Archives par étiquette : ollagnier

Parution : “Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation”

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

OLLAGNIER Claire, Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Paris, Mardaga, 2016.

Présentation de l’éditeur :

Depuis le début du xviiie siècle, le concept d’un lieu situé à l’abri de tous les regards et voué aux plaisirs du libertin a envahi la littérature romanesque et théâtrale (Diderot, Sade, Crébillon, etc.). Les rapports de police et les chroniques scandaleuses regorgent également d’anecdotes piquantes à ce sujet, contribuant ainsi à créer le mythe de la « petite maison ».

Cependant, il faut attendre les années 1750 et la construction du pavillon La Bouëxière pour voir émerger un nouveau type architectural dont le programme s’élabore peu à peu. S’initie alors une vague de réflexions sur ce nouveau mode d’habitat et tous les quartiers périphériques de la capitale se couvrent d’édifices aux allures diverses mais répondant aux mêmes critères architecturaux : renouvellement des dispositifs conventionnels, réduction de la taille des appartements, adoption du plan massé et situation dans un environnement paysager.

La multiplication de ces petites maisons illustre par ailleurs l’émergence d’un nouvel art de vivre et les aspirations d’une société en mutation qui use de toutes les ressources des arts (architecture, jardin, peinture, sculpture…) pour créer de véritables écrins qui ne laisseront pas indifférent le public de l’époque.

Remontant jusqu’aux origines de l’habitat pavillonnaire, cette étude vise à montrer que si le phénomène des périphéries pavillonnaires a jusqu’alors été plutôt attribué aux retombées de la révolution industrielle et à la création de cités ouvrières, les prémices se font sentir dès la fin du xviiie  siècle. Un ouvrage ambitieux et richement illustré qui sollicite l’histoire de l’architecture et des jardins, mais également l’histoire des idées, de la littérature et du théâtre, de la politique et de la ville.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur

Appel à communication : « 1770-1830. Révolutions et continuités de l’architecture française. Actualité de la recherche. »

Etienne Louis Boullée (French, Paris 1728–1799 Paris) Elevation for the Garden-Front of the Hotel de Brunoy, Faubourg St. Honoré, Paris, ca. 1779 French,  Pen and black ink, brush and gray, green, and rose wash; 14 3/8 x 20 11/16 in. (36.5 x 52.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Gift of Mr. and Mrs. Charles Wrightsman, 1970 (1970.736.54) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/343354

D’après Louis Etienne Boullée, Elévation de la façade de l’Hôtel de Brunoy, Faubourg Saint Honoré, Paris, ca. 1779, plume, encre noire et aquarelle sur papier, New York, Metropolitan museum.

Type : Journée d’étude
Date limite pour envoyer une proposition : 30 juin 2015.
Date et lieu de la journée d’étude : 29 septembre 2015 – Salle Vasari, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Jean-Philippe Garric, Pedro Gonçalves et Claire Ollagnier.

Argumentaire général :

La période charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle a parfois souffert en France de la division académique entre période moderne et période contemporaine. Dans le domaine de l’architecture, elle a toutefois été mise en valeur depuis longtemps, notamment par les travaux anglo-saxons qui ne reconnaissent pas cette césure, ceux d’Emil Kaufman puis de la génération de Robin Middleton ou de Richard Etlin. En France, ou Jean-Marie Pérouse de Montclos a joué un rôle pionnier, la fin des années 1980, avec le bicentenaire de la Révolution fut l’occasion de publications importantes, notamment l’ouvrage collectif Aux Armes et aux Arts ! (sous la dir. de Philippe Bordes et Régis Michel) ou les travaux de Werner Szambien qui comblaient alors un vide majeur et permit d’opérer un balancement entre héritage de l’Ancien Régime et perspectives futures. La période plus large, s’étalant de 1775 à 1825, fit plus récemment l’objet d’une synthèse par André Chastel, L’art français, le temps de l’éloquence (1e édition posthume en 1996), couvrant un large champs disciplinaire et offrant une approche d’histoire culturelle stimulante.
Cette journée d’études doctorales se propose de mettre en évidence le regain d’intérêt actuel pour l’architecture de cette période, et la façon dont elles en redessinent les thématiques et la perspective, en réunissant une série de recherches en cours.

Les interventions pourront s’organiser autour des trois axes suivants :

• Espaces virtuels de l’architecture : utopie et imaginaire.
Au XVIIIe siècle, l’architecture de papier prend une importance considérable. En offrant aux architectes un nouveau champ d’expérimentation, le dessin se fait l’expression des mutations politiques et sociales en gestation. L’histoire de ces projets d’architecture et d’urbanisme, non réalisés et dont la production s’étale durant plusieurs décennies, anticipe l’importance du dessin pour les architectes artistes élèves de l’École des beaux-arts. Trahit-elle pas une approche exploratoire de la théorie par l’image, au service de la société, ou une façon pour la profession d’architecte de se redéfinir ?

Architecture domestique : le cas du bâti parisien.
Dans le domaine de l’habitat, un ensemble d’expérimentations architecturales tendent à faire évoluer la typologie traditionnelle. À Paris, les recherches s’orientent selon trois axes distincts – l’insertion urbaine, la distribution et le décor extérieur – dont l’examen conduit à de multiples questionnements. Certaines innovations durables fondent l’architecture des décennies ultérieures, mais quel impact les mutations sociales ont-elles sur la conception de l’habitat ?

Littérature constructive : de l’avenir de l’architecture. 
À une époque liée à de profonds changements historiques, la littérature d’architecture s’ouvre progressivement à la sphère publique, favorisant l’émergence d’un renouvellement dans la pensée et la pratique architecturale. La question constructive est au centre des débats et alimente les réflexions sur l’espace du bâti et celui de l’imprimé, alors en mutation. Cet axe offre l’occasion de s’interroger sur le devenir de l’architecture, sur les enjeux de sa dématérialisation et sur le nouveau statut de la science constructive.

Modalités pratiques :

L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs en histoire de l’architecture. Les communications d’une durée strictement limitée à 25 minutes pourront être accompagnées de projections. Les propositions devront comporter : un titre, le nom et la situation institutionnelle de l’auteur, le thème dans lequel elles se situent et un résumé n’excédant pas 2 000 signes. Elles sont à adresser avant le 30 juin 2015 aux organisateurs : pedrodsgoncalves@gmail.com et claire.ollagnier@gmail.com.