Archives par étiquette : Rembrandt

Appel à communication : Session at Historians of Netherlandish Art Conference

Jean-Baptiste Martin, dit Martin des Batailles, Assemblée ordinaire de l’Académie royale de peinture & sculpture au Louvre, 1712 – 1721,huile sur toile, 30 x 42 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 31 mai 2017

Date de l’événement : 24 – 26 mai 2018

Lieu : Gand

Pevsner’s Blind Spots. Organization and Representation of Art Academies in the Northern and Southern Netherlands

Organizers: Nils Büttner, Staatliche Akademie der Bildenden Künste Stuttgart, nils.buettner@abk-stuttgart.de ; Birgit Ulrike Münch, Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, bmuench@uni-bonn.de

Nicolaus Pevsner’s Academies of Art. Past and Present was first published in 1940. Without a doubt, his Academies is still a standard reference work. Nevertheless, it consolidated the alleged incompatibility of the Netherlandish and the French / Italian art system and hereby created a gap and hierarchy between the different art academies still recognizable in recent research. Pevsner’s largely idealized description of the French Academy was already in contrast to the situation in Antwerp. But above all, the Northern Netherlands appear to be diametrically opposed to this ideal. Pevsner exemplified his concept based on the artists Rembrandt and Charles LeBrun and regarded the Dutch group of buyers as characterized by a less developed tradition in matters of art collecting as well as a less trained ability to judge art and as having a much simpler taste. This, according to Pevsner, had damaging consequences: To satisfy the taste of these amateurs on a shapeless anonymous art market the Netherlandish artists were often forced to produce a huge amount of paintings of low quality. Continuer la lecture

Les expositions de la rentrée.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Jean-Baptiste Oudry, Basset, gibier mort et fusil, vers 1740, huile sur toile, Stockholm, Nationalmuseum.

Paris et ses environs

  • Le Grand Condé : Le rival du Roi-Soleil ? du 5 septembre 2016 au 2 janvier 2017, au Domaine de Chantilly, dans la salle du Jeu de Paume

Commissariat : Mathieu Deldicque, Conservateur du patrimoine au musée Condé – Domaine de Chantilly.

  • Bouchardon (1698-1762) : Une idée du beau, du 14 Septembre 2016 au 5 Décembre 2016, au Louvre, Hall Napoléon.

Commissariat : Guilhem Scherf, Juliette Trey, musée du Louvre, Anne-Lise Desmas, Getty Museum, Los Angeles, et Édouard Kopp, Fogg Museum, Harvard.

  • Rembrandt intime, du 16 septembre 2016 au 23 janvier 2017, au musée Jacquemart-André.

Commissariat : Emmanuel Starcky, Directeur des Domaines et Musées nationaux de Compiègne et de Blérancourt, Peter Schatborn, Conservateur en chef émérite du Cabinet national des estampes au Rijksmuseum d’Amsterdam, Pierre Curie, Conservateur du Musée Jacquemart-André. Continuer la lecture

Publication : “Rembrandt : The Painter Thinking”.

VAN DE WETERING Ernst, Rembrandt : The Painter Thinking, Berkeley, University of California Press, 2016, 340 p.

VAN DE WETERING Ernst, Rembrandt : The Painter Thinking, Berkeley, University of California Press, 2016, 340 p.

Présentation de l’éditeur :

Even during the artist’s lifetime, contemporary art lovers considered Rembrandt van Rijn to be an exceptional artist. In this revelatory sequel to the acclaimed Rembrandt : The Painter at Work, renowned Rembrandt authority Ernst van de Wetering investigates precisely why the artist, from a very early age, was praised by prominent connoisseurs. He argues that Rembrandt, from his very first endeavors in painting, embarked on a journey past all the foundations of the art of painting that, according to (up until now misinterpreted) contemporary written sources, were considered essential in the seventeenth century. Rembrandt never stopped searching for solutions to the pictorial problems that confronted him; this led over time to radical changes in course that can’t simply be attributed to stylistic evolution or natural development. In a quest as rigorous and novel as the artist’s, van de Wetering reveals how Rembrandt became the best painter the world had ever seen. Gorgeously illustrated throughout, this groundbreaking exploration reconstructs Rembrandt’s closely guarded theories and methods, shedding new light both on the artist’s exceptional accomplishments and on the practice of painting in the Dutch Golden Age.

Ernst van de Wetering is Professor Emeritus of Art History at the University of Amsterdam and Chairman of the Rembrandt Research Project. The author of the widely acclaimed Rembrandt : The Painter at Work, he is considered one of the world’s foremost specialists on Rembrandt and his oeuvre.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

L’Europe du Nord en peintures au Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow

Le Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow est une institution muséales aux collections variées : peintures, sculptures, objets d’art, d’histoire naturelle et archéologiques datant de la préhistoire au XXe siècle sont exposés dans ses différentes galeries. Le musée, construit sur les rives de la rivière Kelvin par les architectes John W. Simpson et E.J. Milner Allen, est ouvert en 1901 sous le nom de « Palais des Beaux-Arts » (Palace of Fine Arts) pour l’Exposition Internationale tenue à Glasgow cette année-là. Il présente aujourd’hui plus de huit mille objets déployés dans vingt-deux galeries. La plupart des peintures que l’on peut y admirer aujourd’hui ont été données à la ville de Glasgow par le collectionneur Archibald McLellan en 1854.

L’une de ces galeries est dédiée aux œuvres d’artistes néerlandais et flamands du XVIIe siècle. Les différentes peintures y sont regroupées de façon thématique, évoquant les diverses caractéristiques inhérentes à la peinture nordique de cette époque que nous allons alors aborder ici : Allégorie, Nature Morte, Marine, Paysage et Scène de genre.

Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 1197 x 1565 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 1. Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 119.7 x 156.5 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

L’art flamand apparait tout d’abord tel une entité distincte, regroupé dans une partie de la galerie. L’influence des peintres de la Renaissance italienne est évidente, rendue avec des œuvres aux compositions foisonnantes et colorées. Sculpture et architecture classique s’y déploient, parfois ornées de décors végétaux savamment disposés autour de figures aux muscles puissants ou aux formes rondes et charnues. La Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux de Jacob Jordaens (1593-1678) attire notamment l’attention par sa composition étonnante : deux amoureux dissimulés sous une architecture richement sculptée, dans une pénombre à peine éclairée d’une bougie, sont dépeints auprès d’une servante à la figure quant à elle lumineuse, chargée d’un panier débordant de fruits (fig. 1).

Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 1372 x 1829 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 2. Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 137.2 x 182.9 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Continuer la lecture

Conférence : Rembrandt & Printmaking: New Views on a Golden Age

Rembrandt van Rijn, Clement de Jonghen, eau-forte, 1651, © MAH

Rembrandt van Rijn, Clement de Jonghen, eau-forte, 1651, © MAH

Type : Conférence internationale

Date : 5 novembre 2015, 15 h 00 – 18 h 00

Lieu : 612 Schermerhorn Hall, Columbia University  116th Street & Broadway,

Organisation : The Miriam and Ira D. Wallach Art Gallery in conjunction with the exhibition, Rembrandt’s Changing Impressions and IFPDA print fair.

This symposium will spark a new and closer look at Rembrandt’s astonishing print practice, its context, and its contributions.

Speakers:

Hercules Segers and Rembrandt – Direct Influence or Kindred Spirits? Nadine M. Orenstein, Drue Heinz Curator in Charge, Department of Drawings and Prints, The Metropolitan Museum of Art, New York.

St. Jerome in Darkness and Light: Clifford S. Ackley, Ruth and Carl J. Shapiro Curator of Prints and Drawings, Museum of Fine Arts, Boston

Rembrandt and the Faust Tradition: Robert Fucci, exhibition curator

(Short Break)

Edme-François Gersaint as Chroniqueur of Knowledge about Rembrandt’s Etchings: Erik Hinterding, Curator of Prints, Rijksmuseum, Amsterdam

Desire and Disgust: Collecting Rembrandt’s Etchings in Georgian England: Stephanie Dickey, Professor of Art History and Bader Chair in Northern Baroque Art, Queen’s University, Kingston, Ontario

Rembrandt as Experimental Etcher: Jan Piet Filedt Kok, former Curator of Prints and Director of Collections, Rijksmuseum, Amsterdam

Reception and viewing to follow at The Wallach Art Gallery at 6 PM.

Rembrandt’s Changing Impressions, on view through December 12, is curated by Art History PhD candidate Robert Fucci. This extraordinary project highlights Rembrandt’s most dramatically altered prints. It gathers 52 17th-century impressions from 14 major U.S. collections to best examine his manipulations and transformations, and is an unprecedented opportunity to examine the range, power, and nuance of Rembrandt’s fine prints.”

Le couple Soolmans inséparable

Rembrandt Harmenszoon van Rijn , portrait de Marten Soolmans, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn , portrait de Marten Soolmans, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

La France et les Pays-Bas ont conclu l’acquisition conjointe de la paire de tableaux peints par Rembrandt, Portrait de Marten Soolmans et Portrait de Oopjen Coppit, épouse de Marten. Marié en 1633, le couple s’était fait portraiturer l’année suivante. Les tableaux sont restés dans la famille Soolmans jusqu’en 1877, date à laquelle ils ont été vendus à  Samuel de Rotschild. Eugène Fromentin  en donne une description très élogieuse dans Les Maîtres d’autrefois (1876). Les tableaux, mis en vente par Eric de Rothschild, vont rester unis. Ils seront visibles alternativement au Louvre et au Rijksmuseum, par période de trois ans. En France, l’opération a coûté 80 millions d’euros versés par la Banque de France au titre du mécénat.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Portrait de Oopjen Coppit, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Portrait de Oopjen Coppit, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

Si les tableaux de Rembrandt ne sont pas rares sur le marché et restent d’un prix relativement raisonnable, les portraits des époux Soolmans doivent leur valeur élevée à l’importance de leur format. Dans un premier temps le ministère de la culture n’avait pas jugé bon d’attribuer à ces œuvres le caractère de trésor national, rendant ainsi possible leur exportation, ce que la Tribune de l’art révélait dans un article en date du 4 mars 2015. L’acquisition conjointe des tableaux par le Musée du Louvre et le Rijjksmuseum a finalement été rendue possible par le classement de ceux-ci comme « œuvre d’intérêt patrimonial majeur ».

 Florence Fesneau

Colloque : L’invention du geste amoureux dans la peinture de la Renaissance (1500-1650). Résurgences, codifications, transgressions.

GA-Affiche avec logos

Type : Colloque.
Date : 08 et 09 juin 2015.
lieu : Salle Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Colloque international organisé par Giovanni CARERI (EHESS), Elinor MYARA KELIF (UNIVERSITE PARIS-SORBONNE), Valérie BOUDIER (UNIVERSITE LILLE 3) et Elisa DE HALLEUX (UNIVERSITE PANTHEON SORBONNE) avec la participation de l’HICSA (Université Panthéon Sorbonne), du CEHTA (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), du LABEX CAP (Université Panthéon Sorbonne) et du LABEX EHNE (Université Paris-Sorbonne).

Programme :

Lundi 8 juin (matin) : Prototypes visuels, stéréotypes amoureux.

Présidence de séance : Michel Hochmann (EPHE)

9h30 : Introduction par Giovanni Careri

10h00 : Carmen Decu (Université de Genève)

Aux frontières du figurable et de la bienséance : la mise en image du discours amoureux dans les éditions gravées du Roman de la Rose.

10h30-10h45 : discussion.

10h45-11h00 : pause café.

11h00 : Maurice Brock (Université François-Rabelais, Tours)

Par quels gestes Vénus s’efforce-t-elle de retenir Adonis ? De Titien à Ravensteyn.

11h30 : Elinor Myara Kelif (Université Paris-Sorbonne)

Gli Amori de Paolo Fiammingo  : un répertoire de gestes ?

12h00-12h30 : discussion

Lundi 8 juin (après midi) : Ambiguïté.

Présidence de séance : Ulrich Pfisterer

14h30 : Juergen Müller (Technische Universtät, Dresde)

La fiancée juive de Rembrandt.

15h00 : Valérie Boudier (Université Lille 3)

L’aliment, vecteur d’équivoque dans le geste quotidien.

15h30 : Giovanni Careri (EHESS, Paris)

Gestes traduits, gestes trahis: à partir du Tasse.

16h15-17h : discussion

Mardi 9 juin (matin) : Miroir d’amour.

Présidence de séance : Giovanni Careri

9h30 : Ulrich Pfisterer (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich)

The touch of the amourous artist in Early modern Europe.

10h00 : Elisa de Halleux (Université Panthéon Sorbonne)

Le geste, figure du lien amoureux: de la ressemblance à la symbiose des amants dans l’art italien et nordique du XVIème siècle.

10h30-11h00 : discussion

11h00-11h15 : pause café

11h15 : Sefy Hendler (Université de Tel-Aviv)

Le regard dans le miroir comme geste amoureux ? Le cas du Maître du Dé.

11h45-12h15 : discussion

Mardi 09 juin (après midi) :  Le corps parlant.

Présidence de séance : Philippe Morel (Université Panthéon Sorbonne)

14h00 : Mickaël Bouffard (Centre André Chastel)

La Cavade concinno more: de l’habitus corporel au motif figuratif.

14h30 : Antonella Fenech Kroke (Université Panthéon Sorbonne)

Jeux d’amour : gestes, séduction et érotisme dans les imaginaires du jeu.

15h00 : Annick Lemoine (Université Rennes 2)

Eros et provocation: le geste de la fica en peinture (XVIe-XVIIe siècles).

15h30-16h : discussion et conclusion