Archives par étiquette : peinture

Conférence du GRHAM: “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792). Enjeux d’une exposition” par Yohan Rimaud (12/01/2023, Paris)

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 janvier 2023 à 19h.
Lieu : Paris, galerie Colbert (Institut National d’Histoire de l’Art), salle Jullian
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Yohan Rimaud présentera l’exposition “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792)” au Musée des beaux-arts de Besançon, dont il est le commissaire. Cette présentation, actuellement la seule programmée à Paris, permettra au public de prendre connaissance des enjeux scientifiques et muséographiques de l’exposition, ainsi que des plus belles (re)découvertes auxquelles elle a donné lieu. 

Vieille ville libre d’Empire, Besançon est conquise en 1674 et devient française presque en même temps qu’elle entre dans le XVIIIe siècle. La période qui s’ouvre alors est celle de profonds changements : au-delà des mutations politiques, des multiples chantiers religieux, civils et privés, des projets d’embellissements dont l’exposition veut donner à voir les modalités et la portée, c’est aussi la manière de se former et de collectionner, de produire, penser et consommer l’œuvre d’art qui se transforme, dans un monde de l’art tourné à la fois vers Rome et Paris. Le beau siècle est la première exposition organisée à Besançon sur le sujet, elle a pour ambition de proposer des entrées multiples dans une période extrêmement riche, dont beaucoup de traces sont conservées sinon encore habitées. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton

Louis Galloche, Hercule rendant Alceste à Admète, 1711, huile sur toile, 161 x 193 cm, Paris, Beaux-Arts de Paris.

 

Type : Soutenance de thèse

Date : 16 décembre 2022 à 12h30

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle  Fabri de Peiresc

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marine ROBERTON, préparée sous la direction du professeur Étienne Jollet.

Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture

Le 16 décembre 2022

À 12h30, salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert.

Membres du jury

Mme Susanna CAVIGLIA-BRUNEL, Associate Professor of Art, Duke university, Examinatrice

Mme Christine GOUZI, Professeure des universités, Sorbonne Université, Examinatrice 

M. Martial GUÉDRON, Professeur des universités, Université de Strasbourg, rapporteur

Étienne JOLLET, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

Mme Sophie RAUX, Professeure des universités, Université Lyon 2, Rapporteuse

Résumé 

Né au sein d’une famille de marchands, Louis Galloche appartient à la petite bourgeoisie parisienne. Son père, qui nourrit pour lui de grandes ambitions, confie son éducation aux Jésuites dans l’espoir de le voir un jour accéder à des fonctions importantes, mais sa scolarité révèle surtout sa grande dévotion. Un moment tenté par les ordres, il renonce au monde des offices afin de se consacrer à la peinture, sa vocation. Le choix de ce métier, qui lui permet de vivre ses convictions religieuses tout en donnant libre cours à ses appétences artistiques, est tout à fait révélateur de sa personnalité. Louis Galloche est en effet un homme de la synthèse. Formé au métier de peintre dans l’atelier de Louis de Boullogne le Jeune, il élabore une esthétique qui mêle les leçons de son maître à celles des Jésuites et qui trahit son très haut degré d’éducation. De retour de Rome, il travaille pour les églises et les couvents parisiens et fonde une « école » au sein de laquelle il forme notamment François Lemoyne et Charles-Joseph Natoire. Agréé à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1703, il en gravit tous les échelons et accède ainsi au grade de chancelier en 1754. Compte tenu de son statut, il contribue activement à la mise en œuvre des différentes politiques de cette institution. Il participe aux concours de 1727 et de 1747. Il expose aux Salons et reçoit plusieurs commandes royales entre 1720 et 1750. Lorsque Charles-Antoine Coypel est nommé directeur de l’Académie, Louis Galloche adhère sans réserve à ses réformes. C’est notamment dans ce contexte qu’il écrit et qu’il lit, au cours de quatre conférences, entre 1750 et 1753, son Traité de peinture.

Mots-clés : Louis Galloche, Jésuites, Peinture, Peinture religieuse, Théorie de l’art, Académie royale de Peinture et de Sculpture, Ancien Régime, XVIIIe siècle.

Soutenance de thèse: Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande (Vincenzo Mancuso, 19/11/2022, Paris INHA)

Carlo Maratti, L’apparition de la Vierge à saint François de Sales, vers 1686, Forli, Pinacoteca Civica.

Type : Soutenance de thèse.
Date :  samedi 19 novembre 2022 à 14h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 2 rue Vivienne, salle Ingres (2e étage).
 

M. Vincenzo Mancuzo (Sorbonne Université) soutiendra le 19 novembre 2022 à 14h sa thèse en histoire de l’art intitulée : 

Carlo Maratti, le renouveau typologique et formel du tableau d’autel et les enjeux de la commande.

Devant un jury composé de :
Michel HOCHMANN – Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Stéphane LOIRE – Conservateur général, département des Peintures du musée du Louvre 
Alain MÉROT – Professeur émérite en histoire de l’art moderne, Sorbonne Université  (directeur de thèse)
Véronique MEYER – Professeure émérite, Université de Poitiers
Stefano PIERGUIDI – Professeur d’université, Sapienza Università di Roma
Catherine PUGLISI – Professeure d’université, New-York University 

Continuer la lecture

Soutenance de thèse: “La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)” (Vladimir Nestorov, 18 juin 2022)

Philippe Millereau, Le Sacrifice d’Iphigénie, vers 1600-1610, huile sur bois, 81 x 92,5 cm, Fontainebleau, musée national du château (inv. F 2910 C)

Type : Soutenance de thèse.
Date :  18 juin 2022.
Lieu : Paris, INHA.
 
M. Vladimir Nestorov (Université de Bourgogne), a soutenu le 18 juin sa thèse en histoire de l’art intitulée : 
 
La peinture à Paris sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1594-1620 ca.)
 
Devant un jury composé de :
Olivier Bonfait, professeur à l’Université de Bourgogne, directeur;
Marianne Cojannot-Le Blanc, professeur à l’Université Paris Nanterre, présidente du jury;
Marion Boudon-Machuel, professeur à l’Université de Tours, rapporteur;
Jan Blanc, professeur à l’Université de Genève, rapporteur;
Nicolas Le Roux, professeur à Sorbonne Université, examinateur;
Cécile Scailliérez, conservateur général du patrimoine au musée du Louvre, examinateur.

Continuer la lecture

Candidatures Université d’été : “Techniques Picturales (1400-1900)”

Type : Université d’été
Date limite des candidatures : 30 avril 2022
Dates de l’évènement : 4-8 juillet 2022
Lieu : Centre Malher, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’université d’été « Techniques picturales (1400-1900)” se propose d’explorer certains pans de l’histoire de l’art pictural sous l’angle de la technologie. Des points clés de la peinture tels que le dessin et la production de multiples, la préparation des toiles et la peinture à l’huile, ou encore la couleur et ses modes de production seront étudiés. Chaque point sera développé au travers d’une école artistique et nourri par les interventions d’historiens de l’art, de chercheurs en sciences du patrimoine, de conservatrices du patrimoine et de restauratrices des biens culturels.

La formation s’adresse à douze étudiants en cours de doctorat en histoire de l’art ou en sciences du patrimoine, ou inscrits en master 2 et envisageant un doctorat. L’enjeu de cette université est que les participants acquièrent les fondements d’une étude technologique et expérimentent ces notions. Continuer la lecture

Appel à communications: “L’or en Europe occidentale à la Renaissance” (colloque international, Paris et Nanterre, 9-10 juin 2022)

Coupe en forme de pomme (Apfelpokal), c 1510, argent doré, H 21,5cm, Nuremberg, (c) Germanisches National Museum

Type : appel à communications (colloque).
Date limite : 15 mars 2022.
Envoi des propositions : Romain Thomas (rthomas@parisnanterre.fr), Valentina Hristova (valqhristova@yahoo.fr), Christine Andraud (christine.andraud@mnhn.fr), Anne-Solenn Le Hô (anne-solenn.leho@culture.gouv.fr)

For English version and bibliography, please see at the end of the CFP.

Dans son ouvrage désormais canonique sur la peinture et la culture visuelle dans l’Italie du Quattrocento (Painting and experience in fifteenth century Italy), paru à Oxford en 1972, l’historien de l’art Michael Baxandall décrivait un mouvement de désaffection pour l’or dans les pratiques picturales, sensible dans les contrats entre peintres et commanditaires, mais aussi dans les écrits des théoriciens de l’art. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Histoire de l’art et chasse au trésor”, par Christine Martin – Pinakotag (2 décembre, Paris)

Portrait de la marquise de Montesson (©Art In Lab)

 

Type : Conférence.
Date et horaire : 2 décembre 2021 à 18h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les travaux de restauration sont toujours un moment privilégié pour se pencher sur l’histoire d’une œuvre et tenter de retracer au moins une partie de son parcours. C’est aussi parfois — souvent —  l’occasion de jolies découvertes et, si retrouver la main d’un auteur reste le graal, identifier un modèle, un sujet, ou encore des circonstances de création constitue autant d’éléments qui nous entrainent bien souvent dans une chasse au trésor dont il ressort toujours quelque chose de passionnant.

Au-delà de la matière, objet principal de ses soins, le conservateur-restaurateur est en charge de la mémoire de l’œuvre qui lui est confiée. Elle constitue un élément majeur de la conservation préventive pourtant trop souvent laissé de côté, une fois les précieux éléments glanés au fil des recherches transcrits dans un simple rapport d’intervention. Nous pensons que le conservateur-restaurateur a ce rôle de conseil auprès de sa clientèle (à fortiori lorsqu’il s’agit du marché privé) et c’est à lui qu’incombe le devoir de faire parler les œuvres qui lui sont confiées, voire de faire appel aux sachants/historiens de l’art lorsque ses capacités sont dépassées. Nous nous appuierons sur deux cas pour illustrer cela : d’une part, la découverte et la reconnaissance du portrait de Madame de Montesson par Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, d’autre part, les recherches, toujours en cours, menées sur une belle odalisque dont la signature joue le rôle de carte au trésor…

Ce sont des découvertes comme celles-ci qui nous ont conduits à développer Pinakotag, une solution de marquage innovante et non invasive qui permet d’inscrire la mémoire des œuvres sur elles-mêmes, et le cas échéant, la sauvegarder, l’enrichir et la partager. Véritable outil de conservation préventive autant que plateforme de gestion de collection, Pinakotag a remporté l’édition 2020 du Start-up Contest du salon SITEM dans la catégorie Innovation Technologique.

 

Biographie : Christine Martin a mené une reconversion professionnelle entre 2013 et 2016 pour réaliser un rêve d’enfant et devenir conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Elle a fondé l’Atelier du Pigeonnier (Paris VIIe) et travaille auprès d’une clientèle privée. Sa carrière initiale en contrôle financier dans la construction industrielle l’a amenée à travailler sur le développement et le déploiement d’ERP (Enterprise Ressource Planning – Logiciel qui permet de suivre et gérer l’ensemble des données opérationnelles d’une entreprise). C’est cette double compétence qui lui a permis de développer Pinakotag.

Colloque : “Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la Foi aux Wendats de la Nouvelle-France”.

Anonyme (France), La France apportant la foi aux Wendats de la Nouvelle-France, vers 1666, huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec, NAC 1997.1017.

Type : colloque.
Date de l’événement : 28 et 29 octobre 2021.
Lieu : En ligne et à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Salle des Boiseries (Pavillon Judith-Jasmin, J-2810), 1564 Saint-Denis, Montréal, Québec, H2X 1K1.

Organisé par Pierre-Olivier Ouellet (UQAM), Marianne Longtin (UQAM) et Dominic Hardy (CRILCQ, UQAM).

28 octobre 2021

13 h : Accueil

13 h 30 : Mot de bienvenue et présentation du colloque

14 h : Séance 1 : L’œuvre mise au foyer : regards rapprochés sur l’objet et sa médiation
Président de séance : Laurier Lacroix (CRILCQ, UQAM, Montréal)

Élisabeth Forest (Centre de conservation du Québec, Québec), La restauration de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle- France

Daniel Drouin (Musée national des beaux-arts du Québec, Québec), « Croire » au Musée national des beaux-arts du Québec : la présentation de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France

Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver), Painted Visions, Visualized Paintings: Revisiting La France apportant la foi aux Wendat de Nouvelle-France

Continuer la lecture

Conférences : “De la France à l’international : les prix, bourses et financements alloués à la recherche en conservation-restauration”, Semaine de la recherche – Ecole doctorale 441 Histoire de l’art et Centre de recherche HiCSA

Type : conférences
Date de l’événement : 14 juin 2021, 14h-17h.
Lieu : Online, Zoom (https://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=3&id=1089&lang=fr)

Programme et informations : 

Lien de connexion Zoom (ID 937 6294 5135 / Code 893111)

Contacts : Thierry.Lalot@univ-paris1.fr ; Claire.Betelu@univ-paris1.fr ; Barbara.Jouves@univ-paris1.fr

14h : Introduction Thierry Lalot, professeur des universités et directeur de la mention CRBC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

14h10-14 h45 : Recherches menées à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La patrimonialisation des modèles anatomiques en papier-mâché du docteur Auzoux (1797-1880): quelles valeurs pour quelle conservation ? Marion Gouriveau, ATER, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et conservatrice-restauratrice arts graphiques Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’Amour peintre. La peinture française du XVIIIe siècle au prisme de son érotisme” par Guillaume Faroult (29 avril 2021), en visioconférence.


Laurent Cars (d’après François Boucher), Le Sicilien ou l’Amour peintre, burin et eau-forte, illustration des Œuvres de Molière, Paris, Pierre Prault, 1734, t. IV.

Type : Conférence.
Date et horaire : 29 avril 20021 à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom (lien ci-dessous)
https://zoom.univ-paris1.fr/j/97831404960?pwd=TDlobXdkcHVKVm81OGEvMkUxQVh3QT09
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dans la France du XVIIIe siècle, peinture et amour s’épousent. Les peintres les plus brillants : Watteau, Boucher, Lancret, de Troy, Greuze et Fragonard, consacrent leur talent à l’inspiration amoureuse. Les valeurs identitaires des élites françaises se renouvèlent et s’éloignent en partie de l’héroïsme guerrier du Grand Siècle pour embrasser les vertus pacificatrices de la galanterie. Cette période est traversée par une grande diversité de discours souvent antagonistes sur l’amour, entre sincérité sentimentale et cynisme libertin. Les écrivains et les philosophes (Fontenelle, Voltaire, Marivaux, Crébillon, Diderot et Rousseau) inspirent, commentent ou critiquent ce basculement des valeurs qui fait du comportement amoureux un enjeu voire un défi à l’aune des normes sociales, politiques ou religieuses de leur époque. Continuer la lecture

Soutenance de thèse: « Être artiste en dehors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture : peinture et reconnaissance publique dans le Paris des Lumières (1751-1791) » (Maël Tauziède-Espariat)

Anonyme, Portrait d’un peintre dans un médaillon, c.1760, peinture à l’huile sur toile, 29,5 x 20 cm, Paris, coll. part. (ancienne coll. Olivier Aaron).

Type : Soutenance de thèse

Date :  14 janvier 2021 à 14h

Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art (visioconférence)


M. Maël Tauziède-Espariat soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, intitulée :

« Être artiste en dehors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture : peinture et reconnaissance publique dans le Paris des Lumières (1751-1791) »

devant un jury composé de :

M. Olivier Bonfait, Professeur, Université de Bourgogne (directeur).

Mme Charlotte Guichard, Directrice de recherche au CNRS, École normale supérieure – Institut d’histoire moderne et contemporaine.

M. Christophe Leribault, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du musée des beaux-arts de la Ville de Paris Petit-Palais.

M. Mathieu Marraud, Chargé de recherche au CNRS HDR, École des hautes études en sciences sociales – Centre de recherches historiques.

M. Christian Michel, Professeur, Université de Lausanne.

Mme Sophie Raux, Professeure, Université Lumière Lyon 2.

Le jeudi 14 janvier à 14h en visioconférence.

Continuer la lecture

Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

François Boucher, Le Peinture dans son atelier, XVIIIe siècle, huile sur toile, 27 x 22 cm, Paris, musée du Louvre

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er mai 2019.
Date de l’événement : 28 septembre  2019.
Lieu : Paris, INHA.

Dans son positionnement en tant que discipline scientifique, l’histoire de la peinture s’impose traditionnellement comme strict objet d’étude le tableau. Elle n’en demeure pourtant pas moins fascinée par ce qu’elle ne peut atteindre de façon absolue : le geste de l’artiste.

Ce geste relève d’autant plus du domaine de l’imaginaire et de l’impalpable, qu’il affleure au sein d’études matérielles consacrées aux outils ou aux matériaux.

Qualifié de volontaire ou de conditionné, d’individuel ou de stéréotypé, le geste entraine dès lors l’histoire de l’art dans des débats sur sa technicité, sa singularité, voire la possibilité même d’un savoir objectif à son endroit.

Ainsi tentée par la réincarnation du peintre en action, l’écriture de l’histoire de l’art a pu développer des stratégies pour recréer le mouvement du peintre, se le figurer par le biais d’une image mentale, en se raccrochant à une imagerie tangible ou encore en essayant de le reconstituer. Continuer la lecture

Appel à communication du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : expertises, négociations et controverses”.

Pierre-Antoine Demachy, Vente publique de tableaux, probablement à l’hôtel Bullion, ca. 1785, huile sur toile, 22 x 33 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2019.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette troisième journée d’étude organisée par le GRHAM se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “La marque du nom de Jean-Baptiste Perronneau” par Dominique d’Arnoult (28 mars, Paris).

 

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait de Gabriel Huquier, pastel sur papier, H. 0,63 ; L. 0,53 m, signé et daté à la mine de plomb “Perroneau. / en 1747 février”, Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 28 mars 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Deux expositions récentes ont permis de découvrir l’art de Jean-Baptiste Perronneau : l’une a été la rétrospective qui lui a été consacrée par le musée des Beaux-Arts d’Orléans en 2017 et l’autre, l’exposition En société, pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe sièclesen 2018. Cette présentation s’attachera à l’inscription autographe du nom de Perronneau sur ses portraits – le terme de « signature » serait pour le XVIIIe siècle un anachronisme – en écho à la publication de l’étude de Charlotte Guichard sur La griffe du peintre (2018).

Nous verrons comment Perronneau au cours de ses vingt années de carrière parisienne (1734-1755) se démarque de ses confrères dans le contexte de l’atelier de gravure puis de la concurrence des Salons du Louvre. Reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture, il est devenu l’un des portraitistes les plus en vue à Paris au milieu du siècle et expose aux Salons un nombre de portraits aussi impressionnant que celui du très célébré Maurice Quentin Delatour. Il fait néanmoins le choix paradoxal de poursuivre sa carrière hors Paris, et de peindre une nouvelle France.

Continuer la lecture

Publication en ligne des actes du symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement de Paris “Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du Grand Siècle à nos jours”

Hubert Robert, Les Monuments de Paris, 1788, Montréal, Power Corporation of Canada Art Collection. Inv. 1989.11.1

Études rassemblées et présentées par Christophe Henry.

Sur une idée de Martine Debieuvre, première adjointe au Maire du 11e, chargée de la culture, de la mémoire et du patrimoine.

En partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM).

Lien vers le volume 1 (sommaire p. 1-2) : Symposiums_Histoire-de-lart_vol-1.

© Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 – 2018

Pour citer ce volume

Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du grand siècle à nos jours, volume 1, études rassemblés et présentées par Christophe Henry, en partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM) et Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2019 URL : https://www.mairie11.paris.fr/actualites/parution-des-symposiums-d-histoire-de-l-art-de-la-mairie-du-11e-598