Archives par étiquette : Sublime

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture

Colloque : Moïse, visages du prophète.

Manufacture des Gobelins, carton peint par François Bonnemer d’après Nicolas Poussin, Moïse changeant la verge d’Aaron en serpent, tapisserie de haute lisse composée de laine et de soie, rehaussée d’or, 3,6 x 4,68 m, 1685, Paris, Mobilier national.

Manufacture des Gobelins, carton peint par François Bonnemer d’après Nicolas Poussin, Moïse changeant la verge d’Aaron en serpent, tapisserie de haute lisse composée de laine et de soie, rehaussée d’or, 3,6 x 4,68 m, 1685, Paris, Mobilier national.

Type : colloque.
Date : du 02 au 05 décembre 2015.
Lieu : Paris, musée d’art et d »histoire du Judaïsme, Institut National d’Histoire de l’Art, Centre allemand d’Histoire de l’Art.
Sous la direction de : Colette Nativel et de Matthieu Somon.
Comité scientifique :
Andreas Beyer (Université de Bâle), Anne Hélène Hoog (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme), Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art), Matthieu Léglise (Paris 1), Colette Nativel (Paris 1), Paul Salmona (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme), Matthieu Somon (Paris 1, Centre allemand d’histoire de l’art).

Malgré l’abondance de son iconographie dans l’art occidental, Moïse est une figure oubliée de l’histoire de l’art. Le fondateur du judaïsme, instituteur du Décalogue et rédacteur présumé du Pentateuque, n’apparaît que de façon diffuse dans les publications et aucun musée n’avait jamais organisé de manifestation consacrée à la figure du prophète. C’est cette lacune que le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme se propose de combler, en dédiant une exposition à l’initiative de deux étudiants de l’université Paris 1, Matthieu Somon et Matthieu Léglise, qui en sont commissaires, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art.

Pour compléter cette exposition, Colette Nativel organise avec Matthieu Somon, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art et le Mahj, un colloque consacré aux figures de Moïse du XVIe siècle à nos jours. Figure du libérateur par excellence, Moïse trouve au XXe siècle son incarnation la plus populaire avec les deux versions des Dix commandements de Cecil B. De Mille, où le chef des Hébreux devient un héros légendaire, familier d’un public de plus en plus détaché de la référence religieuse. À cet attrait populaire s’ajoute un intérêt scientifique qui motive fondamentalement le projet. Peu étudiée, l’iconographie de Moïse connaît entre  1520 et la fin du XVIIe siècle, puis à nouveau depuis la fin du XIXe siècle, une fortune considérable, qui se caractérise par une production d’une abondante diversité. Tableaux, tapisseries, vaisselle, bijoux, objets d’art, meubles représentent des épisodes de l’histoire du prophète. Les bornes chronologiques de l’exposition vont ainsi des prémices de l’édition en Europe des textes hébraïques ayant trait à l’histoire de Moïse – Biblia rabbinica de Bomberg à Venise vers 1520 ; première Haggadah de Prague en 1526 – aux derniers avatars des représentations du prophète dans le cinéma et l’art contemporain.

Parce que la figure de Moïse se situe au carrefour d’intérêts religieux, politiques et artistiques pérennes, le colloque entend explorer, en complément de l’exposition du Mahj et à la lumière des œuvres et de l’histoire culturelle, la présence du prophète dans les trois religions monothéistes à des moments clés de l’histoire et dans les œuvres d’artistes majeurs du XVIe siècle à nos jours. Il s’attachera à étudier les sources de l’histoire de Moïse et leurs diffusions à l’époque moderne, puis sa résurgence parmi les puissants et les fidèles des époques modernes et contemporaines. Il tâchera d’examiner aussi la place de Moïse dans la création et la théorie artistiques du XVIe siècle à nos jours.

Programme :

 
Mercredi 2 décembre 2015 à 14 h Moïse et le judaïsme : sources antiques et diffusion (musée d’art et d’histoire du Judaïsme).

14 h 00
Ouverture du colloque

14 h 30
Moïse à Alexandrie. Le Moïse de Philon est-il un Moïse grec ?
Carlos Lévy, Paris IV

15 h 00
Moïse, auteur, prophète, saint dans la théologie chrétienne des premiers siècles (Origène et Grégoire de Nysse).
Françoise Vinel, Université de Strasbourg

15 h 30 : Pause.

16 h 00
Moïse selon Flavius Josèphe.
Arnaud Sérandour, EPHE

16 h 30
Doura Europos et sa fortune.
Sonia Fellous, CNRS – IRHT

Vendredi 4 décembre 2015 : Moïse, figure du créateur. Moise, figure du libérateur (INHA, Auditorium.

10 h 00
Moïse est-il l’inventeur du monothéisme ?
Thomas Röhmer, Collège de France

10 h 30
Moïse dans le livre d’emblèmes de Jan David.
Walter S. Melion, Emory University

11 h 00 : Pause.

11 h 30
L’extase de Moïse.
Philippe Morel, Université Paris 1

12 h 00
Poussin et Moïse.
Nicolas Milovanovic, Musée du Louvre

12 h 30
Du maître de l’ovale au maître de Moïse : Sylvain Bonnet.
Jean-Claude Boyer, CNRS

Métamorphoses de Moïse

14 h 30
Moïse, l’Ancien Testament et la théorie de l’art française.
Thomas Kirchner, Centre allemand d’histoire de l’art

15 h 00
Moïse et le sublime.
Dietmar Till, Université de Tübingen

15 h 30
Les plâtres de la statue de Michel-Ange et la formation de l’image de Moïse au XIXe siècle.
Elisabeth Oy-Marra, Université de Mayence

16 h 00 : Pause

16 h 30
Représentation de Moïse et interdit de la représentation dans la synagogue.
Dominique Jarrassé, Université de Bordeaux, École du Louvre

17 h 00
Moïse et le cinéma.
Ophir Lévy, Paris 3
Suivie d’une projection (choix du film en cours)

Samedi 5 décembre 2015 : Moïse contemporain (INHA, salle Jullian).

10 h 00
Moïse chez Turner.
Pierre Wat, Université Paris 1

10 h 30
Les nouveaux Moïses.
Anne Hélène Hoog, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

11 h 00 : Pause.

11 h 30
Heine et Freud, exégètes de Moïse.
Sigrid Weigel, Université de Berlin

12 h 00
Moïse chez Anselm Kiefer.
Julie Sissia, Centre allemand d’histoire de l’art

Colloque : Fancy‒Fantaisie‒Capriccio : Diversions and Distractions in the Eighteenth Century.

screen-shot-2015-10-28-at-5-42-46-pm

 

Type : colloque.
Date : 03 et 04 décembre 2015.
Lieu : musée Paul-Dupuy, Toulouse.
Sous la direction de : Muriel Adrien, Melissa Percival et Axel Hémery.

Associated with the imagination and not reason, fancy (fantaisie) in the eighteenth century was a sort of whimsical distraction from the everyday. For Voltaire it was ‘a singular desire, a passing whim’ (‘un désir singulier, un goût passager’), while for Samuel Johnson it was ‘something that pleases or entertains without real use or value’. Together with its near-synonym caprice (capriccio), fancy was part of a rich semantic network, connecting wit, pleasure, erotic desire, spontaneity, improvisation, surprise, deviation from norms, the trivial and inconsequential. Unpredictable and quirky, it offered many outlets for artistic creativity.

These study days will explore the expressive freedom of fancy (fantaisie, capriccio) in European culture during the eighteenth century—in figure and landscape painting, architecture, and garden design, philosophy and fiction, theatre and music.

 

Programme :

Jeudi 3 décembre :

14h : Welcome and introduction.

14h15 Chair: Melissa Percival.
• Keynote Speaker — Martin Postle, Modelling for the Fancy Picture : Fact, Fiction, and Fantasy.
Frédéric Ogée, Fancying Nature : The Posterity of Joseph Addison’s’ Pleasures’ in English Enlightenment Culture.

15h30 : Tea and coffee.

16h : Chair: Xavier Cervantes.
John Chu, ‘The Many Peopled Wall’ : Fancy Pictures and Annual Exhibitions in Eighteenth-Century London.
Isabelle Baudino, Picturing the Past : The Fancy Picture and the Historical Imagination in Britain.
Hélène Ibata, British Capricci : From the Picturesque to the Sublime.

18h30 : Viewing of the exhibition Fantasy Figures at the Musée des Augustins.

20h30 : Dinner.

Vendredi 4 décembre :

9h15 : Chair : Muriel Adrien.
• Keynote Speaker — Guillaume Faroult.
Emmanuel Faure-Carricabururu, Figures de fantaisie de Jean-Baptiste Santerre et limites des cadres génériques d’interprétation.

10h30 : Tea and coffee.

11h Chair: Frédéric Ogée.
Christophe Guillouet, La production gravée parisienne au cœur de L’invention d’un genre ? Les «fantaisies» de Poilly et Courtin (1710–1728).
Bénédicte Miyamoto, ‘As Whimsical and Chimearical as their Forms Are’ : Ornamental and Fanciful Motives in English Drawing Books.
Pierre-Henri Biger, De la fantaisie des éventails aux éventails de fantaisie.

12h30 : Lunch.

14h : Chair: Isabelle Baudino.
Vanessa Alayrac, ‘A Butterfly Supporting an Elephant’: Chinoiserie in Eighteenth-Century England, or ‘the Luxuriance of Fancy.
Xavier Cervantes, Réminiscences vénitiennes et hybridité culturelle dans les vues et capricci anglais de Canaletto.
Adrián Fernández Almoguera, Du cabinet privé à la villa suburbaine : caprices et fantaisies artistiques dans la capitale des Lumières espagnoles.

15h30 : Tea and coffee.

16h : Chair : Hélène Dachez.
Laurent Châtel, Fancy a Garden? The Hortulean Pleasures of Imagination and Virtuality.
Nathalie Vincent-Arnaud, Cappricioso, Or a New ‘Grammar in Motion’ in Music and Ballet.
Alice Labourg, ‘Fancy Paints with Hues Unreal’ : Pictorial Fantasy and Literary Creation in Ann Radcliffe’s Gothic Novel.

Colloque : Nicolas Poussin (1594-1665). Entre paganisme et christianisme.

Capture d’écran 2015-06-04 à 14.02.47

Type : Colloque.
Date : 09 et 10 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Colloque international organisé sous la direction d’Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre), Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), avec le soutien du musée du Louvre, dans le cadre de l’exposition « Poussin et Dieu », musée du Louvre, 30 mars-29 juin 2015.

« C’est Moïse. Le Moshe des Hébreux, le Pan de l’Arcadie, le Priape de l’Hellespont, l’Anubis des
égyptiens, que je tire des eaux » : la phrase enthousiaste de Loménie de Brienne (1635-1698), devant le Moïse sauvé de Nicolas Poussin, est restée célèbre. Mais au-delà de la lecture multiple
et stratifiée du héros de l’Ancien Testament proposée par l’amateur parisien, bien connu pour ses excentricités et sa folie, le propos n’en demeure pas moins une clé d’accès à l’oeuvre de Poussin. Car le maître des Andelys n’eut de cesse de mêler à son iconographie sacrée des éléments relevant de la tradition païenne : ici une flûte de Pan aux côtés de Moïse, là une ruine antique à la forme préfigurative d’une croix non loin de saint Jean. Le métissage singulier opéré par Poussin, associant formes païennes et signes chrétiens, a suscité et suscite encore bien des interprétations, parfois contradictoires. Si pour les uns, ce syncrétisme audacieux est la preuve d’un esprit émancipé des dogmes religieux, il est pour d’autres le fruit d’une quête de la religion chrétienne jusqu’aux sources des mythes fondateurs, à la manière d’un Athanase Kircher. Le colloque se propose non seulement de questionner les inventions iconographiques de Nicolas Poussin mais aussi de réfléchir sur les sources du peintre, où se croisent nature, mystère et énigme.

Programme :

9h30 Ouverture
Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)
Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre)
Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne)

Mardi 09 juin (matin ) : Poussin et la nature.

Présidence de séance : Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Vincent Delecroix (EPHE, Paris)
« Deus sive natura » ? Dieu comme paysage chez Poussin.

10h30 : Clélia Nau (Université Paris VII)
Saturnales de Poussin : nimbe, soleil, halo.

11h00-11h30 : pause

11h30  : Olivier-Thomas Venard (Ecole biblique et archéologique française, Jérusalem)
Un contrepoint sur l’histoire, l’écriture et la philosophie : Paysage avec saint Matthieu et l’ange et Paysage avec saint Jean à Patmos en pendants.

12.00-12.30 : discussion

13.00-14.30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (matin) : Image et mystère.


Président de séance : Pierre Rosenberg, de l’Académie française

9h30 : Elisabeth Hipp (Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich)
Motifs chrétiens, motifs païens. A propos de La Déploration sur le Christ mort de Munich.

10h00 : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)
La théologie mystérique de Nicolas Poussin.

10h30-11h00 : pause

11h00 : Ralph Dekoninck (Université catholique, Louvain)
Penser par figures. Poussin et Richeome.

11h30 : Hilliard Goldfarb (musée des Beaux-Arts de Montréal)
Poussin and the Defense of Catholicism.

12h00-12h30 : discussion

13h00-14h30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (après midi) : Le sublime en question.

Président de séance : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)

14h30 : François Trémolières (Université Paris-Ouest, Nanterre la Défense)
Poussin/Fénelon. Intention/réception.

15h00 : Pierre-Antoine Fabre (EHESS, Paris)
Louis Marin devant Poussin.

15h30-16h00 : discussion

16h00 : Marc Fumaroli, de l’Académie française
Peinture savante et peinture dévotionnelle. Un gallican à Rome.