Archives par étiquette : Rouen

Journée d’études : « Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européenne »

champaigne_eccehomo

Philippe de Champaigne, Ecce homo, vers 1655, Port-Royal des Champs, Musée national

Type : Journées d’études.
Date de la manifestation : 24 novembre 2016.
Lieu : Rouen, Musée des Beaux-Arts, auditorium.

« Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes », est le titre générique d’un cycle de trois colloques, organisé entre 2014 et 2016, par l’Université de Rouen (GRHis) et ses partenaires (Musée des Beaux-Arts de Rouen), avec le soutien de Rouen-Métropole.

Ces rencontres rassemblent des intervenants – doctorants ou universitaires confirmés – dont les travaux portent sur des études de cas exemplaires envisagés dans le cadre d’une approche interprétative : théories et pratiques anciennes de l’interprétation ; questions iconographiques et iconologiques ; approches contextuelles interdisciplinaires ; lectures plus théoriques d’ordre herméneutique ou exégétique s’interrogeant, notamment, sur les questions liées à l’intentionnalité ou à la réception. Les situations régionales sont considérées avec attention, mais dans une prise en compte, obligée au XVIIe siècle, des interactions permanentes entre provinces, Paris, mais aussi grandes capitales européennes (de Rome à Anvers via Madrid ou Londres), entre lesquelles pouvaient se déplacer œuvres et artistes français ou étrangers œuvrant en France. Continuer la lecture

Publication : « Henri IV : Art et pouvoir ».

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

NATIVEL Colette (dir.) avec la collaboration de CAPODIECI Luisa,Henri IV : Art et pouvoir,Rennes et Tours, PUR et PUFR, 2016, 450 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Après la longue période des troubles des guerres de religion, le renouveau des arts se manifesta de façon particulièrement éclatante sous le règne d’Henri IV, dans tous les domaines : peinture, sculpture, architecture, mais aussi l’art des jardins, les arts de cour, notamment les ballets et les entrées. Ce fut aussi le cas de l’art du livre, encore trop peu étudié aujourd’hui.

Ce livre expose l’ampleur de ce renouveau et en montre les multiples aspects.

Afin de cerner les transformations et les nouvelles configurations artistiques de cette période, les pratiques artistiques sont replacées dans leur contexte historique, politique et culturel. L’ouvrage pose les enjeux épistémologiques entre pouvoir (élaboration et diffusion par l’image de la figure du « bon roi », tolérant et unificateur du royaume) et art (art de cour, art sacré, dans une époque de troubles religieux…). Enfin, dans une volonté d’inscrire la production artistique française dans un cadre plus large, ce livre explore les liens qui unissent la France d’Henri IV et de Marie de Médicis aux grands centres artistiques européens (Florence, Nancy, Anvers). Continuer la lecture

Journée d’étude : Inventorier le patrimoine artistique sous la Révolution : méthodes et enjeux.

Jean-Lubin Vauzelle, La salle d'introduction du musée des Monuments français, 1804, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Jean-Lubin Vauzelle, La salle d’introduction du musée des Monuments français, 1804, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Type : Journée d’étude.
Date : 19-20 novembre 2015.
Lieu de la journée d’étude : salle 337, université de Bourgogne, Dijon.


Avant même la création du musée et le nouveau régime d’œuvre d’art qu’il entraine, la Révolution avait suscité un nouveau regard sur les œuvres par un immense travail de recensement des objets. Le 16 septembre 1792, l’Assemblée législative vote la conservation des « chefs-d’œuvre des arts » menacés. A coté de la commission chargée de mettre en place le Museum, en province et à Paris, des artistes ou des antiquaires, souvent liés aux académies ou aux écoles de dessin, s’affairent à décrire les peintures et les sculptures qui étaient devenues la propriété de l’Etat par la mise à la disposition de l’Etat des biens du clergé (2 novembre 1789) ou les saisies des biens d’émigrés. Il en résulte un nombre élevé d’inventaires recensant le patrimoine artistique des grandes villes, effectués dans des conditions très diverses, mais instaurant souvent déjà un processus de sélection, et procédant à des choix pour le destin de ces objets. Continuer la lecture