Archives par étiquette : politique

Conférence du GRHAM : « Quand la tête de Louis XIV pendait au cou des autochtones » par Robert Wellington (Paris, 18 octobre).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 octobre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les médailles royales françaises ont connu un contexte culturel radicalement différent après avoir été décernées aux peuples amérindiens du Canada à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Ainsi, il peut être surprenant d’affirmer que le potentiel symbolique de ces médailles n’a été pleinement réalisé que par les guerriers autochtones auxquels elles ont été données. Ces petites sculptures, conçues à l’imitation d’anciennes monnaies romaines, sont des objets typiquement occidentaux créés pour agir comme des instruments de communication à travers différents espaces géographiques, culturels et temporels. De petites tailles et facilement transportables, les médailles étaient relativement bon marché en fonction des matériaux à partir desquels elles étaient fabriquées. Produites en grandes quantités, elles étaient l’instrument idéal pour véhiculer des messages à grande échelle.

Cette conférence se propose d’examiner plus particulièrement la médaille de la famille royale de Louis XIV qui a été décernée aux alliés amérindiens de la France. Pour certaines tribus dont les algonquins et les iroquois, le roi était appelé « le grand Onontio » titre dérivé de celui donné aux gouverneurs de la Nouvelle-France. Ce terme était une traduction huronne du nom de Charles Huault de Montmagny, premier gouverneur de la Nouvelle-France qui était perçu et présenté comme une sorte de « père » au sein de l’Alliance. Le roi de France était lui-même perçu comme le père des pères, un « Onontio » au-dessus de tous ceux qui portaient ce titre. Le concept de famille représenté sur cette médaille fonctionne par conséquent comme une allégorie du lien entre le roi de France et ses sujets, il s’agit donc d’un message idéologique puissant pour ceux qui vivent dans les colonies loin du centre de l’empire. La réception positive de ces médailles par les partisans autochtones des colons français révèle les pouvoirs talismaniques et politiques changeant que ces objets pouvaient véhiculer dans différents contextes culturels. Les lettrés et antiquaires qui ont conçu l’iconographie de ces œuvres n’avaient sans doute pas prédit avec quel enthousiasme elles seraient reçues et réinvesties par les Amérindiens. Je tenterai de démontrer que les médailles royales françaises avaient la même fonction pour les peuples autochtones que les ornements qu’ils portaient avant l’arrivée des colons européens et qu’ils ont donc dotées ces objets d’un nouveau pouvoir symbolique. Continuer la lecture

Publication : “La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations”.

CORNETTE Joël (dirs.) et HELVETIUS Anne-Marie (dirs.), La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2017, 272 p.

CORNETTE Joël (dirs.) et HELVETIUS Anne-Marie (dirs.), La mort des rois de Sigismond (523) à Louis XIV (1715) : L’histoire du pouvoir royal et de ses représentations, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2017, 272 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Du début du Moyen Âge jusqu’au « Siècle de Louis XIV », l’État ne cesse de s’identifier à la personne physique du prince. La mort d’un souverain est donc synonyme, le plus souvent, de traumatisme, car elle met en question la survie même du pouvoir qu’il incarne.
Cet « espace-temps » particulier : « l’entre-deux » règnes ; ses implications, ses conséquences sur la pérennité du pouvoir sont précisément étudiées. Avec une dernière partie consacrée à Louis XIV très documentée (4 chapitres lui sont consacrés), l’ouvrage présente toutes les phases de la mort royale : de l’agonie aux funérailles, des funérailles à la sépulture, de l’annonce de la mort à la mémoire de la mort.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Republic of Taste Art, Politics, and Everyday Life in Early America”.

KELLY Catherine, Republic of Taste : Art, Politics, and Everyday Life in Early America, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2016, 352 p.

KELLY Catherine, Republic of Taste : Art, Politics, and Everyday Life in Early America, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2016, 352 p.

Présentation de l’éditeur :

Since the early decades of the eighteenth century, European, and especially British, thinkers were preoccupied with questions of taste. Whether Americans believed that taste was innate—and therefore a marker of breeding and station—or acquired—and thus the product of application and study—all could appreciate that taste was grounded in, demonstrated through, and confirmed by reading, writing, and looking. It was widely believed that shared aesthetic sensibilities connected like-minded individuals and that shared affinities advanced the public good and held great promise for the American republic.
Exploring the intersection of the early republic’s material, visual, literary, and political cultures, Catherine E. Kelly demonstrates how American thinkers acknowledged the similarities between aesthetics and politics in order to wrestle with questions about power and authority. Judgments about art, architecture, literature, poetry, and the theater became an arena for considering political issues ranging from government structures and legislative representation to qualifications for citizenship and the meaning of liberty itself. Additionally, if taste prompted political debate, it also encouraged affinity grounded in a shared national identity. In the years following independence, ordinary women and men reassured themselves that taste revealed larger truths about an individual’s character and potential for republican citizenship. Continuer la lecture

Publication: Les funérailles princières en Europe (XVIe-XVIIIe siècle). 3 : Le deuil, la mémoire, la politique

CHROSCOCKI Juliusz A., HENGERER Mark, SABATIER Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 3: Le deuil, la mémoire, la politique, Versailles: Centre de recherche du Château de Versailles, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015, 439 p.

CHROSCOCKI Juliusz A., HENGERER Mark, SABATIER Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 3: Le deuil, la mémoire, la politique, Versailles: Centre de recherche du Château de Versailles, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015, 439 p.

Présentation de l’éditeur: 

Les funérailles princières à l’époque moderne sont médiatisées à travers des rapports d’ambassadeurs, des publications hagiographiques, des documents administratifs ou encore des articles de presse et des gravures à vocation commerciale. La pratique du deuil des souverains, très variable d’un pays à l’autre, est révélatrice de l’état des sociétés et du rapport entre le prince et ses sujets. Ce volume est le dernier d’une trilogie consacrée aux funérailles princières de l’Europe moderne.

Les textes sont issus de trois colloques internationaux organisés dans le cadre d’un programme du Centre de recherche du Château de Versailles: Cracovie, 14-16 octobre 2007; Madrid et l’Escorial, 27-29 novembre 2008; Versailles et Saint-Denis, 26-28 novembre 2009.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.