Archives par étiquette : sculpture

(Annulé) Conférence du GRHAM : “Gold in the ark of God and capitalism” par Natasha Eaton, 21 avril 2022, en visioconférence. (Annulé)

Frontispiece of The Padshahnama, c.1630s, Royal Collections, Windsor Castle.

Type : Conférence.
Date et horaire : Annulé.
Lieu : Visioconférence sur Zoom
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

This paper explores the agency of gold in South Asia as an ambiguous means of exchange and delightful control. As Taussig has suggested, gold can be an allegory for modernity qua labour in the miasmic mines of South American. If he explores the ‘metaphorical’ horrors of how exploitation is championed in Colombia and celebrated in the Museo del Oro, my examination of gold turns to its hidden status in statues in India and its mirror like quality in the shamsa. The shamsa is a sun bursting light form of geometric exactitude celebrated by the monarchs Akbar, Jahangir and ShahJahan. The sources of this form of gold speak to the now contested, derelict mines of Hutti. What does it mean to think of gold as celestial? Especially in the wake of material studies concerned with vibrant materiality? Is gold still to be colonized? Are there limits to decolonial thought?

Dr Natasha Eaton is Reader in the History of Art at UCL. She is a long serving editor of Third Text and the author of three monographs – Mimesis across empires: Artworks and networks in India, 1765-1860 (Duke University Press, 2013), Colour, Art and Empire: Visual culture and the nomadism of representation (I.B.Tauris, 2013) and Travel, Art and Collecting in South Asia: Vertiginous exchange (Routledge, 2021). She is currently at work on a special issue of Third Text with Manuela Ciotti on global collecting and modernity and on a monograph concerned with the materialities of empire provisionally titled The Unconditional Image: Art and labour in South Asia.

Annulé

Appel à communication : « Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe » / Call for Papers: “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Eustache Le Sueur, Réunion d’amis, vers 1640, huile sur toile, 136 x 195 cm, Paris, musée du Louvre

Date limite de l’appel : 31 mars 2022.

Date de l’événement : 14 juin 2022.

Lieu : Salle Vasari, INHA, 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de la pandémie qui nous a chacun isolés, des revues telles que le Courrier international et Philosophie magazine consacraient leur numéro de cet été à l’amitié. Nous souhaitons, à travers cette journée d’étude, interroger cette notion d’actualité au prisme d’une histoire sociale et culturelle de l’art. Comment les artistes des XVIIe et XVIIIe siècles vivaient-ils et concevaient-ils l’amitié ? Continuer la lecture

Appel à communications: “L’or en Europe occidentale à la Renaissance” (colloque international, Paris et Nanterre, 9-10 juin 2022)

Coupe en forme de pomme (Apfelpokal), c 1510, argent doré, H 21,5cm, Nuremberg, (c) Germanisches National Museum

Type : appel à communications (colloque).
Date limite : 15 mars 2022.
Envoi des propositions : Romain Thomas (rthomas@parisnanterre.fr), Valentina Hristova (valqhristova@yahoo.fr), Christine Andraud (christine.andraud@mnhn.fr), Anne-Solenn Le Hô (anne-solenn.leho@culture.gouv.fr)

For English version and bibliography, please see at the end of the CFP.

Dans son ouvrage désormais canonique sur la peinture et la culture visuelle dans l’Italie du Quattrocento (Painting and experience in fifteenth century Italy), paru à Oxford en 1972, l’historien de l’art Michael Baxandall décrivait un mouvement de désaffection pour l’or dans les pratiques picturales, sensible dans les contrats entre peintres et commanditaires, mais aussi dans les écrits des théoriciens de l’art. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Conférence : “L’entretien et le suivi sanitaire des œuvres en extérieur du Château de Versailles : examen des mesures préventives mises en place entre 2008 et 2018 et élaboration d’un protocole de traitement biocide” (annulée)

Apollon à la lyre ou apollon Cytharède, Allées du bassin d’Apollon conduisant au Grand Canal, côté Nord. Antique : torse. Complété au 17e siècle, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

Evénement : Conférence

Lieu : Galerie Colbert, Salle Vasari

Date : 21 octobre 2019, 17h-19h (annulée)

Tessa Pirillo est conservatrice-restauratrice du patrimoine culturel, actuellement étudiante en conservation préventive. Elle mène un projet de recherche sur les sculptures en extérieur du parc du Château de Versailles.

Une première partie du projet porte sur l’examen des mesures de conservation préventive mises en place par l’équipe du suivi des œuvres en extérieur depuis 2008. En outre, le projet vise la mise en place d’un protocole de traitement biocide à travers des test comparatif de différent produits biocides.

Publication en ligne des actes du symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement de Paris “Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du Grand Siècle à nos jours”

Hubert Robert, Les Monuments de Paris, 1788, Montréal, Power Corporation of Canada Art Collection. Inv. 1989.11.1

Études rassemblées et présentées par Christophe Henry.

Sur une idée de Martine Debieuvre, première adjointe au Maire du 11e, chargée de la culture, de la mémoire et du patrimoine.

En partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM).

Lien vers le volume 1 (sommaire p. 1-2) : Symposiums_Histoire-de-lart_vol-1.

© Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 – 2018

Pour citer ce volume

Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du grand siècle à nos jours, volume 1, études rassemblés et présentées par Christophe Henry, en partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM) et Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2019 URL : https://www.mairie11.paris.fr/actualites/parution-des-symposiums-d-histoire-de-l-art-de-la-mairie-du-11e-598

Journée d’étude du GRHAM : “Le mou : saisir la mollesse de la matière au motif dans les arts visuels à l’époque moderne” (Paris, 13 juin 2018)

François Boucher, La Nymphe Callisto, séduite par Jupiter sous les traits de Diane (détail), 1759, huile sur toile, 57 x 69 cm, Kansas City, The Nelson-Atkins Museum of Art.

Type : Journée d’études.

Date et horaire : mercredi 13 juin 2018 à partir de 9h20.

Lieu :  salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette journée d’étude se propose de réfléchir sur la notion peu étudiée du mou en histoire de l’art. Elle sera déclinée et analysée sous ses appellations de morbidezza, mollesse et moelleux dans les domaines de la sculpture et de la peinture pendant la période moderne.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM. Continuer la lecture

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : “Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814)”.

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Appel à Communication : « Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine » / “Design and Style Cohabitation From the Eighteenth to the Twentieth Century”

HEBEY Isabelle, Architecture d’intérieur et décoration, Lausanne, Edi-Pop, 1972

Type : Journée d’études
Proposition de communication : 6 novembre 2017

Date de la journée : 19 mars 2018
Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari

Cette journée d’études interrogera l’adaptation dans un espace domestique, de façon usuelle et pragmatique, d’objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance. Ce thème a été récemment mis à l’honneur par la Galerie des Gobelins lors de l’exposition À table avec le mobilier national[1], où les peintures, cartons et tentures du XVIIIe siècle de la manufacture royale encadraient 50 ans de création mobilière de l’Atelier de Recherche et de Création (1964-2014).

Si dans le domaine de l’histoire de l’art il est courant de rencontrer des exemples d’intérieures où l’harmonie décorative a pu être conçue selon l’idéal d’ « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera observé. Il s’agira de s’intéresser aux assortiments dans un même espace d’objets d’époques différentes, et aux réflexions alimentées par ses rapprochements inattendus, parfois surprenants. Continuer la lecture

Appel à publication : Revue Sculptures, No. 5: Voir la sculpture

Louis-Simon Boizot, Méléagre, 1771, 80 x 38 x 53 cm, Paris, musée du Louvre

Type : Appel à publication

Date limite de l’appel : 30 octobre 2017

Appel à contributions pour la partie thématique du numéro 5 (2018) de la revue Sculptures : Voir la sculpture, dirigée par Claire Barbillon

« On éprouve un bien vif plaisir quand on voit un grand ouvrage de sculpture, largement et simplement exécuté. Quand on a bien joui de l’ensemble, on cherche, en se rapprochant, à voir des détails […] c’est pour ainsi dire un voile qu’on lève. Les variations du jour mettent en évidence les détails qui, quelques heures avant, étaient invisibles », écrit David d’Angers. Cette révélation progressive de la sculpture à son regardeur, cette introduction du temps dans l’expérience de la perception de la sculpture sont des enjeux fondamentaux de la modernité qui ont été mis en valeur par nombre d’historiens et de théoriciens de l’art au cours du dernier siècle (Hildebrand, Simmel, Giedion-Welcker, Wittkower, Jauss, Kraus, Potts, parmi d’autres). Continuer la lecture

Appels à communication : 11 sessions at RSA (New Orleans, 22-24 Mar 18)

Rembrandt, La coquille, vers 1650, gravure, 9,7 x 13,2 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Appels à conférence

Date de l’événement : 22 – 24 mars 2018

Lieu : Nouvelle-Orléans

Renaissance Society of America, New Orleans, March 22 – 24, 2018

[1] Reconnecting: New Thoughts on Art and the Spectator in Renaissance
Italy

[2] Representing Adultery in the Early Modern Netherlands

[3] Revisiting Reproductive Printmaking

[4] Early Modern Spanish Scholarship and Mentorship: Papers in Honor of
James Amelang

[5] New Directions in Dress and Identity Research

[6] Conchophilia: Shells as Exotica in the Early Modern World

[7] Sculpture in Rome, 1450-1650: New Perspectives

[8] Reassessing Francesco I de’ Medici: Art, Science, and Materiality
in Late Renaissance Florence

[9] Mnemosyne/Memory

[10] Prophetism and the New World in Early Modern History

[11] Sculpture in Spain Continuer la lecture

Sculpture Collecting and Display, 1600-2000

Étienne Maurice Falconet: Pygmalion et Galatée, 1763, marbre, Saint-Petersbourg, musée de l’Ermitage.

Type : Conférence

Date : 19 – 20 mai 2017

Lieu : New York, The Frick Collection, 1 East 70th St.

Presented by the Center for the History of Collecting, Frick Art Reference Library, this two-day symposium will showcase how approaches to collecting and displaying sculpture have varied and changed over the centuries, from the Kunstkammer of late Renaissance princes, to the
sculpture galleries of the eighteenth century, to garden sculpture ensembles and, finally to the challenges of displaying sculpture in public museums. Continuer la lecture

Appel à communication : “Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle)” (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Publication : “The Learned Draftsman : Edme Bouchardon”.

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

The celebrated French artist Edme Bouchardon (1698–1762) is primarily known as a sculptor today, but his contemporaries widely lauded him as a draftsman as well. Talented, highly innovative, and deeply invested in the medium, Bouchardon made an important contribution to the European art and culture of his time, and in particular to the history of drawing. Around two thousand of his drawings survive—most of which bear no relation, conceptual or practical, to his sculpture—yet, remarkably, little scholarly attention has been paid to this aspect of his oeuvre. This is the first book-length work devoted to the artist’s draftsmanship since 1910. Continuer la lecture

Petite annonce : “Jean-Joseph Foucou (Monographie)”.

Jean Joseph Foucou (1739-1815), Bacchante portant un petit faune, marbre, musée Cognac-Jay n° inv. J219

Jean Joseph Foucou (1739-1815), Bacchante portant un petit faune, marbre, Paris, musée Cognac-Jay.

“Dans le cadre de la publication d’une monographie sur le sculpteur Jean-Joseph Foucou (Riez, 1739 – Paris, 1821), à paraitre prochainement aux éditions Mare & Martin, j’invite toute personne possédant des œuvres de l’artiste (dessin préparatoire, esquisse, modèle, terre-cuite, plâtre, marbre…) ou ayant connaissance de documents inédits à bien vouloir me contacter.

La plus grande discrétion quant aux collectionneurs sera respectée.”

***

Pour répondre à cette annonce, veuillez prendre contact avec :

Alicia Adamczak
Docteur en histoire de l’art moderne – Université Paris-Sorbonne
alicia.adamczak@wanadoo.fr