Archives par étiquette : Nicolas Maréchal

Séminaire doctoral commun : “Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion”.

 

Capture d’écran 2016-01-12 à 19.15.56

Type : séminaire doctoral commun.
Date : 14 janvier 2016 à partir de 18 h.
Lieu : Paris, INHA, 2 rue Vivienne, 1er étage, salle Jullian.


L’équipe du Séminaire Doctoral Commun Paris 1-Paris 4 a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance du séminaire, qui aura lieu ce jeudi 14 janvier 2016 de 18h à 20h à l’INHA (2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Jullian – 1er étage) : “Analogies et similitudes, la comparaison comme outil de persuasion”. Lors de cette séance, nous porterons nos réflexions sur la méthode comparative dans le cas du connoisseurship et de l’attribution des œuvres.

A cette occasion, nous aurons le plaisir de recevoir M. Eric Pagliano (Conservateur, C2RMF) qui modérera la discussion, et nous écouterons deux doctorants confrontés à ces questions dans le cadre d’une thèse :

Maxime Georges Métraux (Université Paris 4) : “Méthodes et enjeux de l’approche comparative dans la pratique du connoisseurship“:

Cette communication se propose d’analyser l’usage de la comparaison dans l’activité du connoisseurship. Une étude historiographique de l’approche comparative, entre réflexe cognitif et figure rhétorique, sera d’abord proposée, elle reviendra sur les dispositifs théoriques et techniques qui président à son usage depuis les écrits de Roger de Piles[1] jusqu’aux pratiques contemporaines de Martin Kemp[2]. Il sera ensuite question d’une réflexion sur la comparaison et sa dimension heuristique à travers le cas privilégié de Guy-Louis Vernansal[3] (1648-1729) mais également celui de Nicolas Maréchal[4] (1753-1802) et de la dynastie des Papillon.

Nikita de Vernejoul (EPHE) : “La place du connoisseurship. Entre carence de sources et exigences du marché”.

Comme d’accoutumée, nous clôturerons cette séance par un pot dans l’échange et la convivialité.

L’équipe organisatrice du séminaire doctoral commun (qui vous souhaite une excellente année 2016) :
Sung Moon Cho (Paris 4)
Marion Grébert (Paris 4)
Clémence Legoux (Paris 1)
Claire van Seters (Paris 1).

—————————————————————————————————————————————-

[1] Pour la période moderne, Pierre-Jean Mariette, Antoine Joseph Dezallier d’Argenville et Jonathan Richardson seront également étudiés.

[2] Outre Martin Kemp, les pratiques de Giovanni Battista Cavalcaselle, Giovanni Morelli, Bernard Berenson et de Max Friedländer seront évoquées.

[3] L’analyse portera principalement sur L’allégorie de la révocation de l’édit de Nantes (1687).

[4] Les exemples privilégiés seront La Philosophie et le patriotisme vainqueur des préjugés (ca. 1790) et Le lion du Museum d’histoire naturelle avec son chien dessiné d’après nature (ca. 1795).

Conférence PatriNat : Exposer le savoir scientifique.

patrinat_affiche4_rvb
Type : Séminaire.
Date : 21 octobre 2015.
Lieu : MNHN, Petit amphithéâtre d’entomologie (45 rue Buffon, 75005 Paris).
Programme :
Cindy Lim : « Mémoire muséographique d’une collection universitaire. »

 

La collection de Zoologie de l’Université Pierre et Marie Curie de Paris constitue un patrimoine universitaire, hérité de l’ancienne Sorbonne, qui tend vers une reconnaissance aussi bien au niveau national qu’international. Dans ce sens, cet ensemble d’objets d’indéniable valeur scientifique présente un intérêt double : celui de son ancrage historique dans l’enseignement de la biologie animale en France dans un domaine universitaire et celui de l’usage d’un ensemble cohérent muséographié de divers items (spécimens collectés, illustrations et affiches réalisées par ou pour les enseignants) comme support pédagogique. Dans le contexte particulier d’un déménagement prévu dans moins d’un an, la mémoire en images de ce musée pédagogique, agencé au courant des années 1960, a été réalisée dans le contexte du programme PatriNat (Patrimonialisation du savoir naturaliste). Cet archivage visuel des espaces et des supports permettra de garder une trace de ce qui était la collection de Zoologie à une période de l’histoire où la connaissance profonde du monde animal était indispensable à la formation des biologistes. Grâce à ce travail, le discours scientifique structurant l’organisation des salles, peut être obsolète mais significatif pour l’histoire des sciences, ainsi que les techniques muséographiques mises à l’œuvre pour le rendre compréhensible pourront être analysés à tout instant. Lors de cette intervention, plusieurs vitrines du musée pédagogique de Zoologie seront illustrées et commentées.

Maxime-Georges Métraux : « De la peinture d’histoire à l’illustration scientifique : Nicolas Maréchal (1753-1802) et le Muséum national d’histoire naturelle. »

Formé par le peintre Nicolas-Guy Brenet (1728-1792), Nicolas Maréchal s’est spécialisé dans la représentation de la faune et de la flore. Frère du poète et apologiste révolutionnaire, Sylvain Maréchal (1750-1803), il est recruté par le Museum nationale d’Histoire naturelle en tant que peintre zoologiste à partir de l’an III (1794-1795). Alliant sens de l’observation et maîtrise du dessin, cet artiste est chargé avec les frères Redouté de compléter la collection des vélins. Collaborateur régulier de Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), Nicolas Maréchal entretient également des relations professionnelles et amicales avec Georges Cuvier (1769-1832), René Louiche Desfontaines (1750-1833) et Joseph-Philippe-François Deleuze (1753-1835). Technicien enthousiaste et rigoureux, sa pratique des arts graphiques s’accompagne d’une véritable activité de naturaliste.

A partir d’archives inédites, cette communication proposera une première étude et contextualisation de l’œuvre de Nicolas Maréchal. Elle permettra également de s’interroger sur la place et la fonction de l’imagerie scientifique à la fin du XVIIIe siècle. Loin d’être de simples figurations, la plupart de ces images ne sont pas seulement un dérivé ou une illustration mais le support actif d’un processus intellectuel.

Carole Rabiller : « Inventer et Sculpter le dinosaure. »

En 1852, pour la première fois, des sculptures de dinosaures sont commandées, afin d’agrémenter le parc du nouvel emplacement du Crystal Palace, suite à la fermeture de l’Exposition universelle de Londres en 1851. Dévoilées au public en 1854, elles sont le fruit de la collaboration entre l’artiste Benjamin Waterhouse Hawkins (1807–1894) et le paléontologue Sir Richard Owen (1804-1892). Ces sculptures vont nous permettre de suivre les grandes lignes de l’évolution de l’imaginaire littéraire populaire et des recherches scientifiques contemporaines sur ces « lézard terriblement grands » (« fearfully great lizards ») au XIXe siècle afin de comprendre comment Benjamin Waterhouse Hawkins donne « chair » à la vision de Richard Owen.

Avec le soutien des institutions suivantes :
  • Bibliothèque nationale de France (BnF).
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
  • Muséum national d’histoire naturelle (MNHN).
  • Sorbonne Universités.
  • Université Paris-Sorbonne.
  • Université Pierre et Marie Curie (UPMC).