Archives par étiquette : Padoue

Vente Christie’s du 7 juillet 2016

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

La Vente “Old Masters and British Paintings Evening Sale” du 7 juillet (Londres, 19h00) propose nombre d’œuvres prestigieuses.

Le clou de la vente sera sans conteste le Loth et ses filles de Pierre-Paul Rubens (1577 – 1640) présenté au Lot n° 12. Connue grâce à une gravure de 1766 que Thomas Martyn (1735 – 1825) reproduit dans le 1er volume de The English Connoisseur, cette œuvre n’a jamais été montrée au grand public. Elle est en effet passée de la collection Marlborough au Palais de Bleinheim, où elle se trouvait au XVIIIe siècle, à celle du baron Maurice de Hirsch de Gereuth (puis celle de ses descendants) en 1880.

Pierre-Paul Rubens, Venus suppliant Jupiter, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Pierre-Paul Rubens, Vénus suppliant Jupiter, début XVIIe siècle, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Une autre œuvre de Rubens, Vénus suppliant Jupiter, est estimée à 1,2 -1,8 M£ (Lot n° 9). Le tableau illustre un passage du Chant I de l’Enéide dans lequel Vénus intervient auprès de Jupiter, afin de s’assurer de l’avenir des Troyens rescapés de la tempête déclenchée par Junon. Jupiter rassure Vénus quant à l’avenir d’Énée. Il lui prédit les guerres qu’Énée devra mener dans le Latium, la fondation d’Albe, l’histoire de Romulus et Remus, et l’accession au trône de l’empereur Auguste. Le tableau faisait partie de la collection de Joshua Reynolds et fut mis en vente pour la première fois chez Christie’s en 1795.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, vers 1640, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Le Lot n° 17 (estimé à 1,2 – 1,8 M£) présente un Jugement de Salomon peint à la période de maturité de Matthias Stomer (1600 – 1652) qui y fait preuve d’une grande expressivité dans le traitement des figures.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, 1760 – 1775, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez (1716-1780) est considéré comme l’un des meilleurs peintres de natures mortes du XVIIIe siècle. Entre 1759 et 1774 il réalise pour le futur Charles IV d’Espagne – alors prince des Asturies – une grande série de natures mortes destinées au Musée d’histoire naturelle. Une partie importante de cette série est aujourd’hui conservée au musée du Prado, soit trente-neuf peintures qui représentent essentiellement des fruits et légumes produits dans l’Espagne d’alors. Ce lot n° 27 est estimé entre 600 000 et 800 000 £.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Le Lot n° 44 (estimé entre 700 000 et 1 M£) propose un tableau de Canaletto (1697-1768), Vue d’une rivière, qui serait une reprise avec plusieurs modifications d’un sujet plus vaste peint à Londres. Cette vue est généralement associée à la ville de Padoue, quoique le sujet fasse encore débat.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Quelques œuvres de peintres français du XVIIIe siècle méritent une mention spéciale. Le tableau Claude Joseph Vernet (1714 – 1789) est estimé à 300 000 – 500 000 £ (Lot n° 24). Cette œuvre méconnue – en dépit de sa taille importante – correspondrait peut-être à l’une des peintures perdues répertoriée dans le Catalogue Raisonné d’Ingersoll-Smouse : « Coucher de soleil : Au pied d’un énorme rocher, un turc fumer sa pipe et semble regarder un bâtiment qui s’approche. Plusieurs pécheurs stationnent. Au loin, une montagne et une tour » (Joseph Vernet: Peintre de Marine 1714-1789. Etude critique suivie d’un catalogue raisonné de son œuvre peint, Paris, 1926, II, p. 62, no. 1460).

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

Le Lot n° 25 (estimé à 200 00 – 300 000 £) présente deux tableaux en pendant de François Boucher (1703 – 1770), Pan et Syrinx et Alphée et Aréthuse. Ils sont considérés comme les premières pensées d’une série de quatre tableaux de dimensions similaires réalisées en 1761 pour le collectionneur Pierre-Louis-Paul Randon de Boisset. Ces deux études sont identifiées pour la première fois chez un autre collectionneur fervent de Boucher, Joseph François Varanchan de Geniès lors de la vente de 1777.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Au Lot n° 26 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Greuze (1725 – 1805), caractéristique des têtes d’expression produites par l’artiste à partir des années 1760.

Florence Fesneau

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.