Conférence du GRHAM: “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792). Enjeux d’une exposition” par Yohan Rimaud (12/01/2023, Paris)

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 janvier 2023 à 19h.
Lieu : Paris, galerie Colbert (Institut National d’Histoire de l’Art), salle Jullian
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Yohan Rimaud présentera l’exposition “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792)” au Musée des beaux-arts de Besançon, dont il est le commissaire. Cette présentation, actuellement la seule programmée à Paris, permettra au public de prendre connaissance des enjeux scientifiques et muséographiques de l’exposition, ainsi que des plus belles (re)découvertes auxquelles elle a donné lieu. 

Vieille ville libre d’Empire, Besançon est conquise en 1674 et devient française presque en même temps qu’elle entre dans le XVIIIe siècle. La période qui s’ouvre alors est celle de profonds changements : au-delà des mutations politiques, des multiples chantiers religieux, civils et privés, des projets d’embellissements dont l’exposition veut donner à voir les modalités et la portée, c’est aussi la manière de se former et de collectionner, de produire, penser et consommer l’œuvre d’art qui se transforme, dans un monde de l’art tourné à la fois vers Rome et Paris. Le beau siècle est la première exposition organisée à Besançon sur le sujet, elle a pour ambition de proposer des entrées multiples dans une période extrêmement riche, dont beaucoup de traces sont conservées sinon encore habitées. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM: “Le beau siècle. La vie artistique à Besançon de la conquête à la Révolution (1674-1792). Enjeux d’une exposition” par Yohan Rimaud (12/01/2023, Paris)

Journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection : « Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s)(1750 – 1815) », (Online, 26-27 octobre 2020).

 

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam.

 

Type : journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection.
Date de l’événement : 26 et 27 octobre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à l’adresse : collection.seminaire@gmail.com

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Programme :

26 octobre 2020

9h00 Accueil – Introduction

9h15 – 10h00 Ouverture

  • O. Bonfait, Université de Bourgogne, La culture de la collection au XVIIIe siècle. Etat de la question.

10h00 – 12h45 Session 1 : L’objet privé

Présidence : Patrick Michel

  • L. Jouvet, Université de Bourgogne, Les médailles de Jean Warin (1604-1672) : collectionner l’artiste ou les objets ?

Continuer la lecture de Journée d’étude du GRHAM et du séminaire Collection : « Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s)(1750 – 1815) », (Online, 26-27 octobre 2020).

Conférence du GRHAM : « Quand la tête de Louis XIV pendait au cou des autochtones » par Robert Wellington (Paris, 18 octobre).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 octobre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les médailles royales françaises ont connu un contexte culturel radicalement différent après avoir été décernées aux peuples amérindiens du Canada à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Ainsi, il peut être surprenant d’affirmer que le potentiel symbolique de ces médailles n’a été pleinement réalisé que par les guerriers autochtones auxquels elles ont été données. Ces petites sculptures, conçues à l’imitation d’anciennes monnaies romaines, sont des objets typiquement occidentaux créés pour agir comme des instruments de communication à travers différents espaces géographiques, culturels et temporels. De petites tailles et facilement transportables, les médailles étaient relativement bon marché en fonction des matériaux à partir desquels elles étaient fabriquées. Produites en grandes quantités, elles étaient l’instrument idéal pour véhiculer des messages à grande échelle.

Cette conférence se propose d’examiner plus particulièrement la médaille de la famille royale de Louis XIV qui a été décernée aux alliés amérindiens de la France. Pour certaines tribus dont les algonquins et les iroquois, le roi était appelé « le grand Onontio » titre dérivé de celui donné aux gouverneurs de la Nouvelle-France. Ce terme était une traduction huronne du nom de Charles Huault de Montmagny, premier gouverneur de la Nouvelle-France qui était perçu et présenté comme une sorte de « père » au sein de l’Alliance. Le roi de France était lui-même perçu comme le père des pères, un « Onontio » au-dessus de tous ceux qui portaient ce titre. Le concept de famille représenté sur cette médaille fonctionne par conséquent comme une allégorie du lien entre le roi de France et ses sujets, il s’agit donc d’un message idéologique puissant pour ceux qui vivent dans les colonies loin du centre de l’empire. La réception positive de ces médailles par les partisans autochtones des colons français révèle les pouvoirs talismaniques et politiques changeant que ces objets pouvaient véhiculer dans différents contextes culturels. Les lettrés et antiquaires qui ont conçu l’iconographie de ces œuvres n’avaient sans doute pas prédit avec quel enthousiasme elles seraient reçues et réinvesties par les Amérindiens. Je tenterai de démontrer que les médailles royales françaises avaient la même fonction pour les peuples autochtones que les ornements qu’ils portaient avant l’arrivée des colons européens et qu’ils ont donc dotées ces objets d’un nouveau pouvoir symbolique. Continuer la lecture de Conférence du GRHAM : « Quand la tête de Louis XIV pendait au cou des autochtones » par Robert Wellington (Paris, 18 octobre).

Soutenance de thèse: “Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661): inventaire et analyse”

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques
Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 9 décembre 2016 à 9h30.
Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense – salle B 015 (René Rémond).

Soutenance de thèse de Sabrina VALIN: “Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661):  inventaire et analyse”.

Le jury est composé de:

– Marianne COJANNOT LE BLANC, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (directrice de thèse).

– Véronique MEYER, professeur des universités, Université de Poitiers (rapporteur).
– Hendrik ZIEGLER, professeur des universités, Université Reims Champagne Ardennes (rapporteur).
– Anne LE PAS de SECHEVAL, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.
– François PLOTON-NICOLLET, professeur, Ecole Nationale des Chartes.

 

Publication : Les médailles de Louis XIV et leur livre.

LOSKOUTOFF Yvan (dir.), Les médailles de Louis XIV et leur livre, Rouen, PURH, 2016, 512 p.
LOSKOUTOFF Yvan (dir.), Les médailles de Louis XIV et leur livre, Rouen, PURH, 2016, 512 p.

Présentation de l’éditeur :

L’histoire métallique de Louis XIV, ce sont des médailles et c’est un livre publié en 1702 par la dizaine de membres de la Petite Académie, dont les deux historiographes royaux Racine et Boileau. Des savants français, anglo-saxons, italiens et allemands étudient ici cette double histoire royale, ses principes de composition, depuis les premières créations jusqu’à la poétique de l’histoire, en passant par les modèles antiques; ses thématiques, que ce soient les interventions militaires, les ports maritimes ou la mort du roi; sa diffusion, vers les pays proches (Italie, Genève, Lorraine) ou lointains (Siam, Perse, Afrique, Canada); ses imitations, parodies et parallèles, dans la Rome papale comme dans l’Europe du nord. L’analyse a été portée jusqu’aux médailles de Louis XVIII.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search