Archives par étiquette : Salons

Conférence du GRHAM : « Boucher dans l’espace des lettres » par Christophe Martin (Paris, 17 mai 2018)

Pierre Quentin Chedel d’après François Boucher, Frontispice,
dans Charles Pinot-Duclos, Acajou et Zirphile (1743).

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Alors que Jean Starobinski a magistralement analysé la place de « Diderot dans l’espace des peintres » (Paris, RMN, 1991), il s’agira plus modestement, et en sens inverse, d’indiquer la place de Boucher dans l’espace des lettres. Est-ce tout à fait un hasard que l’on ait si souvent désigné Boucher comme le « Fontenelle de la peinture » ? En s’interrogeant d’abord sur le succès de cette formule, on examinera quelques aspects de cette interaction multiple et complexe de l’oeuvre de Boucher et de la littérature du XVIIIe siècle, en s’intéressant plus particulièrement à trois cas permettant de mesurer à quel point le siècle des Lumières a pu tout à la fois écrire avec et contre Boucher : Acajou et Zirphile de Duclos (1743) ; les Salons de Diderot (1759 – 1767) ; La Nouvelle Héloïse de Rousseau (1761).

Christophe Martin est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et directeur de CELLF (UMR8599). Spécialiste du XVIIIe siècle et en particulier de Fontenelle, Marivaux, Montesquieu, Diderot et Rousseau, ses recherches portent principalement sur les liens entre fiction, anthropologie et philosophie. Il est l’auteur, notamment, de Espaces du féminin dans le roman français du XVIIIe siècle (SVEC, Voltaire Foundation, 2004) ; « Education négative ». Fictions d’expérimentation pédagogique au XVIIIe siècle (Garnier, 2010) ; La Religieuse de Diderot (Gallimard, 2010) ; Mémoires d’une inconnue. Etude de La Vie de Marianne de Marivaux (Rouen, PURH, 2014) ; L’Esprit des Lumières. Histoire, littérature, philosophie (Armand Colin, 2017). Il est directeur-coordinateur des Oeuvres complètes de Rousseau en cours de publication aux éditions Classiques Garnier, et co-directeur de la collection »L’Europe des Lumières » chez le même éditeur.

Publication : Jean-Baptiste Jacques Augustin, 1759-1832. Une nouvelle excellence dans l’art du portrait en miniature.

PAPPE Bernd,       Jean-Baptiste Jacques Augustin, 1759-1832. Une nouvelle excellence dans l'art du portrait en miniature., Vérone, Scripta, 2015, 384 p.

PAPPE Bernd, Jean-Baptiste Jacques Augustin, 1759-1832. Une nouvelle excellence dans l’art du portrait en miniature., Vérone, Scripta, 2015, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

En sus des chapitres évoquant sa vie et sa carrière, l’auteur traite de la technique picturale du peintre et de son atelier parisien fréquenté par de très nombreux élèves. Il nous fait part également des commentaires émis à l’encontre de ses ouvres exposées aux Salons, évoque son esprit entreprenant et novateur, puis dédie un chapitre aux autres artistes de sa famille. Grâce à plus de 1200 réalisations que le catalogue raisonné répertorie, il nous est enfin donné de saisir toute l’ampleur de l’ouvre du grand miniaturiste. Bien des pièces de sa production sont ici révélées pour la première fois. Le livre est complété par une liste des clients d’Augustin, ainsi qu’un registre de ses élèves.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.