais ce sont aussi celles qui, n’ayant pas bénéficié de commentaires contemporains quant à leurs dispositifs scéniques, sont les plus difficiles à visualiser. Mais le décryptage minutieux du texte a pallié en partie cette lacune ; il met en évidence un rapport quasi constant entre action et décoration et confirme l’intérêt manifeste de l’auteur-comédien pour la mise en scène. La seconde catégorie concerne les comédies données pour la Cour, souvent appelées « comédies-ballets » ou comédies « mêlées de danse et de musique ». Bénéficiant de moyens financiers considérables, elles furent caractéristiques par leur débordement de luxe et d’inventivité orchestré par Molière.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.