Archives par étiquette : Strasbourg

Journée d’étude du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses” (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Publication : Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) – Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l’Alsace.

VALENTIN Jean-Marie, Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) - Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l'Alsace, Paris, Klincksieck, 2015, 886 p.

VALENTIN Jean-Marie, Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) – Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l’Alsace, Paris, Klincksieck, 2015, 886 p.

Présentation de l’éditeur : 

Donner la priorité au matériau : telle est l’injonction à laquelle répond la présente tentative pour parler du théâtre à Strasbourg à partir de pièces d’archives extraites de fonds régionaux, présentées et reproduites dans leur langue d’origine. Si l’année 1512 illustre (S. Brant) l’irruption d’un jeu savant et populaire, la fondation du Gymnase en 1538 est à l’origine de représentations où prend forme, en allemand, une conscience patriotique urbaine et luthérienne. Y répondent les spectacles latins et allemands des établissements jésuites (Ensisheim, Molsheim), soutenus par les Habsbourg puis repris en main par la royauté française après 1681 qui transfère dans la ville reconquise les modes d’expression du collège Louis-le-Grand de Paris.
Avec le XVIIIe siècle se produit le passage des institutions confessionnelles aux scènes professionnelles. Les Allemands, accueillis aux Drapiers sur la base de contrats temporaires, exercent en troupes itinérantes. L’activité des Français, privilégiée, est établie dans la salle du Roßmarkt permanente et indépendante du Magistrat. L’année séculaire 1781 montre que les rivalités ont abouti à un modus vivendi fécond auquel la Révolution et l’Empire mettront un terme. La singularité de Strasbourg comparée à des villes comme Lyon ou Bordeaux et aux places militaires (Lille, Besançon) s’impose avec une totale évidence, faisant d’elle un lieu brillant d’échanges entre les répertoires français et allemand.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.