Archives par étiquette : orfèvrerie

Conférence du GRHAM: « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture

Journée d’études : « Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine ».

Type : Journée d’études.
Date et horaire :
mercredi 31 mai 2017 à partir de 9h15.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Programme :

9h15

Accueil des participants

9h30

Introduction

Charlotte Duvette (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel) et Saskia Wallig (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Session 1/ Du Directoire à l’Empire : collaborations et interprétations dans la production des arts décoratifs

Présidente de séance : Nina Stritzler-Levine (Bard Graduate Center, New-York)

9h45

Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Etudes)

La participation des Jacob aux premiers chantiers de décoration de Charles Percier : de la salle de la Convention aux hôtels particuliers du Directoire (1793-1799).

10h15

Anne Dion-Tenenbaum (Musée du Louvre, département des objets d’art)

Biennais, parfait interprète du style Percier ?

10h45

Vincent Cochet (Château de Fontainebleau)

Siéger en majesté : Percier et Fontaine et la conception des trônes impériaux. Continuer la lecture

Publication : « Silver in Georgian Dublin: Making, Selling, Consuming ».

FITZGERALD Alison, Silver in Georgian Dublin : Making, Selling, Consuming, New York, Routledge, 2016, 256 p.

FITZGERALD Alison, Silver in Georgian Dublin : Making, Selling, Consuming, New York, Routledge, 2016, 256 p.

Présentation de l’éditeur :

Georgian Dublin is synonymous with a period of unprecedented expansion in the market for luxury goods. At a time when new commodities, novel technologies, and fashionable imports seduced elite society, silver enjoyed an established association with gentility and prestige. Earlier studies have focused predominantly on the issue of style. This book considers the demand for silver goods in Georgian Ireland from the perspectives of makers, retailers, and consumers. It discusses the practical and symbolic uses of silverware, interpreted through contemporary guild accounts, inventories, trade ephemera, and culinary manuscripts. For the first time the activities of Dublin’s goldsmiths and their customers are considered in the context of the British Isles, acknowledging Dublin’s ‘second city’ status in relation to London. How did the availability of new products like English porcelain and Sheffield Plate affect the demand for silver in Dublin, and how did silver imports from London affect the Dublin trade? To what extent do the practices of Dublin goldsmiths mirror their North American counterparts seeking to infer associations with the fashionable metropolis of London? Drawing on an extensive range of documentary and object evidence this wide-ranging analysis considers the context in which silver goods were made, used, valued, and displayed in Georgian Ireland.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Soutenance de thèse : “2000 Vénitiens du XVIIe siècle : les orfèvres en contexte”.

Pieter Gerritsz Van Roestraeten, Nature morte aux pièces d'orfèvrerie, XVIIe siècle, 73 x 72 cm, La Fère, musée Jeanne d'Aboville.

Pieter Gerritsz Van Roestraeten, Nature morte aux pièces d’orfèvrerie, XVIIe siècle, 73 x 72 cm, La Faire, musée Jeanne d’Aboville.

Type : soutenance de thèse.
Date : samedi 12 décembre à 14h.
Lieu : Amphithéâtre Descartes – rez-dechaussée, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Soutenance de thèse de Camille Perez : “2000 Vénitiens du XVIIe siècle : les orfèvres en contexte”, sous la direction d’Alain Tallon.

Le jury sera composé de :

MME BELLAVITIS ( Rouen ).
M. CHAUVARD ( Strasbourg ).
M. CIRIACONO ( Padoue ).
M. PANCIERA ( Padoue ).
M. PEZZOLO ( Venise ).
M. TALLON ( PARIS IV ).