Archives par étiquette : Paris

Publication : “Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi.”

DE FUCCIA Laura, Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi, Genève, Droz, 2016, 462 p.

DE FUCCIA Laura, Venezia e Parigi, 1600-1700. La pittura veneziana e la Francia : fortuna e dialoghi, Genève, Droz, 2016, 462 p.

Présentation de l’éditeur :

Fondato su un ampio repertorio di fonti, in gran parte inedite, e di dipinti, questo volume presenta un profilo dei principali collezionisti francesi di opere veneziane nel Seicento e analizza come queste venissero diffuse e percepite in Francia, alla luce di idée e di modelli estetici elaborati nei circoli intellettuali e nell’Académie. Permette di aprire nuove prospettive sulla fortuna di Tiziano, Veronese, Tintoretto, Bassano, Giorgione e sugli sviluppi di un intenso dialogo sorto all’epoca proprio grazie alla percezione di formule legate al tonalismo veneto. Fornisce così alcune chiavi di lettura originali per la comprensione delle relazioni tra due città – Venezia e Parigi – che nel Seicento sono tra i principali centri artistici internazionali per il collezionismo e il commercio di opere d’arte.

Ce volume présente la physionomie des principaux collectionneurs français de tableaux vénitiens au XVIIe siècle et propose une étude de la réception de ces œuvres en prenant en compte les canons esthétiques élaborés et diffusés entre Paris et Venise. En s’appuyant sur un grand nombre de documents, pour la plupart inédits, et sur un vaste répertoire d’œuvres, ce texte permet notamment d’explorer la fortune en France de Titien, Bassan, Véronèse, Tintoret et Giorgione, ainsi que d’éclairer notre compréhension d’un dialogue intense qui s’instaure au Seicento autour du tonalisme vénitien.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “Artistes, musées et collections. Un hommage à Antoine Schnapper”.

GERARD POWELL Véronique (dir.), Artistes, musées et collections. Un hommage à Antoine Schnapper, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, collection « Art'hist », 2016, 486 p.

GERARD POWELL Véronique (dir.), Artistes, musées et collections. Un hommage à Antoine Schnapper, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, collection « Art’hist », 2016, 486 p.

Présentation de l’éditeur :

Professeur d’histoire de l’art moderne à Paris-Sorbonne de 1978 à 1998, Antoine Schnapper (1933-2004) eut une influence déterminante sur l’évolution de l’histoire de l’art en France. Attaché aux principes d’une recherche rigoureuse, riche d’une superbe culture visuelle et d’une sensibilité poétique envers l’œuvre d’art, il a contribué à ouvrir la discipline vers de nouveaux champs, comme le collectionisme, l’étude des conditions de vie de l’artiste tout en publiant quelques grandes monographies.

Les articles de ses collègues et disciples, universitaires, chercheurs ou conservateurs de musée, rassemblés dans cet ouvrage analysent et prolongent son œuvre scientifique en en exploitant toute la diversité. Faisant passer le lecteur du XVIe au XIXe siècle, de la collection princière à l’image accrochée dans un modeste logement parisien, des cardinaux Mazarin et Bichi à Vivant Denon et Jean-Baptiste Lebrun, de Jean Jouvenet et Antoine Coypel à Fragonard et David, ce livre rend hommage à l’extraordinaire curiosité d’esprit du grand savant trop tôt disparu.

Table des matières : 

  • L’histoire de l’art selon Antoine Schnapper.

Pierre-Michel Menger, Le métier de peintre au XVIIe siècle selon Antoine Schnapper.

Christine Gouzi, L’histoire dans les règles de l’art : la monographie.
Continuer la lecture

“Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire” : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture

Colloque : “Rencontres européennes d’architecture. L’escalier en Europe (1450-1800). Formes, fonctions, décors”

Escalier François Ier, Château de Blois.

Escalier François Ier, Château de Blois.

Type : Colloque
Date du colloque : du 9 au 11 juin 2016
Lieu : Auditorium Colbert, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Programme :

Jeudi 9 Juin

9h30 – Accueil des participants
9h45 – Introduction

Première session : La Renaissance (1)
Président : Jean Guillaume

10h00 – Krista de Jonge (Université de Leuven) : « L’escalier  à la Renaissance : les anciens Pays-Bas revisités »

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle”.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.

Appel à communication : « Publier sur l’art, l’architecture et la ville : La Font de Saint-Yenne (1688-1771) et l’ambition d’une œuvre »

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d'un essai sur l'architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l'esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

La Font de Saint-Yenne, Étienne, Examen d’un essai sur l’architecture , avec quelques remarques sur cette science traitée dans l’esprit des beaux-arts, Paris, M. Lambert, 1753 (Page de garde).

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Paris.
Date limite : 25 mars 2016.

La contribution décisive de La Font de Saint-Yenne à la naissance et à l’affirmation d’un nouveau type de discours sur l’art au milieu du XVIIIe siècle n’est certainement plus à prouver. Albert Dresdner et Roland Desné, et à leur suite Else Marie Bukdahl, Annie Becq et Richard Wrigley ont définitivement arraché le littérateur des limbes de la critique. Plus récemment, les travaux de René Démoris, Florence Ferran ou encore Étienne Jollet, éditeur de ses œuvres complètes, ont considérablement contribué à faire sortir les écrits de ce personnage de l’ombre du grand Diderot, dans laquelle on avait tendance à les tenir. Ces études, souvent centrées sur deux des principaux écrits de La Font (les Réflexions sur quelques causes de l’État présent de la peinture en France, avec un Examen des principaux Ouvrages exposés au Louvre, 1746, parues en 1747, et les Sentiments sur quelques ouvrages de peinture, sculpture et gravure, Écrits à un particulier en province, publiées en 1754), ont mis en évidence la témérité et l’audace de leur auteur qui revendique le droit fondamental au libre exercice de la critique. Plus encore, elles ont souligné le coup de force qu’a constitué l’irruption, dans le discours sur l’art, d’une parole et d’un jugement profanes s’autorisant du seul « public » – entité évidemment floue dont Thomas Crow a bien montré qu’elle allait devenir, justement à partir de La Font de SaintYenne, l’enjeu principal des affrontements idéologiques autour du Salon. En soulignant l’ampleur du scandale (dont l’éclat semble effacer jusqu’au personnage, dont on ne sait encore aujourd’hui que très peu) et la vigueur de la polémique engendrées, les analyses sur La Font ont démontré que son œuvre avait indéniablement une valeur inaugurale. Ce colloque autour de La Font de Saint-Yenne se propose de prolonger la réflexion dans trois directions :

Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : “Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle)”.

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Cycle de conférences autour de l’exposition “Fragonard amoureux. Galant et libertin” (16 septembre 2015 – 24 janvier 2016).

Présentation de l’exposition Fragonard amoureux (Guillaume Faroult, commissaire de l’exposition et Jean-Julien Simonot, scénographe) :

Découvrez les coulisses de l’exposition en compagnie du commissaire et du scénographe qui reviendront sur la genèse du projet, son contenu scientifique et son expression architecturale.
Mardi 29 septembre à 18h30. Durée : 1h30.

 

Fragonard dans la vie de son temps (Michel Delon, professeur de littérature française du XVIIIe siècle) :

Une présentation historique et littéraire de la société du XVIIIe siècle, de l’évolution des moeurs et du libertinage, permettra de mieux appréhender l’œuvre de Fragonard.
Mardi 6 octobre à 18h30. Durée : 1h30.

 

Le Libertinage aujourd’hui  (Aurélie Charon, productrice à France Culture, Philippe Combessie, sociologue, Gaëlle Bourges, danseuse et chorégraphe, Esther Loubradou, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication) :

Le terme de libertinage est encore employé de nos jours, mais dans quel sens exactement ? Peut-on réduire ce terme à la liberté des pratiques sexuelles, encouragées par le développement d’Internet et des réseaux sociaux ? N’exprime-t-il pas aussi une certaine posture de libre penseur face à un modèle de société qui nous est imposé ?

Mercredi 25 novembre, à 18h30. Durée : 1h30.

 

Conférence : Graffitis d’artistes à Rome à l’âge moderne (XVIe-XVIIIe s.) : filiations ou vandalisme ?

9782021172027

Type : Conférence.
Date : jeudi 28 janvier 2016 à partir de 18h30.
Lieu : Paris, Lycée Henri IV, salle des Médailles.

A l’invitation de l’association ALLE, le latin dans les littératures européennesCharlotte Guichard, historienne de l’art et chargée de recherche au CNRS (I.H.M.C), donnera une conférence sur les “Graffitis d’artistes à Rome à l’âge moderne (XVIe-XVIIIe) : filiations ou vandalisme ?”.

Publication : Revue de l’Art – n° 190 – 2015-4 – “L’art au temps de Louis XIV”.

9782708014176-revue-de-l-art-n-190-2015-4-jelpb

Présentation de l’éditeur :

Editorial :

Marianne Cojannot-Le Blanc :
Apprécier les arts du règne de Louis XIV : une gageure pour notre temps ?

Etudes :

Marie Pauline Martin :
Le Cabinet des Beaux-arts de Charles Perrault : le monument d’un moderne.

Anne Le Pas de Sécheval :
Jules Hardouin-Mansart et le décor intérieur du Dôme des Invalides
L’architecte ordonnateur, le dessin et les relations entre les arts.

Koenraad Brosens :
Les manufactures royales et la loi du marché. La tapisserie à Paris et à Beauvais.

Notes et documents :

Stéphane Castelluccio :
Madeleine de Scudéry et VersaillesDes châteaux enchantés au château enchanteur.

Robert W. Berger :
Les bustes de Louis XIV par Le Bernin et Warin : marbres, bronzes et copies.

Benjamin Ringot :
Politique des arts et pratiques artistiques : le rôle de la surintendance des Bâtiments du roi.

Claire Mazel :
Le portrait d’Antoine Coysevox sous la plume de Fermel’huis
Un sculpteur en mouvement.

Hendrik Ziegler :
L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel d’Amelot de Bisseuil examiné par Leonhard Christophe Sturm.

Découvertes :

Alexandre Cojannot :
Le château de Châteauneuf-sur-Loire au XVIIe siècle : à propos de la maquette d’un projet de Pierre Bullet en 1679.

Etienne Faisant :
Une œuvre inédite de Jean-Baptiste Tuby d’après Charles Le Brun : le tombeur d’Henri de Matignon.

Bibliographie critique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) – Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l’Alsace.

VALENTIN Jean-Marie, Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) - Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l'Alsace, Paris, Klincksieck, 2015, 886 p.

VALENTIN Jean-Marie, Le Théâtre à Strasbourg de Brant à Voltaire (1512-1781) – Études et Documents. Pour une histoire culturelle de l’Alsace, Paris, Klincksieck, 2015, 886 p.

Présentation de l’éditeur : 

Donner la priorité au matériau : telle est l’injonction à laquelle répond la présente tentative pour parler du théâtre à Strasbourg à partir de pièces d’archives extraites de fonds régionaux, présentées et reproduites dans leur langue d’origine. Si l’année 1512 illustre (S. Brant) l’irruption d’un jeu savant et populaire, la fondation du Gymnase en 1538 est à l’origine de représentations où prend forme, en allemand, une conscience patriotique urbaine et luthérienne. Y répondent les spectacles latins et allemands des établissements jésuites (Ensisheim, Molsheim), soutenus par les Habsbourg puis repris en main par la royauté française après 1681 qui transfère dans la ville reconquise les modes d’expression du collège Louis-le-Grand de Paris.
Avec le XVIIIe siècle se produit le passage des institutions confessionnelles aux scènes professionnelles. Les Allemands, accueillis aux Drapiers sur la base de contrats temporaires, exercent en troupes itinérantes. L’activité des Français, privilégiée, est établie dans la salle du Roßmarkt permanente et indépendante du Magistrat. L’année séculaire 1781 montre que les rivalités ont abouti à un modus vivendi fécond auquel la Révolution et l’Empire mettront un terme. La singularité de Strasbourg comparée à des villes comme Lyon ou Bordeaux et aux places militaires (Lille, Besançon) s’impose avec une totale évidence, faisant d’elle un lieu brillant d’échanges entre les répertoires français et allemand.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Conférences filmées : “L’invention des bas-fonds parisiens”.

Etienne Jeaurat, La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard, XVIIIe siècle, 65 x 82 cm, Paris, musée Carnavalet.

Etienne Jeaurat, La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard, XVIIIe siècle, 65 x 82 cm, Paris, musée Carnavalet.

Type : cycle de conférences filmées.
Sous la direction : du Comité d’Histoire de la Ville de Paris.


Qui sont ces misérables, ces criminels, prostituées et mendiants qui hantaient la capitale aux yeux des bons citoyens ? Notion mouvante, les bas-fonds, vus comme le refuge de ceux qui vivent aux marges de la société, véhiculent nombre de fantasmes historiques ou littéraires. Pour cerner au mieux cette infra-société urbaine, différents cas d’études vous seront proposés par des historiens spécialistes du Moyen Âge au XIXe siècle, s’appuyant sur les archives pénitentiaires ou policières, les témoignages des contemporains, les romans puisant dans l’imaginaire…

  • “Brigands et cours des miracles au temps du Roi-Soleil” par Lise Andries (université Paris IV – Sorbonne) :

  • “Le triomphe de la police selon le lieutenant général Lenoir (1775-1785)” par Vincent Milliot (université de Caen ):

  • “Dans le Paris de Louis-Dominique Cartouche (1718-1723)” par Patrice Pévéri (université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) :

  • “La prostitution révolutionnaire” par Clyde Plumauzille (université Paris 1 Panthéon Sorbonne):

Conférences : Louis XIV en Sorbonne.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Louis XIV en costume royal, 1701, huile sur toile, 277 x 194 cm, Paris, musée du Louvre.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Louis XIV en costume royal, 1701, huile sur toile, 277 x 194 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : conférences.
Date : 20 novembre 2015.
Lieu : Amphithéâtre Liard, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Louis XIV n’a peut-être pas visité la Sorbonne mais il a vu sa Cour désertée lorsqu’un fils de ministre soutenait ses thèses. De plus, la Sorbonne a joué un rôle non négligeable dans l’histoire de son règne.

Continuer la lecture

Appel à communication : The role of sculpture in Parisian decorative arts (Paris, mars 2016)

Pendule " à l'astronomie", XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Pendule ” à l’astronomie”, XVIIIe siècle, biscuit, marbre et bronze, coll. part.

Type : Colloque.
Date limite pour envoyer une proposition : 4 novembre 2015.
Date et lieu de la manifestation : 14-15 mars 2016 – Paris

The role of sculpture in the design, production collecting and display of Parisian decorative arts in Europe (1715-1815)

International Conference Part II, following the first held on 29 August 2015 at Mons, European Capital of Culture

Between 1715 and 1830 Paris gradually became the capital of Europe, “a city of power and pleasure, a magnet for people of all nationalities that exerted an influence far beyond the reaches of France”, as Philip Mansel wrote, or as Prince Metternich phrased it, “When Paris sneezes, Europe catches cold”. Within this historical framework and in a time of profound societal change, the consumption and appreciation of luxury goods reached a peak in Paris.

Continuer la lecture

Publication : L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime.

SCHIEDER Martin, L'envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l'ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

SCHIEDER Martin, L’envers des Lumières. La peinture religieuse à la fin de l’ancien régime, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, décembre 2015.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage vient combler une lacune importante de l’historiographie du XVIIIe siècle français. Si des tableaux d’église ont régulièrement été mis à l’honneur dans les expositions et les études consacrées à l’art de ce siècle, aucune synthèse n’avait été consacrée à la peinture religieuse. L’auteur met en perspective l’évolution des mentalités religieuses, les modifications liturgiques, les débats philosophiques, l’histoire politique et sociale, et la critique d’art pour analyser la crise de la peinture religieuse, perçue dès le XVIIIe siècle comme une « décadence ». Il propose une interprétation fine des contenus et des caractéristiques formelles de la peinture religieuse, à travers laquelle il montre que la peinture sacrée du XVIIIe siècle, loin d’être seulement l’héritière conservatrice de la peinture d’histoire du Grand Siècle, est un domaine de création extrêmement réceptif à tous les bouleversements des Lumières.

À l’appui de nombreux exemples de commandes de décors peints d’églises parisiennes ou de province, du contexte historique et d’une érudition théologique sans faille, Martin Schieder propose ainsi une ambitieuse analyse des changements et permanences dans la peinture sacrée du XVIIIe.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.