Archives par étiquette : séminaire doctoral commun

Appel à communication pour le séminaire doctoral commun Paris I/Paris IV : “L’Œuvre à l’épreuve du texte”.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de "La Henriade", ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de “La Henriade”, ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite : 23 novembre 2016.
Date de la manifestation : du 8 décembre 2016 au 8 juin 2017.
Lieu : Salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Pour sa huitième année consécutive, le séminaire doctoral commun aux universités Paris 1 et Paris IV envisage la perméabilité des liens entre les œuvres et les textes. « L’œuvre à l’épreuve du texte », le thème retenu cette année, propose de considérer le texte selon trois angles d’approche distincts, complémentaires et identifiables au travers des notions de médium, de forme et d’outil.

De nombreux artistes se sont intéressés à l’écriture ; leurs écrits théoriques ou littéraires et leurs bibliothèques en témoignent. Dans cette optique, il convient de distinguer la place de l’écriture dans l’œuvre : est-ce une occupation annexe à l’activité artistique ou bien intègre-t-elle pleinement le processus créatif ? Les traités, essais, correspondances et manifestes seront mis à contribution afin de discuter ces propositions.

Également entendu comme un objet plastique, pourvu de lettres, le texte peut prendre une part active à l’œuvre à laquelle il est intégré. Les rapprochements formels et stylistiques des textes et des œuvres, observables grâce aux lignes ou à l’insertion de l’écriture dans l’art (estampe, dessin, peinture, sculpture, etc.) nous intéressent particulièrement. Cette présence du texte, notamment par le biais du titre et de la signature, s’objective au point de créer de nouvelles disciplines, telle la génétique. La mise en image des textes participe enfin de cette dynamique : les lectures iconographiques, privilégiant une approche comparative, inscrivent le rapport de l’image au texte selon différentes modalités. Il convient dès lors de distinguer leurs statuts respectifs : doit-on parler d’une subordination de l’image ou texte ou, au contraire, d’une équivalence de l’écrit et du figuré ? Continuer la lecture

Séminaire doctoral commun : “Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion”.

 

Capture d’écran 2016-01-12 à 19.15.56

Type : séminaire doctoral commun.
Date : 14 janvier 2016 à partir de 18 h.
Lieu : Paris, INHA, 2 rue Vivienne, 1er étage, salle Jullian.


L’équipe du Séminaire Doctoral Commun Paris 1-Paris 4 a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance du séminaire, qui aura lieu ce jeudi 14 janvier 2016 de 18h à 20h à l’INHA (2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Jullian – 1er étage) : “Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion”. Lors de cette séance, nous porterons nos réflexions sur la méthode comparative dans le cas du connoisseurship et de l’attribution des œuvres.

A cette occasion, nous aurons le plaisir de recevoir M. Eric Pagliano (Conservateur, C2RMF) qui modérera la discussion, et nous écouterons deux doctorants confrontés à ces questions dans le cadre d’une thèse :

Maxime Georges Métraux (Université Paris 4) : “Méthodes et enjeux de l’approche comparative dans la pratique du connoisseurship“:

Cette communication se propose d’analyser l’usage de la comparaison dans l’activité du connoisseurship. Une étude historiographique de l’approche comparative, entre réflexe cognitif et figure rhétorique, sera d’abord proposée, elle reviendra sur les dispositifs théoriques et techniques qui président à son usage depuis les écrits de Roger de Piles[1] jusqu’aux pratiques contemporaines de Martin Kemp[2]. Il sera ensuite question d’une réflexion sur la comparaison et sa dimension heuristique à travers le cas privilégié de Guy-Louis Vernansal[3] (1648-1729) mais également celui de Nicolas Maréchal[4] (1753-1802) et de la dynastie des Papillon.

Nikita de Vernejoul (EPHE) : “La place du connoisseurship. Entre carence de sources et exigences du marché”.

Comme d’accoutumée, nous clôturerons cette séance par un pot dans l’échange et la convivialité.

L’équipe organisatrice du séminaire doctoral commun (qui vous souhaite une excellente année 2016) :
Sung Moon Cho (Paris 4)
Marion Grébert (Paris 4)
Clémence Legoux (Paris 1)
Claire van Seters (Paris 1).

—————————————————————————————————————————————-

[1] Pour la période moderne, Pierre-Jean Mariette, Antoine Joseph Dezallier d’Argenville et Jonathan Richardson seront également étudiés.

[2] Outre Martin Kemp, les pratiques de Giovanni Battista Cavalcaselle, Giovanni Morelli, Bernard Berenson et de Max Friedländer seront évoquées.

[3] L’analyse portera principalement sur L’allégorie de la révocation de l’édit de Nantes (1687).

[4] Les exemples privilégiés seront La Philosophie et le patriotisme vainqueur des préjugés (ca. 1790) et Le lion du Museum d’histoire naturelle avec son chien dessiné d’après nature (ca. 1795).