Archives par étiquette : musique

Appel à communication: 2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide

 Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Type : journée d’étude.
Date limite d’envoi des propositions:  30 avril 2017.
Date de la manifestation : 10 octobre 2017.
Lieu : Université de Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, salle D31.

17, 2017…
Il y aura bientôt deux mille ans que le poète Ovide a disparu. Mais, comme il le prophétise lui-même dans l’épilogue des Métamorphoses avec une assurance qui n’a pas été démentie, son œuvre lui a survécu et a inspiré de nombreux artistes, qui ont perpétué sa mémoire. C’est à cet aspect de la réception d’Ovide qu’est consacrée la journée d’étude du 10 octobre 2017, organisée par Cristina Noacco (maître de conférences en littérature médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès) et Jean-Luc Lévrier (professeur de lettres classiques en classes préparatoires aux grandes écoles, lycée Saint-Sernin, Toulouse), dans le cadre des activités du laboratoire PLH/ELH de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès. Continuer la lecture

Publication : « Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites »

jesuites

CEULEMANS Anne-Emmanuelle Ceulemans et EMS Grégory, Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites. Bruxelles et Courtrai au XVIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 296 p.

Présentation de l’éditeur :

Cette étude envisage différentes pistes pour expliquer les raisons de la présence prégnante de la musique comme motif figuratif dans les emblèmes des élèves des jésuites en Belgique au XVIIe siècle, dans les corpus de Bruxelles et de Courtrai. La métaphore musicale, grâce à tout ce qu’elle charrie de sens, de connotations ou d’effets, est souvent apparue aux collégiens comme un motif privilégié pour exprimer leur pensée.

Anne-Emmanuelle Ceulemans est professeur à l’Université catholique de Louvain et conservatrice des instruments à cordes au Musée des instruments de musique de Bruxelles.
Grégory Ems est docteur en langues et lettres de l’Université catholique de Louvain et spécialisé en littérature néolatine du XVIIe siècle.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : Les décors de Molière (1658-1674).

CORNUAILLE Philippe, Les décors de Molière (1658-1674), Paris, PUPS, 2015, 350 p.

CORNUAILLE Philippe, Les décors de Molière (1658-1674), Paris, Publication de la Sorbonne, 2015, 350 p.

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage a pour objectif de démontrer la richesse et la variété des dispositifs scéniques utilisés par Molière à Paris, à partir de 1658 jusqu’à sa mort. Tout au long de notre réflexion et de nos démonstrations, notre approche est triple et fondamentalement pluridisciplinaire. Si elle s’intéresse à l’iconographie disponible, elle s’appuie surtout sur un matériel d’archives fait de sources manuscrites en même temps que sur une méthodologie littéraire.

Afin de mieux comprendre tous les aspects matériels du théâtre de Molière, l’étude s’attache tout d’abord à faire un rappel circonstancié du contexte technique, matériel et scénographique du théâtre au XVIIe siècle : les grandes scènes parisiennes, comme celles du Marais et de l’Hôtel de Bourgogne en mettant l’accent sur les productions les plus représentatives ou les plus spectaculaires. Puis, à l’aide de notes, de manuscrits ou de contrats qui, pour la plupart, sont inédits, Ph. Cornuaille met en lumière les spécificités architecturales du théâtre du Palais-Royal qui fut pour Molière le principal espace de création. L’histoire de ce théâtre, détruit entièrement au milieu du XVIIIe siècle, est peu connue. Le livre fait un état des lieux depuis sa construction en considérant ses multiples aménagements, équipements et transformations subies au rythme des innovations techniques. C’est l’occasion de valoriser le travail des grands architectes-machinistes, la plupart du temps italiens, œuvrant  sur les scènes parisiennes dans cette seconde moitié du siècle.

Enfin, l’ensemble des comédies du dramaturge est étudié ; elles sont regroupées en deux grandes catégories : les pièces données à la Ville ; elles sont certainement les plus connues du grand public mais ce sont aussi celles qui, n’ayant pas bénéficié de commentaires contemporains quant à leurs dispositifs scéniques, sont les plus difficiles à visualiser. Mais le décryptage minutieux du texte a pallié en partie cette lacune ; il met en évidence un rapport quasi constant entre action et décoration et confirme l’intérêt manifeste de l’auteur-comédien pour la mise en scène. La seconde catégorie concerne les comédies données pour la Cour, souvent appelées « comédies-ballets » ou comédies « mêlées de danse et de musique ». Bénéficiant de moyens financiers considérables, elles furent caractéristiques par leur débordement de luxe et d’inventivité orchestré par Molière.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Colloque : Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et formes spectaculaires

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître. Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

François de Troy, Didon et Énée, 1704, huile sur toile, 160 × 202 cm. Sceaux, musée de l’Île de France, inv. 2008.2.1.© CG 92 / Musée du Domaine départemental de Sceaux / photographie : P. Lemaître.
Scène tirée de l’Énéide de Virgile. En réalité, le peintre met en scène le duc et la duchesse du Maine entourés par les familiers de la cour de Sceaux. Au centre : le duc du Maine, représenté sous les traits d’Énée. À droite, étendue sur un lit : la duchesse du Maine représentée sous les traits de Didon. Sont présents également les enfants du couple, la dame d’honneur de la duchesse, ainsi que de Troy lui-même, portant un carton à dessin.

Type : Colloque international

Date : 5, 6 et 7 novembre 2015

Lieu : Salle des Colonnes, Grande Écurie du château de Versailles

Sous la direction de : Rémy Campos, Anne-Madeleine Goulet et Mathieu da Vinha

Organisé par : le Centre de recherche du château de Versailles, le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, l’université François-Rabelais de Tours et le CNRS

Programme

Jeudi 5 novembre 2015

9h30 Accueil

9h45 Ouverture

10h De la pertinence de la notion de foyer pour l’étude de la musique et des formes spectaculaires à Paris et à Versailles (1682-1715), Rémy Campos (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris) et Anne-Madeleine Goulet (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

10h30 Pouvoir et contre-pouvoirs artistiques à la fin du règne de Louis XIV, Christian Biet (université Paris-Ouest Nanterre La Défense)

11h Pause

Première session : les lieux

Un modèle curial ?

Discutant : Natacha Coquery (université Lumière–Lyon 2)

11h30 La musique dans les appartements, Tarek Berrada (Centre André Chastel)

12h Monsieur et Philippe II d’Orléans : une influence culturelle par-delà leurs résidences, Don Fader (université de l’Alabama)

Si loin, si proche

Discutant : Boris Bove (université Paris 8)

14h Le règne de Monseigneur sur les fêtes : inviter et être in­vité par le fils de Louis XIV, Franck Devedjian (chercheur indépendant)

14h30 Les Nuits de Sceaux : derniers feux du Grand Siècle ?, Catherine Cessac (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h Pause

Topographies

Discutant : Manuel Couvreur (université libre de Bruxelles)

15h30 La princesse de Conti en ses demeures, Thomas Vernet (bibliothèque musicale François-Lang, Royaumont)

16h Foyers ou essaims ? Essai de topographie chrétienne du plaisir à la fin du règne de Louis XIV, Fabrice Preyat (université libre de Bruxelles)

Vendredi 6 novembre 2015

Deuxième session : acteurs, répertoires et pratiques

Les acteurs

Discutant : Martial Poirson (université Paris 8)

9h30 Amateurs, professionnels : foyers et professionnalisation progressive des artistes, Catherine Massip (École pratique des hautes études)

10h Composer pour les nouveaux foyers : la « fureur » des musiciens d’église au crépuscule du Grand Siècle, Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles)

10h30 De la Cour à la ville : les musiciens du roi face à l’émergence de nouveaux foyers, Thomas Leconte (Centre de musique baroque de Versailles)

11h Pause

Les répertoires

Discutant : Pierre Frantz (université Paris-Sorbonne)

11h30 Les lieux musicaux du Mercure Galant, Anne Piéjus et Nathalie Berton-Blivet (IReMus)

12h Le théâtre de société, foyer artistique ?, Guy Spielmann (université de Georgetown)

Les pratiques

Discutant : Guy Spielmann (université de Georgetown)

14h Les lieux de musique dans les Mémoires du duc de Saint-Simon, Olivier Baumont (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris), communication illustrée au clavecin

15h L’art d’assembler, le choix de partager : la collection de musique italienne des Stuart en France (1689-1718), Barbara Nestola (CNRS, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance)

15h30 Pause

16h Exemples de fêtes privées entre Versailles et Paris. Éléments pour une typologie, Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles)

16h30 « La grande dépense et le fracas ». Recherches sur l’économie matérielle des patronages artistiques au tournant des xviie et xviiie siècles, David Hennebelle (université d’Artois)

17h Les arts entre Paris et Versailles : le Palais-Royal de Philippe II d’Orléans comme rénovateur de l’absolutisme louis­quatorzien, Laurent Lemarchand (université de Rouen)

Samedi 7 novembre 2015

Troisième session : Goût(s), échanges et normes nouvelles

Des goûts nouveaux

Discutant : Gérard Sabatier (Centre de recherche du château de Versailles)

9h30 Qui gouverne l’empire des sens ? Les évolutions du goût à la charnière du xviie et du xviiie siècle, Tatiana Senkevitch (musée des Beaux-Arts de Houston)

10h La reconfiguration de la vraisemblance morale ou la naissance d’une deuxième galanterie : l’exemple de Thomas Corneille, Jörn Steigerwald (université de Paderborn)

10h30 Perméabilité ou étanchéité des foyers artistiques ? Paris et l’étranger, Rebekah Ahrendt (université de Yale)

11h Pause

Vers une nouvelle redistribution des pouvoirs ?

11h30 Foyer et territoire dans la Comparaison de la musique italienne et de la musique française de Le Cerf de la Viéville, Laura Naudeix (université Rennes 2)

12h Genres et lieux de musique à la fin du règne de Louis XIV, Thierry Favier (université de Poitiers)

12h30 Conclusions, Jean Boutier (École des hautes études en sciences sociales)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire

http://www.chateauversailles-recherche.fr, rubrique « Événements sur inscription »

Renseignements : 01 30 83 75 12