Archives par étiquette : tableau

Anetta Palonka-Cohin et Gabriel Bernard, “Une Adoration des bergers de François Fleuriot récemment restaurée dévoile ses secrets”

Fig. 1 : François Fleuriot, Adoration des bergers, 1620, huile sur toile, Hauteur : 116 cm ; Largeur : 150 cm, Hôpital Saint-Calais (Sarthe), Vue générale de la face avant restauration © Gabriel Bernard

La restauration de l’Adoration des bergers de Saint-Calais (Sarthe)[1] a été entreprise au cours de l’été 2020, dans le cadre de l’exposition Trésors d’Art Sacré consacrée à l’évolution de la peinture mancelle au XVIIe siècle, présentée en 2021 dans l’Abbaye Royale de l’Epau, aux portes du Mans[2] (Fig. 1 & 2).

Fig. 2 : Exposition : 30 ans de restauration par le Département de la Sarthe [Détail : Vierge et l’Enfant adoré par les anges de François Mongendre] — photo : S. Lagoarde waap.fr — création graphique Gleech

Aujourd’hui conservé dans la chapelle de l’hôpital de Saint-Calais, ce tableau a été peint en 1620 par François Fleuriot (actif au Mans dans la première moitié du XVIIe siècle), auteur de nombreuses toiles conservées dans les églises sarthoises[3]. Il a été très certainement offert par la famille de Flandre, seigneurs de Saint-Calais, comme l’indiquent leurs armes peintes sur l’œuvre (Fig. 3). Il peut à l’origine avoir été destiné à l’église Notre-Dame de cette ville, lieu de sépulture des membres de cette famille.

Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses” (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture