Archives par étiquette : papier peint

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Journée d’étude : « Savoir et transmission : La littérature de la technologie de l’art dans l’Europe moderne (1400-1700) ».

Sans titre

Type : Journée d’étude.
Date : samedi 10 octobre 2015.
Lieu :  salle Jullian, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Cette journée est organisée par le Centre de recherche en préservation des biens culturels (CRPBC), composante de l’équipe d’accueil 4100 – Histoire culturelle et sociale de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne. Elle sera consacrée à la littérature de la technologie de l’art en Europe entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle, époque qui voit émerger une nouvelle approche de la connaissance. Sont parvenus jusqu’à nous un grand nombre d’écrits technologiques relevant du domaine proprement artistique, datant de cette période, qu’il s’agisse de recueils de recettes, de manuels ou de traités. Ils constituent aujourd’hui une source privilégiée pour mieux comprendre comment les objets que nous considérons aujourd’hui comme des oeuvres d’art, ont été fabriqués. Une lecture naïve de ces textes technologiques pourrait laisser penser qu’il s’agit simplement d’ouvrages rédigés par des artistes ou artisans, dans lesquels ces derniers auraient voulu consigner leur savoir-faire afin de le transmettre à d’autres artistes. En analysant notamment les modalités d’élaboration et de transmission de certains de ces écrits, ce colloque montrera que la question est bien plus complexe. Qui sont les auteurs de ces textes : s’agit-il de praticiens expérimentés, d’amateurs ou encore d’érudits cherchant à faire oeuvre encyclopédique ? D’où vient le savoir technologique ainsi véhiculé : de leur expérience artistique personnelle, de leur observation de la pratique d’artistes, de la lecture d’ouvrages plus anciens ou contemporains ? Dans quel but ces textes ont-ils été mis par écrit : comme simple aide-mémoire à des fins personnelles, en tant que manuel d’atelier ou bien pour une diffusion plus large, notamment via l’imprimé, destinée à un lectorat plus vaste ? De quelle manière la chaîne de transmission de ces écrits a-t-elle pu modifier leur contenu et quels liens de parenté, plus ou moins éloignée, peut-on établir entre certains de ces ouvrages ? En tentant de répondre à ces questions, c’est donc le statut même de ces textes que ce colloque se propose d’interroger afin mieux le cerner.

Programme :

9h50 : Introduction : Anne SERVAIS.

Les livres de recettes, un genre de la littérature technologique ?

modérateur : Cécile PARMENTIER.

10h, Sandro BARONI, Fondazione Maimeri, Milan, Simona RINALDI, Università degli Studi della Tuscia-Viterbo, Paola TRAVAGLIO, DAStU-Dipartimento di Architettura e Studi Urbani, Politecnico di Milano, Formation, transmission and genres in the recipe books of art technology between the Middles Ages and the 18th century : new proposals for analysis and interpretation.

10h30 : Sylvie NEVEN, Fonds de la Recherche Scientifique – FNR, Le savoir (art-)technologique dans la littérature des recettes en Europe du Nord (1400-1600) : élaboration – utilisation – transmission.

11h : Discussion.

11h20 : Pause.

Ecrire sa pratique artistique : les peintres auteurs de manuscrits technologiques.

modérateur : Claire BÉTELU.

11h40 : Lara BROECKE, restauratrice, diplômée du Hamilton Kerr Institute, Cambridge, Truth and intention in the ‘Libro dell’Arte’.

12h10:  Tilly LAASER, Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Stuttgart, Friedrich Brentel the Elder – Artist, author, teacher.

12h40 : Discussion.

13h : Pause déjeuner.

Une littérature technologique méthodique : collecte et transmission.

modérateur : Alfredo VEGA CARDENAS.

14h30 : Cécile PARMENTIER, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Le Ms Sloane 2052 (British Museum) : accéder à un savoir technologique par une approche pré-scientifique.

15h : Annemie LEEMANS, University of Kent – Universidade do Porto, Contextualization of England’s first printed source about limming : a book historical study of ‘A Very Proper Treatrise (1573).

15h30 : Maxime Georges MÉTRAUX, Université Paris IV – Sorbonne, Savoir et transmission des techniques de la gravure sur bois dans l’oeuvre de Jean-Michel Papillon (1698-1776).

16h : Discussion.

16h20 : Pause.

Quelles sources pour la recherche sur la technologie de l’art ?

modérateur : William WHITNEY.

16h40 : Ad STIJNMAN, Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel, The ‘Art Technological Research’ Working Group and the Dissemination of Information on Art Technology.

17h10 : Discussion.

17h30 : Conclusion – Thierry LALOT.