Archives par étiquette : Robert

Colloque : Topoi et anecdotes artistiques : fortune, forme, fonction, de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

Affiche-colloquePIF

Type : Colloque.
Date : Du 15 au 17 octobre 2015.
Lieu : Salle Dussane, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005, Paris.

Programme :

Jeudi 15 octobre :

L’anecdote entre art du discours et pratique de la peinture :

Présidence : Pierre Caye.

L’anecdote : cadres : 

9h : Ouverture.

9h10 : Emmanuelle Hénin (Université de Reims) : « Introduction. L’anecdote comme palimpseste ».

9h35 : Pedro Duarte (Aix-Marseille Université) : « La fiction de discours dans les anecdotes relatives aux sculpteurs et peintres antiques ».

10h : Giovanni Lombardo (Université de Messine) : « Timanthe et l’art de peindre kat’émphasin ».

10h25 : Discussion et pause.

11h20 : Stanislas Kuttner-Homs (Université de Caen) : « Rhétorique des arts et art de la rhétorique : les anecdotes de peintres et de sculpteurs dans les Histoires de Jean Tzétzès ».

11h45 : Marteen Delbeke (Université de Gand) : « Les anecdotes sur la peinture dans le débat sur la langue figurée dans la deuxième moitié du XVIIe siècle ».

12h10 : Discussion et déjeuner.

Anecdotes et pratique de la peinture :

Présidence : Agnès Rouveret.

14h : Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne) : « Le discours sur les femmes artistes antiques : entre realia et topoi ».

14h25 : Baldine Saint Girons (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bœuf de Pausias en noir et blanc ».

14h50 : Discussion et pause.

15h45 : Ralph Dekoninck (Université Catholique de Louvain) : « Pausias, parangon de la peinture flamande au XVIIe siècle ».

16h10 : Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université) : « Glycère et l’harmonie des couleurs : un motif adapté aux perspectives sensualistes des Lumières ».

16h45 : Étienne Jollet (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Apelle contre Protogène. La rapidité de l’acte créatif dans la littérature artistique en France au XVIIIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Vendredi 16 octobre :

La fascination mimétique :

Topoi mimétiques :

Présidence : Hélène Casanova-Robin.

9h : Giuseppe Pucci (Université de Sienne) : « Naturam ipsam provocavit » : structure et histoire d’un poncif ».

9h25 : José Riello (Université de Madrid) : « La verdadera imitación del natural y los pintores antiguos en los tratados hispánicos de la Edad Moderna ».

9h50 : Ulrich Pfisterer (Université de Munich) : « Apelles’Animals ».

10h15 : Léonard Pouy (Université Paris Sorbonne & de Genève) : « À cor et à cri. Théon de Samos et ses survivances dans l’art néerlandais du XVIIe siècle ».

10h40 : Discussion et pause.

11h30 : Paulo Butti de Lima (Université de Bari) : « La douleur dans la peinture : anecdotes et exemples pour comprendre la Poétique d’Aristote (XVIe-XVIIe s.) ».

11h55 : François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « Portrait de l’artiste en tortionnaire : Parrhasios, Michel Ange et quelques autres ».

12h20 : Discussion et déjeuner.

La mimésis sculpturale :

Présidence : Nadeije Laneyrie-Dagen.

14h20 : Présentation du site « Pictor in Fabula ».

14h35 : Renaud Robert (Université Bordeaux-Montaigne) : « Les anecdotes sur Phidias ou les métamorphoses de l’artiste ».

15h : Marianne Leblanc (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « L’anecdote en filigrane. Les poèmes sur le buste de Louis XIV par Bernin ».

15h25 : Discussion et pause.

16h20 : Maurice Brock (Université de Tours) : « L’Aphrodite de Cnide dans des lettres de Bembo, l’Arétin, Giovanni Della Casa et Lodovico Dolce ».

16h45 : Lise Wajeman (Aix-Marseille Université) : « Fictions comiques ou théories sérieuses ? Quelques réincarnations de la Vénus de Cnide au XVIe siècle ».

17h10 : Discussion.

Samedi 17 octobre :

Transpositions:

Portrait de l’artiste en Apelle :

Présidence : Giovanni Careri.

9h : Mathilde Bert (Université Catholique de Louvain) : « Apelle à Bologne : les stalles de Fra Damiano à San Domenico ».

9h25 : Sarah Blake McHam (Rutgers University, New Jersey) : « Falling in Love with Your Sitter ».

9h50 : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne) : « L’Apelle et Campaspe de Noverre : danse et peinture au XVIIIe siècle ».

10h15 : François René Martin (École nationale des beaux-arts) : « De Campaspe à la Fornarina : problèmes iconographiques (1770-1820) ».

10h40 : Discussion et pause.

Peindre les anecdotes :

11h25 : Élisa de Halleux (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Zeuxis peint le portrait d’Hélène de Beccafumi ou l’idéal de beauté androgyne dans la théorie artistique italienne au XVIe siècle ».

11h50 : Colette Nativel (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne) : « Le décor de la maison de Rubens entre anecdote et allégorie ».

12h15 : Jan Blanc (Université de Genève) : « Le traitement burlesque des anecdotes artistiques dans la peinture européenne (XVe-XVIIIe siècles) ».

12h40. Discussion.

Colloque international interdisciplinaire des 17 avril et 18 avril 2015 à Budapest

 

Jean-Honoré Fragonard, Le Songe d’amour du guerrier, avant 1785, huile sur toile, 61,5 x 50,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Jean-Honoré Fragonard, Le Songe d’amour du guerrier, avant 1785, huile sur toile, 61,5 x 50,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Sous l’égide de l’Université Catholique Pazmany Peter s’est tenu à Budapest les 17 et 18 avril derniers, un colloque ayant pour thème : « L’homme qui rêve – expérience des frontières ». L’objectif de ce colloque étaient, tel que précisé par ses organisatrices Aniko Adam et Aniko Radvanszky, d’interroger les frontières et les fonctions historiques, culturelles, sociologiques et anthropologiques du rêve, ainsi que les relations que le rêve entretient avec la créativité. Venant de tous horizons géographiques et universitaires, une soixantaine de participants ont pu s’exprimer et échanger sur ce sujet en français, anglais et hongrois.

La séance introductive présidée par le vice-doyen de l’Université, Karoly Pinter, et ouverte par Simon M. Wortham (Faculty of Arts and Social Sciences, Kingston University) a permis de positionner les enjeux philosophiques d’un questionnement sur le sommeil. En effet Simon M. Wortham a récemment publié The Poetics of sleep : from Aristotle to Nancy (2013) dans lequel il interroge la façon dont le sommeil peut constituer une limite à l’imagination philosophique. Il questionne aussi la relégation du sommeil aux frontières de l’étude physiologique qui a eu pour conséquence de promouvoir une investigation critique des rêves comme facteur clef d’une certaine modernité.  Et il articule une poétique du sommeil pour laquelle il convoque non seulement Aristote, Kant et Freud, mais encore – sans pouvoir tous les citer – Bergson, Derrida et Nancy, ainsi que le poète Celan et les écrivains Blanchot et Beckett.

Parmi les nombreuses sessions qui ont animées ces deux journées, on citera plus particulièrement celles qui ont données lieu à communication sur les XVIIe et XVIIIe siècles. Elena Ciocoiu (Université Paris-Sorbonne, CELLF 16-18) a présenté une communication ayant pour titre « Pour une approche comparatiste de l’imaginaire baroque du rêve » et traitant essentiellement du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et de La vie est un songe de Calderone. Lors de sa présentation « Rêver au temps des Lumières : un art difficile », Florence Fesneau (doctorante en Histoire de l’Art, université Paris I Panthéon Sorbonne) a cherché à s’interroger sur le faible nombre de tableaux illustrant le thème du rêve autrement que par la présence solitaire d’un dormeur ou d’une dormeuse. Nadège Langbour (Docteur ès lettres modernes, Université de Rouen) s’est livrée à une analyse précise des nombreuses façons dont Diderot aborde, dans ses écrits, le sommeil et le rêve, au cours de sa communication « Diderot et l’écriture du rêve : une expérience de la disparition des frontières », tandis que Katalin Kovacs a approfondi la notion de paysage de rêve et les promenades que l’on peut y faire dans sa présentation « Paysages de rêve dans la peinture française du XVIIIe siècle : Vernet et Robert à la lumière de la critique d’art de Diderot. ».

Les organisatrices sélectionneront une partie des communications écrites afin de permettre la publication ultérieure (date non connue) des actes du colloque.