Archives par étiquette : Synesthésie

Soutenance de thèse : ” Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)” par Emilie Chedeville

Pierre-antoine Demachy, Caprice (Galerie Mendes)
Type : Soutenance de thèse.
Date :  24 septembre 2022 à 14h
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari (1er étage).
 
Émilie Chedeville soutiendra sa thèse intitulée :
 
“Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)”
 
devant un jury composé de :
 
Isabelle Brian, professeur des universités, Université de Lorraine, examinateur
Frédéric Cousinié, professeur des universités, Université de Rouen Normandie, rapporteur
Ralph Dekoninck, professeur ordinaire, Université catholique de Louvain, rapporteur
Christine Gouzi, professeur des universités, Sorbonne Université, examinateur
Étienne Jollet, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
 
le samedi 24 septembre 2022 à 14h, Galerie Colbert, Salle Vasari.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’illusion de présence dans les pratiques dévotionnelles de la seconde modernité en France à partir d’une dizaine de décors ecclésiaux. Ceux-ci sont caractérisés à la fois par une configuration spatiale ouverte, que l’on a appelée une structure « invitatoire », qui configure et ainsi conforme le spectateur à l’événement représenté, et par des sujets narratifs aptes à se fondre dans ce mode événementiel, principalement des théophanies. Il revient au spectateur d’accepter l’écart entre la vérité et la représentation, et de combler cet écart par un sentiment religieux. C’est en définitive la part de lui-même que le spectateur accepte d’investir affectivement dans le décor qui rend l’illusion effective et qui transforme les événements représentés en événements de présence, vifs et présents. L’illusion permet, en se fondant sur le paradigme liturgique, de mêler les temporalités divines et humaines, pour donner aux épiphanies visuelles une validité éternelle. Ainsi les décors peuvent-ils, à cause de cette surenchère temporelle garante d’un efficace, prendre une réelle connotation politique pour mieux justifier les fondements des groupes sur une validité divine. Cependant, à trop rechercher l’efficace de cet effet d’illusion, ces décors en arrivent à un évidement du sens spirituel qui autrefois les caractérisait, le sens s’échappe de la figure religieuse, au profit d’impressions abstraites. On en arrive en définitive à une désincarnation du décor, indice de la mutation de la foi en croyance.

Mots-clés :  Illusion – Décor – Présence – Art religieux – Esthétique de l’effet – Esthétique de la présence – Art et liturgie – Synesthésie – Vraisemblance – Histoire de l’art religieux – Histoire des sensibilités