Archives par étiquette : peinture religieuse

Conférence du GRHAM : « De la messe à la contemplation esthétique. La mise en scène de la peinture religieuse au XVIIIe siècle » par Martin Schieder (Paris, 19 avril 2018).

Nicolas Bernard Lépicié (1735-1784). « La Chapelle du Calvaire à l’église Saint-Roch ». Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 19 avril 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’aide d’une sélection d’exemples, cette conférence se propose d’analyser deux phénomènes spécifiques au XVIIIe siècle en matière de peinture religieuse : d’une part son esthétisation et sa sécularisation, d’autre part la perte de sa fonction spécifique et sa patrimonialisation. En effet, à partir de la mort de Louis XIV, l’image religieuse connaît une transformation profonde. À la dévotion imprégnée de foi catholique succède une forme sécularisée de recueillement esthétique. L’explication théologique fait place à la description esthétique, l’ekphrasis se substitue à l’exégèse. Les églises parisiennes au décor riche d’art ancien et contemporain deviennent « un salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages ». En même temps, le « Salon » au Louvre offre une plateforme publique inédite aux artistes de peinture religieuse. On assiste à une véritable réévaluation de l’image religieuse, cette dernière étant désormais considérée d’abord comme une œuvre d’art, qu’il s’agit d’exposer, de soumettre à la critique, de restaurer ou même d’éloigner des regards. La dignité spirituelle, qui singularisait la peinture religieuse aux yeux des visiteurs croyants du Grand siècle, n’est plus un critère signifiant pour les amateurs d’art au Siècle des Lumières.

Martin Schieder est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’Universität Leipzig depuis 2008. En 1994, il a soutenu une thèse à la Freie Universität Berlin sur la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (Jenseits der Aufklärung. Die Religiöse Malerei im ausgehenden Ancien Régime, 1997) qui a reçu le prix Marianne Roland Michel en 2012 et a ainsi pu être traduite en français sous le titre Au-delà des lumières, la peinture religieuse à la fin de l’Ancien Régime (2017). Sa thèse d’habilitation à diriger des recherches, intitulée Dans le regard de l’autre. Les relations artistiques franco-allemandes, 1945–1959 a été récompensée du Prix parlementaire franco-allemand 2005 de l’Assemblée nationale et du Bundestag allemand. Auparavant, Martin Schieder avait occupé un poste d’assistant scientifique (1996–2004), puis de professeur invité à la Freie Universität Berlin (2004–2007) ainsi que de directeur adjoint au Centre allemand d’histoire de l’art Paris (1997–2001). Il a de plus été chercheur invité du Getty Research Institute à Los Angeles (2013–2014) et professeur invité à l’Université Paris IV – Sorbonne (2015). Il a publié de nombreux travaux sur l’art du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, les transferts culturels, l’histoire de la critique d’art, ainsi que dans le domaine des Exhibition Studies et des Studio Studies.

Conférence du GRHAM: « La peinture en Provence au XVIIe siècle » par Jane MacAvock (Paris, 14 décembre 2017).

Jean Daret (1614-1668), Esculape et Hippolyte, 1636, Marseille, musée des Beaux-Arts

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 14 décembre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’importance de la Provence du Grand siècle comme foyer artistique n’est pas à démontrer. Mais si la peinture du XVIIe siècle de cette région a fait l’objet de nombreuses études depuis le XIXe siècle, et les catalogues raisonnés de quelques artistes – notamment Nicolas Mignard ou Reynaud Levieux –  sont édités, la dernière publication ayant comme objet de donner une vision d’ensemble remonte au siècle dernier. Cette conférence sera l’occasion de revoir la peinture en Provence à la lumière de recherches récentes. Elle traitera des peintres connus, Jean Daret par exemple, et d’autres moins connus, comme Rodolphe Ziegler, ainsi que leur activité dans la capitale de la province et dans des villes moins importantes tant dans le domaine de la peinture religieuse que dans celui de la décoration des hôtels particuliers. Elle sera aussi l’occasion de situer ces artistes et leurs mécènes dans le contexte social de l’époque. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les grands mays de Notre-Dame de Paris : peinture, Église et monarchie au XVIIe siècle » (Paris, 12 octobre 2017).

J.F. Depelchin, Vue intérieure de Notre-Dame en 1789, 1789, Huile sur bois, 43 x 54 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 octobre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Cette année, le GRHAM a choisi d’inviter Delphine Bastet, docteur en histoire de l’art et attachée de conservation du Patrimoine au Museon Arlaten (Bouches-du-Rhône), pour ouvrir son cycle de conférences mensuelles.

La communication de Delphine Bastet traitera des mays de Notre-Dame, un sujet auquel elle a consacré sa thèse de doctorat.

Les grands mays de Notre-Dame furent l’un des ornements principaux de la cathédrale de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Offerts annuellement de 1630 à 1707, ils constituèrent une série majeure pour l’histoire des tableaux d’église de grand format et la première exposition permanente de peinture française. Continuer la lecture

Conférence : « Inside a Parish Church: Art & Religion in 18th-Century Paris ».

 

Choir and transept of the church of Saint-Merry, Paris. Photo by David Iliff. License: CC-BY-SA 3.0.

Type : Conférence
Date et heure : 24 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Dr. Hannah Williams, Leverhulme Early Career Research Fellow, Queen Mary University of London.

Religion has become the blindspot of eighteenth-century art history. From Watteau’s fêtes galantes, to Boucher’s rococo nudes, or David’s neoclassical political dramas, the canonical images defining our discipline’s chapters on the late ancien régime are resolutely secular. But the period itself was not. In eighteenth-century Paris, religion was everywhere and so was religious art. This paper is a response to this art-historical conundrum of why eighteenth-century religious art, so important in its time, has since been so consistently overlooked. Continuer la lecture

Appel à communication: « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle » (Paris, 15 juin 2017)

 

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York : Metropolitan Museum

Type : appel à communication.

Date limite : 15 avril 2017.

Type d’événement : journée d’étude.

Date de l’événement : 15 juin 2017.

Lieu de l’événement : salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de Félibien, qui hisse le « grand genre » au sommet de la hiérarchie des sujets à représenter en 1667, la peinture d’histoire est devenue un enjeu important de l’historiographie. Elle est notamment l’objet d’un ouvrage, daté mais fondamental, de Jean Locquin qui la définit « au XVIIIe siècle, [comme] toute œuvre dont le sujet, emprunté à un texte historique ou littéraire, mettait en scène un ou plusieurs personnages, réels ou non » (1978, p. XXIX). Cette définition, qui assimile à juste titre l’Histoire (« récit des faits donnés pour vrais » selon l’Encyclopédie) et la Fable (« récit des faits donnés pour faux »), révèle la multiplicité des sujets offerts à l’imagination des artistes. Continuer la lecture

Publication : L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime.

SCHIEDER Martin, L'envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l'ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

SCHIEDER Martin, L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage vient combler une lacune importante de l’historiographie du XVIIIe siècle français. Si des tableaux d’église ont régulièrement été mis à l’honneur dans les expositions et les études consacrées à l’art de ce siècle, aucune synthèse n’avait été consacrée à la peinture religieuse. L’auteur met en perspective l’évolution des mentalités religieuses, les modifications liturgiques, les débats philosophiques, l’histoire politique et sociale, et la critique d’art pour analyser la crise de la peinture religieuse, perçue dès le XVIIIe siècle comme une « décadence ». Il propose une interprétation fine des contenus et des caractéristiques formelles de la peinture religieuse, à travers laquelle il montre que la peinture sacrée du XVIIIe siècle, loin d’être seulement l’héritière conservatrice de la peinture d’histoire du Grand Siècle, est un domaine de création extrêmement réceptif à tous les bouleversements des Lumières.

À l’appui de nombreux exemples de commandes de décors peints d’églises parisiennes ou de province, du contexte historique et d’une érudition théologique sans faille, Martin Schieder propose ainsi une ambitieuse analyse des changements et permanences dans la peinture sacrée du XVIIIe.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.