Archives par étiquette : sophie raux

Conférence du GRHAM: « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture

Conférence : « Explorer virtuellement un haut lieu du commerce d’art, à Paris, sous la Régence ».

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg,

Type : Conférence
Date et heure : 11 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Sophie Raux, professeur d’histoire de l’art à l’Université Lumière Lyon 2.

Sous l’Ancien Régime, le pont Notre-Dame à Paris était surmonté de deux rangées de maisons délimitant une rue pavée, bordée de boutiques, abritant une soixantaine de marchands pour la plupart liés au commerce d’art et de luxe. À certains moments de son histoire, il a réuni une concentration de marchands de tableaux sans équivalent à cette échelle en Europe. Parmi ceux-ci, s’est imposé dans la première moitié du XVIIIe siècle Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint.

La conférence rendra compte des résultats d’une équipe de recherche interdisciplinaire, associant histoire de l’art, histoire urbaine et informatique, et ayant eu pour but de faire progresser l’étude de ce milieu socio-professionnel et de son environnement urbain, par le recours aux technologies numériques. L’un des objectifs de ce travail a été de redonner une forme de visibilité à l’environnement disparu d’un tableau singulier devenu l’une des grandes icônes de l’histoire de l’art afin de mieux en saisir le sens, ce dernier ne pouvant être dissocié de la destination et de la fonction d’origine de l’œuvre.

Plus globalement, dans cette étude de cas micro-historique, la visualisation de données et la restitution en images numériques ont été envisagées comme des outils d’analyse en histoire de l’art et non comme une fin en soi. La méthode aura eu le mérite de mettre à l’épreuve les sources, et de tester la validité d’hypothèses, pour aboutir à de nouvelles questions et de nouvelles propositions.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Journée d’étude : « Bouchardon et ses contemporains ».

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Edme Bouchardon, Faune endormi, 1726-1730, marbre, 1,84 x 1,42 x 1,19 m, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : mercredi 16 novembre 2016 à partir de 10h.
Lieu : Paris, auditorium du musée du Louvre.

Programme :

Introduction par Guilhem Scherf et Juliette Trey, musée du Louvre.

Matin

Président de séance : Edouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

10h Boucher et Bouchardon dessinateurs par Alastair Laing, the National Trust, Londres.

10h30 Edme Bouchardon et Gabriel Huquier : l’artiste et son éditeur par Peter Fuhring, Fondation Custodia, Paris.

11h Hommage ou exercice ? Les copies d’Edme Bouchardon par Pierre Charles Trémolières et Louis Claude Vassé par Juliette Trey, musée du Louvre.

11h30 Vassé (1717-1772) et Bouchardon. L’oeuvre d’un élève au regard de celle de son maître par Alexandra Michaud, université Paris-Sorbonne.

12h Un duel d’autorité. Caylus, Diderot et la vie d’Edme Bouchardon par Valérie Kobi, université de Bielefeld.

12h30 Questions.

Après-midi

Président de séance : Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles.

14h30 « Ce n’est pas là de la sculpture ». Edme Bouchardon et Jean-Baptiste Lemoyne : rivalités et émulation par Cécilie Champy-Vinas, Petit Palais, Paris.

15h Bouchardon et Pigalle : deux fortes personnalités, une estime réciproque par Guilhem Scherf, musée du Louvre.

15h30 Un cas exemplaire du goût Mariette : les dessins d’Hubert Robert d’après Bouchardon par Sarah Catala, université Lille 3.

16h La permanence du goût pour les dessins de Bouchardon. Jean-Baptiste Lucien (c. 1748-1806) et les graveurs en manière de crayon de la seconde génération par Sophie Raux, université Lyon 2.

16h30 1792-2007. La constitution du fonds Bouchardon au musée de Chaumont : oeuvres et archives par Raphaële Carreau, musées de Chaumont.

17h Questions.

Journée d’étude en ligne : « Libertés du corps et du geste. La question de la spontanéité en France au XVIIIe siècle ».

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Le mardi 8 décembre 2015, la journée d’étude « Libertés du corps et du geste. La question de la spontanéité en France au XVIIIe siècle » avait lieu en parallèle de l’exposition « Fragonard amoureux. Galant et libertin ». (Ré)écoutez ici les communications de la journée et découvrez en quelques lignes les intervenants.

Cette journée d’études consacrée à la notion de « spontanéité » dans les arts et la société en France au XVIIIe siècle a été organisée par Delphine Chambon et Elise Urbain, toutes deux doctorantes en Histoire de l’Art moderne à l’Université de Lille.

L’exposition Fragonard amoureux galant et libertin présente aussi bien des peintures, des gravures, des illustrations que des esquisses ou études diverses.

L’œuvre de Fragonard est donc extrêmement important, protéiforme, réunissant aussi bien des oeuvres très achevées où chaque détail est rendu avec beaucoup de finesse que des dessins beaucoup plus esquissés, beaucoup plus suggestif où la ligne fait émerger des formes vives.

Ces derniers dégagent une certaine spontanéité, légèreté, comme si l’artiste avait jeté sur la feuille, pris dans l’élan créateur les premières idées de sa pensée, contrairement à certaines de ses peintures, qui semblent davantage construites, composées, maîtrisées…

C’est cette constatation qui a servi de point de départ à l’élaboration de cette journée d’étude :

–    Qu’entend-on au XVIIIe siècle par « spontanéité » ?

–    Peut-on parler de spontanéité dans la société française du XVIIIe siècle ?

–    Quelle est la place de la spontanéité au XVIIIe siècle? Est-elle réelle ou davantage feinte ?

Ces différentes questions ont été abordées à travers trois axes de réflexion: le corps (et son mouvement), le geste (créatif) et le regard (porté sur l’oeuvre), par des chercheurs en histoire de l’art et littérature.

« Il y en a bien peu qui en connoissent le fin ». Connoisseurs, demi-connoisseurs et goût pour le dessin en France au XVIIIe siècle

Delphine Chambon

Delphine Chambon est doctorante en Histoire de l’art moderne au sein du laboratoire IRHiS à l’université de Lille. Ses axes de recherches sont actuellement l’art français du XVIIIe siècle, l’histoire du collectionnisme, le marché de l’art au XVIIIe siècle et le goût pour le dessin. Elle prépare actuellement un article intitulé Conserver et présenter sa collection de dessins en France au XVIIIe siècle.

« Finissez monsieur Robert ! »: La rapidité du geste d’Hubert Robert

Sarah Catala

Sarah Catala débute actuellement son Doctorat en Histoire de l’art avec Sophie Raux au sein du Laboratoire IRHiS également à l’Université de Lille. Ses axes de recherches sont principalement l’art français du XVIIIe siècle, le dessin ancien et les pratiques sérielles. Elle a été conseillère scientifique pour de nombreuses expositions, dont la prochaine consacrée au peintre Hubert Robert qui se tiendra au musée du Louvre de mars à mai 2016. Parmi ses publications, nous pouvons citer La matière à l’oeuvre. Redécouverte du Lion de Fragonard, éditée cette année par la galerie Eric Coatalem à Paris.

 

Nocturnes libertins, ou la mise en scène de la spontanéité dans l’art d’aimer du siècle des Lumières

Marine Ganofsky

Marine Ganofsky est Maître de conférences à l’Université de St Andrews. Elle vient de finir son premier livre sur les nuits libertines, projet pour lequel sa thèse avait été une ébauche. Le prochain, déjà commencé, se penchera sur la nuit et les ombres au siècle des Lumières. Ses recherches tournent surtout autour du libertinage et de la littérature libertine, avec quelques détours heureux du côté de la peinture rocaille et de la philosophie matérialiste. Elle va éditer quelques nouvelles galantes peu connues pour la collection Lire le dix-huitième siècle.

« Plus de grâce que les plus beaux ornements »: la quête de la spontanéité dans le portrait féminin du XVIIIe siècle

Elise Urbain

Elise Urbain est doctorante en Histoire de l’art moderne en co-direction entre l’Université Lille 3 et l’Ecole du Louvre. Ses axes de recherches sont actuellement l’art français et anglais du XVIIIe siècle, en particulier le portrait peint et sculpté ainsi que l’histoire de la mode. Elle participe actuellement à la préparation d’une future exposition au musée des Arts Décoratifs consacrée à la notion de transgression dans l’histoire de la mode du XIVe siècle à nos jours et qui sera intitulée Tenue correcte exigée. Une histoire de vêtements qui ont fait scandale. Elle rédigera un chapitre de ce catalogue consacré au négligé vestimentaire et au manque de tenue.

Pétiller d’esprit : les sociabilités du bon mot au XVIIIe siècle.

Jean-Alexandre Perras

Jean-Alexandre Perras est chercheur postdoctoral de la British Academy et Junior Research Fellow à Jesus College, à l’université d’Oxford. Ses travaux portent sur les représentations et les pratiques de la sociabilité sous l’ancien régime. Sa thèse, L’Exception exemplaire : Inventions et usages du génie, XVIe-XVIIIe siècle, sera bientôt publiée aux Éditions Classiques Garnier (2015). Il s’intéresse présentement à l’histoire culturelle et littéraire de la frivolité et à ses relations à la question du luxe, au papillotage, au persiflage, et aux représentations de la légèreté au XVIIIe siècle.