Archives par étiquette : Nicolas Milovanovic

Compte-rendu : visite du GRHAM au musée du Louvre-Lens

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661,  huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661, huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre  

Le GRHAM s’est rendu au musée du Louvre-Lens le lundi 6 juin 2016 pour visiter l’exposition consacrée à « Charles Le Brun (1619-1690), le peintre du Roi-Soleil », ainsi que les collections semi-permanentes installées dans la Galerie du temps. A cette occasion, il a également été possible de découvrir les réserves et les œuvres actuellement en cours de restauration. L’association remercie chaleureusement l’accueil qui a été réservé à ses membres par Fabien Dufoulon, responsable du Centre de ressources du musée, et Caroline Chenu, régisseur des œuvres du musée.

Continuer la lecture

La Collection A. Alfred Taubman chez Sotheby’s

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Le 27 janvier 2016, Sotheby’s mettra en vente à New York (18h) une partie de la collection d’Alfred Taubman (1924 – 2015). Cet homme d’affaires qui fit fortune dans les centres commerciaux, fut actionnaire de Sotheby’s de 1983 à 2005 en assurant ainsi son indépendance et son développement, mais aussi philanthrope (il a largement contribué au développement de l’université du Michigan) et grand collectionneur. Parmi les objets dispersés, on signalera Le couronnement d’épine de Valentin de Boulogne (Coulommiers-en-Brie, 1591 – 1632, Rome). Le tableau (lot 20 estimé entre 1 500 000 et 2 000 000 $) devrait faire partie des œuvres présentées au Metropolitan Museum, puis au Louvre pour une exposition monographique – la première réalisée sur l’artiste – qui débutera à New York en octobre 2016 et se terminera à Paris en janvier 2017. Le commissariat de l’exposition sera assuré par Keith Christiansen pour le Metropolitan Museum, Nicolas Milovanovic pour le Louvre, ainsi que par Annick Lemoine qui a publié en 2008 chez Arthena, la monographie d’un autre émule du Caravage, Nicolas Régnier (1588 – 1667).

Matthias Stomer, Dispute du christ avec les docteurs, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Matthias Stomer, Dispute du Christ avec les docteurs, 1630 – 1640, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Le lot 30 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) présente une Dispute du Christ avec les Docteurs de Matthias Stomer (Amersfoort, 1600 – 1652, Sicile) peinte à Naples dans les années 1630, ainsi que son pendant, Jacob béni par Isaac qui se trouve aujourd’hui au Barber Institute of Fine Arts de l’université de Birmingham.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Enfin le XVIIIe siècle est représenté, entre autre, par un tableau (lot 62 estimé entre 3 000 000 et 4 000 000 $) de Thomas Gainsborough (Sudbury, 1727 – 1788, Londres), Le Page en bleu. L’œuvre est peinte par l’artiste au cours de son séjour à Bath (1759 – 1774) durant lequel sa réputation de portraitiste s’accroît rapidement grâce à la clientèle de la haute société. Son succès l’oblige à adopter une touche rapide qui ne s’attarde pas sur les détails du costume du page pour se concentrer sur le rendu des traits de son visage. Ce portrait entretient une certaine proximité avec celui du Garçon en bleu qui se trouve actuellement dans les Huntington Art Collections de San Marino en Californie. Gainsborough expose le Garçon en bleu au salon de la Royal Academy en 1770 où il souhaite se confronter à Joshua Reynolds (1723 – 1792). La réalisation du Page en bleu participe sans doute des réflexions que Gainsborough mène pour se différencier de son concurrent le plus direct.

Florence Fesneau

Colloque : Moïse, visages du prophète.

Manufacture des Gobelins, carton peint par François Bonnemer d’après Nicolas Poussin, Moïse changeant la verge d’Aaron en serpent, tapisserie de haute lisse composée de laine et de soie, rehaussée d’or, 3,6 x 4,68 m, 1685, Paris, Mobilier national.

Manufacture des Gobelins, carton peint par François Bonnemer d’après Nicolas Poussin, Moïse changeant la verge d’Aaron en serpent, tapisserie de haute lisse composée de laine et de soie, rehaussée d’or, 3,6 x 4,68 m, 1685, Paris, Mobilier national.

Type : colloque.
Date : du 02 au 05 décembre 2015.
Lieu : Paris, musée d’art et d »histoire du Judaïsme, Institut National d’Histoire de l’Art, Centre allemand d’Histoire de l’Art.
Sous la direction de : Colette Nativel et de Matthieu Somon.
Comité scientifique :
Andreas Beyer (Université de Bâle), Anne Hélène Hoog (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme), Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art), Matthieu Léglise (Paris 1), Colette Nativel (Paris 1), Paul Salmona (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme), Matthieu Somon (Paris 1, Centre allemand d’histoire de l’art).

Malgré l’abondance de son iconographie dans l’art occidental, Moïse est une figure oubliée de l’histoire de l’art. Le fondateur du judaïsme, instituteur du Décalogue et rédacteur présumé du Pentateuque, n’apparaît que de façon diffuse dans les publications et aucun musée n’avait jamais organisé de manifestation consacrée à la figure du prophète. C’est cette lacune que le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme se propose de combler, en dédiant une exposition à l’initiative de deux étudiants de l’université Paris 1, Matthieu Somon et Matthieu Léglise, qui en sont commissaires, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art.

Pour compléter cette exposition, Colette Nativel organise avec Matthieu Somon, en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art et le Mahj, un colloque consacré aux figures de Moïse du XVIe siècle à nos jours. Figure du libérateur par excellence, Moïse trouve au XXe siècle son incarnation la plus populaire avec les deux versions des Dix commandements de Cecil B. De Mille, où le chef des Hébreux devient un héros légendaire, familier d’un public de plus en plus détaché de la référence religieuse. À cet attrait populaire s’ajoute un intérêt scientifique qui motive fondamentalement le projet. Peu étudiée, l’iconographie de Moïse connaît entre  1520 et la fin du XVIIe siècle, puis à nouveau depuis la fin du XIXe siècle, une fortune considérable, qui se caractérise par une production d’une abondante diversité. Tableaux, tapisseries, vaisselle, bijoux, objets d’art, meubles représentent des épisodes de l’histoire du prophète. Les bornes chronologiques de l’exposition vont ainsi des prémices de l’édition en Europe des textes hébraïques ayant trait à l’histoire de Moïse – Biblia rabbinica de Bomberg à Venise vers 1520 ; première Haggadah de Prague en 1526 – aux derniers avatars des représentations du prophète dans le cinéma et l’art contemporain.

Parce que la figure de Moïse se situe au carrefour d’intérêts religieux, politiques et artistiques pérennes, le colloque entend explorer, en complément de l’exposition du Mahj et à la lumière des œuvres et de l’histoire culturelle, la présence du prophète dans les trois religions monothéistes à des moments clés de l’histoire et dans les œuvres d’artistes majeurs du XVIe siècle à nos jours. Il s’attachera à étudier les sources de l’histoire de Moïse et leurs diffusions à l’époque moderne, puis sa résurgence parmi les puissants et les fidèles des époques modernes et contemporaines. Il tâchera d’examiner aussi la place de Moïse dans la création et la théorie artistiques du XVIe siècle à nos jours.

Programme :

 
Mercredi 2 décembre 2015 à 14 h Moïse et le judaïsme : sources antiques et diffusion (musée d’art et d’histoire du Judaïsme).

14 h 00
Ouverture du colloque

14 h 30
Moïse à Alexandrie. Le Moïse de Philon est-il un Moïse grec ?
Carlos Lévy, Paris IV

15 h 00
Moïse, auteur, prophète, saint dans la théologie chrétienne des premiers siècles (Origène et Grégoire de Nysse).
Françoise Vinel, Université de Strasbourg

15 h 30 : Pause.

16 h 00
Moïse selon Flavius Josèphe.
Arnaud Sérandour, EPHE

16 h 30
Doura Europos et sa fortune.
Sonia Fellous, CNRS – IRHT

Vendredi 4 décembre 2015 : Moïse, figure du créateur. Moise, figure du libérateur (INHA, Auditorium.

10 h 00
Moïse est-il l’inventeur du monothéisme ?
Thomas Röhmer, Collège de France

10 h 30
Moïse dans le livre d’emblèmes de Jan David.
Walter S. Melion, Emory University

11 h 00 : Pause.

11 h 30
L’extase de Moïse.
Philippe Morel, Université Paris 1

12 h 00
Poussin et Moïse.
Nicolas Milovanovic, Musée du Louvre

12 h 30
Du maître de l’ovale au maître de Moïse : Sylvain Bonnet.
Jean-Claude Boyer, CNRS

Métamorphoses de Moïse

14 h 30
Moïse, l’Ancien Testament et la théorie de l’art française.
Thomas Kirchner, Centre allemand d’histoire de l’art

15 h 00
Moïse et le sublime.
Dietmar Till, Université de Tübingen

15 h 30
Les plâtres de la statue de Michel-Ange et la formation de l’image de Moïse au XIXe siècle.
Elisabeth Oy-Marra, Université de Mayence

16 h 00 : Pause

16 h 30
Représentation de Moïse et interdit de la représentation dans la synagogue.
Dominique Jarrassé, Université de Bordeaux, École du Louvre

17 h 00
Moïse et le cinéma.
Ophir Lévy, Paris 3
Suivie d’une projection (choix du film en cours)

Samedi 5 décembre 2015 : Moïse contemporain (INHA, salle Jullian).

10 h 00
Moïse chez Turner.
Pierre Wat, Université Paris 1

10 h 30
Les nouveaux Moïses.
Anne Hélène Hoog, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

11 h 00 : Pause.

11 h 30
Heine et Freud, exégètes de Moïse.
Sigrid Weigel, Université de Berlin

12 h 00
Moïse chez Anselm Kiefer.
Julie Sissia, Centre allemand d’histoire de l’art