Archives par étiquette : ornements

Colloque : “Habillage du livre et du texte aux XVIIe et XVIIIe siècles”.

Anonyme français, Livre broché et orné d’une couverture d’attente en papier dominoté, XVIIIe siècle, gravure sur bois en couleurs, Paris, marché de l’art.

Type : colloque.
Date : 22 et 23 septembre 2017.
Lieu : Metz, université de Lorraine, Ile du Saulcy, UFR Arts, Lettres, Langues, salle Pierre Grappin, A208.

10h30-11h00 Ouverture

Traduire / Vêtir

Présidence : Anne Page (Aix-Marseille Université)

11h00-11h30 Amélie Derome (Aix-Marseille Université), « La forme du paratexte de Gulliver’s travels dans les traductions françaises du XVIIIe siècle : rhabiller Gulliver »

11h30-12h00 Erik Stout (Université de Montréal, Canada), « La traduction du Voyage autour du monde de L.A. de Bougainville par J.R. Forster »

12h00-12h30 Massimo Scandola (CESR de Tours), « La “Préface” de l’abbé Bonnet aux traductions des Œuvres de Metastasio »

Habillage et genre (1)

Présidence : Jean-Robert Armogathe (Paris, EPHE)

14h30-15h00 Miriam Speyer (Université Caen-Normandie), « Les dieux écrivent-ils en italiques ? Typographie et mise en livre de pièces en vers et en prose »

15h00-15h30 Chloé Perrot (Université de Lille 3), « Déshabiller l’Almanach pour rhabiller le Traité des sciences iconologiques. Non nova, sed nove ? »

Continuer la lecture

Appel à communication : The Art of Ornament. Meaning, Archetypes, Forms and Uses

Pierre Masson, Deux théières, une jatte et différents ornements, 1710, gravure, 30,6 x 24,4 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 30 avril 2017

Date de la manifestation : 23 – 25 novembre 2017

Lieu : Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian.

The Art of Ornament. Meaning, Archetypes, Forms and Uses

Important dates: Deadline for abstract submission: 30 April 2017 Notification of acceptance of abstract: 31 May 2017 Provisional Programme: 30 June  2017 Deadline for registration: 31 August 2017. Conference: 23, 24 and 25 November 2017

The topics suggested for proposals for participating in this Conference are generically the following, although others may be considered if they are deemed pertinent and relevant:

  1. Contemplating the ornament our days: meaning, tendencies and paths.
  2. Ornament and portuguese decorative arts
  3. Revivalism, exoticism and ornament
  4. Ornamentalists and engravers: creation, reception and dissemination;
  5. Ornament and architecture: historiography, theory and present times;
  6. Mobility and transcontinentality: the migration of forms;
  7. Between the sacred and the profane: appropriations, reinventions and coexistence;
  8. Intersection, union and dissonance: literature, music and visual arts.

Abstracts (of no more than 500 words), accompanied by a short bio (250 words), in English or Portuguese, should be sent to the members of the organizing committee, at iha.ornament2017@gmail.com by April 30, 2016.

Participants will be notified by the end of May, and the conference program will be published in June. The languages of the conference are English, Portuguese, Spanish and French.

Journée d’étude en ligne : “Libertés du corps et du geste. La question de la spontanéité en France au XVIIIe siècle”.

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Jean-Honoré Fragonard, L’Enjeu perdu ou Le Baiser gagné, vers 1759-1760, huile sur toile, 48,3 x 63,5 cm, New York, The Metropolitan Museum.

Le mardi 8 décembre 2015, la journée d’étude “Libertés du corps et du geste. La question de la spontanéité en France au XVIIIe siècle” avait lieu en parallèle de l’exposition “Fragonard amoureux. Galant et libertin”. (Ré)écoutez ici les communications de la journée et découvrez en quelques lignes les intervenants.

Cette journée d’études consacrée à la notion de « spontanéité » dans les arts et la société en France au XVIIIe siècle a été organisée par Delphine Chambon et Elise Urbain, toutes deux doctorantes en Histoire de l’Art moderne à l’Université de Lille.

L’exposition Fragonard amoureux galant et libertin présente aussi bien des peintures, des gravures, des illustrations que des esquisses ou études diverses.

L’œuvre de Fragonard est donc extrêmement important, protéiforme, réunissant aussi bien des oeuvres très achevées où chaque détail est rendu avec beaucoup de finesse que des dessins beaucoup plus esquissés, beaucoup plus suggestif où la ligne fait émerger des formes vives.

Ces derniers dégagent une certaine spontanéité, légèreté, comme si l’artiste avait jeté sur la feuille, pris dans l’élan créateur les premières idées de sa pensée, contrairement à certaines de ses peintures, qui semblent davantage construites, composées, maîtrisées…

C’est cette constatation qui a servi de point de départ à l’élaboration de cette journée d’étude :

–    Qu’entend-on au XVIIIe siècle par « spontanéité » ?

–    Peut-on parler de spontanéité dans la société française du XVIIIe siècle ?

–    Quelle est la place de la spontanéité au XVIIIe siècle? Est-elle réelle ou davantage feinte ?

Ces différentes questions ont été abordées à travers trois axes de réflexion: le corps (et son mouvement), le geste (créatif) et le regard (porté sur l’oeuvre), par des chercheurs en histoire de l’art et littérature.

« Il y en a bien peu qui en connoissent le fin ». Connoisseurs, demi-connoisseurs et goût pour le dessin en France au XVIIIe siècle

Delphine Chambon

Delphine Chambon est doctorante en Histoire de l’art moderne au sein du laboratoire IRHiS à l’université de Lille. Ses axes de recherches sont actuellement l’art français du XVIIIe siècle, l’histoire du collectionnisme, le marché de l’art au XVIIIe siècle et le goût pour le dessin. Elle prépare actuellement un article intitulé Conserver et présenter sa collection de dessins en France au XVIIIe siècle.

« Finissez monsieur Robert ! »: La rapidité du geste d’Hubert Robert

Sarah Catala

Sarah Catala débute actuellement son Doctorat en Histoire de l’art avec Sophie Raux au sein du Laboratoire IRHiS également à l’Université de Lille. Ses axes de recherches sont principalement l’art français du XVIIIe siècle, le dessin ancien et les pratiques sérielles. Elle a été conseillère scientifique pour de nombreuses expositions, dont la prochaine consacrée au peintre Hubert Robert qui se tiendra au musée du Louvre de mars à mai 2016. Parmi ses publications, nous pouvons citer La matière à l’oeuvre. Redécouverte du Lion de Fragonard, éditée cette année par la galerie Eric Coatalem à Paris.

 

Nocturnes libertins, ou la mise en scène de la spontanéité dans l’art d’aimer du siècle des Lumières

Marine Ganofsky

Marine Ganofsky est Maître de conférences à l’Université de St Andrews. Elle vient de finir son premier livre sur les nuits libertines, projet pour lequel sa thèse avait été une ébauche. Le prochain, déjà commencé, se penchera sur la nuit et les ombres au siècle des Lumières. Ses recherches tournent surtout autour du libertinage et de la littérature libertine, avec quelques détours heureux du côté de la peinture rocaille et de la philosophie matérialiste. Elle va éditer quelques nouvelles galantes peu connues pour la collection Lire le dix-huitième siècle.

« Plus de grâce que les plus beaux ornements »: la quête de la spontanéité dans le portrait féminin du XVIIIe siècle

Elise Urbain

Elise Urbain est doctorante en Histoire de l’art moderne en co-direction entre l’Université Lille 3 et l’Ecole du Louvre. Ses axes de recherches sont actuellement l’art français et anglais du XVIIIe siècle, en particulier le portrait peint et sculpté ainsi que l’histoire de la mode. Elle participe actuellement à la préparation d’une future exposition au musée des Arts Décoratifs consacrée à la notion de transgression dans l’histoire de la mode du XIVe siècle à nos jours et qui sera intitulée Tenue correcte exigée. Une histoire de vêtements qui ont fait scandale. Elle rédigera un chapitre de ce catalogue consacré au négligé vestimentaire et au manque de tenue.

Pétiller d’esprit : les sociabilités du bon mot au XVIIIe siècle.

Jean-Alexandre Perras

Jean-Alexandre Perras est chercheur postdoctoral de la British Academy et Junior Research Fellow à Jesus College, à l’université d’Oxford. Ses travaux portent sur les représentations et les pratiques de la sociabilité sous l’ancien régime. Sa thèse, L’Exception exemplaire : Inventions et usages du génie, XVIe-XVIIIe siècle, sera bientôt publiée aux Éditions Classiques Garnier (2015). Il s’intéresse présentement à l’histoire culturelle et littéraire de la frivolité et à ses relations à la question du luxe, au papillotage, au persiflage, et aux représentations de la légèreté au XVIIIe siècle.

Journée d’étude : Libertés du corps et du geste : la place de la spontanéité en France au XVIIIe siècle.

Jean-Honoré Fragonard, Céphale et Procris, 1755, huile sur toile, 79 x 173 cm, Angers, musée des Beaux-Arts.

Jean-Honoré Fragonard, Céphale et Procris, 1755, huile sur toile, 79 x 173 cm, Angers, musée des Beaux-Arts.

Type : journée d’étude.
Date : 08 décembre 2015.
Lieu : Palais du Luxembourg, 26 rue de Vaugirard, 75006 Paris.
Sous la direction du :
laboratoire IRHiS (Université Lille 3) et du musée du Luxembourg.
Sur inscription, par mail : joanne.snrech@museeduluxembourg.fr, avant le 10 novembre.

Programme :

9h00 : Accueil.
9h30 : Fragonard, le « peintre dynamique » ?. Entretien avec Pierre Rosenberg de l’Académie Française.
10h10 : « Je peindrais avec mon cul ». Peindre sur nature chez Fragonard. Guillaume Faroult, Conservateur en chef, en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines, Musée du Louvre ; Commissaire de l’exposition Fragonard amoureux.
11h00 : Pause.
11h20 : « Il y en a bien peu qui connoissent le fin ». Connoisseurs, demi-connoisseurs et goût pour le dessin en France au XVIIIe siècle. Delphine Chambon, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS.
11h40 : “Finissez monsieur Robert !” : la rapidité du geste d’Hubert Robert. Sarah Catala, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS.
12h00 : discussion.
12h20-13h50 : Pause déjeuner.
14h00 : Brouillon, prélude, esquisse. Michel Delon, Professeur de Littérature française, Université Paris-Sorbonne.
14h40 : Les étapes d’une réflexion : étude de quelques séries d’esquisses de Gabriel-François Doyen (1726-1806). Benjamin Salama, doctorant en histoire de l’art, Université Paris-Sorbonne.
15h00 : Nocturnes libertins, ou la mise en scène de la spontanéité dans l’art d’aimer du siècle des Lumières. Marine Ganofsky, maître de conférences, Université de Saint-Andrews.
15h20 : Discussion.
15h40 : Pause.
16h00 : « Plus de grâce que les plus beaux ornements » : la quête de la spontanéité dans le portrait féminin du XVIIIe siècle. Elise Urbain, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS, École du Louvre.
16h20 : Pétiller d’esprit : les sociabilités du bon mot au XVIIIe siècle. Jean-Alexandre Perras, assistant de recherche, Jesus College, Université d’Oxford.
16h40 : Discussion.
17h00 : Conclusion générale.
17h20 : Fin de la journée.