Archives par étiquette : Sceaux

Publication : « Richard Rawlinson and His Seal Matrices : Collecting in the Early Eighteenth Century ».

CHERRY John, Richard Rawlinson and His Seal Matrices : Collecting in the Early Eighteenth Century, Oxford, The Ashmolean Museum, 2016, 192 p.

CHERRY John, Richard Rawlinson and His Seal Matrices : Collecting in the Early Eighteenth Century, Oxford, The Ashmolean Museum, 2016, 192 p.

Présentation de l’éditeur :

The Rawlinson collection of seal matrices in the University of Oxford is the most important early collection of European seal matrices to survive. Created by Dr Richard Rawlinson (1690-1755) in the first half of the eighteenth century, it consists of 830 matrices ranging in date from the 13th to the early 18th century. It includes the collection of seal matrices formed by Giovanni Andrea Lorenzani, a Roman bronze caster, which Rawlinson acquired in Rome together with a catalogue written in 1708. This collection is primarily Italian, but the Rawlinson collection also includes examples from many other countries England, Wales, Scotland, Ireland, France, Germany Spain, and Scandinavia as well as Italy. The study of seals was much neglected in the middle of the twentieth century, but the study now attracts greater interest. This is due to their visual appeal, sense of identity and their representation of symbols. This book will appeal to a wide variety of readers from those interested in collecting, Jacobitism, history of the early eighteenth century, the Grand Tour, antiquaries, and seals and seal matrices. This book has four introductory chapters which set the scene for the collecting of seal matrices, tell the life of Richard Rawlinson and Giovanni Andrea Lorenzani, analyze their collections and relate the history of the collection after Rawlinson’s death in 1755. One hundred seals, all illustrated, are described in detail, with much unpublished data, and an indication is given of the contribution they make to the sigillography of the different countries.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.

Quand Coysevox rencontre Colbert

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Avant sa mise en vente le 12 novembre à 18h (estimation 3 millions d’euros), la maison Leclere expose en ce moment à Drouot un remarquable buste de Colbert par Coysevox, classé au titre des monuments historiques en 1937. Ce buste fut offert par l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture à Jean-Baptiste Colbert en 1677 et est resté dans la descendance du principal ministre de Louis XIV jusqu’à aujourd’hui (collection de S.A.R. le prince Sixte-Henri de Bourbon de Parme).

Au cours de sa carrière Antoine Coysevox (1640 – 1720) réalisera trois portraits sculptés de Colbert (1619 – 1683) : celui qui est présenté à la vente est le seul réalisé ad vivum tandis que les deux autres sont des reprises post mortem (l’un est conservé au musée du Louvre et l’autre fait partie du monument funéraire en l’église Saint-Eustache de Paris).

La réalisation du buste de 1677 semble être due à une initiative personnelle de Coysevox qui y voit le moyen de s’assurer les faveurs d’un prestigieux protecteur pouvant lui ouvrir les portes des chantiers royaux. De fait, les qualités de l’œuvre sont à l’origine du processus de reconnaissance de Coysevox en tant que grand sculpteur et portraitiste de génie et permettront à ce dernier d’exercer ses talents aussi bien à Versailles qu’à Marly et à Sceaux.

A l’occasion de cette vente, la maison Leclere a édité un catalogue conséquent sous la direction Guillaume de Carbonnières avec des articles de Françoise de la Moureyre (« Sculpter le portrait en France au XVIIe siècle ») et de Michel Vergé-Franceschi (« Colbert : un homme d’état hors du commun ») que l’on peut consulter en ligne :

http://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=2637/4699/59758&lng=fr

Florence Fesneau