Archives par étiquette : tabatière

Exposition : “Chic emprise. Culture, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle”.

Pierre Allais, Portrait de madame Geoffrin prenant du tabac, 1747, huile sur toile, 98 x 80 cm, collection particulière.

Type : exposition.
Date de l’événement : du 22 juin au 23 septembre 2019.
Lieu : Musée du Nouveau Monde 10, rue Fleuriau – 17000 La Rochelle.

De l’Amérique du Nord en passant par les Caraïbes jusqu’au royaume du Kongo, le tabac est une plante incontournable de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle). À la fois produit de consommation, plaisir addictif et marqueur social, il s’est enraciné durablement dans l’ensemble des strates de la société en imprégnant aussi bien les mœurs aristocratiques et bourgeoises que populaires. Originaire d’Amérique, le tabac est rapidement importé avec succès en Europe où il a immédiatement entraîné de vifs débats entre ses défenseurs et ses opposants. Aujourd’hui discréditée et blâmée pour ses effets sur la santé, cette plante bénéficiait alors d’un statut différent, ses prétendues vertus curatives ont parfois été louées au point d’être l’objet de véritables discours de médicalisation. Continuer la lecture

Publication : Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle.

WILLIAMS Haydn, Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, octobre 2015, 240 p.

WILLIAMS Haydn, Turquerie. Une fantaisie européenne du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, octobre 2015, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

À partir de recherches méticuleuses et de sources aussi nombreuses que variées, ce livre expose pour la première fois toutes les composantes de la turquerie, ce genre artistique dont la fantaisie continue de séduire amateurs et collectionneurs.
À la fin du XVIIe siècle, en Europe, la terreur que les Turcs ont longtemps inspirée cède progressivement la place à une véritable fascination. Récits de voyages consacrés aux territoires ottomans, traductions d’œuvres littéraires comme Les Mille et Une Nuits, spectacle splendide offert par les ambassadeurs de la Sublime Porte : autant de catalyseurs qui vont inspirer aux artistes, pour le plus grand plaisir des élites dirigeantes, une vision fabuleuse de ce monde lointain. Avant que la Révolution française n’évacue ces chimères, on voit fleurir maint personnage enturbanné au théâtre, en peinture ou sous la forme de figurine de porcelaine ; de somptueux boudoirs turcs voient le jour; croissants de lune, palmiers et autres chameaux envahissent les intérieurs, du mobilier jusqu’aux lambris en passant par les tabatières.
Haydn Williams s’attache à montrer que ce thème a suscité des réactions fort diverses selon les pays. C’est en France qu’il s’est exprimé de la manière la plus féconde et la plus durable, mais sa portée s’est étendue bien au-delà – comme le montrent, par exemple, la folie imitant une mosquée à Kew Gardens, près de Londres, les tentes turques érigées sur les rives de l’Elbe pour commémorer des noces royales, en 1719 à Dresde, la statuette de janissaire en ivoire sculptée pour le roi Auguste Il de Pologne, ou encore les costumes dessinés pour un cortège du carnaval de 1748 à Rome.
Le sujet est exploré selon une approche thématique, dans un cadre chronologique souple menant des premiers contacts entre l’Europe et les Ottomans après la chute de Constantinople, en 1453, jusqu’à l’apogée du genre au XVIIIe siècle, puis à son remplacement par l’orientalisme au XIXe siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.