Archives par étiquette : peinture

Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

François Boucher, Le Peinture dans son atelier, XVIIIe siècle, huile sur toile, 27 x 22 cm, Paris, musée du Louvre

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er mai 2019.
Date de l’événement : 28 septembre  2019.
Lieu : Paris, INHA.

Dans son positionnement en tant que discipline scientifique, l’histoire de la peinture s’impose traditionnellement comme strict objet d’étude le tableau. Elle n’en demeure pourtant pas moins fascinée par ce qu’elle ne peut atteindre de façon absolue : le geste de l’artiste.

Ce geste relève d’autant plus du domaine de l’imaginaire et de l’impalpable, qu’il affleure au sein d’études matérielles consacrées aux outils ou aux matériaux.

Qualifié de volontaire ou de conditionné, d’individuel ou de stéréotypé, le geste entraine dès lors l’histoire de l’art dans des débats sur sa technicité, sa singularité, voire la possibilité même d’un savoir objectif à son endroit.

Ainsi tentée par la réincarnation du peintre en action, l’écriture de l’histoire de l’art a pu développer des stratégies pour recréer le mouvement du peintre, se le figurer par le biais d’une image mentale, en se raccrochant à une imagerie tangible ou encore en essayant de le reconstituer. Continuer la lecture

Appel à communication du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : expertises, négociations et controverses”.

Pierre-Antoine Demachy, Vente publique de tableaux, probablement à l’hôtel Bullion, ca. 1785, huile sur toile, 22 x 33 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2019.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette troisième journée d’étude organisée par le GRHAM se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “La marque du nom de Jean-Baptiste Perronneau” par Dominique d’Arnoult (28 mars, Paris).

 

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait de Gabriel Huquier, pastel sur papier, H. 0,63 ; L. 0,53 m, signé et daté à la mine de plomb “Perroneau. / en 1747 février”, Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 28 mars 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Deux expositions récentes ont permis de découvrir l’art de Jean-Baptiste Perronneau : l’une a été la rétrospective qui lui a été consacrée par le musée des Beaux-Arts d’Orléans en 2017 et l’autre, l’exposition En société, pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe sièclesen 2018. Cette présentation s’attachera à l’inscription autographe du nom de Perronneau sur ses portraits – le terme de « signature » serait pour le XVIIIe siècle un anachronisme – en écho à la publication de l’étude de Charlotte Guichard sur La griffe du peintre (2018).

Nous verrons comment Perronneau au cours de ses vingt années de carrière parisienne (1734-1755) se démarque de ses confrères dans le contexte de l’atelier de gravure puis de la concurrence des Salons du Louvre. Reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture, il est devenu l’un des portraitistes les plus en vue à Paris au milieu du siècle et expose aux Salons un nombre de portraits aussi impressionnant que celui du très célébré Maurice Quentin Delatour. Il fait néanmoins le choix paradoxal de poursuivre sa carrière hors Paris, et de peindre une nouvelle France.

Continuer la lecture

Publication en ligne des actes du symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement de Paris “Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du Grand Siècle à nos jours”

Hubert Robert, Les Monuments de Paris, 1788, Montréal, Power Corporation of Canada Art Collection. Inv. 1989.11.1

Études rassemblées et présentées par Christophe Henry.

Sur une idée de Martine Debieuvre, première adjointe au Maire du 11e, chargée de la culture, de la mémoire et du patrimoine.

En partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM).

Lien vers le volume 1 (sommaire p. 1-2) : Symposiums_Histoire-de-lart_vol-1.

© Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 – 2018

Pour citer ce volume

Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du grand siècle à nos jours, volume 1, études rassemblés et présentées par Christophe Henry, en partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM) et Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2019 URL : https://www.mairie11.paris.fr/actualites/parution-des-symposiums-d-histoire-de-l-art-de-la-mairie-du-11e-598

Conférence du GRHAM: “Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)” par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture

Call for Papers: “Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France” (deadline: 15 july 2018)

Carle Van Loo, L’Agonie de saint Augustin (esquisse), 1748 ca., huile sur toile, Tours, Musée des beaux-arts

Type : Call for papers.

Deadline : 15 July 2018.

Date de l’événement : 3–5 December 2018.

Place : Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Hôtel Lully.

Following the completion of Carle Vanloo’s cycle on the Life of Saint Augustine for the Paris Church of Notre Dame des Victoires, its prior praised his “temple du Seigneur” as a “salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages,” as he wrote in 1757 in the Mercure de France. The fact that a clergyman understands his church as a museal space is a reflection of the fundamental transformation that the holy and the sacred underwent in the century of the French Enlightenment. Beyond any political, social or transcendental-philosophical re-evaluation, this cultural shift formulated questions of meanings that are visually effectuated in a public place. Continuer la lecture

Congrès annuel du DFK Paris : L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Type : Colloque
Dates : 14 – 15 juin 2018
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

L’art de l’Ancien Régime : sortir du rang

Avec son sujet annuel 2017/2018 dédié à l’art de l’Ancien Régime, le Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) Paris réunit une équipe de neuf doctorants et post-doctorants, co-dirigée par Thomas Kirchner (directeur du DFK Paris) et Sophie Raux (Université Lumière Lyon 2 – LARHRA). Ce colloque conclut une année de recherche riche en échanges et rencontres : il permet de présenter les grands axes du travail réalisé et d’initier des discussions avec des chercheurs invités, afin d’ouvrir de nouvelles pistes et perspectives. Continuer la lecture

Journée d’étude du GRHAM : “Le mou : saisir la mollesse de la matière au motif dans les arts visuels à l’époque moderne” (Paris, 13 juin 2018)

François Boucher, La Nymphe Callisto, séduite par Jupiter sous les traits de Diane (détail), 1759, huile sur toile, 57 x 69 cm, Kansas City, The Nelson-Atkins Museum of Art.

Type : Journée d’études.

Date et horaire : mercredi 13 juin 2018 à partir de 9h20.

Lieu :  salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Cette journée d’étude se propose de réfléchir sur la notion peu étudiée du mou en histoire de l’art. Elle sera déclinée et analysée sous ses appellations de morbidezza, mollesse et moelleux dans les domaines de la sculpture et de la peinture pendant la période moderne.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM. Continuer la lecture

Conférence : « Hubert Robert insituable ».

Les jardins d’Ermenonville Photo © Cloé Miron

Type : Conférence
Date et heure : 22 mai 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Dans le cadre de son sujet annuel 2017/2018, le Centre allemand d’histoire de l’art a le plaisir de vous convier à la conférence « Hubert Robert insituable ».

Conférence proposée par Johanne Lamoureux, Professeure titulaire au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques (Université de Montréal)

Les jardins d’Ermenonville n’est peut-être pas le lieu qui vient tout de suite à l’esprit, dès lors qu’il s’agit d’envisager la création de jardins par Hubert Robert (1733–1808). Le peintre en aurait tout au plus fourni le dessin de certaines fabriques que la Promenade ou Itinéraire des Jardins d’Ermenonville reconnait, au fil du parcours proposé, dans certains «tableaux parfaitement bien composés». Mais Ermenonville constitue un excellent point de départ pour étudier comment, durant le dernier quart du XVIIIe siècle français, une telle transplantation du tableau, entendu ici à la fois comme objet matériel et opérateur transdisciplinaire, a permis, au-delà de la seule perspective du jardin pittoresque, de penser la peinture pour ainsi dire hors d’elle-même et ce faisant, d’en renforcer la suprématie médiale au sein des beaux-arts et plus généralement de la culture de l’époque.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence : « “Vanity of vanities, […] all is vanity”. Breath, Time, and Standstill in the Baroque Vanitas Still Life ».

Harmen Steenwijck, Vanitas-Still Life, ca. 1640, Oil on wood panel, 39,2 x 50,7 cm, National Gallery, London

Type : Conférence
Date et heure : 13 mars 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence en anglais proposée par Karin Leonhard, Professeur d’histoire de l’art, Universität Konstanz.

What exactly characterizes vanitas-still lives and in what way do they differ from other forms of the genre of still life? A commonplace would be to consider them primarily as the programmatic expression of the volatile nature of earthly vanity, completing the representation of inanimate objects with symbols of fugacity (e.g. hourglass or clock, skull, extinct candle, etc.). The conference aims at critically questioning this kind of interpretation and proposes a new reading of this artistic genre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférence du GRHAM: “De Goya à Bayeu et vice-versa. Le catalogue critique de l’œuvre de jeunesse de Goya” par Frédéric Jiméno (Paris, 22 février 2018)

Francisco de Goya, La Piedad, vers 1772-1773, peinture à l’huile sur toile, 83,5 x 58 cm, Barcelone, Galeria Bernat.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 22 février 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’œuvre de jeunesse de Goya (1746-1775) a été l’objet de deux grandes expositions, la première eut lieu à Saragosse en 1986 après une phase plutôt enthousiaste d’attributions diverses. La seconde eut lieu en 2016, toujours à Saragosse, sous le commissariat scientifique de Manuela Mena, conservatrice au musée du Prado ; l’idée étant cette fois-ci de présenter un catalogue critique de l’œuvre de jeunesse.

Le contraste entre les deux propositions est éloquent tant elles présentent un Goya finalement très divergent. Continuer la lecture

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : “Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814)”.

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Présentation d’ouvrage : “L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne.”

Type : présentation d’ouvrage

Date : 5 décembre 2017, 18h-20h

Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art

L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne, sous la direction d’Emmanuel Lurin et de Delphine Morana Burlot

Avec le développement de l’humanisme et la redécouverte de l’art antique, l’Antiquité est apparue comme un nouveau champ d’investigation et une source d’inspiration inépuisable. Les érudits et savants qui s’y sont intéressés, les « antiquaires », ont collaboré avec de nombreux dessinateurs, peintres et architectes, mais aussi avec des illustrateurs, des graveurs et des professionnels du livre, pour mener leurs recherches sur ces objets qui les passionnaient. L’objet de ce livre est de mettre en lumière une catégorie d’images qui interrogent constamment notre conception des techniques de reproduction artistique, de la représentation documentaire et du métier d’artiste dans les sociétés de l’époque moderne. Continuer la lecture

Conférence : « Un enjeu national pour la peinture française aux XVIIe et XVIIIe siècles : Le grand format ».

Jean Jouvenet, La visitation de la Vierge, huile sur toile, 432×441 cm, 1716, Paris, cathédrale Notre-Dame.

Type : Conférence
Date et heure : 04 Décembre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Olivier Bonfait, Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Bourgogne.

La monarchie louisquatorzienne était obsédée par l’idée de grandeur et un objet allait particulièrement retenir son attention car il fut son invention : le tableau de grand format. Au tableau avec des figures coupées à mi-corps, qui avait fait la fortune des « caravagesques », ou de moyenne grandeur, avec des figures à la Poussin, qui s’était imposé comme le modèle de peinture de collection, allait se substituer des grandes toiles avec des figures grandeur nature comme dans la galerie Médicis de Rubens ou l’Enlèvement des Sabines de David. Continuer la lecture

Exposition : « Rubens. Portraits princiers », au Musée du Luxembourg

Pierre Paul Rubens, Portrait d’Anne d’Autriche, reine de France, vers 1622-1625,  huile sur toile, 120 x 98,6, Pasadena (Californie), The Norton Simon Foundation [©Affiche de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

Type : Exposition
Dates : du 24 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Lieu : Paris, Musée du Luxembourg

« Même si de par sa naissance il ne pouvait prétendre aux privilèges de l’ancienne et haute noblesse qui lui fit bien sentir sa position, il fut considéré par les souverains comme digne d’estime. Rubens vit et participe à l’anoblissement de l’art de peindre[1] ».

Jusqu’au 14 janvier 2018, le musée du Luxembourg présente, une partie du parcours européen effectué par Pierre Paul Rubens (1577-1640). À travers une soixantaine de peintures et quatre-vingt-neuf objets au total,  l’œuvre du peintre est abordée sous l’angle des portraits réalisés au cours de ses voyages ou en atelier pour les monarques des grandes cours de la première moitié du XVIIe siècle. De l’Italie à la France, en passant par Bruxelles ou l’Espagne, c’est un artiste demandé auprès des plus grands souverains qui est ici représenté par le biais de la technique picturale du portrait, genre en constante évolution à cette période, ce à quoi Rubens n’est pas étranger.

 

Les voyages à travers l’Europe des princes

Pierre Paul Rubens, Portrait de Ferdinand de Gonzague, vers 1602-1603, huile sur toile, 81,2 x 56,5 cm, Coll. part., courtoisie de Nicholas Hall (©courtesy of Christie’s)

Issu d’une famille de marchands originaire d’Anvers qui fuit la capitale pour des raisons religieuses avant de la regagner à la fin des années 1580, Rubens est notamment formé par Otto van Veen, dit Vaenius (1557-1629)[2], peintre érudit maniériste, marqué par l’Italie et encourageant son élève à y poursuivre sa formation. Rubens arrive en Italie en 1600 et y demeure jusqu’en 1608. Parlant plusieurs langues dont le latin et ayant reçu une éducation humaniste, le jeune peintre fait preuve d’une grande aisance dans l’apprentissage de son art et se voit rapidement engagé par Vincent Ier de Gonzague, duc de Mantoue et de Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture