Archives par étiquette : Nature

Appel à bénévolat : “Chargé(e) de médiation pour le Festival de l’histoire de l’art 2017”

Type : Festival
Date : vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 juin 2017
Lieu : château de Fontainebleau

H/F BÉNÉVOLE CHARGÉ DE MÉDIATION

L’association Les Amis du Festival de l’Histoire de l’Art à Fontainebleau recherche des bénévoles H/F pour rejoindre notre équipe pendant la durée du Festival, du 2 au 4 juin 2017. Vous serez notamment chargés des missions suivantes :

  • Accueillir, orienter et informer les festivaliers ;
  • Faciliter le dialogue et l’interaction entre les publics, échanger avec les visiteurs ;
  • Prendre en charge les intervenants de l’Espace des Amis, dédié à la rencontre des festivaliers ;
  • Participer aux activités et faire vivre l’esprit du Festival.

Durée : 3 jours, du vendredi 2 juin au dimanche 4 juin, de 9h à 18h environ. Horaires aménagés afin de pouvoir assister à certains événements de votre choix si besoin.

Lieu : Château de Fontainebleau (77 300) Continuer la lecture

Appel à communication : 7e édition du Festival d’Histoire de l’Art (La Nature)

Claude Aubriet, Aubergine, XVIIIe siècle, gouache sur vélin, Paris, Muséum National d'Histoire Naturelle.

Claude Aubriet, Aubergine, XVIIIe siècle, gouache sur vélin, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle.

Type : Appel à communication
Date limite : 11 décembre 2016
Date de la manifestation : 2 au 4 juin 2017
Lieu : Château de Fontainebleau

À l’heure où le schéma dualiste nature/culture qui a fortement marqué la modernité occidentale tend à être remis en question, le Festival de l’histoire de l’art propose d’explorer le thème de la nature dans ses aspects les plus variés, en considérant bien sûr l’importante question de la mimêsis, mais sans s’y tenir exclusivement. Cette notion de nature sera entendue dans son sens large, comme l’ensemble des êtres et des réalités qui environnent l’homme mais ne sont ni créés, ni organisés par lui. Comme telle, la nature englobe une grande partie de l’activité scientifique, investit la pensée mythico-religieuse, stimule l’imaginaire et sert de référence à l’esthétique, sans omettre la quête de fusion liée à l’animisme/Gaïa ou encore la notion de Care. À travers les médiums artistiques et les domaines de l’histoire de l’art les plus variés, sans restrictions chronologiques ou spatiales, il s’agira ainsi d’interroger la nature autant comme inépuisable pourvoyeuse de formes à imiter que comme modèle d’activité créatrice. Est-il besoin de souligner que Fontainebleau, dont la forêt enchanta les poètes du règne des Valois avant de servir de motif aux peintres de l’École de Barbizon, est un lieu propice à explorer ce thème ?

Continuer la lecture

Appel à communication : “Art and the Environment in Britain. 1700-Today”

John Martin, The Destruction of Pompei and Herculaneum, 1822, huile sur toile, Londres, Tate Britain.

John Martin, The Destruction of Pompei and Herculaneum, 1822, huile sur toile, Londres, Tate Britain.

Type : Appel à communication
Date de la manifestation : 2 au 3 mars 2017
Lieu : Université Rennes 2
Date limite : 3 septembre 2016

Continuer la lecture

Journée d’étude : “Shaped by Nature, Forged by Art. Image, Object, Knowledge, and Commerce in Early Modern Europe”

forest

François Boucher, La Forêt, 1740, huile sur toile, 131 x 163 cm, Paris, Musée du Louvre.

Type : Journée d’étude
Date : 21 mai 2016
Lieu : Northwestern University, 1881 Sheridan Road, Evanston, IL
Sous la direction de : Claudia Swan

The often complex, always productive, and sometimes vexed relationship between nature and art is a central theme of early modern European culture and of artistic production in particular. Where, in a visual culture devoted to naturalism, does art begin and nature end? If mimicking nature is the most noble of artistic aims, what is the relationship between the generative powers of art and the fecundity of nature? Long the ape of nature, art vied with nature in the early modern era to the point of outstripping it—or at least trying.

Continuer la lecture

Colloque : “Regarder/Sehen”, La recherche de la forme idéale : les avatars d’une catégorie variable.

Jean Raoux, Une dame devant son miroir, ca. 1720, huile sur toile, 79 x 64 cm, Londres, Wallace Collection.

Jean Raoux, Une dame devant son miroir, ca. 1720, huile sur toile, 79 x 64 cm, Londres, Wallace Collection.

Type : colloque.
Date : 14 et 15 décembre 2015.
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.
Sous la direction de : Sabine Frommel et Ulrich Pfisterer.

Programme :

Lundi 14 décembre 2015

9h15 : Accueil par Sabine Frommel et Ulrich Pfisterer.

Continuer la lecture

Colloque : Science, Nature and Art in the Time of the Baroque.

Johannes Blaeu, Observatoire de Tycho Brahe, 1667, gravure sur cuivre mise en couleurs, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Johannes Blaeu, Observatoire de Tycho Brahe, 1667, gravure sur cuivre mise en couleurs, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Colloque.
Date : Du 09 au 11 novembre 2015.
Lieu : Séville (Focus-Abengoa Foundation).
Sous la direction de : Antonio-Miguel Bernal Rodríguez, University of Seville. 

With the birth of the “new science” in the wake of Bacon, the theories on the world and nature ceased being essentially poetic –as they were considered in the long inherited mediaeval tradition– and began to be felt as essentially scientific. Modern science and the development of the artistic culture of the Baroque came hand in hand and became the cornerstones of the history of European culture. In this modern science, the discovery of the foundations of nature led to questions on the relationship between people and the natural environment, which went beyond living nature to open up new avenues to the theories of light and colour, space and time, as expressed in the creative brilliance of Velázquez in the gardens of Villa Medicis. The “vision” of nature took on a variety of projections through the art of the Baroque. The conception of the natural world under the impetus of the 17th and 18th century scientists became increasingly removed from the previous allegories and symbolism. The landscape as an expressive medium emerged in pure form as man interacted with nature. Recalling among others, André Mollet in his treatise Le Jardin de Plaisir (1651), from the gardens of delights of the 16th century to the gardens of love of the 17th century, natural history experienced a qualitative leap in the representation of nature as art and in art under the guise of collecting and as visual culture. This art and science in the time of the Baroque were not antagonistic and instead were interrelated in the construction of a new pictorial time and space where nature became viewed even more intensely less as a divine hieroglyphic and more as visual culture, a faithful reflection of the influence of science on art.

Registration, diploma and credits recognition By registering at Focus-Abengoa official website, attendants will be awarded a certified diploma and will be able to gain credits. Loyola University Andalucia, Pablo de Olavide University and University of Seville will officially award ECTS credits (European Credit Transfer System). Price: 30 euros (only for diploma/credits). Scholarships Scholarships will be granted to obtain diplomas (limited). More information available on our website. The full information is available at the following link   : http://www.focus.abengoa.es/web/en/escuela-barroco/index.html

Programme :

Lundi 9 novembre 

Presentation 20:00 h. Inaugural Conference: Poussin’s Reflections on Man, Nature and Art Keith Christiansen, Metropolitan Museum of New York.

Mardi 10 novembre

10:00 h. Jesuits in Baroque culture: art, education, science Guillermo Rodríguez Izquierdo SJ., Loyola University Andalucia.

11:00 h. Natural history and visual culture in the seventeenth century José Ramón Marcaida, University of Cambridge.

12:00 h. Break.

12:30 h. Science, the sciences and Baroque Javier Viar, Bilbao Fine Arts Museum.

17:00 h. Symbolic Baroque Ornithology: birds in books of emblems and prints of the 17th century José Julio García Arranz, University of Extremadura.

18:00 h. 17th century Italy: the breeze through the leaves Manuela Mena, Prado National Museum.

19:00 h. Organ concert leaded by José Enrique Ayarra Jarne, Focus-Abengoa Foundation organist, at Hospital de los Venerables Church.

Mercredi 11 novembre

10:00 h. Still life: the vanities in the work of Valdés Leal Enrique Valdivieso, University of Seville.

11:00 h. Velázquez and nature Guillaume Kienzt, Louvre Museum.

12:00 h. Round table About landscape Presenter: Juan Fernández Lacomba Participants: Javier Viar, José Ramón Marcaida and Guillaume Kienzt.

13:30 h. Closure.

15:30 h. Campus visit to Focus-Abengoa Sanlúcar la Mayor Landscapes of Guadiamar Fernando Amores and Juan Fernández Lacomba.

 

Colloque : Nicolas Poussin (1594-1665). Entre paganisme et christianisme.

Capture d’écran 2015-06-04 à 14.02.47

Type : Colloque.
Date : 09 et 10 juin 2015.
lieu : Auditorium, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002.
Comité scientifique : Colloque international organisé sous la direction d’Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre), Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel), avec le soutien du musée du Louvre, dans le cadre de l’exposition « Poussin et Dieu », musée du Louvre, 30 mars-29 juin 2015.

« C’est Moïse. Le Moshe des Hébreux, le Pan de l’Arcadie, le Priape de l’Hellespont, l’Anubis des
égyptiens, que je tire des eaux » : la phrase enthousiaste de Loménie de Brienne (1635-1698), devant le Moïse sauvé de Nicolas Poussin, est restée célèbre. Mais au-delà de la lecture multiple
et stratifiée du héros de l’Ancien Testament proposée par l’amateur parisien, bien connu pour ses excentricités et sa folie, le propos n’en demeure pas moins une clé d’accès à l’oeuvre de Poussin. Car le maître des Andelys n’eut de cesse de mêler à son iconographie sacrée des éléments relevant de la tradition païenne : ici une flûte de Pan aux côtés de Moïse, là une ruine antique à la forme préfigurative d’une croix non loin de saint Jean. Le métissage singulier opéré par Poussin, associant formes païennes et signes chrétiens, a suscité et suscite encore bien des interprétations, parfois contradictoires. Si pour les uns, ce syncrétisme audacieux est la preuve d’un esprit émancipé des dogmes religieux, il est pour d’autres le fruit d’une quête de la religion chrétienne jusqu’aux sources des mythes fondateurs, à la manière d’un Athanase Kircher. Le colloque se propose non seulement de questionner les inventions iconographiques de Nicolas Poussin mais aussi de réfléchir sur les sources du peintre, où se croisent nature, mystère et énigme.

Programme :

9h30 Ouverture
Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)
Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre)
Mickaël Szanto (Université Paris-Sorbonne)

Mardi 09 juin (matin ) : Poussin et la nature.

Présidence de séance : Alain Mérot (Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Vincent Delecroix (EPHE, Paris)
« Deus sive natura » ? Dieu comme paysage chez Poussin.

10h30 : Clélia Nau (Université Paris VII)
Saturnales de Poussin : nimbe, soleil, halo.

11h00-11h30 : pause

11h30  : Olivier-Thomas Venard (Ecole biblique et archéologique française, Jérusalem)
Un contrepoint sur l’histoire, l’écriture et la philosophie : Paysage avec saint Matthieu et l’ange et Paysage avec saint Jean à Patmos en pendants.

12.00-12.30 : discussion

13.00-14.30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (matin) : Image et mystère.


Président de séance : Pierre Rosenberg, de l’Académie française

9h30 : Elisabeth Hipp (Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich)
Motifs chrétiens, motifs païens. A propos de La Déploration sur le Christ mort de Munich.

10h00 : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)
La théologie mystérique de Nicolas Poussin.

10h30-11h00 : pause

11h00 : Ralph Dekoninck (Université catholique, Louvain)
Penser par figures. Poussin et Richeome.

11h30 : Hilliard Goldfarb (musée des Beaux-Arts de Montréal)
Poussin and the Defense of Catholicism.

12h00-12h30 : discussion

13h00-14h30 : pause déjeuner

Mercredi 10 juin (après midi) : Le sublime en question.

Président de séance : Jean-Robert Armogathe (EPHE, Paris)

14h30 : François Trémolières (Université Paris-Ouest, Nanterre la Défense)
Poussin/Fénelon. Intention/réception.

15h00 : Pierre-Antoine Fabre (EHESS, Paris)
Louis Marin devant Poussin.

15h30-16h00 : discussion

16h00 : Marc Fumaroli, de l’Académie française
Peinture savante et peinture dévotionnelle. Un gallican à Rome.