Archives par étiquette : Perrin-Khelissa Anne

Publication : « « Les progrès de l’industrie perfectionnée » : Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire ».

COQUERY Natacha (dirs.), EBELING Jörg (dirs.), PERRIN KHELISSA Anne (dirs.), SÉNÉCHAL Philippe (dirs.), « Les progrès de l’industrie perfectionnée »Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaire de Toulouse Le Mirail, janvier 2017, 200 p.

COQUERY Natacha (dirs.), EBELING Jörg (dirs.), PERRIN KHELISSA Anne (dirs.), SÉNÉCHAL Philippe (dirs.), « Les progrès de l’industrie perfectionnée »Luxe, arts décoratifs et innovation de la Révolution française au Premier Empire, Toulouse, Presses universitaire de Toulouse Le Mirail, janvier 2017, 200 p.

Présentation de l’éditeur :

À la charnière entre les XVIIIe et XIXe siècles, entre la réunion des États généraux et la fin du Premier Empire, vingt-cinq ans s’écoulent pendant lesquels bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels créent un contexte d’instabilité pour le secteur du luxe et du demi-luxe français. Les ateliers et les manufactures sont confrontés à des conditions matérielles et organisationnelles difficiles. Le manque de matières premières, la détérioration des finances et la diminution du personnel en raison du départ des jeunes hommes aux armées ont un impact négatif sur la production artisanale. L’incertitude générale que représente cette période d’instabilité politique et de conflits armés n’empêche pourtant pas l’émergence de modes. De nouveaux marchés s’ouvrent et offrent de riches opportunités aux artistes et artisans pour diversifier et élargir leurs créations.

Souvent considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements, la Révolution française apparaît au contraire comme le ferment d’une évolution vers l’innovation et l’industrialisation. Pluridisciplinaire, croisant l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le présent ouvrage explore les conditions du changement et offre une approche plurielle des arts du décor.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Journée d’étude : « La diffusion des Lumières en Provence. L’Académie de peinture et de sculpture de Marseille (1753-1793) ».

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l'huile sur toile, 169x145 cm, Toulon: Musée d'art

Honoré Revelly, Portrait du peintre Verdussen, de sa femme et de sa servante, 1761, peinture à l’huile sur toile, 169×145 cm, Toulon: Musée d’art

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : 
jeudi 29 septembre 2016.
Lieu :
Musée des Beaux-Arts de Marseille.
Organisation: Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier), Magali Théron (AMU, Telemme), Marie-Pauline Martin (AMU, Telemme) – avec le concours du Musée des Beaux-Arts de Marseille et le centre Framespa.

Intention:

Phénomène inédit, la fondation d’académies de peinture et sculpture et d’écoles de dessin dans l’ensemble des régions françaises au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, constitue l’un des sujets d’étude privilégiés de l’histoire artistique et sociale du siècle des Lumières. Soucieux d’actualiser les études fondatrices de Nikolaus Pevsner sur les Academies of Art, Past and Present (1940) et de Daniel Roche sur les académies de province (Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1978), plusieurs réseaux actifs de chercheurs travaillent sur la sociabilité académique des Lumières et sur ses différentes formes de production (œuvres, modèles, discours, collections).

En particulier, l’étude de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, négligée depuis l’étude documentaire d’Étienne Parrocel (1889-1890), mobilise aujourd’hui plusieurs acteurs du patrimoine et de la recherche. En particulier, l’exposition Marseille au XVIIIe siècle, 1733-1793. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture, présentée par le Musée des Beaux-Arts de la ville, sera l’occasion, par une journée d’étude, d’apporter un éclairage pluriel sur les intentions et les actions de l’institution marseillaise : il s’agira non seulement d’en questionner les rapports avec l’Académie royale, mais d’en souligner le rôle dans la formation autonome et locale d’artistes ou de réseaux d’amateurs, et dans la production propre de modèles et de savoirs.

Programme:

 ––– 9h30-11h00 : visite de l’exposition Marseille au XVIIIe siècle, 1733-1793. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture par Luc Georget et Gérard Fabre  

––– 11h00-12h00 : Actualités de la recherche sur les Académies artistiques de province au XVIIIe siècle 

  • Emilie Roffidal et Anne Perrin-Khelissa (FRAMESPA, université de Toulouse), Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle. Objectifs et enjeux d’un programme de recherche.
  • Olivier Bonfait et Nelly Vi-Tong (Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne): présentation du programme de recherche L’Académie de peinture et de sculpture de Dijon (1766-1799).

Continuer la lecture