Archives par étiquette : paris 1

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « De la Régence à la République – Plaisirs parisiens du vice et de la vertu »

Jean-Honoré Fragonard, Le baiser volé, 1786, peinture à l'huile sur toile, 168,5 cm × 168,5 cm, Madrid: musée du Prado

 Jean-Honoré Fragonard et Marguerite Gérard, Le baiser à la dérobée, ca. 1780, peinture à l’huile sur toile, 45 cm × 54 cm, Saint-Pétersbourg : musée de l’Hermitage.

Type : Symposium.
Date : 5 juillet de 9h à 18h
Lieu : Salle des fêtes de la Mairie du 11e arrondissement, Paris.
Sous la direction de : Christophe Henry et Marine Roberton, avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Programme :

9h : Café d’accueil

9h30 : Introduction : Marine Roberton, Sébastien Chauffour & Christophe Henry

Continuer la lecture

Colloque : « Allégorie et Topographie à l’époque moderne (XVIe – XVIIIe siècles) »

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Charles-Joseph Natoire, Allégorie à la naissance de Marie-Zéphirine de France, 1750, huile sur toile, 223 × 150 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Colloque international
Date : 9 et 10 juin 2016
Lieu : Salle Vasari et Salle Perrot, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Sous la direction de : Etienne Jollet (Université Paris I Panthéon Sorbonne, HiCSA) et Antonella Fenech Kroke (CNRS, Centre André Chastel)

Les arts de la période moderne, de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, accordent une importance majeure à l’allégorie comme mode d’évocation visuelle d’un universel invisible – que ce soit le divin chrétien ou les valeurs humanistes. Ainsi définie, la pensée de l’allégorie apparaît éloignée de la topographie en tant que prise en considération de la spécificité du lieu, à la fois visible, matériel et singulier. Or cette tension entre l’universel et le singulier, le visible et l’invisible, l’immatériel et le matériel, la figure et le lieu, la production du sens et la description du monde est une caractéristique essentielle d’arts visuels en constant questionnement de leurs limites et de leur légitimité. L’interrogation sur la capacité de l’allégorie à s’inscrire dans le vaste processus de la sécularisation et, réciproquement, de la représentation d’un monde de mieux en mieux connu à visualiser la transcendance, anime un mouvement dont les quatre sessions du colloque (« Le lieu de l’allégorie »; « L’allégorie du lieu »; « L’allégorie et les mondes » et « L’espace allégorique ») proposeront quelques aspects.

Programme :

Jeudi 9 juin, Salle Vasari

10h – Introduction par Etienne Jollet et Antonella Fenech Kroke

Continuer la lecture