Archives par étiquette : Sotheby’s

Sotheby’s en Janvier 2017.

François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, 1811, huile sur toile, 49,3 x 62,3 cm.

Plusieurs ventes ont eu lieu à New York du 25 au 27 janvier, dont nous relevons quelques objets qui ont trouvé preneur … ou pas.

Lors de la vente de 27 janvier à 10h00, le lot 445 n’a pas trouvé preneur. Il s’agit d’un tableau de Jean-François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, qui est la répétition de la commande passée par l’abbé François de Bernis, qui deviendra par la suite archevêque de Rouen. Ce dernier, alors en poste à Rome, expose l’original au Palais Mancini avant de le ramener à Albi, avec son pendant, Cornélia, mère des Gracques. Le tableau original, daté de 1779, est aujourd’hui conservé au Musée des Augustins de Toulouse. Les copies autographes de ce tableau (outre celle présentée par Sotheby’s, une autre composition du même artiste est conservée à la National Gallery de Londres) témoignent du durable succès populaire que remporte la nouvelle de Marmontel écrite en 1767, Bélisaire. Peyron se pose ici en rival de Jacques-Louis David qui donne sa version du même sujet en 1780, Bélisaire demandant l’aumône, conservé au Palais des beaux-arts de Lille. Continuer la lecture

Vente Robert de Balkany chez Sotheby’s – Paris

Sotheby’s en association avec Leclère-mdv procédera le 20 septembre 2016 (à partir de 17h) à la vente de la collection de Robert Zellinger de Balkany (1931 – 2015). Cet homme d’affaires qui avait fortune dans la promotion immobilière en se lançant dans la conception – novatrice à l’époque – de grands centres commerciaux, avait patiemment constitué une exceptionnelle collection au sein de son hôtel particulier, l’hôtel de Feuquières, situé 62 rue de Varennes.

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Le Lot 15, estimé entre 40 000 et 60 000 €, est un tableau de Michel Hubert Descours (Bernay 1707 – 1775), Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm. Le peintre, qui représente ici sa femme, relate sa rencontre et son mariage avec celle-ci dans un petit texte de souvenirs Les Amours de M. Hubert – Descours avec Mademoiselle Marie Fabre écritte (sic) par luy même en 1737. Il s’inspire d’un tableau d’Hyacinthe Rigaud qui représente pour la première fois un modèle accompagné d’un petit serviteur noir en 1702 dans le Portrait de Catherine-Marie Le Gendre de Villedieu, aujourd’hui non localisé, mais connu par la gravure.

Le Lot 23, estimé entre 300 000 et 500 000 €, est une importante pendule au Jour et la Nuit en ébène, marqueterie d’écaille et de laiton, bronze patiné et doré d’époque Régence, par André-Charles Boulle (1642-1732), le cadran et le mouvement par Abraham Gilbert. Son appartenance a pu être établie dans l’inventaire après décès d’Etienne Perrinet de Jars en 1762. Au XVIIIe siècle plusieurs pendules similaires sont répertoriées, l’une livrée pour Machault d’Arnouville, une autre au prince de Condé, une troisième pour le duc de La Vrillère ; on en retrouve également un exemplaire chez le président de Nicolaÿ, ainsi que chez Jean de Julienne, le comte de Lauraguais et Randon de Boisset.

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l'époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

Le Lot 32, estimé entre 60 000 et 100 000 €, est une pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, le cadran et le mouvement signé Le Paute / Hger Du Roy, 65 x 40 x 22 cm. Cette pendule appartenait à Jean-Baptiste Magon de La Balue (1713 – 1794), fermier général et seul banquier de la Cour à la fin du règne de Louis XV, supplantant ainsi Jean-Joseph de Laborde lors de la disgrâce du duc de Choiseul. L’Ariane qui repose aujourd’hui sur la plateforme de l’horloge s’est substituée à « un chat d’ancien bleu posé sur un coussin de bronze doré avec frise d’ornements » (tel qu’indiqué dans inventaire après-décès dressé le 9 fructidor an III soit le 26 août 1795). Ceci explique la frise de souris qui orne de manière inattendue et cocasse le socle. Continuer la lecture

Ventes Sotheby’s de mai et de juin 2016.

 

Louyse Moillon, Panier de quetsches, 1629, huile sur bois, 40,5 x 52,5 cm

Louyse Moillon, Panier de quetsches, 1629, huile sur bois, 40,5 x 52,5 cm

Au cours de la vente de tableaux et dessins anciens du 16 juin (Paris, 14h30), le Panier de quetsches de Louyse Moillon (1610 – 1696) a atteint la somme de 1 143 000 € (Lot 24). Louyse Moillon est une des rares femmes peintres du XVIIe siècle qui ait réussi à s’imposer dans le milieu artistique de l’époque, à l’instar d’Artemisia Gentileschi en Italie. Agée de seulement 19 ans, l’artiste révèle déjà toute sa virtuosité dans cette nature morte, un genre qui commence tout juste d’être apprécié par les érudits de la France de Louis XIII. La coupe de raisins sur entablement (1631, huile sur bois, 47,5 x 62,2 cm) de Jacques Linard (1597 – 1645), contemporain de Louyse Moillon, est partie à un prix plus raisonnable (Lot 25, 113 100 €).

Jean Restout, Abraham et les trois anges, huile sur toile, 130 x 97 cm

Jean Restout, Abraham et les trois anges, huile sur toile, 130 x 97 cm

L’Abraham et les trois anges de Jean Restout (1692 – 1768) relate l’épisode au cours duquel trois anges reçus par Abraham lui annonce la grossesse prochaine de sa femme Sarah (Genèse 18, 1-16). Tandis qu’Abraham s’est agenouillé pour laver les pieds d’un des anges, les deux autres se regardent d’un air entendu (retenant encore la bonne nouvelle) et Sarah observe la scène à moitié cachée derrière un pan de la tente. Cette peinture méconnue de l’artiste faisait partie de la collection du peintre Noël Hallé (1711-1781) et était restée depuis chez ses descendants. Elle a atteint la somme de 87 000€ (Lot 27).

Jean-Baptiste Marie Pierre, Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant, huile sur toile, 61,3 x 76,5 cm.

Jean-Baptiste Marie Pierre, Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant, huile sur toile, 61,3 x 76,5 cm.

Le Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant de Jean-Baptiste Marie Pierre (1714 – 1789) est une œuvre précoce de l’artiste. Elle fut très certainement peinte durant le séjour de Pierre à l’Académie de France à Rome (1735 – 1740) où, après avoir gagné le Prix de Rome en 1735, il travailla sous la direction de Nicolas Vleughels et Jean-François de Troy. Ce Lot 39 a atteint la somme de 363 000 €. Signalons encore Le cheval blanc (huile sur toile, 37,5 x 46 cm) de Louis-Léopold Boilly (1761 – 1845) dépeignant le départ d’une jeune fille sur un cheval blanc à qui un couple, qui semble être celui de ses parents, dit au revoir (Lot 55, 45 000 €).

François Ladatte, Vénus et Cupidon, 1759, marbre, 89 x 35 cm.

François Ladatte, Vénus et Cupidon, 1759, marbre, 89 x 35 cm.

Dans la vente de Sculptures et Objets d’Art Européens du 16 juin (Paris, 10h30) on peut signaler une Venus désarmant l’Amour datant de 1730 (44 cm). Ce bronze à la belle patine brune et à la surface finement ciselée a séduit par la qualité de sa fonte et la complexité de sa composition (Lot 50, 129 000 €). La Vénus et Cupidon de François Ladatte (1706 – 1787) a atteint la somme de 96 600 € (Lot 54). C’est en 1737 que Ladatte expose au Salon la version en terre cuite de ce marbre sous le titre de Flore, en même temps que le modèle en plâtre de sa statue de Louis XV en pied destinée à la ville de Rouen. La Danaé recevant Jupiter en pluie d’or  (vers 1762, 35 x 58 x 23,5 cm) d’Augustin Bocciardi (1719 – 1797) a été vendue au prix de 111 000€ (Lot 58). En 1762, une paire de figures en marbre par Bocciardi, représentant La Volupté couchée sur un matelas et Danaé recevant Jupiter en pluie d’or, sont mentionnées à l’exposition de l’Académie de Saint-Luc sous le n° 126. Le livret les décrit comme « Deux Figures de Femmes en marbre blanc, de 22 pouces de proportion; l’une représente la Volupté couchée sur un matelas, l’autre Danaé qui reçoit Jupiter en pluie d’or ». Ces deux figures faisaient partie de la collection de Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté (1727-1794), intendant des Menus-Plaisirs de la Maison du roi. s’étant vu imposé l’emploi de Bocciardi par le duc d’Aumont (1709 – 1782) alors qu’il estimait ne rien avoir à lui confier comme travail, Papillon de La Ferté, grand collectionneur de Vernet (il lui commande une série de sept grands panneaux décoratifs pour son hôtel particulier) s’est visiblement laissé séduire par les talents du sculpteur.

Rosalba Carriera, Portrait d’une dame à mi-figure, pastel, 60 x 40 cm.

Rosalba Carriera, Portrait d’une dame à mi-figure, pastel, 60 x 40 cm.

Au cours la vente d’une collection milanaise le 13 juin (Milan, 18h00) sont passés deux portraits de Rosalba Carriera (1675 – 1757) : le Portrait d’une dame à mi-figure (lot 78, 68 750 €) et le Portait d’un gentilhomme à mi-figure (pastel, 57 x 43 cm) (lot 79, 62 500 €).

Valentin de Boulogne, David avec la tête de Goliath, 1627, huile sur toile, 139 x 103 cm.

Valentin de Boulogne, David avec la tête de Goliath, 1627, huile sur toile, 139 x 103 cm.

La vente « Master Paintings » du 26 mai (New York, 10h00) a notamment permis d’admirer un David avec la tête de Goliath de Valentin de Boulogne (1591 – 1632), commandé en 1627 par la Cardinal Francesco Barberini (1597 – 1679), neveu du Pape Urbain VIII (Lot 64, vendu à 490 000 $). Son pendant présumé est le Samson qui se trouve au musée d’art de Cleveland.

Louis Gauffier, Portrait de Lady Holland, 1795, huile sur toile, 51 x 67,6 cm.

Louis Gauffier, Portrait de Lady Holland, 1795, huile sur toile, 51 x 67,6 cm.

On signalera également le Portrait de Lady Holland réalisé par Louis Gauffier (1762 – 1801). Ce Lot 83, évalué entre 300 000 et 600 000 $ n’a pas trouvé acquéreur. En revanche, une Nature morte au violon peinte vers 1725 (huile sur toile, 60,3 x 76,8 cm) par Jean-Baptiste Oudry est partie à 610 000 € (Lot 88).

Dans la vente « Travel, Atlases, Maps and Natural History » du 28 avril  (Londres 14h30), on notera l’Altas Major de Johannes Blaeu (1596 – 1673) en 9 volumes (Lot 41, vendu 389 000 £) ainsi que la première édition en 8 volumes de l’Hortus Romanus de Giorgio Bonelli illustrée de 800 planches gravées et coloriées à la main (55 x 38 cm par folio) datant de 1772 – 1793 (Lot 23, vendu 118 750 £).

Florence Fesneau

Sotheby’s en avril

 

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d'amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d’amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

La vente du 19 avril qui se tient à Paris (10h30) propose un bureau plat (80 x 182 x 89 cm) en marqueterie de cuivre et ébène et ornementation de bronze doré d’époque Régence, attribué à André-Charles Boulle (1642 – 1732), vers 1710-1720 (lot n° 139, entre 200 000 et 300 000 €), une paire de bergères (98 x 77 cm) en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampillée I.AVISSE (lot n° 212, entre 120 000 et 180 000 €). Le maître menuisier Jean Avisse (1723 – 1796) travailla essentiellement pour des marchands tapissiers et son estampille se trouve aussi bien sur des sièges rocaille que Louis XV ou Louis XVI. A noter aussi un secrétaire en laque du Japon (122 x 64 x 32 cm), placage de bois de rose et d’amarante et montures de bronze doré d’époque Louis XV, estampillé I.F. DUBUT, vers 1750 (lot n° 216, estimé entre 80 000 et 120 000 €). Il constitue l’exemple le plus abouti d’un ensemble de quatre secrétaires de dimensions similaires qui ont pour particularité de présenter une façade de forme violonnée combinée à un décor de panneaux de laque du Japon. L’un d’entre eux est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (il porte l’estampille de Leleu probablement intervenu comme restaurateur).

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

La vente du 27 avril à Londres (10h30) compte parmi les œuvres proposées un tableau d’Isaak van Nickelen (Haarlem 1632 – 1703 Kassel) représentant l’intérieur de St Bavo à Haarlem (lot n° 728 estimé entre 20 000 et 30 000 £) ainsi qu’un tableau de Pietro della Vecchia (Venise, 1603 – 1678) représentant Titien (lot n° 766, estimé entre 20 000 et 30 000 £). Longtemps considéré comme un autoportrait de Titien, il a été réattribué à della Vecchia qui a pu se servir soit d’une gravure de Giovanni Britto datant de 1550, soit d’un autoportrait de Titien (dont l’authenticité n’est néanmoins pas prouvée) aujourd’hui disparu, décrit par Marco Boschini dans une lettre de 1675 adressée au cardinal Léopold de Médicis. Continuer la lecture

Sotheby’s : Vente du 29 janvier à New York (11h).

Gebrand van den Eeckhout, Ruth et Booz, 1672, huile sur toile, 148 x 167,5 cm.

Gebrand van den Eeckhout, Ruth et Booz, 1672, huile sur toile, 148 x 167,5 cm.

La vente newyorkaise de Sotheby’s permet d’admirer un tableau de Gebrand van den Eeckhout (1621 – 1674), un des élèves favoris de Rembrandt illustrant un épisode de l’Ancien Testament relaté dans le Livre de Ruth qui montre comment la moabite Ruth parvient à épouser Booz de Bethléem. De cette union naîtra la lignée de David et, selon le Nouveau Testament, de Jésus de Nazareth.

Jacques Stella, La Charité, 1640 – 1650, huile sur toile, 128 x 101 cm.

Jacques Stella, La Charité, 1640 – 1650, huile sur toile, 128 x 101 cm.

Le lot 497 (estimé entre 150 000 et 200 000 $) présente une Charité de Jacques Stella (Lyon, 1596 – 1657, Paris). Elle a été peinte au retour d’Italie du peintre, alors que Stella collabore, avec Poussin et Simon Vouet, à de nombreuses commandes royales.

Pietro Antonio Rotari, Rencontre d’Alexandre le Grand et de Roxane, derrière un rideau en trompe l’œil, 1753 – 1754, huile sur toile, 83,1 x 68 cm.

Pietro Antonio Rotari, Rencontre d’Alexandre le Grand et de Roxane, derrière un rideau en trompe l’œil, 1753 – 1754, huile sur toile, 83,1 x 68 cm.

Durant son séjour à Dresde, à la cour du roi Frédéric Auguste II, le peintre Pietro Rotari (Vérone, 1707 – 1762, Saint-Pétersbourg) peint cette Rencontre d’Alexandre et de Roxane cachée au spectateur par un fin rideau brodé. Ce tableau (lot 533 estimé entre 150 000 et 200 000 $) est à mettre en parallèle avec celui que Rotari réalisera pour le Palais d’Oranienbaum de Catherine II dans lequel la rencontre n’est pas voilée.

Pietro Antonio Rotari, Alexandre le Grand et Roxanne, 1756, huile sur toile, 243 x 202 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

Pietro Antonio Rotari, Alexandre le Grand et Roxanne, 1756, huile sur toile, 243 x 202 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

Florence Fesneau

Le Grand Tour avec Sotheby’s

La vente du 28 janvier (New York, 14h) donne un aperçu des veduta réalisées par les peintres italiens – ou résidant en Italie – pour répondre aux demandes des commanditaires européens souhaitant garder un souvenir de leur Grand Tour. Rappelons que ce dernier venait parfaire, au XVIIIe siècle, l’éducation des jeunes gens de la haute société en leur permettant de découvrir l’Europe et, en tout premier lieu, l’Italie. Nombres d’artistes profitèrent ainsi des mannes financières offertes par ces amateurs novices ou collectionneurs confirmés en réalisant des vues pittoresques ou élégiaques de Venise, Rome, Naples et de leurs environs.

Pietro Fabri, Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc, 1773, huile sur toile, 128 x 182,5 cm.

Pietro Fabri, Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc, 1773, huile sur toile, 128 x 182,5 cm.

Pietro Fabri (actif à Naples entre 1768 et 1778) bénéficie tout au long de a carrière du patronage de Sir William Hamilton, ambassadeur de Grande Bretagne à la cour de Naples de 1764 à 1800, mais aussi archéologue et volcanologue. Le peintre aime à peindre des scènes de la vie courante et réalise ici Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc (lot 309 estimé entre 300 000 et 400 000 $). Ce festival était un des événements les plus importants de la vie religieuse napolitaine et avait lieu tous les ans à Pâques au pied du Vésuve.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint-Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Le lot 304 (estimé entre 150 000 et 200 000 $) offre une vue du Château Saint-Ange depuis la campagne romaine. Elle est l’œuvre de Gaspar van Wittel (Amersfoort, 1653 – 1736, Rome), peintre néerlandais qui s’installe à Rome en 1675 pour y faire toute sa carrière de védutiste.

Bernardo Bellotto, Capriccio, vers 1765, huile sur toile, 48,4 x 78,2 cm.

Bernardo Bellotto, Capriccio, vers 1765, huile sur toile, 48,4 x 78,2 cm.

Enfin le lot 333 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) permet d’admirer un Capriccio réalisé par Bernardo Bellotto (Venise, 1722 – 1780, Varsovie) montrant sa maîtrise virtuose des détails architecturaux à l’instar de son oncle Canaletto. L’église figurant sur la gauche emprunte son architecture à la Frauenkirche de Dresde, mais aussi à la Karlkirche de Vienne et à la Salute de Venise, tandis qu’à l’arrière-plan, l’église et le château rappellent la Marienkirche et le château de Sonnenstein à Pirna.

Florence Fesneau

La Collection A. Alfred Taubman chez Sotheby’s

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Le 27 janvier 2016, Sotheby’s mettra en vente à New York (18h) une partie de la collection d’Alfred Taubman (1924 – 2015). Cet homme d’affaires qui fit fortune dans les centres commerciaux, fut actionnaire de Sotheby’s de 1983 à 2005 en assurant ainsi son indépendance et son développement, mais aussi philanthrope (il a largement contribué au développement de l’université du Michigan) et grand collectionneur. Parmi les objets dispersés, on signalera Le couronnement d’épine de Valentin de Boulogne (Coulommiers-en-Brie, 1591 – 1632, Rome). Le tableau (lot 20 estimé entre 1 500 000 et 2 000 000 $) devrait faire partie des œuvres présentées au Metropolitan Museum, puis au Louvre pour une exposition monographique – la première réalisée sur l’artiste – qui débutera à New York en octobre 2016 et se terminera à Paris en janvier 2017. Le commissariat de l’exposition sera assuré par Keith Christiansen pour le Metropolitan Museum, Nicolas Milovanovic pour le Louvre, ainsi que par Annick Lemoine qui a publié en 2008 chez Arthena, la monographie d’un autre émule du Caravage, Nicolas Régnier (1588 – 1667).

Matthias Stomer, Dispute du christ avec les docteurs, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Matthias Stomer, Dispute du Christ avec les docteurs, 1630 – 1640, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Le lot 30 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) présente une Dispute du Christ avec les Docteurs de Matthias Stomer (Amersfoort, 1600 – 1652, Sicile) peinte à Naples dans les années 1630, ainsi que son pendant, Jacob béni par Isaac qui se trouve aujourd’hui au Barber Institute of Fine Arts de l’université de Birmingham.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Enfin le XVIIIe siècle est représenté, entre autre, par un tableau (lot 62 estimé entre 3 000 000 et 4 000 000 $) de Thomas Gainsborough (Sudbury, 1727 – 1788, Londres), Le Page en bleu. L’œuvre est peinte par l’artiste au cours de son séjour à Bath (1759 – 1774) durant lequel sa réputation de portraitiste s’accroît rapidement grâce à la clientèle de la haute société. Son succès l’oblige à adopter une touche rapide qui ne s’attarde pas sur les détails du costume du page pour se concentrer sur le rendu des traits de son visage. Ce portrait entretient une certaine proximité avec celui du Garçon en bleu qui se trouve actuellement dans les Huntington Art Collections de San Marino en Californie. Gainsborough expose le Garçon en bleu au salon de la Royal Academy en 1770 où il souhaite se confronter à Joshua Reynolds (1723 – 1792). La réalisation du Page en bleu participe sans doute des réflexions que Gainsborough mène pour se différencier de son concurrent le plus direct.

Florence Fesneau

Ventes Sotheby’s du mois de décembre

D’après un modèle de Gaspero Bruschi, Trois putti et un tigre sur une base à quatre pieds en forme de pattes et six masques de putti, vers 1747 – 1752, porcelaine de Doccia, 31 cm.

D’après un modèle de Gaspero Bruschi, Trois putti et un tigre sur une base à quatre pieds en forme de pattes et six masques de putti, vers 1747 – 1752, porcelaine de Doccia, 31 cm.

La vente Sotheby’s du 8 décembre à Londres (« An Italian Aristocratic Collection », 14h) compte, parmi les lots présentés, une remarquable pièce en porcelaine de Doccia représentant trois putti avec un tigre (lot 78 estimé entre 60 000 et 100 000 £). Le modèle est réalisé par Gaspero Brusci (actif entre 1737 et 1778). Elève du sculpteur Girolamo Ticciati, Brusci est associé à la Manufacture de Doccia de son établissement à son apogée, par le marquis Carlo Ginori (Florence, 1702 – Livourne, 1757) qui en fait son chef-modeleur dès 1737. Créée à cette date, la manufacture de Doccia acquiert rapidement une dimension industrielle. En 1741 elle obtient le monopole pour la production des porcelaines en Toscane et fournit les services de table destinés aux résidences grand-ducales. A la même époque, la Manufacture de Vincennes voit le jour, grâce au soutien de Louis XV et de Madame de Pompadour, afin de concurrencer les productions de Chantilly et de Meissen (où est fondée en 1710 la première manufacture de porcelaine d’Europe, grâce à la persévérance du prince électeur de Saxe Auguste le Fort). Transférée à Sèvres en 1756, puis rattachée à la Couronne en 1759, la Manufacture de Sèvres maîtrisera enfin – après de nombreux essais infructueux – la porcelaine dure grâce à la découverte d’un gisement de kaolin à Saint-Yrieix-la-Perche (près de Limoges) et en commencera la commercialisera à partir de 1770.

D’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (1656-1740), Apollon et Daphné, vers 1750, porcelaine de Doccia, 49,1 cm.

D’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (1656-1740), Apollon et Daphné, vers 1750, porcelaine de Doccia, 49,1 cm.

La vente Sotheby’s du 10 décembre (« Winter Collection », 10h30) comporte aussi une belle pièce de porcelaine de la Manufacture de Doccia (lot n° 65 estimé entre 100 000 et 125 000 £) d’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (Montevarchi, 1656 – 1740). Ce dernier fut employé durant toute sa carrière par les Médicis ; il devint directeur de l’hôtel des Monnaies avec un atelier aux Offices, où il produisit médailles, reliefs en bronze, figures et bustes d’après l’antique. A sa mort, ses héritiers vendirent les moules en cire au marquis Carlo Ginori permettant ainsi à Gaspero Brusci de les adapter pour la production de la Manufacture de Doccia.

Louis Carrogis dit Carmontelle, La Belle Laitière de Villers Cotterets, dessin, 31,8 x 20,3 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle, La Belle Laitière de Villers Cotterets, dessin, 31,8 x 20,3 cm.

Le lot n° 103 (évalué entre 40 000 et 60 000 £) présente un Belle Laitière de Carmontelle (Paris, 1717 – 1806) qui a la particularité de montrer la figure de trois quart et non de profil, comme le veut la pratique habituelle de l’artiste. Lecteur du Duc de Chartres dans la maison du Duc d’Orléans, Carmontelle réalisa plus de 750 portraits – comme celui de la laitière – qu’il réunit dans onze albums. Il gardait néanmoins les originaux pour en produire des répliques à la demande. La majorité de ces portraits sont aujourd’hui au Musée Condé de Chantilly, à l’exception de quelques feuilles – dont La Belle Laitière – qui sont restées aux mains de la famille et apparues sur le marché à partir des années 1990.

Florence Fesneau

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles « au nègre » qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.

Le Château de Versailles complète ses collections d’histoire

Nicolas-Bernard Lépicié, Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

Nicolas-Bernard Lépicié (1735 – 1784), Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

A l’occasion de la mise en vente de la collection du Comte de Paris (1908 – 1999) et de la Comtesse de Paris (1911 – 2003) chez Sotheby’s les 29 et 30 septembre, le Château de Versailles s’est porté acquéreur de trois lots. Le tableau de Lépicié  a été acheté pour 231 000 € : il montre le duc d’Orléans, futur Philippe Egalité (guillotiné le 6 novembre 1793) posant un regard admiratif sur son nouveau-né endormi, le futur Louis-Philippe 1er, qui deviendra le second roi des Français (après Louis XVI) en 1830. Témoin de cette scène familiale, le jeune serviteur noir, surnommé Scipion, retient d’une main le chat curieux qui s’est glissé jusqu’au berceau. Le Château de Versailles s’est aussi porté acquéreur du tableau d’Emile Vernet mettant en scène Louis-Philippe jouant au cerceau dans la cour du lycée Henri IV (1821) pour 77 400 € ainsi que de celui représentant Le roi Louis-Philippe entouré de sa famille, une huile sur toile de l’Ecole française du XIXe siècle pour 47 500 €.

Table d'enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807), très probablement livrée pour les enfants de Louis-Philippe-Joseph d'Orléans (1747-1793), alors duc de Chartres.

Table d’enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d’époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807).

En revanche, échappent au Château de Versailles la table de jeu réalisée par l’ébéniste Roentgen pour le jeune Louis-Philippe (285 000 €), ainsi que le dessein de Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud – jusqu’alors connu au travers de la copie à l’huile de Philippoteaux au musée Nissim de Camondo – qui a été acquis pour 531 000 euros.

Louis Carrogis dit Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle (1717 – 1806), Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Florence Fesneau

Les Trésors nationaux du comte de Paris

 

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d'Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d’Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm.

   Trente mois, c’est la durée dont dispose l’Etat français pour faire une offre d’achat sur ce tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun, classé « Trésor national ». Retiré de la vente des œuvres provenant des collections de Feu Monseigneur le comte de Paris (1908 – 1999), le portrait de la duchesse d’Orléans fait donc l’objet de tractations privées sous l’égide de Sotheby’s afin de lui trouver un ou des mécènes – la Banque de France se serait porter acquéreuse – pouvant lui permettre de rester sur le territoire français. Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon (1753 – 1821), héritière d’une immense fortune, épouse Louis-Philippe d’Orléans (1747 – 1793) en 1769. La duchesse d’Orléans, souvent délaissée, doit s’accommoder de la présence de la maîtresse de son mari, la comtesse de Genlis, et supporter l’influence grandissante qu’elle aura sur les six enfants du couple. Le tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun (1755 – 1843) montre la duchesse dans un de ses moments d’intimité, la tête mélancoliquement penchée, le regard doux mais , Sotheb’yvolontaire, la main droite abandonnée sur les plis de sa robe savamment disposée. Exposé au Salon de 1789, le tableau remporte les faveurs des critiques : «  Madame Le Brun a parfaitement saisi le caractère de cette Princesse, elle a peint à la fois cet air de bonté, & cette sensibilité profonde que porte son âme. Son modèle ne pouvait que l’inspirer ; aussi son tableau est-il frappant.[1] »

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, vers 1639, huile sur toile.

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, vers 1639, huile sur toile.

   Ont aussi été classés Trésors nationaux le livre de comptes du château d’Amboise (1495 – 1496) et le portrait de Louis XIII par Philippe de Champaigne (1602 – 1674). Le portrait est commandé en 1639 par le secrétaire d’Etat chargé des finances du royaume, Louis Phélypeaux, seigneur de La Vrillière, marquis de Châteauneuf et de Tanlay (1599 – 1681). Le marquis expose le tableau dans son hôtel particulier, l’hôtel de Toulouse, actuelle Banque de France, en pendant à un portrait de Richelieu aujourd’hui conservé au Louvre[2]. L’œuvre célèbre un roi guerrier, ceint de son armure, la main gauche posée sur un casque empanaché qui affirme les victoires militaires, mais aussi sa confiance dynastique suite à la naissance – tant attendue – du dauphin, futur Louis XIV en 1638.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————–

[1] Les élèves au salon : ou L’Amphigouri., A Paris, Chez Lecomte, Libraire, rue S. André-des-Arcs, coin de celle des Grands-Augustins. 1789, p. 22.

[2] Philippe de Champaigne, Le cardinal de Richelieu, 1635, huile sur toile, 222 x 155 cm, Paris, musée du Louvre.