Conférence du GRHAM : “(Re)découvrir Noël Coypel. Une exposition en deux volets à Versailles et à Rennes” par Guillaume Kazerouni (23/11/2023, Paris).

Noël Coypel, La Famille du peintre, ca. 1690, huile sur toile, 117 x 90 cm, collection particulière.

Date et horaire : jeudi 23 novembre 2023 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian et en ligne (Zoom).
Pour tout renseignement et inscription Zoom : asso.grham@gmail.com

Noël Coypel incarne, à bien des égards, la figure de l’artiste accompli au 17e siècle. Sa carrière, qui s’étend sur 60 ans, est exceptionnelle par sa longévité. Elle est aussi remarquable par la qualité de ses commandes. Sous la régence d’Anne d’Autriche (1643-1651) et tout au long du règne personnel de Louis XIV (1651-1715), il participe aux chantiers royaux les plus prestigieux de son temps. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM : “(Re)découvrir Noël Coypel. Une exposition en deux volets à Versailles et à Rennes” par Guillaume Kazerouni (23/11/2023, Paris).

Conférence du GRHAM: “Projet AORUM: l’utilisation de l’or dans la peinture occidentale du XVIIe siècle” par Romain Thomas (Paris, 30/03/2023)

Pieter Jansz Saenredam, The Nave and Choir of the Mariakerk in Utrecht, Pieter Jansz Saenredam, 1641, oil on panel, 122 x 95 cm, Amsterdam, Rijksmuseum

Type : conférence (entrée libre et gratuite)
Date et horaire : jeudi 30 mars à 19h (1h).
Lieu : salle Jullian (1er étage), Galerie Colbert (Institut National d’Histoire de l’Art), 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le projet AORUM (Analyse de l’OR et de ses Usages comme Matériau pictural en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles), coordonné par Romain Thomas (HAR/UPN), Christine Andraud (CRC/CNRS/MNHN) et Dan Vodislav (ETIS/CY Cergy Paris Université), qui a débuté le 1er octobre 2021, est un projet interdisciplinaire (histoire de l’art, histoire et physico-chimie des techniques picturales, optique) qui s’attache à étudier l’or en tant que matériau pictural dans les pratiques artistiques en Europe occidentale, aux XVIe et XVIIe siècles. Il vise ainsi à explorer un terrain historiographique inédit, en rassemblant un corpus d’œuvres et en l’analysant dans une triple perspective (historique, technique et optique). En effet, contrairement à ce que laissent entendre les prescriptions des théoriciens de la peinture des XVe et XVIe siècles (ex. Alberti et Vasari), l’or continue à être utilisé bien au-delà de la Renaissance. En témoignent certains tableaux d’artistes aussi célèbres que Rembrandt ou Vermeer. Bien d’autres exemples existent, et pourtant, parmi les matériaux du peintre, l’or est le grand absent des travaux sur la peinture européenne de la première modernité. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: “Projet AORUM: l’utilisation de l’or dans la peinture occidentale du XVIIe siècle” par Romain Thomas (Paris, 30/03/2023)

Conférence du GRHAM: “Savoirs olfactifs et art pictural au XVIIIe siècle” par Érika Wicky (16/02/2023, Zoom).

Louis-Léopold Boilly, Le chat gourmand crevant une toile pour manger des harengs, vers 1800-1805, huile sur toile, 85 x 96 cm, Collection Farida et Henri Seydoux.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 16 février à 19h.
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Plusieurs recherches historiques, comme celles menées par Lissa Roberts et Constance Classen, ont mis en évidence, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le déclin des sens réputés bas (odorat, toucher, goût) au profit de la vue dans le domaine des sciences et, plus généralement, de l’acquisition de savoirs. Or, les peintres manipulaient des matières premières très odorantes et utilisaient souvent leur odorat pour les caractériser, vérifier qu’elles n’avaient pas été frelatées ou encore pour s’assurer de l’état d’avancement d’une préparation. À travers l’analyse des écrits sur l’art de cette période, il s’agira d’étudier la façon dont la pratique de la peinture a été affectée par cette évolution du sensorium. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: “Savoirs olfactifs et art pictural au XVIIIe siècle” par Érika Wicky (16/02/2023, Zoom).

Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme » (publication de Claudia Salvi-Faré)

Pour citer cet article: Claudia Salvi-Faré, "Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme »", Carnet de recherche du Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne (GRHAM), mis en ligne le 12 juin 2022, consulté le ...

Introduction

Vers le milieu du XVIIe siècle, le marché de l’art parisien stimule la production de natures mortes de format réduit que Pierre Dupuis (1610 – 1682), Paul Liégeois (actif en France au milieu du XVIIe siècle), Pierre-Antoine Lemoine (vers 1605 – 1665), Jean Garnier (1632 – 1705) et Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) ont tous alimentée. Il s’agit toujours de compositions en frise, peintes sur un fond uni avec une rangée de fruits, parfois deux, posées à même une plinthe simulant invariablement la pierre. Cette plinthe est parfois ornée de motifs (Dupuis, Monnoyer, Lemoine), ou encore parée d’une draperie unie (Liégeois, Dupuis)[i].

Cette production est spécifiquement française du fait de la mesure extrêmement surveillée de ces mises en scène. À la différence des grands maîtres contemporains hollandais et flamands, ces natures mortes bannissent les objets trop ouvragés, les contrastes chromatiques trop chatoyants, la dramatisation des lumières comme de la touche. Continuer la lecture de Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme » (publication de Claudia Salvi-Faré)

Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

François Boucher, Le Peinture dans son atelier, XVIIIe siècle, huile sur toile, 27 x 22 cm, Paris, musée du Louvre

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er mai 2019.
Date de l’événement : 28 septembre  2019.
Lieu : Paris, INHA.

Dans son positionnement en tant que discipline scientifique, l’histoire de la peinture s’impose traditionnellement comme strict objet d’étude le tableau. Elle n’en demeure pourtant pas moins fascinée par ce qu’elle ne peut atteindre de façon absolue : le geste de l’artiste.

Ce geste relève d’autant plus du domaine de l’imaginaire et de l’impalpable, qu’il affleure au sein d’études matérielles consacrées aux outils ou aux matériaux.

Qualifié de volontaire ou de conditionné, d’individuel ou de stéréotypé, le geste entraine dès lors l’histoire de l’art dans des débats sur sa technicité, sa singularité, voire la possibilité même d’un savoir objectif à son endroit.

Ainsi tentée par la réincarnation du peintre en action, l’écriture de l’histoire de l’art a pu développer des stratégies pour recréer le mouvement du peintre, se le figurer par le biais d’une image mentale, en se raccrochant à une imagerie tangible ou encore en essayant de le reconstituer. Continuer la lecture de Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

Conférence du GRHAM : “La marque du nom de Jean-Baptiste Perronneau” par Dominique d’Arnoult (28 mars, Paris).

 

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait de Gabriel Huquier, pastel sur papier, H. 0,63 ; L. 0,53 m, signé et daté à la mine de plomb “Perroneau. / en 1747 février”, Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 28 mars 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Deux expositions récentes ont permis de découvrir l’art de Jean-Baptiste Perronneau : l’une a été la rétrospective qui lui a été consacrée par le musée des Beaux-Arts d’Orléans en 2017 et l’autre, l’exposition En société, pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe sièclesen 2018. Cette présentation s’attachera à l’inscription autographe du nom de Perronneau sur ses portraits – le terme de « signature » serait pour le XVIIIe siècle un anachronisme – en écho à la publication de l’étude de Charlotte Guichard sur La griffe du peintre (2018).

Nous verrons comment Perronneau au cours de ses vingt années de carrière parisienne (1734-1755) se démarque de ses confrères dans le contexte de l’atelier de gravure puis de la concurrence des Salons du Louvre. Reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture, il est devenu l’un des portraitistes les plus en vue à Paris au milieu du siècle et expose aux Salons un nombre de portraits aussi impressionnant que celui du très célébré Maurice Quentin Delatour. Il fait néanmoins le choix paradoxal de poursuivre sa carrière hors Paris, et de peindre une nouvelle France.

Continuer la lecture de Conférence du GRHAM : “La marque du nom de Jean-Baptiste Perronneau” par Dominique d’Arnoult (28 mars, Paris).

Call for Papers: “Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France” (deadline: 15 july 2018)

Carle Van Loo, L’Agonie de saint Augustin (esquisse), 1748 ca., huile sur toile, Tours, Musée des beaux-arts

Type : Call for papers.

Deadline : 15 July 2018.

Date de l’événement : 3–5 December 2018.

Place : Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Hôtel Lully.

Following the completion of Carle Vanloo’s cycle on the Life of Saint Augustine for the Paris Church of Notre Dame des Victoires, its prior praised his “temple du Seigneur” as a “salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages,” as he wrote in 1757 in the Mercure de France. The fact that a clergyman understands his church as a museal space is a reflection of the fundamental transformation that the holy and the sacred underwent in the century of the French Enlightenment. Beyond any political, social or transcendental-philosophical re-evaluation, this cultural shift formulated questions of meanings that are visually effectuated in a public place. Continuer la lecture de Call for Papers: “Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France” (deadline: 15 july 2018)

Conférences de la Société de l’Histoire de l’art français : “Guy-Louis Vernansal (1648-1729) / Jean-Baptiste Boiston (1734-1814)”.

Guy-Louis Vernansal, Allégorie de la Révocation de l’Edit de Nantes, 1687, huile sur toile, 142 x 180 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 13 janvier 2018 à partir de 17h.
Lieu : Paris, INHA, salle Vasari, 1er étage.

Séance du samedi 13 janvier 2018, présentée par Daniel ALCOUFFE :

  • Maxime Georges MÉTRAUX (Sorbonne université) : Guy-Louis Vernansal (1648-1729) : métier et condition sociale d’un peintre cartonnier.
  • Brice LEIBUNDGUT : Jean-Baptiste Boiston (Morteau, 1734 – Paris, 1814), sculpteur ornemaniste de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Compte rendu d’exposition: “Rubens. Royal Portraits” (Paris, Musée du Luxembourg, October 2017 – January 2018).

Peter Paul Rubens, Portrait of Anne d’Autriche, Queen of France, about 1622-1625, oil on canvas, 120 x 98.6 cm, Pasadena (California), The Norton Simon Foundation [© Poster of the Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

“Even if, by his birth, he couldn’t claim privileges from among the old and former nobility who made him feel his position, he was regarded with high esteem by sovereigns. Rubens lives and contributes to the enhancement of the art of painting. [1]

Until the 14th of January 2018, the Musée du Luxembourg presents a part of the European works of Peter Paul Rubens (1577-1640). Through about sixty paintings and eighty-nine items in total, the painter’s work is viewed from the perspective of portraits for the monarchs of the great royal courts, made during his journeys or in his workshop, during the first half of the 17th century. From Italy to France, via Brussels or Spain, the artist was commissioned by the greatest Kings represented in this display through the pictorial technique of portraiture, a genre constantly evolving at this period, due in part to Ruben’s influence.

Journeys through an Europe ruled by Princes

Italy: Patronage of Duke of Mantou

Peter Paul Rubens, Portrait of Ferdinand de Gonzague, about 1602-1603, oil on canvas, 81,2 x 56,5 cm, Priv. Coll., courtesy of Nicholas Hall (© courtesy of Christie’s)

Rubens came from a family of Antwerp merchants who fled the town for religious reasons before returning during the late 1580s. He was trained by Otto van Veen, known as Vaenius (1557-1629)[2], a philosopher and mannerist painter marked by Italian influences and who encouraged his pupil to follow his training there. Rubens arrived in Italy in 1600 and stayed there until 1608. Speaking several languages including Latin, and having received a humanist education, the young painter showed a great ease in the learning of his art and was soon hired by Vincent I de Gonzague, Duke of Mantou and Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture de Compte rendu d’exposition: “Rubens. Royal Portraits” (Paris, Musée du Luxembourg, October 2017 – January 2018).

Conférence du GRHAM : « Les Ateliers des Le Nain » par Olivier Bonfait (Paris, 20 mars 2017).

Légende traditionnelle: Antoine Le Nain, Portrait présumé des frères Le Nain, dit L’Atelier, XVIIe siècle, toile, Grande-Bretagne, collection privée.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : lundi 20 mars 2017 à 18h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

De la date de leur naissance aux circonstances de leurs décès, les frères Le Nain (Antoine, Louis, Matthieu) posent de nombreux problèmes, qui ne concernent pas uniquement la distinction des mains. L’historiographie a toujours souligné la concorde entre les trois frères, mais les témoignages anciens introduisent rapidement des singularités dans le groupe ; ils sont peintres dans le faubourg de Saint-Germain des Prés, mais font tout de suite partie de l’Académie royale.

Les deux représentations d’ateliers laissés par les trois frères (celle actuellement conservé dans la collection Bute, peinte vers 1645 ; celle du Vassar Collège, qui a servi de point de départ pour élaborer le catalogue de Matthieu, datant de 1655 environ) seront présentées à l’exposition Le Nain qui ouvre au Louvre Lens le mardi 21 mars. En les regardant intensément, en les analysant et en les situant dans différentes configurations, il devient possible de proposer à partir de ces deux tableaux des hypothèses tant sur la conception de la peinture des Le Nain que sur la stratégie familiale des trois frères et ses représentations. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM : « Les Ateliers des Le Nain » par Olivier Bonfait (Paris, 20 mars 2017).

Conférence du GRHAM : “Peinture et discours à Toulouse au XVIIe siècle” par Stéphanie Trouvé (Paris, 23 février 2017).

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 23 février 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Toulouse est présentée depuis le XIXe siècle comme un des foyers artistiques provinciaux des plus féconds, mais sa production a aussi été perçue par l’historiographie comme un art utilisant de vielles formules stylistiques, ou comme une pâle réplique des grands chefs-d’œuvre italiens ou parisiens. A partir d’un corpus d’œuvres et d’écrits sur la peinture sans équivalent pour une ville de province, cette conférence vise à proposer des pistes méthodologiques pour comprendre les enjeux de la peinture toulousaine. Comment situer cette production dans le panorama de l’art français ? Il s’agit de s’interroger sur la construction de la notion d’école, sur le métier de peintre et de confronter peintures et discours afin de porter un nouveau regard sur le développement de l’art en dehors du domaine royal.

Stéphanie Trouvé est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université de Paris X – Nanterre. Elle est l’auteur d’un livre intitulé : Peinture et Discours. La construction de l’école de peinture XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2016) et de plusieurs articles sur des écrits artistiques, sur des grands décors toulousains, et sur les Salons de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse. Elle a enseigné l’histoire de l’art dans les universités de Toulouse et de Bordeaux. Elle travaille dans le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) sélectionné par le Conseil Européen de la Recherche.

Publication : “The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe”.

SCHMALE Wolfgang, ROMBERG Marion et KOSTLBAUER Josef, The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016, 240 p.
SCHMALE Wolfgang, ROMBERG Marion et KOSTLBAUER Josef, The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

The iconography of the four continents dates back to 16th and early 17th centuries, at a time when Europe’s vision of the world was changed dramatically by discovery and conquest of the New World. Its peak of dissemination was reached in the 18th century. The late Baroque claims a special role for two reasons: The first is the large number of reproductions and applications during this period, the second is the multifaceted significance these allegories enjoyed. They could be inserted into religious and liturgical settings as well as into political language or that of the history of civilization and mankind. “Language” in this sense means that the continent allegories were less the object of an art historical interpretation than being considered a formative part of religious, liturgical, political, historical and other discourses. As pictorial language they were interwoven with text, dogmas, narratives and stereotypes. Thus the authors of this volume inquire what the allegories of the four continents actually meant to people living in the Baroque age. Continuer la lecture de Publication : “The Language of Continent Allegories in Baroque Central Europe”.

Publication : “The Medici’s Painter Carlo Dolci and Seventeenth-Century Florence”.

STRAUSSMAN-PFLANZER Eve (dir.),The Medici's Painter Carlo Dolci and Seventeenth-Century Florence,New Haven, Yale University Press, 2017, 128 p.
STRAUSSMAN-PFLANZER Eve (dir.),The Medici’s Painter Carlo Dolci and Seventeenth-Century Florence,New Haven, Yale University Press, 2017, 128 p.

Présentation de l’éditeur : 

Carlo Dolci (1616–1687), arguably the greatest painter in 17th-century Florence, was admired and patronized by the city’s leading families. Best known for his half-length and single-figure devotional pictures, Dolci was also a gifted painter of altarpieces and portraits.

Written by a team of distinguished scholars, The Medici’s Painter offers new archival discoveries and insights and features cross-disciplinary approaches to Dolci’s life and art and the cultural and political contexts in which he worked. The volume sheds new light on Dolci’s significant and impressive body of work. The painter understood the power of his paintings to inspire contemporaries, and his works continue to compel individuals to look closely and feel deeply about art.

Eve Straussman-Pflanzer is head of the European Art Department and Elizabeth and Allan Shelden Curator of European Paintings, Detroit Institute of Arts.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : “William Hogarth : A Complete Catalogue of the Paintings”.

EINBERG Elizabeth, William Hogarth : A Complete Catalogue of the Paintings, New Haven, Yale university press, 2017, 432 p.
EINBERG Elizabeth, William Hogarth : A Complete Catalogue of the Paintings, New Haven, Yale university press, 2017, 432 p.

Présentation de l’éditeur :

William Hogarth (1697–1764) was among the first British-born artists to rise to international recognition and acclaim and to this day he is considered one of the country’s most celebrated and innovative masters. His output encompassed engravings, paintings, prints, and editorial cartoons that presaged western sequential art. This comprehensive catalogue of his paintings brings together over twenty years of scholarly research and expertise on the artist, and serves to highlight the remarkable diversity of his accomplishments in this medium. Portraits, history paintings, theater pictures, and genre pieces are lavishly reproduced alongside detailed entries on each painting, including much previously unpublished material relating to his oeuvre. This deeply informed publication affirms Hogarth’s legacy and testifies to the artist’s enduring reputation.
Elizabeth Einberg is a senior research fellow at the Paul Mellon Centre for Studies in British Art and former curator at Tate Britain.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search