Archives par étiquette : Pascale Cugy

Conférence : “Un recueil de gravures de mode du XVIIe siècle enluminé de la collection Roger de Gaignières”.

Robert Bonnart, Agrippine,  sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet,  sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Robert Bonnart, Agrippine, sanguine et lavis de sanguine, repassé au stylet, sur papier, 24,5 x 13 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Réserve B 6 e, boîte format 3.

Type : Conférence du Quadrilatère.
Date et horaire : 5 janvier 2016 de 18h15 à 19h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Vanessa Selbach, chef du service de l’estampe ancienne et de la réserve, BnF. 

Pascale Cugy, ATER à l’université Rennes 2.

Le département des Estampes et de la photographie possède de nombreux recueils de gravures de mode de la fin du XVIIe siècle ayant appartenu à de grands collectionneurs du temps de Louis XIV, le marquis de Beringhen (1651-1723) ou l’érudit Roger de Gaignières (1642-1716). Ces albums reflètent l’engouement qui traversa toutes les couches de la société pour ces estampes diffusant la mode parisienne et de flatteuses images de la cour du Roi Soleil. L’appropriation de ces gravures passe souvent par la mise en couleur des planches, voire leur embellissement par l’ajout de pièces de tissus, les transformant en véritables « estampes habillées ».

Journée d’étude : “L’esprit des modes au grand siècle. L’héritage de Louis XIV dans l’histoire de la mode et des textiles”.

D'après Pierre Mignard, Louise de la Beaume le Blanc, duchesse de la Vallière et ses enfants, Marie Anne de Bourbon (1666-1739), future princesse de Conti et Louis de Bourbon (1667-1683) le comte de Vermandois, XVIIe siècle, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

D’après Pierre Mignard, Louise de la Beaume le Blanc, duchesse de la Vallière et ses enfants, Marie Anne de Bourbon (1666-1739), future princesse de Conti et Louis de Bourbon (1667-1683) le comte de Vermandois, XVIIe siècle, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’étude.
Date : samedi 5 décembre 2015 à partir de 10h30.
Lieu : IFM, Paris.
Inscriptions dans la limite des places disponibles : Association ART & LUXE,
38 Boulevard Henri IV,
75004 Paris.
art-­‐luxe@live.fr

L’année 2015 célèbre la commémoration de la mort de Louis XIV, monarque absolu, mais aussi modèle absolu en matière de mode dans l’Europe entière et artisan du développement de l’industrie de la mode française. La mode fut un moyen d’exacerber le pouvoir de Louis XIV et le rayonnement de la France en Europe et même au-delà. Presque un siècle avant la célèbre modiste Rose Bertin et la reine de France Marie-Antoinette, Louis XIV inventait le “système de la mode” en encourageant l’innovation et l’industrie au service de la création vestimentaire. 

L’association Art & Luxe propose de mettre en perspective l’histoire de la mode au Grand Siècle par une conférence articulée autour de la presse de mode, de l’innovation textile et de la fabrication de l’image de la mode au 17e siècle ; et d’apporter ainsi aux étudiants, chercheurs, et curieux un éclairage sur les fondements de la mode et les sources d’inspirations possibles pour les créateurs d’aujourd’hui et de demain.

Programme :

10h30 : Corinne Thépaut-Cabasset, présidente de l’association Art & Luxe, chercheur associé au Château de Versailles, au Victoria & Albert Museum, et à l’Université de Copenhague : « L’Esprit des modes au Grand Siècle : l’invention de la mode à l’époque de Louis XIV ».
11h00 : Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art (Université Paris-Sorbonne + Rennes 2) : « Graver et vendre l’éphémère. Naissance et développements de l’image de mode sous Louis XIV »
11h30 : Carole Damour, responsable du service patrimoine et archives, société Lelièvre, Tassinari & Chatel : « Le brocart, tissages de soieries en fils d’or et d’argent ».