Archives par étiquette : objet

Colloque : « L’histoire de l’art et les objets » (Paris, 30-31 mai 2018).

Andreas Almgren, tabatière, 1759, or ciselé et émaux, 6,5 x 5 x 3,1 cm, London: Victoria & Albert Museum

Type : colloque.
Date et horaire : 30 et 31 mai 2018 .
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, hôtel Lully, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.

Les travaux récents sur les images ont montré comment de vastes perspectives s’ouvrent dès lors que l’on porte le regard au-delà de la notion moderne et européenne d’art. Mais réduire l’histoire de l’art aux seules images reviendrait à appauvrir drastiquement son domaine de compétences. Cela exclurait en effet des catégories entières d’objets qui ne sont pas des images – à commencer par les « arts appliqués » européens, qui ont pourtant eu leur part dans la constitution historique de la discipline. Les artefacts variés de cultures non-européennes, souvent pré-coloniales, sont souvent négligés eux aussi, alors même qu’un rôle décisif devrait leur revenir dans une histoire de l’art à échelle globale et de pertinence interdisciplinaire. Continuer la lecture

Appel à communication : « Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge – Outils, ustensiles et accessoires à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle) »

Frère Hans N.N, fondeur de laiton, Die Hausbücher der Zwölfbrüderstiftungen, Landauer I, peinture au pinceau et à la plume sur parchemin, 295 x 209 mm, Nuremberg, 1525, Nuremberg, Stadtbibliothek, Inv. Amb 279.2° Folio 15 recto. (c) Nuremberg, Stadtbibliothek.

Frère Hans N.N, fondeur de laiton, Die Hausbücher der Zwölfbrüderstiftungen, Landauer I, peinture au pinceau et à la plume sur parchemin, 295 x 209 mm, Nuremberg, 1525, Nuremberg, Stadtbibliothek, Inv. Amb 279.2° Folio 15 recto. (c) Nuremberg, Stadtbibliothek.

Type : Appel à communication
Date de la manifestation : 9 décembre 2016
Lieu : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Date limite : 30 septembre 2016
Organisation : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Laboratoire DYPAC (Dynamiques Patrimoniales et Culturelles) en partenariat avec la Fondation des Sciences du Patrimoine (LabEx Patrima) sous la responsabilité d’Anne-Clothilde Dumargne – doctorante UVSQ histoire médiévale.

Depuis quelques années de nombreuses études ont renouvelé nos connaissances sur l’environnement domestique médiéval et moderne, qu’il s’agisse de l’architecture de l’habitat (rural et urbain), de son aménagement intérieur et extérieur, de ses méthodes de construction ou de sa gestion. Elles nous ont éclairé sur les pratiques de vie quotidiennes rythmant la naissance, la vie et la mort des individus, leurs occupations pour se divertir ou entretenir leurs liens sociaux, sur la dévotion individuelle qui les anime, les manières dont ils mangent, dorment, se lavent, s’habillent, travaillent et les causes et conséquences sociales, culturelles, économiques ou politiques qui y président et en découlent.

Continuer la lecture

Appel à communication : « Objets Nomades : Circulations, appropriations et identités à l’époque moderne (16e-18e siècles) »

Pieter Gerritsz van Roestraeten, Nature morte avec tasses chinoises, huile sur toile, v. 1670-1680, Berlin,  Gemäldegalerie.

Pieter Gerritsz van Roestraeten, Nature morte avec tasses chinoises, huile sur toile, v. 1670-1680, Berlin, Gemäldegalerie.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 2-4 mars 2017
Date limite de soumission : 15 septembre 2016
Lieu : Musée National de la Renaissance (Écouen), Musée Cognac-Jay (Paris 3e),
Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris, 5e).
Comité d’organisation : Line Cottegnies, Anne-Valérie Dulac, Ariane Fennetaux, Anne-Marie Miller-Blaise, Nancy Oddo, Sandrine Parageau, Laetitia Sansonetti, Jean-Paul Sermain.

Organisé en partenariat avec le musée national de la Renaissance d’Écouen et le musée Cognacq-Jay, ce colloque pluridisciplinaire vise à confronter une approche historique des objets dans leur dimension sociale, économique et technique, à l’étude des objets dans l’art et la littérature, qui offrent autant de « traces » de la vie de ces objets nous permettant de définir leur trajectoire et les modalités de leurs appropriations. Les objets, entendus comme les biens matériels divers (vêtements et accessoires, objets du quotidien, instruments techniques, scientifiques ou de musique, objets d’art…) et leurs circulations seront étudiés pour comprendre les différents phénomènes d’appropriation, de transculturation ou d’hybridation qui animent et accompagnent ces mouvements à la fois dans l’espace européen et entre l’Europe et le reste du monde. Porteurs et vecteurs de circulations culturelles et identitaires, les objets (qu’il s’agisse de biens de consommation, d’outils, d’objets de dévotion, ou d’objets d’art) traversent les espaces nationaux et interrogent par leur mobilité les frontières nationales, religieuses ou linguistiques alors en formation. L’époque moderne voit en effet se développer à travers l’Europe des tentatives de définition ou de consolidation d’espaces nationaux géographiques, linguistiques et religieux. Ces frontières, qui naissent en partie en opposition à une culture de Cour et une culture aristocratique Renaissante par définition nomades, sont le fruit d’une nouvelle philosophie politique (A. M. Thiesse, La Création des identités nationales, 1999). Suivre les trajectoires de ces objets permet, dès lors, de mettre au jour la tension entre sédentarité et mobilité que Daniel Roche a définie comme un enjeu majeur de la modernité (Humeurs vagabondes, 2003). Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les tabatières au XVIIIe siècle : deux faussaires démasqués » par Alexis Kugel (Paris, 10 mai 2016 à 18h30).

Dessins préparatoires pour une boîte de         style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Dessins préparatoires pour une boîte de style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 10 mai de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les tabatières, comme la plupart des objets précieux avidement collectionnés au XIXe siècle, ont été copiées par des faussaires de talents, mais jusqu’à présent aucun fond d’atelier de faussaire ne nous était parvenu. Alexis Kugel a découvert des éléments provenant de deux ateliers distincts. Leur étude lui a permis de reconsidérer l’authenticité de nombreuses tabatières au sein de collections publiques et privées. Cette découverte est similaire en importante à celles de Reinhold Vasters et Alfred André pour les bijoux Renaissance, et sera d’un grand intérêt pour tous les collectionneurs, conservateurs, marchands et amateurs de boîtes en or.

Alexis Kugel est galeriste, à la tête avec son frère Nicolas de la galerie J. Kugel à Paris.