Archives par étiquette : Seconde école de Fontainebleau

Soutenance de thèse: “La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)” (Vladimir Nestorov, 18 juin 2022)

Philippe Millereau, Le Sacrifice d’Iphigénie, vers 1600-1610, huile sur bois, 81 x 92,5 cm, Fontainebleau, musée national du château (inv. F 2910 C)

Type : Soutenance de thèse.
Date :  18 juin 2022.
Lieu : Paris, INHA.
 
M. Vladimir Nestorov (Université de Bourgogne), a soutenu le 18 juin sa thèse en histoire de l’art intitulée : 
 
La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)
 
Devant un jury composé de :
Olivier Bonfait, professeur à l’Université de Bourgogne, directeur;
Marianne Cojannot-Le Blanc, professeur à l’Université Paris Nanterre, présidente du jury;
Marion Boudon-Machuel, professeur à l’Université de Tours, rapporteur;
Jan Blanc, professeur à l’Université de Genève, rapporteur;
Nicolas Le Roux, professeur à Sorbonne Université, examinateur;
Cécile Scailliérez, conservateur général du patrimoine au musée du Louvre, examinateur.

Continuer la lecture

Publication : “Henri IV : Art et pouvoir”.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture