Archives par étiquette : roi

Appel à communication : Evidence of Power in the Ruler Portrait, 14th – 18th Cent.

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, après 1670, huile sur toile, 86 x 108 cm, Madrid, musée du Prado

Type : appel à communication

Date limite de l’appel : 30 avril 2017

Date de la manifestation : 1 – 2 décembre 2017

Lieu : Munich / München, Zentralinstitut für Kunstgeschichte

Conference Concept (short version)

What meanings do head and body convey in the medieval and early modern ruler portrait? How do its mimetic schemes and visual projections of power relate to each other? How are conceptually abstract norms and values of rulership transposed to categories of looking, how do images of bodies concretize these norms and values, and what modes of representation do they cultivate? Research on the history of portraits has relegated these questions to the margins; we presently lack a systematic analysis. Nevertheless, head and body forged central attributes and categories for physical manifestations of rulership in the Middle Ages and early modern period. The specific conditions of their visual portrayal is therefore of particular interest. Unlike in republican or democratic political systems, where the presence and legitimation of ruling power is supported by an elected government or a constitution, in principalities and monarchies the prince or king himself guaranteed the legitimacy of his own rule. He did this above all else through his physical body, whose visually and haptically experienced presence first lent the necessary evidence for his sovereignty. Continuer la lecture

Publication : “La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations”.

CORNETTE Joël (dirs.) et HELVETIUS Anne-Marie (dirs.), La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2017, 272 p.

CORNETTE Joël (dirs.) et HELVETIUS Anne-Marie (dirs.), La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2017, 272 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Du début du Moyen Âge jusqu’au « Siècle de Louis XIV », l’État ne cesse de s’identifier à la personne physique du prince. La mort d’un souverain est donc synonyme, le plus souvent, de traumatisme, car elle met en question la survie même du pouvoir qu’il incarne.
Cet « espace-temps » particulier : « l’entre-deux » règnes ; ses implications, ses conséquences sur la pérennité du pouvoir sont précisément étudiées. Avec une dernière partie consacrée à Louis XIV très documentée (4 chapitres lui sont consacrés), l’ouvrage présente toutes les phases de la mort royale : de l’agonie aux funérailles, des funérailles à la sépulture, de l’annonce de la mort à la mémoire de la mort.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Administrer les menus plaisirs du roi : L’État, la cour et les spectacles dans la France des Lumières”.

LEMAIGRE-GAFFIER Pauline, Administrer les Menus Plaisirs du Roi, Paris, Champ Vallon, 2016, 380 p.

LEMAIGRE-GAFFIER Pauline, Administrer les Menus Plaisirs du Roi, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016, 380 p.

Présentation de l’éditeur :

Chargés des décors nécessaires aux transformations de l’espace curial qu’impliquait la mise en scène du cérémonial royal, les Menus Plaisirs du Roi intervenaient aussi bien dans l’organisation du lever du roi, des divertissements de la cour, des cérémonies dynastiques que des rituels d’État. Sous la direction des Premiers Gentilshommes de la Chambre, dont ils étaient les officiers de finances, leurs administrateurs participaient également à l’exercice de la tutelle monarchique sur la Comédie-Française et la Comédie-Italienne. Les Menus Plaisirs se trouvaient donc à la fois placés au service du roi et au service du public. C’est pourquoi cette institution constitue un terrain privilégié pour explorer les modalités de l’administration de la cour, dont l’existence était inhérente au système de représentation de la personne royale et à la nature de l’État monarchique. L’ouvrage s’inscrit ainsi dans le renouvellement de l’histoire politique et culturelle de l’État moderne. Au-delà des idées reçues sur l’espace curial, il prend non seulement ce dernier comme un observatoire de la culture politique propre à l’Ancien Régime, mais en révèle les paradoxales dynamiques au temps des Lumières. Au cœur d’un spectacle monarchique où les représentations lyriques et dramatiques un rôle croissant, les artisans du cérémonial qu’étaient les Menus Plaisirs deviennent en effet au XVIIe siècle les maîtres d’œuvre d’une action publique en faveur du théâtre.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.